le gaz, les gaz


 

m à j : 15 Mars 2013



 


clic
article général (Wikipédia)
clic gaz naturel
clic gaz de schiste
clic Clathrate & hydrate de méthane




le gaz, définition :

wiki  définition dans Wiki :

  • Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz tend à occuper tout le volume disponible. Cette phase constitue l'un des trois états dans lequel peut se trouver un corps pur, les autres étant les phases solide et liquide. Le passage de l'état liquide à l'état gazeux est appelé vaporisation. On qualifie alors le corps de vapeur (par exemple la vapeur d'eau).

    À basse pression, les gaz réels ont des propriétés semblables qui sont relativement bien décrites par le modèle du gaz parfait. La masse volumique d'un corps pur atteint son minimum à l'état gazeux. Elle décroît sous l'effet d'une baisse de pression (loi de Gay-Lussac et loi de Charles) ou d'une hausse de la température (on parle de dilatation des gaz). Les mouvements chaotiques des molécules qui composent le corps le rendent informe et lui permettent d'occuper entièrement l'espace clos qui le contient.
le gaz naturel, définition :

wiki  définition dans Wiki :
  • Le gaz naturel est un combustible fossile composé d'un mélange d'hydrocarbures présent naturellement dans des roches poreuses sous forme gazeuse.

    Avec 23 % de l'énergie consommée en 2005, le gaz naturel est la troisième source d'énergie la plus utilisée dans le monde après le pétrole (37 % en 2005) et le charbon (24 % en 2005).

    Son exploitation étant récente, l’étendue de ses réserves est encore assez mal connue. En 2008, elles correspondaient à 60 ans de consommation et étaient concentrées pour 40 % au Moyen-Orient. Les spécialistes estimaient alors que la Russie, l’Iran et le Qatar détenaient à eux seuls plus de 50 % des réserves mondiales. Depuis, les évolutions techniques ont permis des découvertes de gaz non conventionnel menant ainsi à une réévaluation des réserves de 60 à 250 % selon les zones1.

    L'usage du gaz naturel dans l'industrie, les usages domestiques puis la production d'électricité, se développait rapidement depuis les années 1970 et était sur le point de devancer le charbon. Cependant, avec le renchérissement observé depuis le début du xxie siècle, les tassements dans la consommation des pays développés, les besoins des pays émergents et les progrès réalisés dans le traitement du charbon, ce dernier tend à retrouver un certain essor.

    Pour autant, la production mondiale de gaz naturel a enregistré une importante croissance de 7,3 % en 20102. Cette progression tient notamment à l’exploitation récente des gaz non conventionnels. En 2010, les États-Unis sont ainsi devenus grâce à eux les premiers producteurs de gaz naturel, déclassant la Russie, qui néanmoins demeure leader en termes d’exportations1.


 


 

 

 

le gaz de schiste et ses problèmes :

Le gaz de schiste, également appelé « gaz de roche-mère » ou « gaz de shale » (en anglais : « shale gas »), est un gaz d'origine naturelle, engendré par la décomposition d'argile riche en matières organiques, et extrait à partir de terrains marneux ou argileux1. Contrairement au gaz naturel, il est piégé dans les roches poreuses qui le produisent, et il est nécessaire de détruire la structure de ces roches pour pouvoir le récupérer.

map

Il joue un rôle croissant dans l'approvisionnement en gaz aux États-Unis depuis le début du XXIe siècle. Le succès que rencontre ce nouveau type d'exploitation aux États-Unis est sous-tendu par les fortes subventions accordées, et par la législation locale, qui permet au propriétaire de mieux bénéficier des ressources du sous-sol qu'en Francenote 1.

Le potentiel gazier des schistes intéresse aussi plusieurs gouvernements du Canada, d'Europe, d'Asie et d'Australie. Divers analystes s'attendent aussi à ce que le gaz de schiste puisse accroître considérablement les approvisionnements énergétiques mondiaux2. Selon une étude du Baker Institute of Public Policy de l'Université Rice, l'augmentation de la production de gaz de schiste aux États-Unis et au Canada pourrait contribuer à empêcher la Russie, le Qatar et l'Iran de dicter des prix plus élevés pour le gaz qu'ils exportent vers l'Europe3.

Toutefois, les risques sismiques et les problèmes environnementaux constatés, et notamment la pollution de l'air et de l'eau, entrainent une forte défiance de l'opinion publique et de certains gouvernements vis-à-vis de cette ressource.

Du fait de ces intérêts antagonistes, le sujet fait l'objet de controverses via des blogs ou manifestations, ainsi que d'un lobbying de la part des compagnies impliquées.


Géologie

Illustration comparant l'exploitation des gaz de schiste à d'autres types de gisements de gaz naturel.

Le gaz de schiste est présent dans les schistes argileux sédimentaires, également appelés « shale » au Canada4. Le gaz de schiste est produit depuis des années (gaz conventionnel) dans des schistes fracturés naturellement, mais la matrice rocheuse des schistes présente une faible perméabilité. L'exploitation commerciale à grande échelle nécessite donc une fissuration artificielle de la roche pour en augmenter la perméabilité ; l'essor du gaz de schiste ces dernières années a été stimulé par l'utilisation à grande échelle de la technique de fracturation hydraulique. Le taux de récupération possible est de l'ordre de 20 à 40 %.

Les schistes qui ont un potentiel économique de production gazière partagent un certain nombre de caractéristiques ; ils sont riches en matière organique (0,5 % à 25 %)5, et sont habituellement des roches sources pétrolières dans la fenêtre de gaz thermogénique (où l'action de la chaleur et des pressions élevées convertit le pétrole en gaz naturel). Ces schistes doivent être assez fragiles et assez rigides pour se fracturer et maintenir les fractures ouvertes. Dans certaines régions, les couches schisteuses à fort rayonnement gamma naturel sont réputées plus productives : un niveau élevé de rayonnement gamma est souvent corrélé à une forte teneur en carbone organique6. Ce sont souvent des schistes gris foncés, éventuellement carbonés et calcaires.

Une partie du gaz provient des fractures naturelles, le reste étant piégé dans les pores ou absorbé dans la matière organique. Le gaz libre des fractures est immédiatement accessible ; le reste n'est libéré que plus lentement et sous la pression créée via le puits et avec l'aide d'additifs chimiques.

Procédé

Le procédé s'appuie sur le forage directionnel (souvent horizontal), associé à la fracturation hydraulique, d'un grand nombre de puits. Le forage directionnel consiste à forer non pas verticalement, mais à une profondeur et un angle qui permettent au puits de rester confiné dans la zone potentiellement productrice, comme le montre le schéma ci-dessus. La fracturation hydraulique consiste à provoquer un grand nombre de micro-fractures dans la roche contenant le gaz, permettant à celui-ci de se déplacer jusqu'au puits afin d'être récupéré en surface. La fracturation est obtenue par l'injection d'eau à haute pression dans la formation géologique, autour du point d'injection7.

On ajoute des additifs dans l'eau afin d'améliorer l'efficacité de la fracturation :

  • du sable de granulométrie adaptée, qui va s'insinuer dans les micro-fractures et empêcher qu'elles se referment ;
  • des biocides destinés à réduire la prolifération bactérienne dans le fluide et dans le puits ;
  • des lubrifiants qui favoriseront la pénétration du sable dans les micro-fractures ouvertes par la pression de l'eau ;
  • des détergents qui augmentent la désorption du gaz et donc la productivité des puits.

La multitude de puits forés en fait une technique inadaptée aux milieux urbanisés.

Les méthodes d'extraction des hydrocarbures de roche-mère actuellement employées sont anciennes: le forage horizontal est généralisé depuis les années 1980, et les débuts de la fracturation hydraulique remontent à 1948. Plus de 10 000 fracturations sont effectuées chaque année dans le monde, y compris pour la géothermie ou la production d'eau potable8. Selon des professionnels[réf. nécessaire], le coût total d'un seul forage s'élèverait entre 8 à 10 millions de dollars dont 40 à 50 % pour la plateforme de forage, 8 à 10 % pour l’acquisition des tubes et coffrages et 30 à 40 % pour la fracturation hydraulique.

Une fois l'exploitation terminée car la ressource épuisée, le forage est refermé avec des bouchons de ciment mesurant entre 50 et 100 m d'épaisseur à plusieurs niveaux différents.

Aspects économiques

Aspects micro-économiques - Rentabilité des extractions

Bien que des gaz de schiste soient exploités commercialement depuis plus d'un siècle dans le bassin des Appalaches et dans le bassin de l'Illinois aux États-Unis, ces puits n'étaient rentables sur le plan économique que grâce à une forte déréglementation et une politique active de subventions, sous forme de crédits d'impôts. La hausse des prix du gaz naturel des années 2000 et les progrès technologiques enregistrés dans le domaine de la fracturation hydraulique et des forages horizontaux ont cependant amélioré la rentabilité du gaz de schiste. Ses coûts de production sont généralement plus élevés que pour les gisements traditionnels, en raison des coûts élevés du forage horizontal et de la fracturation hydraulique. Et il existe des incertitudes sur la rentabilité de leur exploitation sur d'autres zones géographiques, d'autant que dans le même temps, la forte production aux États-Unis, liée à une demande gaz moindre a fait chuter le cours du gaz9.

L'Amérique du Nord est le chef de file dans le développement et la production de gaz de schiste. Le succès économique du Barnett Shale au Texas[réf. nécessaire] a stimulé la recherche d'autres sources de gaz de schiste aux États-Unis et au Canada.

Aspects macro-économiques - Enjeux géo-stratégiques

Alors que les zones d'exploitation de gaz naturel sont concentrées sur quelques pays, dont la Russie, les gisements de gaz de schiste sont eux présents en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. La Russie, qui détient 20 % des réserves de gaz naturel, est le premier exportateur mondial. L'exploitation des gaz de schistes permettrait ainsi aux trois autres blocs de diminuer leur dépendance à l'égard de la Russie. Une autre partie du gaz produit dans le monde provient de co-produits de la production pétrolière, et cette source d'approvisionnement diminuera au même rythme que celle du pétrole10. Pour ces raisons, et si la rentabilité est avérée, il est stratégique pour les États d'utiliser cette ressource qui leur permettrait de réduire leur dépendance énergétique. Tout comme il est stratégique pour les compagnies pétrolières d'être présentes sur ce créneau qui demande un fort savoir-faire. Aux États-Unis, où la production était initialement le fait de petites entreprises, un mouvement de concentration s'est opéré, avec le rachat de celles-ci par des entreprises pétrolières9.

Pour une partie de ses opposants, l'exploitation des gaz de schiste retarderait le développement de politiques d’efficacité et d’économie d’énergie et celui des énergies alternatives comme les énergies renouvelables[réf. nécessaire]. Ce dernier argument n'est cependant pas partagé par tous. Pour ses défenseurs, loin d'empêcher le développement des énergies renouvelables, la production d'hydrocarbures de schiste permettrait de remplacer des importations extrêmement coûteuses et risquées11.

À l'inverse, les conséquences économiques sur d'autres secteurs que l'industrie énergétiques sont insuffisamment prises en compte. Des retombées négatives, via les pollutions engendrées, ont été identifiées dans le secteur des eaux de source et eaux potables12, et ont donné lieu à une forte opposition, au moins en France, dans les secteurs du tourisme et de l'agriculture.

La conjonction d'intérêts stratégiques pour les uns, devant amener les États à subventionner le secteur, et les milliards déjà dépensés pour les autres, liés aux incertitudes sur la rentabilité de l'exploitation fait craindre l'avènement d'une bulle spéculative13.

Aspects environnementaux

Contaminations de l'eau et de l'air

Article détaillé : Controverses sur le gaz de schiste.

Les préoccupations officielles pour les impacts environnementaux et sanitaires induits par la fracturation hydraulique apparaissent vers 2010, notamment avec l'EPA qui - à la demande du Congrès américain - a décidé d'étudier (de 2010 à 2012) ses conséquences sur les eaux potables et la santé publique, après la publication d'une première synthèse en 2004, et de fortes alertes enregistrées sur la zone de Barnett Shale14 par la revue American Scientist. Ces alertes sur des émissions importantes de gaz carcinogènes dans l'environnement ont été confortées par le film documentaire Gasland de Josh Fox15. Celles sur la contamination de nappes phréatiques superficielles par du gaz et des fluides de fracturation, a fait l'objet d'explication de l'Institut Français du Pétrole, qui les attribue à un défaut de cimentation de la partie supérieure du forage16. Le congrès américain a réservé en 2010 un budget pour ces questions et l'EPA a confié à son Bureau de recherche et développement (Office of Research and Development ou ORD17) une étude scientifique à lancer en 2011, après des ateliers de travail et consultations d'experts (de juillet à septembre 2010) et appel public à expertise18 concernant les effets possibles de la fracturation hydraulique sur les ressources en eau potable. L'EPA prévoit une évaluation de l'étude par des pairs. Des manifestations de citoyens et d'associations ont eu lieu dans divers pays en opposition à ce mode d'extraction ainsi qu'à l'usage continu d'énergies fossiles.

Quel bilan en termes d'émissions de gaz à effet de serre ?

Ces données (201219) montrent que les fuites de CH4 du bassin gazier de Denver dans l'air ont été très sous-estimées par l'industrie. Ces chiffres confirment le bilan négatif du gaz de schiste en terme d'empreinte carbone, annoncé en 2011 par R Howard.

Le calcul du bilan total au regard de la contribution à l'effet de serre implique d'ajouter au CO2 issu de la combustion du gaz, celui qui est issu du pétrole dépensé pour la construction et le fonctionnement des puits, mais aussi le méthane qui fuit vers l'atmosphère lors de l'extraction et lors du transport du gaz. Des fuites sont visibles (en infrarouge, montrées par le film Gasland), et la NOAA avait déjà identifié en 2007 des panaches occasionnels d'air pollué par du méthane, du butane et du propane20, puis en 2008 à partir de nouveaux équipements dans la région, permettant un échantillonnage et analyse en temps réel qui ont montré comme origine le bassin Denver-Julesburg, où plus de 20.000 puits de pétrole et de gaz ont été forés en 40 ans. Une quantification plus fine des fuites a été faite dans ce bassin en 2011 par deux équipes distinctes, de l'Université Cornell et de l'EPA (Environmental Protection Agency) ; Ces deux équipes ont conclu en 2011 qu'on manquait encore de données fiables (peu de mesures réelles de terrain, malgré la présence de dizaines de milliers de puits) mais selon les données disponibles, les émissions de méthane provenant des gaz de schiste étaient beaucoup plus élevées que ce qu'affirmait l'industrie gazière.
Sur la base des données de l'EPA et de l'industrie gazière elle-même, Robert Howarth (Université Cornell) affirmait en 2011 dans Climatic Change Letters que l'empreinte carbone du gaz de schiste dépassait celle des puits de gaz conventionnels ;
En effet, chaque puits de gaz de schiste perd de 3,6 % à 7,9 % de son méthane dans l'atmosphère (c'est 30 % à 200 % de plus qu'à partir d'un puits conventionnel)21. R. Howart a proposé d'appliquer à ces pertes non plus l'indice de pouvoir de réchauffement global (PRG) retenu par le 4e rapport d’évaluation du GEIC (soit 72 fois le pouvoir réchauffant du CO2 pour une période de 20 ans), mais l'indice proposé en 2009, par Drew Shindell de la NASA, plus élevé de 23 % en moyenne, car intégrant les interactions climatiques des gaz à effet de serre (GES) avec les aérosols particulaires de l'air, alors l'empreinte en équivalent CO2 d’un puits de gaz de schiste en 20 ans serait de 20 à 50 % plus élevée que si on avait utilisé du charbon pour produire la même quantité d'énergie21,22.
En 2012, le caractère massif des fuites de méthane était confirmé par des analyses faites en 2011-2012, publiées dans un rapport de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) dans le journal Nature (Février 2012) ; Le CH4 perdu dans l'air l'est en quantité au moins deux fois supérieur à ce qu'annonçaient les industriels gaziers19 ; dans le bassin Denver-Julesburg (près de Denver) en exploitation ce sont dans ce bassin environ 4 % de la production qui sont perdus dans l'atmosphère (sans prendre en compte d'autres pertes à partir des systèmes de canalisations et de distribution). Ces chiffres confirment l'évaluation de Howarth de 2011, qui avait été contestée par l'industrie gazière et certains universitaires. Le processus de fracturation implique que de premiers rejets irréguliers (bulles de gaz et "rots de production" que les sociétés gazières rejettent dans l'air au début (durant un mois voire plus)19. Ce n'est que quand la production est régulière que le puits est relié à un pipeline19. En fin de vie, d'autres fuites plus diffuses peuvent survenir. Les nouvelles données de terrain montrent qu'une petite partie du CH4 perdu provenait de réservoirs de GPL (stocks avant expédition), « mais une grande partie de celui-ci (le CH4) est juste du gaz brut fuyant de l'infrastructure », avec de 2,3 à 7,7 % de perte, soit une estimation moyenne de 4 %, légèrement plus élevée que celle faite par l'université Cornell en 2011 (de 2,2 % à 3,8 %) pour les puits et la production de gaz de schiste. Cette estimation est également plus élevée que celle, précédente de l'EPA (qui a révisé sa méthodologie, « ce qui a en 2011 à peu près doublé l'inventaire officiel des émissions de l'industrie du gaz naturel au cours de la dernière décennie aux États-Unis »19. 1,9 % du gaz perdu durant la durée de vie d'un forage s'échappe du puits lui-même à la suite de la fracturation. Capter et stocker ce gaz et ceux issus du processus de fracturation est techniquement faisable, mais trop couteux selon l'industrie gazière19.
L'EPA a annoncé pour avril 2012 un règlement promouvant de tels changements en réglementant les émissions des champs gaziers19.

Robert Howard précise que le gaz de schiste aurait pu avoir un certain avantage sur le charbon s'il était uniquement brûlé dans des centrales performantes pour produire l'électricité, mais hélas, seuls 30 % du gaz américain servent à faire de l'électricité, 70 % étant affectés au chauffage individuel, qui ne bénéficie pas d'un tel avantage19.

L'administration Obama aux États-Unis estime toutefois que l'intensification de l'exploitation des gaz de schiste permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre23. Cependant, la production et le transport ne peuvent éviter des rejets accidentels ou délibérés de méthane, principal constituant du gaz naturel, dont le potentiel de réchauffement global est très élevé.

Risques sismiques

Selon le British Geological Survey, le centre britannique des tremblements de terre, il existe un lien bien connu entre fracturation hydraulique et tremblements de terre. En juin 2011, la société Cuadrilla Resources a du interrompre son activité d'exploration dans le nord-ouest de la Grande-Bretagne, en raison de plusieurs séismes de magnitude 1,5 à 2,324.

Plus qu'à la fracturation des roches, ces séismes seraient principalement dus à l'injection d'eau. Le phénomène avait été constaté dans le Colorado en 1960, alors que l'armée américaine se débarrassait par injection dans le sous-sol d'armes chimiques. Le séisme enregistré d'une magnitude de 5,5 sur l'échelle de Richter avait conduit à l'arrêt de ces injections25.

Intérêts antagonistes et lobbying

Du fait des intérêts contradictoires, et d'une sensibilité de la population plus réceptive aux aléas environnementaux directs qu'aux enjeux géopolitiques, le sujet des gaz de schiste fait l'objet de fortes controverses. Les opposants recourent à de nombreuses publications dans des blogs ou sites internet dédiés, et à des manifestations. Pour y pallier, les producteurs pétroliers mettent en place des stratégies de lobbying. En France, un cabinet d'intelligence économique se disant mandaté par le groupe Total a ainsi émis une série de recommandations visant à instaurer ce lobbying de façon active, via ce qu'il appelle une campagne de contre-information. Il décrit des « éléments de langage » propres à chaque « cible » visée tels que l'assimilation du gaz de schiste au gaz naturel, la fiabilité des procédés d'extraction, les possibles récupération et retraitement de l'eau. Concernant le grand public, il préconise de jouer sur l'affect, avec le slogan « On vous vole vos emplois ! » en faisant le parallèle avec carte du chômage et zones d'extraction. Il propose la création d'un comité d'experts (scientifiques, sociologues, économistes, politiques) dont le discours viserait à légitimer l'extraction des gaz de schiste, via un maillage des moyens de communication (blogs, Wikipédia, réseaux sociaux, Twitter, référencement dans les moteurs de recherche, applications mobiles). L'objectif affiché est de faire assimiler les contestations à des prises de positions « partisanes et idéologiques » auprès du grand public et des décideurs10.

Perspectives mondiales

Afrique

Algérie

Selon les résultats préliminaires de l’évaluation du potentiel de gaz non conventionnels commandée par le gouvernement, les réserves de gaz non conventionnel algériennes sont aussi importantes que celles des États-Unis. La loi sur les hydrocarbures devrait être modifiée afin d’introduire la réglementation nécessaire pour exploiter le gaz non conventionnel, devenu une nécessité pour permettre au pays de satisfaire la demande locale et d’assurer son indépendance énergétique à l’horizon 205026.

Amérique du Nord

Canada

Québec

Des explorations ont été faites mais la population a demandé un moratoire pour la sécurité de ses ressources, de son environnement et de sa santé.

En 2010, treize compagnies ont acquis des droits d'exploitation sur un territoire majoritairement situé dans la vallée du Saint-Laurent27.

Le projet global a récemment été estimé à environ 20,000 puits dans les régions concédées. Cela représenterait environ 40 000 km de conduits souterrains et un puits environ tous les kilomètres28.

Les industries présentes sont 29:

  • Junex Inc.
  • Gastem Inc.
  • Pétrolympia Inc.
  • 333817 Alberta Ltd
  • Molopo Canada Inc.
  • Altai Resources Inc.
  • Talisman Energy Inc.
  • 9220-5558 Québec Inc.
  • Greencastle Resources Ltd
  • Intergaz Exploration, Sec
  • Ressources & Énergie Squatex inc.
  • X-Terra Resources Corporation

États-Unis

Plateforme de forage horizontal de Chief Oil & Gas dans les Appalaches.

Le premier puits de gaz commercial foré aux États-Unis, à Fredonia (État de New-York) en 1821, était un puits de gaz de schiste de la formation de schiste du dévonien de Fredonia. Cependant, depuis la découverte des puits de pétrole Drake en 1859, la production de gaz de schiste a été éclipsée par les grands volumes produits par les réservoirs de gaz conventionnel.

En 1996, les puits de gaz de schiste aux États-Unis ne produisaient que 0,3 TCF (billion de pieds cubes: 1 TCF vaut 28,3 milliards de mètres cubes), soit 1,6 % de la production américaine de gaz; la production a plus que triplé en 2006, pour s'établir à 1,1 TCF par an, soit 5,9 % de la production nationale.
En 2005, il y avait 14 990 puits de gaz de schiste aux États-Unis30. Un nombre record de 4 185 puits de gaz de schiste ont été forés en 200731. En 2007, les gisements de gaz de schiste figuraient en bonne place parmi les principaux gisements gaziers aux États-Unis en termes de volumes produits; ainsi, le Barnett/Newark East se classait au 2e rang, tandis que l'Antrim figurait en 13e place32.

Début 2011, on compte 493 000 forages d'exploitation actifs dont 93 000 au Texas et 71 000 en Pennsylvanie.

Une étude menée par le MIT estime que le gaz naturel fournira 40 % des besoins énergétiques des États-Unis dans l'avenir, contre 20 % aujourd'hui, grâce en partie aux abondantes réserves de gaz de schiste33.

Afin de pouvoir puiser dans ces réserves, une loi est promulguée, interdisant aux propriétaires terriens de refuser un forage de gaz de schiste dans leur propriété34,35.

Le mardi 21 juin 2011, l'Arkansas Oil and Gas Commission (Commission du pétrole et du gaz de l'Arkansas), fait passer un moratoire, interdisant temporairement l'exploitation par fracturation, en raison de 1220 tremblements de terres recensés provenant de cette technique depuis le début de l'année et notablement un de magnitude 4,7 sur l'échelle de Richter36

Les opérateurs industriels étaient en 2010 au nombre de neuf :

Europe

Bien que l'Europe ne produise pas de gaz de schiste à l'heure actuelle, le succès des gaz de schiste en Amérique du Nord a incité les géologues dans un certain nombre de pays européens à examiner le potentiel de production de leurs propres schistes riches en matière organiques37,38,39,40.

La société norvégienne Statoil est impliquée dans une coentreprise avec Chesapeake Energy pour produire le gaz de schiste du Marcellus Shale dans le nord-est des États-Unis. La société a manifesté son souhait de capitaliser sur ses connaissances pour développer le gaz de schiste en Europe. La société russe Gazprom a annoncé en octobre 2009 qu'elle envisageait l'achat d'un producteur américain de gaz de schiste afin d'acquérir une expertise qu'elle pourrait utiliser pour développer le potentiel de la Russie41. Dans le Barnett Shale au Texas, la compagnie pétrolière française Total SA participe à une coentreprise avec Chesapeake Energy, alors que la société italienne ENI a acquis une participation dans Quicksilver Resources.

Les formations schisteuses propices en Europe comprennent des schistes du nord de la France42 le schiste de l'Alum dans le nord de l'Europe et les schistes du Carbonifère en Allemagne et aux Pays-Bas43

Selon la société d'études IHS-Cera 44, l'exploitation du gaz de schiste est indispensable à l'Europe pour compenser le déclin amorcé de sa production de gaz naturel conventionnel45. L’association Eurogas, Union Européenne pour l’Industrie du gaz naturel, émet elle un avis plus modéré sur le développement de gaz non conventionnels en Europe. Selon son président, Jean-François Cirelli, numéro deux du groupe énergétique GDF Suez, bien que le développement du gaz de schiste ait la capacité d’accroître les réserves mondiales de gaz et qu’il puisse compenser un déclin de la production sur le long terme, le gaz non conventionnel ne bénéficie pas d’un cadre suffisamment incitatif pour se développer46.

Par ailleurs, selon de nombreux économistes, la chute du prix du gaz aux États-Unis due à l'essor de la production des gaz non conventionnels profite aux industriels américains au détriment des Européens. Ceci est particulièrement notable dans le secteur de la chimie et de la pétrochimie, avec un écart de compétitivité croissant de part et d’autre de l’Atlantique et des transferts de capacités considérables depuis l’Europe et l’Asie vers les États- Unis47.

Allemagne

ExxonMobil détient des baux sur 750 000 hectares dans le bassin inférieur de la Saxe en Allemagne, où elle projetait de forer dix puits de gaz de schiste en 200948.

Autriche

L'exploration est en cours en Autriche. OMV travaille sur un bassin prometteur, près de Vienne49.

Danemark

Le Danemark étudie actuellement très sérieusement la possibilité d'exploiter des gaz de schiste et se lance dans la recherche de ces hydrocarbures50.

Espagne

Des prospections ont été réalisées dans la province d'Alava (sud du Pays basque) et laissent penser que la zone abrite dans son sous-sol 184,5 milliards de mètres cubes de gaz, soit 60 fois la consommation annuelle de la région Pays basque et 5 fois celle de l'Espagne51. Pas encore exploités, ces hydrocarbures de schiste sont cependant considérés par le président du gouvernement autonome basquelehendakari, le socialiste Patxi López, comme "une opportunité motrice pour le développement industriel et l'activité économique." La région prévoit de s'allier avec l’entreprise texane Heyco pour forer les premiers puits de gaz de schiste dès 201252.

France

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE) la France serait, avec la Pologne, le pays européen aux ressources en gaz de schiste les plus importantes. Les deux bassins potentiellement riches en hydrocarbures de schistes en France sont le quart nord-est et le sud-est du pays53. 64 permis d'exploration54 ont été délivrés en 2010 par Jean-Louis Borloo, faisant ensuite l'objet d'un désaveu par le gouvernement en 201155. Les conséquences environnementales, inquiétant les populations concernées ont amené les députés français à provisoirement légiférer56.

Le 30 juin 2011, la France devient le premier pays à refuser la fracturation hydraulique, une méthode jugée hautement polluante57. Cependant, d'autres techniques non conventionnelles de fracturation du schiste restent autorisées58.

Ainsi, à la suite de ce vote, trois permis d'exploration (sur un total de 64) ont été annulés59. Mais les écologistes se déclarent alors préoccupés par les 61 autres permis encore en vigueur60 en France et s'inquiètent également de l'article 4 de la loi, autorisant des « expérimentations réalisées à seules fins de recherche scientifique sous contrôle public »61.

Le 20 juillet 2012, la ministre de l'écologie Delphine Batho confirme que le gouvernement maintient clairement et nettement l'interdiction de l'exploitation des gaz de schiste : « nulle part dans le monde il n'a été prouvé que cette exploitation pouvait se faire sans dégâts considérables sur l'environnement et avec des risques importants pour la santé »62.

De son côté, la société française Total souhaite axer sa stratégie sur l'exploitation de ces gaz, et conclut des accords avec la Chine et le Qatar, qui deviennent ses premiers actionnaires63

Hongrie

ExxonMobil a foré le premier puits de gaz de schiste en Hongrie dans la fosse Mako, en 200964.

Pologne

En 2010, la Pologne importe les deux tiers de son gaz naturel de Russie. Des travaux récents indiquent que la Pologne renferme d'importantes ressources de gaz de schiste. Si les estimations récentes sont exactes, le pays jouirait de réserves de plus de 3 billions de mètres cubes65, soit plus de 200 fois la consommation annuelle. Selon l'Energy Information Administration américaine, la Pologne disposerait plutôt de 5300 milliards de m³ de réserves de gaz de schiste, soit près de 400 fois sa consommation annuelle : elle aurait alors 1/3 des réserves européennes, devant la France et la Norvège 66.

Ces ressources de gaz de schiste pourraient accroître considérablement les réserves prouvées de l'Union européenne, et réduire les importations de gaz en provenance de Russie67,68.

Outre quelques gisements en Haute et Basse Silésie, en octobre 2011, le Ministère de l'environnement polonais avait accordé environ 100 concessions, couvrant 37 000 km2 (12 % du territoire national) 66. Des gisements prometteurs se situeraient à Lublin, en Mazovie et en Poméranie66. Une dizaine de forages d'exploration sont en cours à la date d'octobre 2011 66.

En octobre 2011, 40 compagnies, la plupart canadiennes et américaines, exploitent des concessions de gaz de schiste 66. Parmi les Polonais: PGNiG, PKN Orlen, Mazovia Energy Resources et Lublin Energy Resources. Les firmes étrangères incluent Chevron, Cuadrilla, Aurelian Oil and Gas, Exxon Mobil Exploration, BNK Petroleum, Lane Energy69 et ConocoPhillips70, Lane Resources et Marathon Oil66. Total a racheté à Exxon Mobil 49 % des parts de la concession d'exploration de gaz de schiste près de Lublin 66. Marathon Oil a acquis des baux sur une importante en Pologne. La société envisage d'explorer les gaz de schiste du Silurien71.

Royaume-Uni

Eurenergy Resource Corporation a annoncé son intention de forer pour du gaz de schiste dans le bassin Weald, situé dans le sud de l'Angleterre72.

Suède

La Royal Dutch Shell évalue la viabilité des schistes d'Alum, dans le sud de la Suède, comme source de gaz de schiste73,74.

Asie-Pacifique

Australie

Beach Petroleum Limited a annoncé son intention de forer pour du gaz de schiste dans le bassin de Cooper, en Australie-Méridionale75.

Chine

La Chine s'est fixé un objectif de production de 30 milliards de mètres cubes par an à partir des schistes, ce qui équivaut à presque la moitié de sa consommation de gaz en 200849. On rapporte que les zones potentielles sont très répandues en Chine, mais encore peu développées76.

Les bassins du Sichuan, d'Ordos et de Tarim, ainsi que la municipalité de Chongqing et les provinces du Hubei, du Guizhou et du Hunan, possèderaient d'importantes réserves de ce gaz, selon une enquête du ministère chinois du Territoire et des Ressources77.

En novembre 2009, le président américain Barack Obama s'est engagé à partager les technologies d'extraction des gaz de schiste de technologie avec la Chine et à encourager les investissements américains dans le développement des gaz de schiste chinois78.

La Chine a ouvert un centre national de recherche sur le gaz de schiste en août 2010 semble souhaiter accélérer la production de gaz de schiste avec ses propres technologies afin d’atteindre l’objectif national de production de 6,5 milliards de m3 de gaz de schiste en 2015 79.

Inde

Reliance Industries Limited (E & P), RNRL et Genpact ont exprimé leur intérêt dans le développement des gaz de schiste en Inde. Reliance Industries a investi 1,7 milliard de dollars pour acquérir une participation de 40 % dans Atlas Energy, qui possède des droits gaziers dans le Marcellus Shale dans le nord-est des États-Unis80. L'exploitation des gaz de schiste en Inde est compliquée par le fait que les baux d'exploration pétrolière émis par le gouvernement ne sont valides que pour les ressources conventionnelles et ne comprennent pas les sources non conventionnelles, comme le gaz de schiste81.

En août 2010, une délégation de fonctionnaires du Ministère du Pétrole, dirigée par le directeur général des hydrocarbures, a rencontré des représentants de l'US Geological Survey à Washington dans le but d'établir une collaboration afin d'identifier et d'exploiter cette ressource en Inde. Les géologues indiens ont procédé à l'identification préliminaire de certaines zones propices, dont le bassin de Cambay au Gujarat, le bassin Assam-Arakan dans le nord de l'Inde, et le bassin du Gondwana dans le centre du pays82.

Notes et références

Notes

  1. En France, la propriété du sol entraîne propriété du sous-sol (article 552 du code civil), mais le code minier prévoit que les gisements miniers ne peuvent être exploités qu'avec l'autorisation de l'État et pas nécessairement au profit du propriétaire.

Références

  1. Et non pas dans des terrains schisteux comme pourrait le laisser croire la mauvaise traduction, désormais entrée dans les mœurs, du terme anglais shale
  2. (en) Clifford Krauss, « New way to tap gas may expand global supplies », dans New York Times, 9 octobre 2009 [texte intégral [archive]]
  3. (en) Rice University, « US-Canadian shale could neutralize Russian energy threat to Europeans [archive] » sur News and Media Relations, 8 mai 2009. Consulté le 2010-09-20
  4. Jean-Claude Dionne, « Le vocable schiste sera-t-il bientôt réhabilité à cause du gaz ? », dans Bulletin de l'association québécoise pour l’étude du Quaternaire, vol. 35, no 3, décembre 2010, p. 3-5 [texte intégral [archive] (page consultée le 11 octobre 2011)]
  5. (en) US Department of Energy, Modern shale gas development in the United States, Washington, D.C., US Department of Energy, avril 2009, p. 17
  6. Steven Schame et Jeffery Quick, Manning Canyon Shale: Utah’s Newest Shale Gas Resource [archive]; GEOX, 2010)
  7. vidéo : le schiste bitumineux [archive] sur ina.fr
  8. Peut-on extraire proprement le gaz de schiste ? [archive], Le Figaro, 17 février 2012
  9. a et b L'intérêt du gaz de schiste pour la France - Analyse critique du débat sur le dossier gaz de schiste [archive] Le réseau d'experts en intelligence économique AEGE, 8 juillet 2011[PDF]
  10. Indispensable gaz de schiste [archive], Le Monde, 26 août 2011
  11. Le gaz de schiste contaminerait l'eau potable selon une étude américaine [archive] Radio Canada, 10 mai 2011
  12. Le potentiel à bulles du gaz de schiste [archive] NextFinances, mars 2011
  13. David Biello ; What the Frack? Natural Gas from Subterranean Shale Promises U.S. Energy Independence--With Environmental Costs [archive], American Scientist, 2010/03/30, consulté 2011/01/09
  14. Extraits/Bande annonce [archive] du film 2010 et film complet, avec sous-titres en Français [archive]
  15. Les gaz de schistes (shale gas) [archive], par IFP - Énergies nouvelles consulté 2011/01/06
  16. Page d'accueil de l' Office of Research and Development ou ORD [archive] qui est le Bureau de recherche et développement de l'EPA(
  17. EPA Technical Workshops EPA ; Study of the Relationship Between Hydraulic Fracturing and Drinking Water ; February-March, 2011 [archive], consulté 2010/01/09
  18. a, b, c, d, e, f, g et h Jeff Tollefson, Air sampling reveals high emissions from gas field Methane leaks during production may offset climate benefits of natural gas ; Journal Nature, 2012-02-07
  19. Echantillonnage fait à 300-mètres de hauteur à partir d'une tour de surveillance de l'air au nord de Denver
  20. a et b Valéry Laramée de Tannenberg, [Le bilan carbone des gaz de schiste plus élevé que prévu], Journal de l'environnement, 13 avril 2011
  21. Valéry Laramée de Tannenberg, Gaz de schiste: la fuite fatale [archive] 2012-02-17
  22. Gouvernement des États-Unis, « Statement on U.S.-China shale gas resource initiative [archive] » sur White House, Office of the Press Secretary, 17 novembre 2009
  23. L'exploration de gaz de schiste provoque des séismes en Grande-Bretagne [archive] Radio-Canada, 1 juin 2012
  24. Malgré le risque sismique, l'injection des eaux usées est envisagée au Québec [archive] La Presse, 5 janvier 2012
  25. Gaz de schiste : l'Algérie prête à se lancer dans son exploitation [archive], La Tribune, 20 mars 2012
  26. Ministère des ressources naturelles du Québec, 2ième trimestre, 2010
  27. AQLPA: Association québécoise de la lutte contre la pollution atmosphérique
  28. Ministère des ressources naturelles du Québec, 2ième trimestre, 2010
  29. (en) Vello A. Kuuskraa, « Reserves, production grew greatly during last decade », dans Oil & Gas Journal, 3 septembre 2007, p. 35-39
  30. (en) Louise S. Durham, « Prices, technology make shales hot », dans AAPG Explorer, juillet 2008, p. 10
  31. (en) US Energy Information Administration, Top 100 oil and gas fields [lire en ligne [archive] (page consultée le 2009-02-18)]
  32. (en) Matthew L. Wald, « Study Says Natural Gas Use Likely to Double », dans New York Times, New York, 25 juin 2010 [texte intégral [archive] (page consultée le 2010-09-20)]
  33. (en) Forced Pooling: When Landowners Can’t Say No to Drilling [archive] par Marie C. Baca, le 19 mai 2011 sur ProPublica.org
  34. (en) State Laws Can Compel Landowners to Accept Gas and Oil Drilling [archive], liens vers les différents textes de lois sur les sites légaux des ÉUA, relatifs au forages forcés, sur Propublica.org
  35. (en) Arkansas: Closing of Wells Is Sought [archive] sur le NY Times
  36. GFZ, « Gas shales in Europe [archive] »
  37. (en) David Jolly,, « Europe starting search for shale gas », dans International Herald Tribune, 22 août 2008 [texte intégral [archive] (page consultée le 2009-03-19)]
  38. (en) Peggy Williams, « Europe needs home-grown gas », dans E&P, 25 septembre 2009 [texte intégral [archive] (page consultée le 2009-10-25)]
  39. (en) Danny Fortson, « Shale gas blasts open world energy market », dans The Sunday Times, Londres, 1er novembre 2009 [texte intégral [archive]]
  40. (en) Bloomberg, « Gazprom takes a look at U.S. shale-gas producer », dans Moscow Times, Moscou, 22 octobre 2009 [texte intégral [archive]]
  41. (en) Doris Leblond, « European shale gas prospects heat up [archive] » sur PennEnergy, 29 mai 2009. Consulté le 2009-06-10
  42. (en) AAPG Annual Convention, « Shale gas in Europe - overview, potential and research (abs.) [archive] », 8 juin 2009. Consulté le 2009-03-26
  43. IHS-CERA Présentation du département Cera [archive] IHS
  44. Gaz de schiste : l’Europe peut-elle faire sans ? [archive], Matthieu Auzanneau, Blog Pétrole, LeMonde.fr, 14 mars 2011
  45. Karel Beckman, « L’Expansion « Cirelli: «les gaz de schiste ne se développeront pas autant en Europe qu’aux Etats-Unis» [archive] », 12 mai 2011
  46. L'industrie américaine plus compétitive grâce aux gaz de schiste [archive], Les Echos, 28 février 2012
  47. (en) Russell Gold, « Exxon shale-gas find looks big », dans Wall Street Journal, New York, 13 juillet 2009 [texte intégral [archive] (page consultée le 2009-10-25)]
  48. a et b (en) « An unconventional glut », dans The Economist, The Economist Newspaper Limited, vol. 394, no 8673, 13–19 mars 2010, p. 67–69 [texte intégral [archive]]
  49. Gaz de schiste : la cacophonie mondiale [archive], L'Hémicycle, 19 octobre 2011
  50. Euskadi anuncia el hallazgo de gas para cinco años de consumo español [archive], El Pais, 15 octobre 2011
  51. La région du Pays basque veut exploiter son gaz de schiste [archive], Courrier International, 18 octobre 2011
  52. − {{lien web − |url=http://www.atlantico.fr/decryptage/gaz-schiste-energie-dangers-chance-exploitation-forage-permis-79617.html [archive] − |titre=Gaz de schiste: espoirs, et craintes − |éditeur=Atlantico.fr − |date=17 avril 2011 − |consulté le=15 juin 2011}}
  53. Pétrole, gaz : le point sur les 64 permis en vigueur en France [archive] Le Parisien, 03 octobre 2011
  54. Gaz de schiste: Borloo a fait une"erreur" affirme Kosciusko-Morizet [archive] Le Point, 10 mai 2011
  55. Gaz de schiste : le Sénat adopte le texte, la polémique continue [archive] Public Sénat, 9 juin 2011
  56. http://www.romandie.com/news/n/_Gaz_de_schiste_la_France_interdit_la_technique_de_fracturation_hydraulique300620112106.asp [archive]
  57. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024361355 [archive]
  58. Nîmes Gaz de schiste : les militants restent mobilisés malgré l'abrogation de trois permis [archive] Le Midi-libre, 11 octobre 2011
  59. Le gouvernement va abroger les permis accordés pour le gaz de schiste [archive] Le Monde, 03 octobre 2011
  60. Dossier Gaz de schiste [archive] FRAPNA Drome
  61. Le gouvernement n'envisage pas de revenir sur l'interdiction de la fracture hydraulique [archive]
  62. La Chine prend 2 % du capital de Total [archive] Les Échos, 18 mars 2012
  63. (en) Jack Z. Smith, « Barnett Shale seen as model for drillers worldwide », dans Fort Worth Star-Telegram, Fort Worth, TX, 29 septembre 2009 [texte intégral [archive] (page consultée le 2009-10-25)]
  64. « Will Polish shale gas revolutionize the global market? », dans TheNews.pl, 10 juin 2010 [texte intégral [archive]]
  65. a, b, c, d, e, f et g Etat du gaz de schiste en Pologne [archive], Bulletins électroniques, 26 octobre 2011
  66. (en) « Dash for Poland’s gas could end Russian stranglehold », dans The Times, Londres, 5 avril 2010 [texte intégral [archive]]
  67. (en) BBC, « Should Gazprom fear shale gas revolution? », dans BBC News, 8 avril 2010 [texte intégral [archive]]
  68. (en) David Jolly, « Europe starting search for shale gas », dans New York Times, New York, 22 août 2008 [texte intégral [archive]]
  69. (en) Reuters, « Conoco sees promise in Polish shale gas-exec », dans Reuters, 9 septembre 2009 [texte intégral [archive]]
  70. Louise S. Durham, « Poland Silurian shale ready for action », dans AAPG Explorer, février 2010, p. 14-18
  71. (en) Reuters, « Eurenergy Resources Corporation awarded oil & gas concessions in Europe's East Paris Basin and Weald Basin », dans Reuters, 18 mars 2009 [texte intégral [archive] (page consultée le 2009-04-15)]
  72. (en) Royal Dutch Shell, Annual Report and Form 20-F for the year ending December 31, 2008, 2009 [lire en ligne [archive] (page consultée le 2009-04-16)], p. 25
  73. (en) Svenska Shell, « Skane natural gas website [archive] ». Consulté le 2009-05-27
  74. (en) Cameron England, « Beach Petroleum eyes shale gas project », dans Adelaide Now, 16 novembre 2009 [texte intégral [archive]]
  75. (en) Zinchuan Zhang, « Unconventional gas systems in China », dans 33rd International Geological Congress, Oslo, 6–14 août 2008 [texte intégral [archive]]
  76. [http://french.cri.cn/621/2012/06/26/301s285897.htm [archive] La Chine doit accélérer le développement du gaz de schiste Radio Chine Internationale, 26 juin 2012
  77. (en) Jesse Lee, « The US and China: towards a clean energy economy [archive] » sur White House Blog, 17 novembre 2009. Consulté le 2010-09-20
  78. [http://french.cri.cn/621/2012/06/26/301s285897.htm [archive] La Chine doit accélérer le développement du gaz de schiste Radio Chine Internationale, 26 juin 2012
  79. (en) Louise S. Durham, « Marcellus poised for even more attention », dans AAPG Explorer, juillet 2010, p. 24
  80. (en) S.A. Aiyar, « Shale Gas: Could it be a new energy source? », dans Times of India, 9 août 2009 [texte intégral [archive]]
  81. (en) R. Suryamurthy, « Shale gas mission to US », dans Calcutta Telegraph, 5 juillet 2010 [texte intégral [archive]]

Bibliographie

Filmographie

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

 


 

Dans la presse :

logo

monde 
te > Pourquoi il faut dire non aux gaz de schiste en France (22.08.2012)




 

retour