Compte rendus
des réunions





m à j : 08 Juin 2012




 

doigt 07 Juin 2012
doigt 09 Mai  2012
doigt
04 Avril  2012
doigt 15 Mars 2012
doigt 15 Décembre 2011







CR réunion du 07.06.2012 :

Compte-rendu réunion MLC Dinan du 7 Juin 12 – Avec les anges

Bonsoir ! comme d'habitude porté par notre belle énergie collective, je vous envoie ça sans plus tarder...

En résumé :
>  "Foire aux questions" : super doc maintenant ! on va pouvoir le diffuser, dès qu'Elsa nous renvoie la version corrigée ! Philippe M. le met en lien sur le site (où il y a de nouveaux liens à explorer d'ailleurs ! je ne sais pas si tu as mis déjà celui-là : http://vimeo.com/43395372 sur le sol violette, il vient de passer sur la liste mlc france)

> Avancer sur la charte : (enfin, la version initiale sur laquelle travaillera le groupe etc...) http://piratepad.net/G44L723OSS - ou bien fonder un autre pad en repartant à 0... Sarah L., dis-nous qui tu veux dans ton équipe :^)

> Préparer l'événement de la rentrée : peut-être le 5 octobre... d'ici là, on fonde l'asso ! Philippe S. propose une version des statuts, Jacques contacte la CODI pour le forum, Sarah P la mairie de Dinan pour une salle, Sam va prendre des contacts et des infos à Murs, et moi... j'ai fait ma part ce soir ! je vais faire le relais aussi auprès des Colibris...

Prochaine réunion le jeudi 4 juillet 19h30 !
> signature des statuts de l'association
> partage des tâches pour la préparation de l'événement de la rentrée
> diffusion de l'information (commencer constituer une liste des gens intéressés pour participer à ce réseau ?)

Ci-dessous, pas si hors-sujet que ça, l'entretien avec Dennis Meadows dans le monde, dont je vous parlais tout à l'heure pendant la parenthèse sur Notre-Dame des Landes.

à bientôt !
amans

ENTRETIEN

"La croissance mondiale va s'arrêter"

Quarante ans après son rapport au Club de Rome, Dennis Meadows réaffirme les limites à l'expansion économique

En mars 1972, répondant à une commande d'un think tank basé à Zurich (Suisse) - le Club de Rome -, des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) publiaient The Limits to Growth, un rapport modélisant les conséquences possibles du maintien de la croissance économique sur le long terme. De passage à Paris , mercredi 23 mai, à l'occasion de la publication en français de la dernière édition de ce texte qui fait date (Les Limites à la croissance, Rue de l'Echiquier, coll. " Inital(e)s DD ", 408 p., 25 €), son premier auteur, le physicien américain Dennis Meadows, 69 ans, a répondu aux questions du Monde.


ch Quel bilan tirez-vous, quarante ans après la publication du rapport de 1972 ?

D'abord, le titre n'était pas bon. La vraie question n'est pas en réalité les limites à la croissance, mais la dynamique de la croissance. Car tout scientifique comprend qu'il y a des limites physiques à la croissance de la population, de la consommation énergétique, du PIB, etc. Les questions intéressantes sont plutôt de savoir ce qui cause cette croissance et quelles seront les conséquences de sa rencontre avec les limites physiques du système.

Pourtant, l'idée commune est, aujourd'hui encore, qu'il n'y a pas de limites. Et lorsque vous démontrez qu'il y en a, on vous répond généralement que ce n'est pas grave parce que l'on s'approchera de cette limite de manière ordonnée et tranquille pour s'arrêter en douceur grâce aux lois du marché. Ce que nous démontrions en 1972, et qui reste valable quarante ans plus tard, est que cela n'est pas possible : le franchissement des limites physiques du système conduit à un effondrement.

Avec la crise financière, on voit le même mécanisme de franchissement d'une limite, celle de l'endettement : on voit que les choses ne se passent pas tranquillement.


ch Qu'entendez-vous par effondrement ?

La réponse technique est qu'un effondrement est un processus qui implique ce que l'on appelle une "boucle de rétroaction positive", c'est-à-dire un phénomène qui renforce ce qui le provoque. Par exemple, regardez ce qui se passe en Grèce : la population perd sa confiance dans la monnaie. Donc elle retire ses fonds de ses banques. Donc les banques sont fragilisées. Donc les gens retirent encore plus leur argent des banques, etc. Ce genre de processus mène à l'effondrement.

On peut aussi faire une réponse non technique : l'effondrement caractérise une société qui devient de moins en moins capable de satisfaire les besoins élémentaires : nourriture, santé, éducation, sécurité.


ch  Voit-on des signes tangibles de cet effondrement ?

Certains pays sont déjà dans cette situation, comme la Somalie par exemple. De même, le "printemps arabe", qui a été présenté un peu partout comme une solution à des problèmes, n'est en réalité que le symptôme de problèmes qui n'ont jamais été résolus. Ces pays manquent d'eau, ils doivent importer leur nourriture, leur énergie, tout cela avec une population qui augmente.

D'autres pays, comme les Etats-Unis, sont moins proches de l'effondrement, mais sont sur cette voie.


ch La croissance mondiale va donc inéluctablement s'arrêter ?

La croissance va s'arrêter en partie en raison de la dynamique interne du système et en partie en raison de facteurs externes, comme l'énergie. L'énergie a une très grande influence. La production pétrolière a passé son pic et va commencer à décroître. Or il n'y a pas de substitut rapide au pétrole pour les transports, pour l'aviation... Les problèmes économiques des pays occidentaux sont en partie dus au prix élevé de l'énergie.

Dans les vingt prochaines années, entre aujourd'hui et 2030, vous verrez plus de changements qu'il n'y en a eu depuis un siècle, dans les domaines de la politique, de l'environnement, de l'économie, la technique. Les troubles de la zone euro ne représentent qu'une petite part de ce que nous allons voir. Et ces changements ne se feront pas de manière pacifique.


ch Pourtant, la Chine maintient une croissance élevée...

J'ignore ce que sera le futur de la Chine. Mais je sais que les gens se trompent, qui disent qu'avec une croissance de 8 % à 10 % par an, la Chine sera le pays dominant dans vingt ans. Il est impossible de faire durer ce genre de croissance. Dans les années 1980, le Japon tenait ce genre de rythme et tout le monde disait que, dans vingt ans, il dominerait le monde. Bien sûr, cela n'est pas arrivé. Cela s'est arrêté. Et cela s'arrêtera pour la Chine. Une raison pour laquelle la croissance est très forte en Chine est la politique de l'enfant unique. Elle a changé la structure de la population de manière à changer le ratio entre la main-d'œuvre et ceux qui en dépendent, c'est-à-dire les jeunes et les vieux. Pour une période qui va durer jusque vers 2030, il y aura un surcroît de main-d'œuvre. Et puis cela s'arrêtera.

De plus, la Chine a considérablement détérioré son environnement, en particulier ses ressources en eau, et les impacts négatifs du changement climatique sur ce pays seront énormes. Certains modèles climatiques suggèrent ainsi qu'à l'horizon 2030 il pourrait être à peu près impossible de cultiver quoi que ce soit dans les régions qui fournissent actuellement 65 % des récoltes chinoises...

ch Que croyez-vous que les Chinois feraient alors ? Qu'ils resteraient chez eux à souffrir de la famine ? Ou qu'ils iraient vers le nord, vers la Russie ?

Nous ne savons pas comment réagira la Chine à ce genre de situation...


ch Quel conseil donneriez-vous à François Hollande, Angela Merkel ou Mario Monti ?

Aucun, car ils se fichent de mon opinion. Mais supposons que je sois un magicien : la première chose que je ferais serait d'allonger l'horizon de temps des hommes politiques. Pour qu'ils ne se demandent pas quoi faire d'ici à la prochaine élection, mais qu'ils se demandent : " Si je fais cela, quelle en sera la conséquence dans trente ou quarante ans ?" Si vous allongez l'horizon temporel, il est plus probable que les gens commencent à se comporter de la bonne manière.


ch Que pensez-vous d'une " politique de croissance " dans la zone euro ?

Si votre seule politique est fondée sur la croissance, vous ne voulez pas entendre parler de la fin de la croissance. Parce que cela signifie que vous devez inventer quelque chose de nouveau. Les Japonais ont un proverbe intéressant : "Si votre seul outil est un marteau, tout ressemble à un clou." Pour les économistes, le seul outil est la croissance, tout ressemble donc à un besoin de croissance.

De même, les politiciens sont élus pour peu de temps. Leur but est de paraître bons et efficaces pendant leur mandat ; ils ne se préoccupent pas de ce qui arrivera ensuite. C'est très exactement pourquoi on a tant de dettes : on emprunte sur l'avenir, pour avoir des bénéfices immédiats, et quand il s'agit de rembourser la dette, celui qui l'a contractée n'est plus aux affaires.


Propos recueillis par Stéphane Foucart et Hervé Kempf


ch  voir également l'interview donnée par Dennis Meadows à Terra Eco





Le compte rendu du 07.06.2012 en PDF


up




 

CR réunion du 09.05.2012 :

Compte-rendu réunion MLC Dinan du 9 Mai 12 – Avec les anges

> Avec Elsa, Sarah P, Sarah L, Philippe S, Jacques, Samuel et Amans
> excusés Baptiste et Frédéric


… entrées en matière informelles : regards sur le mode de travail collectif, fonctionnement horizontal et leadership, hiatus entre la motivation (forte / sens du projet) et le temps disponible (limité / multitude des engagements)...
Peu nombreux, chacun a pu s'exprimer à la fois sur le fond et au niveau sensible, avec des digressions intéressantes et le sentiment au final d'avoir consolidé notre premier noyau... Je remets dans l'ordre du jour les différents points qui ont été abordés


Ordre du Jour

1. Les questions soulevées par l'élaboration d'une Foire aux question

2. Nos valeurs communes, la charte, le fonctionnement...

3. Les prochaines étapes


1. à propos de la FAQ :

> / territoire : on se centre sur Dinan, (association, premier comptoir d'échange...) en utilisant la formule « pays de Dinan » qui permet l'extension aux communautés voisines.

> / adhésion : pour les particuliers l'adhésion est à prix libre, de sorte qu'on peut devenir adhérent par exemple à l'occasion d'un « rendu de monnaie » auprès d'un commerçant adhérent au réseau. Pour les structures, une adhésion plus formelle (avec un regard sur la charte etc...)

> / Nef : ok pour la mentionner telle quelle en tant que structure financière de référence

> / validation du principe de la fonte, de l'ordre de 2% - échéance entre 3 mois et 1 an à définir collectivement à la fondation de l'asso.

> / Nom de monnaie : continuer à ouvrir les possibilités, en vue d'une sélection au grand rassemblement. Pour le moment sur les rangs : la Dynamo, la Maille, la Liesse et Le Di-oui (plusieurs orthographes possibles).


2.  Valeurs où on se retrouve :

- lien social : solidarité et convivialité
           
- respect du vivant / de l'humain et de son environnement


> Lecture de la charte proposée par Derruder : un peu trop axée spirituelle, même si nous on s'y retrouve : reformuler de façon plus inclusive pour ne pas attirer que des masseurs shia-tsu.

> Caractère plus ou moins coercitif de la charte : équilibre à chercher entre ouverture et intégrité (/ Ouverture : faire confiance dans la capacité de changement des gens qui s'adressent à nous, rester humble face aux démarches des autres, ne pas se positionner comme juges ou censeurs ;

> Intégrité : affirmer en même temps clairement nos positions et intentions (> société juste, fraternelle et écologique) pour garder intacte notre motivation, ne pas se diluer dans n'importe quoi...)

> Nécessité d'établir clairement nos valeurs a priori, mais de laisser ouverte la possibilité de faire évoluer la charte plus collectivement à la fondation de l'association : écriture d'une première version d'une charte.

> Regards sur quelques exemples limites :
  • petit revendeur de cartes téléphoniques,
  • magasin de colles locales,
  • entreprise bio avec produits non-locaux,
  • salon de coiffure,
  • auto-école
  • et au-delà de la limite : supermarché.

> Procédure : on accepte a priori qui se reconnaît dans la charte (confiance dans l'auto-sélection qu'elle opérera, dans le développement organique du projet, pas poser trop de problèmes a priori), et si quelqu'un a une objection par rapport à telle ou telle participation au réseau, il en fait part au conseil de l'asso (> ou comité d'éthique > ) qui établit une concertation (> conditions).

> Pour les structures : proposer un questionnaire d'évaluation non-jugeant (de préférence avec un contact en vis-à-vis) permettant de voir comment la structure se retrouve (ou non) dans la démarche, et quelle est son intention en adhérent...

> Pour tous les adhérents : donner lecture de la charte, et ouvrir la possibilité de commenter.


3. Prochaine réunion le 7 juin :

> sélectionner des noms de monnaie

> Valider la Foire aux questions et la première version de la charte

> Commencer à se répartir les secteurs pour prises de contacts

> Préparer une grande soirée de projection-débat pour la rentrée, avec de petits docs et peut-être un intervenant extérieur


Cet été : contacts à prendre (Sam Vérité : chargé au sein du pôle ESS de la mise en réseau, ça tombe bien !), tâches pour la soirée de rentrée à réaliser

A cette grande soirée en septembre : résoudre les questions qui doivent être résolues


taux et périodicité de la fonte en particulier

ouvrir la réflexion sur la charte,

voter le nom de la monnaie...

et lancer l'association ! (> la créer auparavant > )


Alors, il 'restera' :

constitution du site et de l'annuaire,

réalisation de la monnaie,

ouverture des comptoirs,

etc...




Le compte rendu du 09.05.2011 en PDF


up







 

CR réunion du 04.04.2012 :
   
15 avr. (Il y a 3 jours)
       
Bonsoir à tou-te-s !

Ci-joint le CR de la dernière réu : heureusement que j'avais tes notes Elsa, j'avais pas marqué grand'chose moi !... mais du coup j'ai pu les compléter de mémoire : n'hésitez pas à rajouter des points importants de la discussion qui nous auraient échappés. J'ai mis aussi la proposition et les liens que tu avais envoyés Frédéric, puisque ça tient toujours même si on n'en a pas beaucoup parlé.

Je remets aussi les CR des deux réunions précédentes de sorte qu'ils soient consultables en ligne sur le groupe pour les nouveaux arrivants (il y a de la matière déjà dans tous ces CR pour notre FAQ ! > à reformuler simplement bien sûr), ainsi que les deux articles que j'ai (si qqun en a d'autres, ou le lien vers le reportage d'armor tv...)

/ la question territoriale : il me semble en effet que pour commencer, se concentrer sur la CODI pour ne pas trop s'éparpiller serait faire preuve de sagesse... D'un autre côté, moi ça m'intéresse moins d'un coup - alors, réflexion faite j'aurais une proposition : qu'est-ce qui empêcherait de fonder une association dont la principale "banque locale" (il faut trouver un autre nom plus convivial pour cet espace concret et symbolique !) et le réseau le plus important serait sur la CODI, mais qui aurait par ex. une petite annexe sur Broons (et sur Corseul ou St-Malo si des groupes de transition comme le nôtre sont aussi prêts à porter le projet par là...) : la logistique générale serait du ressort de l'asso centrale (et le groupe annexe y ferait sa part), mais la constitution de réseau local (adhérents, entreprises, collectivités) serait déconcentrée >  ça me semble jouable, et gagnant-gagnant (guère plus complexe à gérer et plus de possibilités d'échanges pour les adhérent-e-s).

/ nom de la MLC : il va être à mon avis assez vite temps de choisir un nom qu'on puisse employer ne serait-ce que temporairement (en attendant une première grande réunion publique de consultation sur les diverses propositions par ex.), parce que ça peut être symbolique aussi d'un projet qui avance et qui se concrétise... Je reviens sur la proposition de la Confiante, qui a parlé fortement l'autre jour à Noël et tout à l'heure à une amie : ce qui est intéressant, c'est qu'il ne se pose pas juste comme un objet, mais qu'il porte avec lui une valeur forte (cf mouvement coopératif, etc...) D'un autre côté, on perd un peu le côté ludique d'un nom plus rigolo, comme la Rondelle... La Maille ou la Liesse (qu'avaient suggéré Elsa je crois) sont un peu à cheval sur les deux tiens... La Maille c'est pas mal non plus ! moi Bigorneau en tout cas ça me plaît pas trop, parce qu'on est pas tant en bord de mer et parce que ça existe déjà dans plein de SEL. Le Sol non plus : idem c'est déjà beaucoup pris, et ça sonne un peu archaïque (et le SOL c'était aussi un projet de monnaie locale top-down, alors que nous on est bottom-up).

/ prochaine réunion le 9 mai : est-ce qu'on ne peut pas reprendre le même tract que la dernière fois juste en changeant la date, pour faire circuler de nouveau dans nos réseaux >  il était bien ce fly, il faudrait juste changer "constitution d'un groupe de travail" en une autre intention pour l'odj, non >  et peut-être par ex. les couleurs, pour éviter la confusion

Je ne sais pas si vous en avez parlé un peu autour de vous, moi tous les gens à qui j'en touche mot sont intéressés et partants pour essayer, au moins à petite échelle pour commencer... C'est vraiment encourageant !

Je joins ce message en copie à toutes les personnes qui étaient à la dernière réunion mais n'ont pas encore adhéré au groupe, et du coup je renvoie pour vous les infos de tout à l'heure :
Je ne vous ai pas envoyé de mail en direct, mais vous avez du recevoir sur votre boîte une invitation à rejoindre le google group : peut-être que votre messagerie a considéré que c'était un pourriel et l'a écartée... Vous pouvez donc aller directement vous inscrire au groupe http://groups.google.com/group/mlc-pays-dinan> hl=fr  (et de là, consulter les archives, ou inviter d'autres ami-e-s !)

Voilà, je décroche de nouveau de l'ordi qqes jours, je reprends les fils en revenant !

bonne semaine, à bientôt

amans





up








 

CR réunion du 15.03.2012 :

Compte-rendu de la réunion du RÉAS du 15 mars 2012

objet : mise en oeuvre d'une Monnaie locale complémentaire au café restaurant Avec les anges (Dinan)

Intentions
> faire émerger un groupe de travail motivé

> aborder toutes les questions utiles à cette fin (territorialité, législation, motivation, stratégie...)

Topo synthétique sur les monnaies locales : exemples significatifs du WIR en Suisse (25% du PIB), de la crise économique en Argentine ou en Grèce, ainsi que d'une soixantaine de projets en France et une vingtaine effectifs (Villeneuve sur Lot, début du projet mai 2009 lancement de la monnaie janvier 2010). Le sens d'une monnaie est lié au sens d'une économie : une monnaie locale permet de sortir de la possibilité de spéculation, de définir une éthique, de 'piéger' la monnaie dans l'économie locale et donc de la dynamiser fortement, de favoriser les échanges et les liens sociaux, de contribuer à la prise de conscience de notre rapport au commerce...son impact écologique, économique et social.

Concrètement, il s'agirait d'une association qui élabore une charte à laquelle on adhère, acheteur comme vendeur ou producteur. Auprès de cette association les membres troquent des euros contre la MLC (Monnaie Locale Complémentaire). Avec ses Euros les clients achètent auprès des commerces adhérents.. L'association détient alors une somme en euros qu'elle place dans une banque éthique (NEF ou crédit coop') dans le but de les investir dans des projets locaux qui font sens par rapport à l'éthique définie. Elle en garde pour permettre au fournisseur d'acheter les produits qui ne peucent re trouvé localement. Il est possible aussi d'organiser un système de « fonte », c'est à dire que la monnaie perd de sa valeure si elle n'est pas utilisée dans un temps
déterminé, pour éviter la capitalisation (système de timbre sur le billet ou système informatisé...)

Différence monnaie locale / SEL :

le sel est un échange de service entre particuliers, le sel est interdit aux professionnels, inaccessible aux entreprises.

La monnaie locale complémentaire permet des achats en passant par un outil d'échange : la monnaie.

Questions pratiques :

> Est-il indispensable d'adhérer à l'association porteuse du réseau pour utiliser la monnaie ?
A priori oui... mais rester ouvert sur toutes les questions d'organisation ! Le groupe qui se fonde doit être souverain, en conscience et connaissance de cause : ne pas se précipiter pour prendre les décisions importantes
(structure, fonctionnement, etc.)

> En tant que chef d'entreprise, si je veux participer au réseau, faut-il que je paye ?
Non... l'adhésion à l'association – et à son éthique – permet de recevoir les paiements des clients – et je peux utiliser l'argent que je reçois des clients pour acheter des produits locaux à usage professionnel, pour mon propre usage, ou avec leur accord, pour mes salariés (prime, partie du salaire)… En cas d'excédent, je peux éventuellement les échangers en euros auprès de l'association.

> Quand j'adhère, on me donne la liste (papier / web) des commerces, assos, entreprises qui acceptent la MLC ?
Oui... on peut aussi mettre des macarons chez les commerçants....

> Question déclaration TVA pour les entreprises : déclare-t-on ou pas dans sa comptabilité la MLC en euros ?
sujet à creuser avec un soutien juridique.

> Questions concernant la fonte : juste principe (> dynamiser l'économie locale), difficultés liées à l'organisation pratique (sans problème d'après Villeneuve sur Lot), lien à la question de la création monétaire...

> Comment apporte t-on la confiance aux personnes qui s'engage, tant acheteur que professionnel ?
Question de structure : une association loi 1901 ou autre ?
 
Questions liées : le sérieux et la responsabilité des interlocuteurs vis-à-vis des professionnels, la sécurité de ce qui constituerait une banque locale...

Comment constituer un groupe de travail >?

> Nécessité de s'appuyer sur des structures existantes avec des moyens, comme le Pôle ESS pays de Dinan. Idéalement, trouver les moyens de créer un poste salarié dédié à cette tâche...

> Possibilité de commencer sans attendre à se constituer en équipe en se partageant les tâches et le territoire : Aujourd'hui il se dessine un embryon de groupe de travail...

> En parler autour de nous pour rassembler d'autres personnes motivées

> Préciser la vision : répondre aux objections (en particulier les questions liées à la fiscalité, à la compta des entreprises partenaires), préciser la territorialité (Dinan couronne, pays de Dinan, pays de Dinan-Dinard-St-Malo ? ), préciser le sens économique et social du projet (charte, éthique...), jouer à se proposer des noms pour la monnaie (ont été émis : le réa, la confiante, le speculos lo)

Plan d'action

> Etablir et faire circuler le compte-rendu de cette réunion avec la date de la prochaine : mercredi 4 avril, à 20h30 au café Avec les anges à Dinan (au programme : faire avancer le plan d'action, définition territoriale...)

> Se renseigner sur la question de la TVA : voir sur la liste monnaies locales complémentaires (amans cf : http://ml.ma-ra.org/wws/info/reseau-monnaies-locales
…en passant, le guide très inspirant qu'a cité Philippe :
http://www.aises-fr.org/303-meo-monnaie-compl-FR.html )
ou auprès d'autres groupes.

> Etablir un petit argumentaire simple, présentant les intérêts potentiels d'une mlc, et invitant à participer à la prochaine réunion / à proposer des noms pour la monnaie / un petit texte de présentation du groupe pour faire le buzz à la Blé du sel / à Lanvallay autrement etc... : (Elsa, Amans)

> Commencer à construire les fondements d'une charte : faire un recueil des finalités et des valeurs (Frédéric)

> Enquêter de façon informelle sur son territoire pour avoir un aperçu des commerces / assos / entreprises qui seraient partantes pour jouer le jeu

Deux phrases inspirantes à la fin
  • Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.

  • Mais, dit Alice, si ce monde n'a aucun sens, qu'est-ce qui nous empêche de lui en donner un ?

Tour de table :

> Philippe S, Pleslin- Trigavou, membres de l'association qui crée la Scic ENERCOOP Bretagne, animateur du RÉAS( Réseau Écologique, Alternatif et Solidaire)
"en sept 2011 : initiation d'une réflexion sur les monnaies locales ; fort intérêt mais pas les ressources en terme de temps d'où la volonté constituer un groupe."

> Bernard, Corseul – formation à Steredenn et Eclis en restauration de maisons anciennes

> Noël, St-Brieuc – émissaire curieux et entrepreneur critique constructif

> Amans, Yvignac – initiative de transition sur les pays de Broons-Caulnes

> Hélène, Brusvily, Scic Eclis et épicerie le LOCAL à Languédias

> Janig, Lanvallay : le LOCAL à Langrolay

> Alice, Pleslin – idem : future épicière de Langrolay

> Frédéric, Pleslin – artisan charpentier de marine, fondateur Scic Eclis (topo sur les SCIC, sociétés qui permettent un actionnariat étendu aux assos et aux collectivités, etc...)

> Philippe M – du temps pour se pencher sur les monnaies locales, construction d'un site

> Guillaume, St-Judoce – intérêt EAS, idem jeune retraité, création AMAP... >  et Sylvie : regards plein de sagesse

> Elsa, Dinan dessinatrice graphiste, membre du SEL Dinan, intérêt échanges et liens de proximité

> Vianney, apiculteur militant


Prochaine réunion
Le 4 avril 2012 à 20h30
Au café-restaurant
Avec les Anges
22 Grand'Rue
22100 Dinan



Le compte rendu du 15.03.2012 (RéAS) en PDF




up





 






CR réunion du 15.12.2012 :

RÉAS

Réunion du 15 décembre 2011

compte-rendu

Présents : Hélène Rouxin, Janig Briot, Gildas Lesaicherre, Amans Gaussel, Philippe Corvellec, Carl Cerveau, Christian Chaboussant, Philippe Marseille, Philippe Stride

Excusés : Maud Caron, Hervé Jegou, Karine Lefebvre



Ordre du jour :

1. approfondir notre connaissance de la monnaie locale par les recherches de chacun.

2. Est-ce le moment de créer un groupe de travail pour la mise en oeuvre d'une monnaie locale
sur le pays de Dinan >

1. compte-rendu des diverses démarches :

chevron Gildas a téléphoné à l'Éco Réseau de Nantes qui a créé le 'confluent'.
http://monnaie-locale-complementaire.net/2011/08/confluent/

http://ecorezodunantais.eklablog.com/


chevron Philippe M. a mis son site à jour, l'a rendu plus accessible et mis en ligne de
nombreuses références sur les monnaies locales.

Rendez-vous sur :
http://pm22100.net/pages/enercoop/M/ml-dinan.html

> l'ancien site, http://echanges.outness.net n'existe plus

chevron  Philippe S. a tenté de contacter Brest par téléphone . Il a trouvé, sur le site de création, plusieurs éléments importants qui sont à retenir :


2. Questions :

- Quelle périmètre pour une monnaie sur notre territoire >
Difficile de répondre à cette question. Nous prenons conscience du travail de communication à mettre en oeuvre : plus le territoire est vaste, plus le travail est important, plus aussi les ressources sont nombreuses >  Alors travailler à l'échelle de la communauté de communes, un peu plus large, ou même du pays, à voir >

- constitution d'un groupe de travail.
Pour réaliser une monnaie locale, il faut que le groupe s'étoffe et qu'un noyau dur prenne les choses en mains.... le 15 mars >  D'ici là >

Pour le moment aucun d'entre nous ne se sent prêt à s'y consacrer à plein temps comme il faudrait..... Mais ce n'est peut-être pas si compliqué que ça en fait, un groupe pourrait bien émerger, à partir des diverses démarches en cours sur le pays de Dinan.

Ce serait bien que l'un-e d'entre nous déjà en tout cas s'inscrive sur la liste reseau-monnaies-locales@ml.ma-ra.org , pour anticiper un peu sur la mise en réseau, avoir du soutien etc

http://ml.ma-ra.org/wws/info/reseau-monnaies-locales >

reseau-monnaies-locales@ml.ma-ra.org

Ben, ça y est c'est fait j'y suis (Amans : on peut être plusieurs)

- Comment on peut s'y prendre >

- Pourquoi pas un forum ouvert sur les monnaies locales >

- Faire information aux organismes qui peuvent être intéresser afin que l'idée fasse son chemin. CCAS, Resto du Coeur, sel de Dinan et Broons, pôle ESS de Dinan, SCICs

- En parler afin que ça fasse son chemin et motiver plus de monde.

- Continuer à se documenter pour être mieux informé.

- Philippe S. rencontre le propriétaire du cinéma Vers le Large pour voir si un film sur les monnaies locales pourrait être mis à l'ordre du jour de la semaine de l'écologie.

La rencontre avec monsieur Lagrée a eu lieu le 3 janvier. Il ne croit pas aux monnaies locales pour lui l'euro suffit, il n'y a pas lieu de recourir à une monnaie locale qui renforce un repli sur soi. Il défend l'écologie, la preuve la semaine sur l'écologie qu'il organise.

Pour lui, la démarche est individuelle et l'euro suffit pour faire ses choix. Il ne programmera pas de film sur le sujet.

- et recherche le prochain lieu de réunion (Avec les Anges, autres, )




ANNEXES

Autres Liens :

chevron  Il y a un forum sur les monnaies locales ouvert sur le réseau colibri :
http://colibris.ning.com/forum/topics/monnaie-locale-et-projet-sol

et sur la même plate-forme, un topic sur les forums ouverts :
http://colibris.ning.com/group/organiser-un-forum-ouvert-trucs-astuces

il y aura sûrement un forum colibri / indignés sur le pays de Dinan d'ici fin avril, et encore plus
sûrement un mini-forum ouvert pour se former à la méthodologie dans le stage Transition des 3-4-5
février (contact : amans.gaussel@wanadoo.fr)

chevron  puisqu'on en a parlé, liens vers Dragon Dreaming, une approche révolutionnaire du projet, qui pourrait bien fluidifier notre mouvement : Vidéo donc de la conférence de John Croft sur le rêve du Dragon en ouverture du stage au Tiocan, 18 novembre 2011 (la 1ère partie est la présentation par Nicolas Briet)

http://dl.dropbox.com/u/48170376/Dragon%20dreaming/videos/dragondreamingconferencefacebook_part1.wmv

http://dl.dropbox.com/u/48170376/Dragon%20dreaming/videos/dragondreamingconferencefacebook_part2.wmv

http://dl.dropbox.com/u/48170376/Dragon%20dreaming/videos/dragondreamingconferencefacebook_part3.wmv

http://dl.dropbox.com/u/48170376/Dragon%20dreaming/videos/dragondreamingconferencefacebook_part4.wmv

http://dl.dropbox.com/u/48170376/Dragon%20dreaming/videos/dragondreamingconferencefacebook_part5.wmv

http://dl.dropbox.com/u/48170376/Dragon%20dreaming/videos/dragondreamingconferencefacebook_part6.wmv

http://dl.dropbox.com/u/48170376/Dragon%20dreaming/videos/dragondreamingconferencefacebook_part7-8.wmv

Et les notes, très complètes :
http://dl.dropbox.com/u/48170376/Dragon%20dreaming/18_11_11%20JCroft%20Dragon%20conf_Anne.doc

- notes de la conférence par Ben :
http://dl.dropbox.com/u/48170376/Dragon%20dreaming/18_11_11%20JCroft%20Dragon%20stage_Anne.doc

- notes du stage par Ben :
http://dl.dropbox.com/u/48170376/Dragon%20dreaming/NextLevel.ppt - en anglais
http://dl.dropbox.com/u/48170376/Dragon%20dreaming/SuccessfulProjects.ppt - en anglais


chevron  Partenaires vraisemblables :
le sel de Dinan : http://sel.dinan.free.fr/
Duguesclin et Tiphaine ! en Transition, initiative sur les Pays de Caulnes et Broons :
le blog www.dugentrans.wordpress.com

chevron  SUR L'EXPERIENCE de BREST :

Plusieurs éléments importants de l'expérience de Brest apparaissent sur leur site :

1. la démarches a duré 2 ans avant d'aboutir concrètement. Pour faire avancer la réflexion ils se sont réunis pratiquement une fois tous les 2 mois, entrecoupé de rencontres, conférence et autres démarches.

2. Pourquoi la monnaie Héol :
> valoriser et développer l'économie sociale et solidaire.
> Relocaliser les échanges économiques
> favoriser une économie réelle
> sensibiliser à une autre consommation
> participer à la solidarité locale.

3. Les valeurs de la monnaie Heol :
> la solidarité
> la non spéculation
> la démocratie

chevron  Plus généralement sur le site des monnaie locales:

Avantages de la monnaie locale :

> les monnaies locales ont tendance à circuler beaucoup plus rapidement que les monnaies nationales. La plus grande vélocité de la monnaie locale est le résultat d'un taux d'intérêt négatif qui encourage à dépenser la monnaie plus rapidement.

> Les monnaies locales permettent à une communauté d'utiliser pleinement les  ressources productives existantes, tout spécialement la force de travail inemployée, ce qui a un effet catalytique sur le reste de l'économie locale. Elles sont fondées sur le postulat que la communauté n'utilise pas pleinement ses capacités de production par manque de pouvoir d'achat local.

> Puisque les monnaies locales ne sont acceptées qu'au sein de la communauté, leur usage encourage l'achat de biens et de services produits localement et valables localement. Ainsi quelque soit le niveau d'activité économique, la plupart des bénéfices vont enrichir la communauté, et une part moins importante est drainée
hors de la communauté, vers d'autres parties du pays ou du monde.

> Certaines formes de monnaie complémentaire permettent de promouvoir une utilisation plus complète des ressources sur une zone géographique beaucoup plus large et aident à s'affranchir de l’obstacle de la distance

difficultés :

une difficulté courante émergeant avec de nombreuses monnaies locales est l'accumulation de monnaie, qui avec la remise soudaine dans le circuit financier de cette masse monétaire crée de l'hyperinflation. Cela est particulièrement susceptible d'arriver quand la monnaie n'est pas échangeable en monnaie nationale et qu'il n'y a que quelques vendeurs de produits de premières nécessité qui acceptent la monnaie locale pour paiement partiel ou en totalité.


chevron  Sur la question de monnaie fondante ou pas et de convertibilité vers l'euro  intéressant je trouve ce petit dialogue sur la luciole, toujours sur la plate-forme colibris:
http://colibris.ning.com/profiles/blogs/la-monnaie-luciole-est-nee-en

et donc l'ECO-RESEAU NANTAIS : L'ECORESEAU, OUTIL INCONTOURNABLE.

Il permet à quiconque le souhaite, personnes seules, familles, groupes d'amis, collectifs, associations, de mettre en oeuvre une autre façon de vivre en créant un réseau d'échanges dont le but est de satisfaire aux nécessités basiques des participants.

Chaque inscrit en est acteur. L'individu apporte au collectif, le collectif apporte à l'individu.

Tu as, comme tout un chacun , des compétences, des savoirs et ils s'étendent bien au delà de ce que tu as appris à l'école. Il peut s'agir d'une pratique (anglais, médecines alternatives, cuisine...), d'un service (garde d'enfants, lieu de stockage, ménage, jardinage, plomberie, mécanique...), ou de biens de consommation utiles.

L'EcoRéseau te propose d'offrir tes capacités contre monnaie sociale.

Cela ressemble aux interactions qui ont lieu dans les SELs. Cependant, l'EcoRéseau va au delà.

Le catalogue des offres s'étoffe au gré des inscriptions. Une fois son éventail assez étendu, on organise des événements sur l'espace public; des foires d'échanges.

Le troc et les monnaies sociales sont les seuls moyens d'accéder aux produits et services proposés dans ces foires. L’événement prenant place dans un lieu public, il est ouvert à tous. Ceux qui découvrent l'EcoRéseau à l'occasion d'une foire d'échange peuvent échanger des Euros contre de la monnaie sociale sur la base de 1€ = 1 Ms. dsf

Les Euros ainsi collectés impulsent l'activité de la centrale d'achats de l'EcoRéseau.
La centrale d'achats passe alors ses premières commandes auprès de producteurs biologiques de la région qui acceptent un pourcentage évolutif de leurs ventes en monnaie sociale. 10%...20%...30% et ainsi de suite...

Les produits issus de ces achats en grande quantité sont proposés au sein de l'EcoRéseau. On peut y accéder en Monnaie Sociale à prix coûtant, OU en Euros -->10 à 15% plus cher. Là encore, il est possible d'échanger ses euros contre de la monnaie sociale (1€ = 1Ms).

La centrale propose aussi les produits des prosommateurs (surplus des jardins, préparations culinaires, pain, mobilier, etc...)

Plus il y a de participants, plus l'EcoRéseau évolue. C'est ce qu'il s'est passé en Catalogne



Prochaine réunion :

le 15 mars 2012 à 20h30
Au café restaurant :
>  en cours
22100 Dinan




Le compte rendu du 15.12.2011 (RéAS) en PDF



up




top

perle

retour