décroissance

 S

 m à j : 10 Avril 2013

 





1. Définition(s)
2. Enjeux
3. Documents
4. Presse
5. Pierre RABHI 

 








1. Définition(s) :
wiki > Décroissance (économie)

La décroissance est un ensemble d'idées soutenues par certains mouvements anti-productivistes, anti-consuméristes et écologistes appelés objecteurs de croissance. Ils rejettent l'objectif, en tant que tel, du maintien d'un taux de croissance économique positif ; certains prônent même une réduction contrôlée de l'activité économique, ce qui correspond à un taux négatif. Le terme est parfois complété par des adjectifs tels que "décroissance soutenable " ou "décroissance conviviale ". Une autre appellation, plus récente, est "objection de croissance ".

S

Le point de vue des défenseurs du développement durable, ou développement soutenable, s'oppose à celui des objecteurs de croissance, également appelés "décroissants " dans la presse, car il ne remet pas en question l'idéal de croissance. Les partisans de la décroissance contestent en effet l'idée d'un développement économique infini : selon eux, le taux de production et de consommation ne peut pas être durablement accru ni même maintenu, dans la mesure où la création de richesse mesurée par les indicateurs économiques comme le PIB correspond à une destruction du capital naturel et que ce dernier est épuisable.

Les objecteurs de croissance prônent au plan individuel la démarche dite de simplicité volontaire et, au plan global, une relocalisation des activités économiques afin de réduire l'empreinte écologique et les dépenses énergétiques.

banc "Penser un autre monde", graffiti sur un banc de Neuchâtel, Suisse.

Origines

Relativement récente, l'idée de décroissance trouve son fondement chez différents penseurs du XIXe siècle et du XXe siècle qui ont en commun de critiquer le concept même de croissance selon une optique civilisationnelle, du fait qu'elle met en péril l'équilibre des liens séculiers unissant l'homme et la nature (fondements de l'écologie) et, corollairement, le socle des valeurs qui scellent ces liens (principes politiques ou plus largement éthiques). C'est en particulier le cas, à partir des années 1930, de deux penseurs bordelais : Jacques Ellul et Bernard Charbonneau.

Le concept de décroissance n'apparaît qu'à la fin des années 1960 et se présente comme une recherche de solution (politique, économique, juridique...) aux nuisances majeures (écologiques, économiques et/ou d'ordre psycho-social) qu'engendre la croissance, laquelle est alors à son zénith dans les pays dits développés (période des Trente Glorieuses). Les premiers efforts de théorisation se manifestent au sein du Club de Rome et chez l'économiste et mathématicien roumain Nicholas Georgescu-Roegen, lequel est à l'origine du terme décroissance.

Portant un intérêt particulier à l'articulation de l'individuel et du collectif, notamment via la démarche de simplicité volontaire, de nombreux partisans de la décroissance reconnaissent une dette intellectuelle envers Gandhi. Des considérations d'ordre spirituel sont ainsi invoquées pour dénoncer l'idéologie de croissance en tant qu'avatar d'une conception du monde étroitement matérialiste et marchande, qui ne prend en considération que les intérêts financiers des individus, qui plus est uniquement à court terme. On retrouve par exemple aujourd'hui cette approche chez Pierre Rabhi.

Ancien prêtre, Ivan Illich fonde comme Ellul (dont il est un fervent lecteur) sa critique du productivisme sur des arguments associant dialectiquement le spirituel et l'analyse sociologique.

Mais la majorité des critiques de la croissance sont centrés sur la sociologie. Citons, en France, les cas de Jean Baudrillard et André Gorz ainsi que les penseurs de la Revue du MAUSS (en particulier l'économiste Serge Latouche). Tous avancent des thèses invitant à approfondir l'idée de décroissance dans une perspective politique.

Mais le problème rencontré par l'ensemble des théoriciens de la décroissance (qu'ils soient de sensibilité spiritualiste ou matérialiste) est précisément leur incapacité à modéliser leurs idées, c'est-à-dire à les traduire dans le champ politique. Jacques Ellul fera de cette incapacité même un de ses principaux objets d'étude.


Origine des mouvements décroissants

Les mouvements en faveur de la décroissance peuvent trouver comme précurseurs le vieux courant de pensée anti-industriel du XIXe siècle, situé à la lisière du christianisme et de certaines tendances du socialisme, qui s'est notamment exprimé en Grande-Bretagne à travers John Ruskin et le mouvement Arts & Crafts (1819-1900), aux États-Unis à travers Henry David Thoreau (1817-1862) et en Russie à travers Léon Tolstoï (1828-1911). On pourrait aussi citer comme autres précurseurs possibles, le luddisme, mouvement de sabotage sélectif de certaines machines, et aussi les premières formes du syndicalisme ouvrier.

La critique de la société de consommation véhiculée par ces mouvements, et l'esprit du mouvement antipub souvent proches de la décroissance, peuvent trouver des similitudes sur certains points avec les courants de pensée soixante-huitards, ainsi que certaines thèses de l'Internationale situationniste. Cette influence n'est cependant pas totale, car les décroissants adoptent généralement une vision plus réformiste que révolutionnaire.


Thèses d'Ellul et Charbonneau

En 1934, au sein de la mouvance personnaliste, Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, que l'on considère souvent comme les fondateurs de l'écologie, font partie des tout premiers en France à critiquer l'idéologie productiviste, allant jusqu'à prôner une "révolution" pour la combattre, mais une révolution dans laquelle l'État ne jouerait aucun rôle et devrait même être écarté.

Si la notion de décroissance traverse toute l’œuvre d'Ellul, celui-ci n'emploiera jamais le terme lui-même, considérant en effet dès ces années 1930 que le préalable à l'abandon du productivisme est un travail que chaque personne doit mener sur elle-même : "Toute révolution doit être immédiate, c’est-à-dire qu’elle doit commencer à l'intérieur de chaque individu par une transformation de sa façon de juger (...) et d’agir. C'est pourquoi la révolution ne peut plus être un mouvement de masse et un grand remue-ménage (…) ; il est impossible de se dire révolutionnaire sans être révolutionnaire, c'est-à-dire sans changer de vie". En 1988, il intitule "Inventer l'homme" la conclusion de son livre Le bluff technologique.

Ellul considère que l'on ne peut sortir de la croissance qu'en dépassant le discours politique (l'URSS est tout autant productiviste que les USA) et par conséquent le discours économiste: de la même manière, estime t-il, que l'économie conditionne la politique, la technique conditionne et détermine l'économie. Il faut "dépasser Marx", écrit-il en 1954, c'est-à-dire "réactualiser sa pensée" : "il est vain de déblatérer contre le capitalisme : ce n'est plus lui qui crée ce monde mais la machine".

Il précise en 1981 : "Le capitalisme est une réalité historiquement dépassée. Il peut bien durer un siècle encore, cela n'a plus d'intérêt historique. Ce qui est nouveau et déterminant, c'est le développement de la technique.". Non seulement "croire que l'on modifiera quoi que ce soit par la voie institutionnelle est illusoire", mais la politique dans son ensemble est une illusion dans la mesure où elle est désormais tout entière gouvernée par la technique.

  • Concernant la question "comment l'homme peut-il reprendre le contrôle de la technique ?", lire infra : "Critique ellulienne".


Rapports du Club de Rome
En 1968, le Club de Rome commande à une équipe de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology un rapport pour analyser les conséquences planétaires des hypothèses envisageables pour les politiques économiques et industrielles. Ce rapport publié en 1972, intitulé Limits to Growth (Halte à la croissance ? dans son édition française), est la première étude importante soulignant les dangers économiques de la croissance de la consommation des matières premières et de la croissance démographique que connaît alors le monde.

Un second rapport intitulé Sortir de l'ère du gaspillage : demain fut publié en 1974. Un troisième rapport, non traduit en français, existe : Review of Limits to Growth: The 30-Year Update.
  • le rapport Meadows vient d'être traduit et publié en français (31.05.2012)


Ces rapports, également connus sous le nom de rapports Meadows, ne sont pas au sens strict des textes fondateurs de la décroissance, car ils ont alors été présentés comme défendant la "croissance zéro". Ils sont cependant considérés comme les premières études "officielles" présentant explicitement la croissance économique comme un facteur essentiel de l'aggravation des dérèglements planétaires (pollution, pénuries de matières premières, destruction des écosystèmes, etc.), et sont parmi les premiers écrits qui remettent en cause le modèle de croissance de l'après-guerre.


Thèse de Nicholas Georgescu-Roegen

Nicholas Georgescu-Roegen est considéré comme l'inventeur du concept de décroissance et son principal théoricien. Il publie en 1971 un ouvrage titré The Entropy Law and the Economic Process. En 1979, Jacques Grinevald traduit l'ouvrage sous le titre Demain la décroissance. Entropie, écologie, économie.

Nicholas Georgescu-Roegen estime que le modèle économique néoclassique est fondé sur le paradigme de la mécanique newtonienne et ne prend pas en compte le principe de la dégradation de l'énergie et de la matière. Il se fonde quant à lui sur le paradigme de la thermodynamique et introduit le principe d'entropie (deuxième principe de la thermodynamique) dans son modèle économique.

Il associe aux flux économiques de la matière et de l'énergie qui par le biais des différents processus de production se dégradent de manière irréversible. Par exemple les matières premières utilisées pour la construction des ordinateurs sont fragmentées et disséminées à travers toute la planète et il devient pratiquement impossible de reconstituer les minerais d'origine. Quant à l'énergie utilisée pour leur fabrication, elle est dissipée à jamais.


Problématiques écologiques et sociales

Le concept de décroissance rencontre un écho important dans le débat public pour différentes raisons, problématiques, et conjonctures :

Épuisement des ressources énergétiques :
  • pétrole (pic pétrolier mondial arrivant entre 2006 et 2040 selon les prévisions des compagnies et des gouvernements, ou qui serait déjà passé en 2005 selon Colin Campbell de l'ASPO),
  • gaz (70 ans),
  • uranium (entre 50 et 220 ans),
  • charbon (200 ans) (au rythme actuel de consommation).

Q

Augmentation du prix de l'extraction des ressources qui diminuent (et qui nécessitent un investissement en énergie et en matériaux, supérieurs au investissements passés)

Raréfaction de nombreuses autres ressources minières : indium, nickel, cobalt (ces deux derniers éléments entrent dans la composition de certains aciers), cuivre, iridium[réf. nécessaire], etc.

Dégradation de l’environnement : effet de serre, dérèglement du climat, diminution de la biodiversité, pollutions diverses. Corollaire : dégradation de la santé des populations. Stérilité, allergies, malformations, troubles mentaux et augmentation du cancer en France de 63 % de 1980 à 2000 (280 000 cas, dont seuls 30 % sont imputables au tabac et à l’alcool), bien que le vieillissement de la population soit aussi un facteur multiplicateur.

Q

Évolution du mode de vie des pays développés : transports, traitement des déchets, alimentation (obésité dans les pays développés, malnutrition dans les pays pauvres).

Exploitation des ressources des pays du Sud au profit de ceux du Nord, ressources énergétiques et minières, et ressources agricoles (cultures fourragères au détriment des cultures vivrières). Exploitation parfois considérée comme "néo-coloniale" ou "post-coloniale". + 'land-grabbing'

Problème de l'empreinte écologique (en hectares) du mode de vie des populations riches d'Europe et d'Amérique du nord (c’est-à-dire la surface estimée nécessaire pour produire ses ressources consommées et pour absorber ses déchets et pollutions). Les estimations montrent, par exemple, qu'il faudrait entre 3 et 8 planètes Terre pour que la population mondiale puisse vivre à la manière d'un Européen.

Répartition inéquitable de l'accès aux ressources et aux richesses produites, dans les pays du Nord comme du Sud, et entre les populations du Nord et du Sud.

Déclin d'autres explications de la crise écologique, telles que le marxisme. Le fait que les pays qui se réclamaient du marxisme ne protégeaient pas mieux la planète que les autres pays menait à la conclusion que le marxisme était incapable de proposer une solution à la crise écologique.

Le concept de décroissance tente de montrer qu'augmenter constamment la production de biens et services augmente nécessairement la consommation des ressources naturelles, ne faisant donc qu'accélérer le moment de leur épuisement complet. Il tente de montrer aussi que la dématérialisation de l'économie, espérée par les partisans de la croissance, est un leurre.

Pour certains de ses partisans, l'arrêt de la croissance sera, tôt ou tard, imposé par la raréfaction des ressources naturelles, en particulier des ressources en énergie (pétrole, gaz, charbon et uranium). Selon Yves Cochet, "On n'a pas à choisir si l'on est pour ou contre la décroissance, elle est inéluctable, elle arrivera qu'on le veuille ou non".

La question est donc selon eux de la choisir maintenant afin d'enrayer les risques qui peuvent survenir dans un futur assez proche : pénuries, dépassement des pics de l'énergie et tensions géopolitiques qui pourraient en découler, ou d'attendre que ces événements arrivent pour la choisir. C'est dans cette logique qu'ils critiquent vivement la classe politique contemporaine qui considère la croissance comme la solution aux problèmes actuels de société, alors qu'elle en serait la cause.


Présentation

Le concept de "décroissance" naît d'une remise en cause du concept de croissance économique et de l'outil privilégié de sa mesure, le PIB.

Les promoteurs du concept de décroissance affirment que la croissance telle que mesurée par le PIB n'est "que quantitative" (par opposition à qualitative), puisqu'elle ne mesure que l'augmentation de la production et de la vente de biens et services sans tenir compte du bien-être des populations, de la santé des éco-systèmes et des équilibres climatiques. Ils privilégient des indices de développement alternatifs tels que l'indice de développement humain (IDH), l'empreinte écologique, l'indice de santé sociale. Ce type de développement économique s'oppose aux "valeurs humaines".

Les partisans de la décroissance affirment que la croissance telle que mesurée par le PIB est fausse sur le plan économique car elle ne comptabilise pas l'épuisement du stock des matières premières indispensables au système. Elle ne tient pas compte du fait que la Terre est limitée aussi bien dans ses ressources naturelles que dans sa capacité à supporter la destruction de son biotope (résilience).

pin

La théorie appelée "bioéconomie" telle qu'exprimée par Nicholas Georgescu-Roegen dans The Entropy law and the Economic Process (1971) fait partie des fondements de la décroissance, tout comme les critiques de l'industrialisation des années 1950, 60 et 70, comme celles de Günther Anders (L'Obsolescence de l'homme, 1956), d'Hannah Arendt (Condition de l'homme moderne, 1958) et du Club de Rome, à travers notamment le rapport Meadows de 1972 qui a pour titre français Halte à la croissance ?, ou encore celle d'Ivan Illich avec La Convivialité (1973).


Critique des catégories de l'économie

Les partisans de la décroissance affirment que la recherche d’une évaluation de l’évolution des richesses, liée aussi bien à des besoins politiques que scientifiques, a conduit les économistes à créer des indicateurs ne prenant en compte que les aspects mesurables des richesses qui sont unifiées à travers leur équivalence monétaire. (Ce qui englobe aussi bien les marchandises stricto sensu que les services non marchands, produits par les administrations publiques et les associations qui sont eux aussi mesurés dans la comptabilité nationale.) Les tenants de la décroissance arguent que la mesure du PIB est une mesure abstraite ne prenant pas en compte le bien-être des populations ni la pérennité des éco-systèmes.

En effet, de nombreux éléments de la richesse ne sont pas pris en compte dans la mesure du Produit Intérieur Brut : les ressources naturelles, mais aussi les loisirs non marchands, les activités sociales et politiques qui représentent des déterminants importants de la qualité de vie perçue, et qui risquent d’être négligés par la trop grande attention portée à l’indicateur partiel qu’est le PIB.

Réciproquement, certaines activités sont prises en compte dans la mesure du PIB, qui sont pourtant généralement perçues comme n'allant pas dans le sens de "l'utilité et la jouissance de l'espèce humaine". L'exemple souvent repris dans la littérature sur la décroissance est l'exemple économique classique, critiqué par Frédéric Bastiat dans son sophisme de la vitre cassée,

La vitre cassée est le titre du chapitre I de 'Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas'. Bastiat part d'une histoire, celle du fils de 'Jacques Bonhomme' qui casse un carreau de vitre, et de la réaction des badauds : "À quelque chose malheur est bon. De tels accidents font aller l'industrie. Il faut que tout le monde vive. Que deviendraient les vitriers, si l'on ne cassait jamais de vitre ?"

Bastiat reconnaît que le coût de réparation de la vitre (six francs de l'époque) bénéficie bien directement à l'industrie vitrière ("ce qui se voit"), mais il s'oppose à la conclusion qu'il en résulte un bénéfice pour l'industrie tout entière, car cela néglige les autres usages qui auraient pu être faits de ces six francs ("ce qui ne se voit pas"). De plus, si la vitre n'avait pas été brisée, Jacques Bonhomme aurait pu consacrer le même argent à l'achat d'une paire de chaussures, et "aurait eu tout à la fois la jouissance d'une paire de souliers et celle d'une vitre."

Il en conclut que "la société perd la valeur des objets inutilement détruits", ce qu'il résume par : "destruction n'est pas profit."

Certains y voient en creux une critique des indicateurs économiques "classiques" (le PIB et la valeur ajoutée) au détriment du patrimoine et d'autres y voient même une critique envers l'obsolescence programmée.


mis en lumière par John Maynard Keynes et repris par Jean Gadrey et Florence Jany-Catrice.

De ces décalages entre le concept de richesse et sa représentation par le PIB, il peut résulter des critiques sur les moyens de mesure de la richesse plutôt qu'à la notion de croissance elle-même. Elles ne forment cependant pas l'intégralité des approches discutées dans le cadre de la décroissance puisque d'autres sont fondées sur la critique, à la fois plus radicale et plus générale, de l'invention de l'économie . Une partie de la mouvance de la décroissance propose de "sortir de l’économie" et remet en cause les catégories de base de l’économie : les "besoins", les "ressources", la "rareté", la "valeur", la "richesse", la "pauvreté", l’argent, le salaire, la valeur d’échange, les prix, le pouvoir d'achat, le crédit et l'intérêt, les "lois économiques", etc.


Décroissance et développement durable

La décroissance s'oppose au productivisme économique proposé comme modèle depuis l'ère industrielle. Elle s'oppose donc en partie au développement durable lorsqu'il est défini comme nécessitant une croissance durable ou continue des systèmes de production matérielle et marchande et d'échange de biens et valeurs financières.

Pour les partisans de la décroissance, une société qui consomme toujours plus de ressources ne peut pas être respectueuse de l'environnement et sera rapidement confrontée au manque de certaines ressources vitales. Ils estiment que pour être durable et soutenable sur une planète finie, le développement humain devra au contraire pouvoir se passer d'une croissance matérielle perpétuelle, au profit de réponses justes aux besoins matériels et socio-psychiques (incluant la santé et la sécurité affective, individuelle et collective), et au profit d'une croissance partagée de la qualité et du plaisir de vie, du savoir et des cultures.

La critique de la croissance passe toutefois nécessairement par une réflexion sur ce qu'est le "progrès", qui comme le "développement", est une vision unidirectionnelle de l'histoire ; aussi grossière que l'a été l'évolutionnisme social, théorie qui a prévalu aux temps de la colonisation.

Ce productivisme est, depuis peu, partiellement remis en question par le "développement durable", concept qui est souvent vu par les partisans de la décroissance comme un oxymore (une contradiction dans les termes) : ceux-ci soutiennent qu'avec les déséquilibres qu’il entretient, (20 % de la population planétaire représentent déjà 86 % de la consommation privée), le développement ne peut pas être durable. La croissance économique pourrait cependant être conjuguée avec une diminution des ressources naturelles consommées si l'intensité énergétique diminue plus vite que l'économie ne croît.


Décroissance et pays peu développés

Certains tenants de la décroissance envisagent une croissance pour les zones peu développées et les communautés et individus les plus pauvres, mais considèrent que le processus n'est pas "durable" :
Un développement durable impliquerait de toujours différencier le développement qualitatif et humain (le développement du bien-être, scolaire, culturel et de règles de fonctionnement communautaires harmonieuses, etc.) des aspects matériels limités par leur consommation de ressource. La biodiversité doit être préservée. Le développement devient alors nécessairement un "écodéveloppement" plus respectueux de l'environnement et de l'Homme (d'où les idées émergentes de haute qualité environnementale et d'écocertification plus ou moins bien appliquées selon les cas). Pour atteindre ce but :

Il faut préserver les populations d'une conjoncture mondiale de fin des ressources vitales. La relocalisation des économies (priorité à la production et à la consommation locales et à la réduction des transports motorisés) en est un des moyens proposés.

Il est nécessaire de faire profiter les zones pauvres des meilleures techniques et stratégies en matière d'efficacité énergétique et écologique.

Des idées récemment reformulées, mais qui étaient embryonnaires dans l'écodéveloppement d'Ignacy Sachs ou de René Dumont puis de René Passet sont la notion de "remboursement de la dette écologique", voire d'une dette sociale, et une réduction partagée et équitable de l'empreinte écologique, dans une vision de développement solidaire.


Décroissance et technologie

La décroissance pose aussi le problème de la fuite en avant technologique. Jacques Ellul s'attache à en faire la démonstration tout au fil de son œuvre, en particulier, dès 1954, dans son livre La technique ou l'enjeu du siècle, dans lequel il affirme qu'à partir du XXe siècle, la technique est devenue un "facteur autonome", "régissant les destinées de l'homme bien plus que celui-ci ne croit la maîtriser".

Si la croyance en un "sens de l'histoire" semble avoir disparu, survit une vision scientiste de l'humanité, dernier avatar d'une conception évolutionniste de l'homme et de l'histoire.

Le mouvement de la décroissance, principalement sous l'influence d'Ellul, s'attache à démontrer un paradoxe : non seulement le progrès technique se réalise sans que le sujet "homme" y joue un rôle actif mais il tend à aliéner celui-ci.

Les militants de la décroissance mènent donc un combat contre le mythe du progrès technique et sur ce qui le fonde : "la recherche en toute chose du moyen absolument le plus efficace".

Ellul s'attache à démontrer que cette quête d'efficacité maximale est l'expression la plus aboutie même de la volonté de puissance, et que cette dernière est désormais au centre des valeurs contemporaines.

L’impasse socio-technique se révèle ainsi à deux niveaux: le premier est atteint dès le choix techno-logique qui a présidé à la naissance de la société industrielle, celle de l'affirmation de la puissance à l'aide du feu du moteur thermique, ce qui nous permet de caractériser la société moderne, à la suite de Jacques Grinevald et Alain Gras, comme "thermo-industrielle".

Au lieu de prolonger l’usage des forces de la nature de manière relativement égale, (gravitation, biomasse, vent, eau, feu) cette nouvelle civilisation privilégie le seul usage du feu.

Le second niveau est atteint avec la dépendance du pétrole qui, fut un processus d'une rapidité inouïe: elle commence certes avant la guerre de 14 mais c'est dans les années 1950 seulement que le système bascule. En un peu plus d'un siècle l'énergie fossile s'empare de presque toute la technologie (la puissance installée en énergie fossile n'a dépassée celle des énergies renouvelables qu'en 1900 en Europe), mais en un demi-siècle le pétrole va assurer 40 % des besoins des pays industrialisés. Un siècle, un demi-siècle, c'est-à-dire un instant au regard de l'histoire du monde et cet instant devrait donner la clé de cette histoire ?

L’aveuglement est tel que la solution proposée est encore celle de la fuite en avant technologique grâce aux technologies vertes. Censées remédier aux problèmes elles ne font, en réalité, que les aggraver par la prédation accélérée de la nature qu'elles introduisent. Le nickel, le cuivre, l'étain, et nombre de métaux classiques voient les réserves diminuer rapidement, mais les autres métaux nouvellement utilisés - cobalt, indium, gallium, etc. et les terres rares – lanthanides… - exigent la destruction d'immenses surfaces dans des endroits encore sauvages.

Le pic de pétrole, que nous avons franchi, n'est qu'un des aspects énergétiques de la situation, nous allons passer des pics dans tous les composants des technologies de pointe, "peak of everything" nous avertit Philippe Bihouix.

La décroissance technologique implique, par voie de conséquence, une sobriété de consommation mais aussi d’innovation, par la production de produits manufacturés simples, qui soient durables et recyclables, et enfin par un retour à la maîtrise de notre environnement avec l'abandon des grandes organisations de type mégamachine et "macro-système technique", qui soutiennent la mondialisation et multiplient de manière insensée les flux qui brulent la planète.


"Effet rebond"
L'"effet rebond", couramment utilisé en économie de l'énergie, décrit l'effet d'une amélioration d'efficacité de l'utilisation d'une ressource sur sa demande : si l'efficacité d'utilisation augmente d'1 %, la consommation diminue dans une proportion bien moindre, et peut même augmenter dans certains cas.

Certains partisans de la décroissance postulent un "effet rebond" systématique : selon eux, tout progrès technique, toute amélioration de productivité, au lieu de diminuer la consommation de matières premières et d'énergie, conduirait au contraire à produire beaucoup plus, donc à consommer davantage.

La théorie économique a étudié ce phénomène dès le XIXe siècle. Les travaux de l'économiste anglais Jevons ont ainsi donné naissance au paradoxe de Jevons.

Le paradoxe de Jevons, baptisé du nom de l'économiste britannique William Stanley Jevons, énonce qu'à mesure que les améliorations technologiques augmentent l'efficacité avec laquelle une ressource est employée, la consommation totale de cette ressource peut augmenter au lieu de diminuer. En particulier, ce paradoxe implique que l'introduction de technologies plus efficaces en matière d'énergie peut, dans l'agrégat, augmenter la consommation totale de l'énergie

En 1980, cette question a été reprise de manière indépendante par les économistes Khazoom et Brookes dont les travaux sont à la base du postulat de Khazzoom-Brookes.

Dans les années 1980, les économistes Daniel Khazzoom et Leonard Brookes proposèrent individuellement des idées sur la consommation d'énergie et le comportement qui soutiennent qu'une meilleure efficacité énergétique tend paradoxalement à augmenter la consommation d'énergie. En 1992, l'économiste américain Harry Saunders nomma cette hypothèse postulat de Khazzoom-Brookes, et montra qu'il était vrai selon la théorie néo-classique de la croissance.

En résumé, le postulat affirme que "les améliorations de l'efficacité énergétique qui, au sens le plus large, sont justifiées au niveau microéconomique, conduisent à de plus hauts niveaux de consommation d'énergie au niveau macroéconomique". Cette idée est une analyse plus moderne d'un phénomène connu sous le nom de paradoxe de Jevons. En 1865, William Stanley Jevons observa que la consommation de charbon en Angleterre augmenta considérablement après que James Watt introduisit ses améliorations de la machine à vapeur. Jevons soutint que l'augmentation de l'efficacité de l'utilisation du charbon tendrait à augmenter la demande de charbon au lieu de la réduire.

Ce postulat globalise deux types d'effets, des effets microéconomiques - les comportements du consommateur ou du producteur individuel - et des effets macroéconomiques - les effets sur le fonctionnement général de l'économie. Si les premiers entraînent généralement un effet rebond nettement inférieur à l'économie d'énergie réalisée, les seconds induisent, selon le postulat, un rebond supérieur à cette économie. Ces constats sont compatibles aussi bien avec la théorie économique qu'avec les observations. Il n'en reste pas moins que le postulat de Khazzoom-Brookes fait l'objet de débats.

Par exemple, l'avènement de l'informatique et des réseaux dans ses débuts a laissé penser à une disparition possible du support papier. En fait, on en a constaté dans un premier temps une augmentation de la consommation. Selon le fabricant de fournitures de bureau Esselte, la demande de papier a progressé de 40 % dans les entreprises qui ont instauré un système de courrier électronique, parce que les employés ont tendance à imprimer leurs e-mails avant de les lire. La diminution a par ailleurs été compensée par l'essor des pays émergents devenus consommateurs.


jam   Voitures dans un embouteillage.

Autre exemple : l'industrie automobile. Il est aujourd'hui possible de produire des véhicules moins polluants par unité de puissance qu'il y a quelques dizaines d'années ; mais comme leur nombre, leur puissance, leur masse, les kilomètres parcourus, les habitacles climatisés augmentent, la pollution automobile augmente aussi. Le même argument est avancé concernant le recyclage dont l'effet, pourtant important, ne suffit pas toujours à compenser l'augmentation de production de déchets par habitant.

Serge Latouche avance : "les baisses d'impact et de pollution par unité se trouvent systématiquement anéanties par la multiplication du nombre d'unités vendues et consommées.".


"Effet débond"

Répondant au principe sus-évoqué, François Schneider introduit le concept d'effet débond qui, sur le plan individuel, passerait par une acceptation d'un mode de vie personnel en harmonie avec une simplicité volontaire : autrement dit, les gains de productivité doivent être investis en temps gagné pour des loisirs non "consommateurs" de ressources pour la planète, et non pas réinvestis par effet rebond pour accélérer cette consommation.

L'autoréduction du temps de travail (ou choix du travail à temps partiel) suite à une augmentation du revenu salarial est un de ces actes volontaires qui correspondent à l'effet débond.

Les militants de la décroissance proposent par conséquent des solutions qu'ils considèrent comme pratiques et rationnelles pour réduire autant que possible toute forme de gaspillage ou de dépendance énergétique (comme par exemple celle pétrolière des sociétés occidentales.)


Décroissance soutenable

Le concept de "décroissance soutenable" fait référence au développement durable. Il en reprend l'objectif, qui est de "répondre aux besoins des générations actuelles, sans pour autant compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins".

Les tenants de la "décroissance soutenable" ajoutent que cet objectif ne peut correspondre qu'à une diminution de l'empreinte écologique collective et individuelle dans les situations où le seuil de durabilité est dépassé. Cela conduit à la nécessité politique d'organiser, voire d'imposer les changements requis. Le terme "soutenable" traduit alors le souhait que les politiques engagées ne provoquent pas d'effondrement catastrophique de la société.


Décroissance équitable

La décroissance équitable regroupe les objecteurs de croissance qui souhaitent concilier les contraintes environnementales avec le souci de justice sociale par un retour au politique. Ces militants se sont retrouvés en 2006 lors des États Généraux de la décroissance équitable à Lyon. Ils comptent aussi parmi les organisateurs du contre-Grenelle de l'environnement. Ces militants sont souvent adeptes du revenu universel inconditionnel et du revenu maximal autorisé. Paul Ariès est l'un des principaux théoriciens de ce courant avec sa proposition de nouveau paradigme de gratuité de l'usage et de renchérissement du mésusage. Ces thèses sont notamment développées dans les journaux :


Acteurs

Les partisans de la décroissance soutenable proposent des démarches d'initiative individuelle (voir par exemple la simplicité volontaire) et des démarches collectives de sensibilisation, notamment en organisant des conférences et des marches.

En France, un Parti pour la décroissance (PPLD) a été créé en 2005. Après des débuts difficiles, ce parti a été relancé en janvier 2008 pour finalement participer aux élections européennes de 2009 à travers la campagne Europe-Décroissance. En septembre 2009, il fonde avec le Mouvement des Objecteurs de Croissance l'Association d'Objecteurs de Croissance (AdOC) .

Le parti politique français Les Verts a, depuis 2004, formalisé une position favorable à la notion de décroissance qui s'est étayée depuis, tout en y apportant la notion de "décroissance sélective et équitable".

Une partie du mouvement libertaire reprend à son compte les idées de la décroissance, notamment Jean-Pierre Tertrais dans sa brochure "Du développement à la décroissance" sous-titrée "De la nécessité de sortir de l'impasse suicidaire du capitalisme". De même Alternative libertaire a adopté une motion sur ce sujet à son congrès de 2006.

L'approche libertaire est bien plus portée sur la volonté de changer radicalement les structures économiques et sociales de la société que de tabler sur des initiatives individuelles ou étatistes. Pour eux, c'est le mécanisme capitaliste de la plus-value qui est à la base de la surproduction et de la destruction des éco-systèmes. La solution serait de promouvoir une organisation de la société en fédération de communes libres, la pratique de l'autogestion sur les lieux de travail et dans les quartiers ainsi que la relocalisation de l'économie.

En 2007, Alain de Benoist, représentant de la "Nouvelle Droite", a publié le livre Demain la décroissance. Penser l'écologie jusqu'au bout, un essai reprenant l'idée de décroissance. Des tenants français de ce mouvement, venus de la gauche, l'ont fustigé comme une "récupération", d'autres l'ont soutenu, ou du moins accepté le débat. Alain de Benoist s'inscrit dans la critique traditionnelle du progrès et de la modernité ancrée dans un antilibéralisme de droite.

Au Canada, le Mouvement Québécois pour une Décroissance Conviviale (MQDC) a été fondé en juillet 2007. En Belgique, il existe un Mouvement Politique des Objecteurs de Croissance, créé le 18 octobre 2009.


Actions

Les partisans de la décroissance défendent leurs convictions par le biais de certains événements comme la "journée sans achat" ou des "marches pour la décroissance". Ces marches s'inscrivent, aux yeux de leurs participants, dans la tradition des marches de désobéissance civile comme la marche du sel menée par Mohandas Karamchand Gandhi. Elles sont généralement autogérées et autonomes : aucun véhicule motorisé n'est utilisé pour transporter la nourriture et les tentes. Les objets lourds ou volumineux sont transportés par des ânes, des vélos ou sur des carrioles. Même si toutes les marches ne se réclament pas explicitement de la décroissance, ces événements constituent un aspect du militantisme décroissant. Avec la lenteur et la convivialité comme valeurs principales, les "marcheurs de la décroissance" sillonnent les routes et peuvent prendre le temps de s'arrêter pour discuter avec les personnes rencontrées en chemin. Les débats et la transmission des idées se font de personne à personne, plutôt que par l'intermédiaire des médias de masse.

Plusieurs marches se sont tenues depuis 2005, rassemblant jusqu'à 500 personnes. En particulier, le 3 juillet 2005, environ 500 personnes ont défilé sur 15 km pour demander la suppression du Grand Prix automobile de France de Formule 1, considéré comme symbole de la société de croissance et de gaspillage des ressources. José Bové, Albert Jacquard, Serge Latouche et François Schneider ont pris la parole sur la place du village de Magny-Cours.


Processus de mise en place

La décroissance n’est pas envisagée comme un projet politique dont l'objectif serait de bâtir une "société de décroissance" qui serait un renversement caricatural régi par le dogme d'une croissance négative. Les objecteurs de croissance décrivent leur projet comme une tout autre organisation dans laquelle le loisir est valorisé à la place du travail, où les relations sociales priment sur la production et la consommation de produits jetables inutiles, voire nuisibles.

En particulier, le processus de réduction de l'empreinte écologique de l'activité humaine et du niveau de vie des populations des pays les plus développés est pour les tenants de la décroissance rendu inévitable par la raréfaction des ressources et l'augmentation de la population mondiale (phénomènes exogènes). Mais cette question de plus en plus prégnante du partage des ressources et des richesses qui en sont tirées, traduite sur le mode volontariste par la démarche de "simplicité volontaire", n'épuise pas les questions politiques posées par la reconsidération collective du mode de développement actuel.

Si le modèle théorisé par les partisans de la décroissance, passant en grande partie par une relocalisation complète des activités économiques, ne trouve pas encore beaucoup d'applications à grande échelle, on voit cependant apparaitre des initiatives locales qui s'inscrivent dans une démarche décroissante. On peut citer en exemple les associations pour le maintien d'une agriculture paysanne qui sont une alternative concrète à l'industrie agro-alimentaire et qui illustrent ce que Serge Latouche nomme la "sortie de l'économie", c'est-à-dire la transformation du rapport client-fournisseur en un lien relocalisé de coproduction et de cogestion. Ainsi au sein des AMAP la valorisation des produits (fruits et légumes) ne dépend pas de la loi de l'offre et de la demande. La relation entre le producteur et les adhérents est une relation d'entraide et de soutien qui dépasse le cadre économique du simple rapport marchand.


Critiques

La plupart des critiques de la décroissance sont en réalité des défenses de la croissance économique et ne prennent pas en compte le fait que les théories sur la décroissance portent au contraire sur la mesure de la croissance.


Critiques sur le plan économique

La majorité des économistes actuels, qu'ils soient d'orientation libérale ou keynésienne, estiment que la croissance économique permet la création de richesses, d'emploi, l'amélioration du niveau de vie, l'amélioration de l'éducation et des systèmes de santé et l'allongement de l'espérance de vie. A contrario, la décroissance est considérée comme devant générer une récession et son corollaire : hausse du chômage, perte de pouvoir d'achat des ménages et violences sociales.


Autorégulation du marché

Les principales théories macroéconomiques estiment que dans une économie de marché, "l'allocation des ressources est guidée par les mécanismes de prix", système d'allocation bien plus efficace que celui par une autorité centralisée, ce qui signifie que la production s'oriente dans le sens des préférences révélées par le système des prix.

La recherche du profit pousse à financer des activités qui assurent la perpétuation de la croissance. Le capitalisme permet ainsi l'arbitrage vers des ressources plus abondantes ou vers d'autres biens, et signale par les prix du marché une ressource qui se raréfie. Toute manne financière procurée par la hausse des prix peut être affectée au financement de la recherche de nouvelles sources d'énergie et d'efficacité pour perpétuer la production et diminuer ses coûts. Ainsi le prix du pétrole, soumis à une demande soutenue et une offre limitée augmente, ce qui rend profitable l'exploitation de gisements qu'on avait auparavant ignoré car trop coûteux à exploiter (par exemple : gisement très profond ou situé dans une zone sans état de droit) ou la recherche relative à de nouvelles sources d'énergie.

Selon Robert Solow et Joseph Eugene Stiglitz, répondant directement au défi posé par la théorie de Nicholas Georgescu-Roegen, le capital et le travail peuvent se substituer aux ressources naturelles que ce soit directement ou indirectement dans la production, assurant la pérennité de la croissance ou tout du moins un développement durable.


Anti-malthusianisme économique

Certains opposants à la décroissance l'assimilent à une forme de néo-malthusianisme économique, ou à une résurgence de formes antérieures du malthusianisme sous-tendant que la croissance est conditionnée par l'exploitation des ressources, les thèses "anti-malthusiennes" prônant au contraire que l'exploitation des ressources dépend du développement économique. Ainsi, l'économiste du développement et géographe Sylvie Brunel considère que le succès de la décroissance et du développement durable participe d'une "résurgence du malthusianisme". Selon elle, le monde n'est pas près de manquer de ressources, "des réserves de production considérables existent, autant en augmentant les rendements [...] qu'en étendant les surfaces cultivées [...]. La planète est parfaitement capable de nourrir une population qui ne doublera plus jamais. Elle est en réalité loin d'avoir atteint sa "capacité de charge"".

Raymond Aron rapporte dans ses Mémoires qu'une partie de la gauche dans les années 1950 accusait les capitalistes de refuser la croissance qui mettrait en danger leur position.


Contestation de l'épuisement des ressources

Un des présupposés essentiels de la décroissance est que le monde manquera de matières premières et qu'il faut donc en limiter l'usage. Cette façon de poser le problème est fortement critiquée par le "Prix Nobel" d'économie Robert Solow. Selon lui, se demander quelle quantité de tel ou tel produit nous pouvons nous permettre d’utiliser est "une façon étroite et préjudiciable de poser la question". Ce qui est important, c'est le capital humain, la capacité des hommes à inventer de nouvelles solutions : "Il est très facile de substituer d'autres facteurs aux ressources naturelles, il n'y a donc pas de 'problème' de principe. Le monde peut, en fait, se débrouiller sans ressource naturelle, donc l'épuisement n'est qu'un événement, pas une catastrophe." Toutefois Solow est partiellement revenu sur ce point de vue en déclarant qu'"il est possible que les Etats-Unis et l'Europe se rendent compte que ... soit la croissance continue sera trop destructrice pour l'environnement et qu'ils sont trop dépendants de ressources naturelles rares, soit ils feraient mieux d'utiliser l'augmentation de la productivité sous forme de loisirs."

Bjørn Lomborg reprend cette analyse en soulignant également la difficulté de se mettre d'accord sur l'importance d'une éventuelle réduction. Quelle que soit cette baisse, les ressources finies s'épuiseront dans le schéma intellectuel de la décroissance. Il réaffirme également l'importance du progrès et de l'inventivité de l'esprit humain, accusant les partisans de la décroissance d'irresponsabilité en faisant selon lui l'apologie d'une société primitive. Lomborg écrit ainsi : "Si notre société, qui a épuisé le pétrole et le charbon, a simultanément mis au point un nombre considérable de connaissances, de capital et de moyens techniques afin d’être en mesure d’utiliser d’autres sources d’énergie à moindre frais, c’est un acte plus responsable que de laisser l’énergie fossile sous la terre telle quelle."


Ressources pétrolières

Par le passé, certaines prévisions sur l'épuisement des ressources énergétiques se sont révélées inexactes. Cécile Philippe de l'Institut économique Molinari rappelle ainsi que, par exemple, dès 1914, le Bureau des mines aux États-Unis estimait que la production future de pétrole était limitée à 5,7 millions de barils, soit peut-être dix ans de consommation. Elle prétend également, entre autres exemples, que le Rapport Meadows prévoyait en 1972 pour avant la fin du XXe siècle un épuisement de certaines ressources dont la substitution paraissait impossible.

À l'inverse des prévisions sur l'épuisement des ressources énergétiques, Daniel Yergin, spécialiste américain de l'énergie, considère que, grâce aux réserves et aux progrès techniques, "le monde n'est pas près de manquer de pétrole". Toutefois le géologue Marion King Hubbert, qui a étudié le phénomène du pic pétrolier et a donné son nom au modèle appelé Pic de Hubbert, annonça avec justesse en 1956 que la déplétion pétrolière commencerait en 1970 aux États-Unis. Hormis les pays producteurs de pétrole du Moyen-Orient, pratiquement tous les autres pays producteurs ont dépassé leur pic de production.


Ressources en métaux

Le géochimiste Claude Allègre avance que la problématique d'épuisement des ressources en métaux peut être résolue par le recyclage. Aujourd'hui, 50 % du fer utilisé est recyclé, 90 % du platine et 80 % de l’or. M. Allègre appelle de ses vœux un développement de ces filières pour toutes les ressources terrestres : "À une économie unidirectionnelle à ressources infinies (on produit – on utilise – on jette) doit se substituer une économie cyclique à ressources finies.". Il est à noter que le recyclage nécessite lui-même de l'énergie (haute température) et des matériaux précieux et polluants (solvants, catalyseurs), ce qui diminue l'efficacité du recyclage.

Cela dit, les matériaux high-tech produits en masse par les sociétés de croissance reposent sur des ressources et des procédés de fabrication qui ne peuvent se contenter des qualités médiocres des productions issues du recyclage. Par ailleurs, une conception "orientée recyclage" d'un produit peut en limiter les performances : elle peut être incompatible avec un certain niveau de miniaturisation et d'intégration des composants.


Développement des pays du Sud

Une des principales critiques opposées à la décroissance par ses détracteurs est que les classes bourgeoises des pays développés, sous couvert de protéger l'environnement, souhaiteraient en fait empêcher les pays dits "sous-développés" d'emprunter le même chemin économique que les pays occidentaux. L'économiste du développement et géographe Sylvie Brunel estime ainsi que les mouvements de développement durable et de décroissance sont nés dans l'affolement des années 1970 face à la montée de la population du Tiers Monde. Elle ajoute : "la peur du nombre suscite des prévisions catastrophiques". Elle considère qu'en est sortie une politique qui a stigmatisé les pauvres, accusés de "dilapider les ressources de la planète". Selon Sylvie Brunel, le développement des pays du Nord permet, entre autres, de tirer celui des pays du Sud. Avec son raisonnement, faire décroître les pays développés aurait donc fatalement des conséquences négatives pour les pays en développement qui perdraient des marchés pour exporter leurs matières premières, leurs produits manufacturés et leurs services.

Selon Serge Latouche, il n'est pas question de décroissance pour les pays les plus pauvres, mais seulement d'emprunter le bon chemin de leur développement vers une société de "décroissance choisie".


Dématérialisation de l'économie

La théorie de la croissance endogène considère que les facteurs humains, la connaissance et l'innovation technique prennent le relais d'une croissance basée sur des facteurs matériels.

À la marge, un courant de pensée estime que le XXIe siècle sera celui de la noosphère,

La noosphère, selon la pensée de Vladimir Vernadsky et Pierre Teilhard de Chardin, désigne la "sphère de la pensée humaine".

Le mot est dérivé du grec νοῦς (noüs "l'esprit") + σφαῖρα (sphaira "sphère"), par analogie lexicale avec "atmosphère" et "biosphère". Ce néologisme a été introduit en 1922 par Teilhard de Chardin dans sa "cosmogénèse".

Une autre possibilité est la première utilisation du terme par Édouard Le Roy qui était, avec Teilhard, auditeur des conférences de Vladimir Vernadsky à la Sorbonne. En 1936, Vernadsky accepte l'idée de noosphère dans une lettre à Boris Leonidovich Lichkov (cependant, il affirme que le concept dérive de Le Roy).

Dans la théorie originelle de Vernadsky, la noosphère est la troisième d'une succession de phases de développement de la Terre, après la géosphère (matière inanimée) et la biosphère (la vie biologique). Tout comme l'émergence de la vie a fondamentalement transformé la géosphère, l'émergence de la cognition humaine transforme fondamentalement la biosphère. Contrairement aux conceptions des théoriciens de l'hypothèse Gaïa ou des promoteurs du cyberespace, la noosphère de Vernadsky émerge au moment où l'humanité, par la maîtrise des processus nucléaires, commence à créer des ressources par la transmutation des éléments.

Cette notion, que l'on peut aussi rapprocher de la notion d'infosphère, est actuellement à l'étude dans le cadre du "Global Consciousness Project" de l'université de Princeton.

où la principale ressource sera l'information et la culture. Par exemple les partisans de la société de l'information, considèrent que l'humanité est entrée dans une nouvelle ère technologique, et qu'il est désormais possible, grâce à l'informatique et aux télécommunications, de créer de la richesse (i.e. de la croissance) en produisant des services et de l'information. Cette production "immatérielle" est considérée comme non-polluante. Ce qui permet à certains penseurs (notamment Joël de Rosnay ou Bernard Benhamou) d'affirmer qu'il est possible de générer de la croissance sans produire de déchets.

Cela dit, un réseau utilise des supports matériels (satellites, câbles, actifs réseaux et ordinateurs) et le traitement et la diffusion des informations a un coût énergétique (voir informatique et développement durable). Pour les tenants de la décroissance, même s'il existe une richesse "immatérielle" mesurable et représentant une part importante de la croissance économique des pays développés, la composante matérielle (et énergétique) des activités "immatérielles" ne permet pas à leurs yeux d'envisager que ce type de croissance puisse garantir la prospérité des populations.

L'informatique utilise des métaux rares très précieux, des plastiques polluants et des substances chimiques comme, par exemple, des retardateurs de flamme (les PBDE, ou Polybromodiphényléther). Les ordinateurs sont très vite dépassés et sont envoyés en masse vers les pays du Sud, où ils sont démontés et recyclés par des ferrailleurs improvisés, qui vivent dans un environnement pollué et très dangereux.


Critiques sur le plan physique et scientifique

Théorie de la destruction créatrice

Le concept économique de la décroissance est fondé sur l'hypothèse que produire toujours plus implique de consommer de plus en plus d'énergie ou de matières premières, tout en diminuant la main-d'œuvre pour la remplacer par des machines. Cette analyse est toutefois contestée par certains, qui estiment que la technique et le progrès technologique permettent de produire plus avec moins, y compris dans le domaine des services. C'est que l'on appelle la destruction créatrice, c'est-à-dire le processus de disparition de secteurs d'activité conjointement à la création de nouvelles activités économiques. Cette théorie a été fondée par l'économiste Joseph Schumpeter en 1911, dans son ouvrage Théorie de l’évolution économique : toute innovation technologique importante entraîne un processus de destruction créatrice.

L'une des critiques qu'on pourrait apporter aux théories économistes classiques est qu'elles sont découplées des contingences matérielles, comme les matériaux, les déchets ou les dommages écologiques. Un secteur d'activité peut disparaître, mais pas les déchets que ce secteur a créé.


Confiance dans les progrès de la science (scientisme)


int ene  Évolution de l'intensité énergétique des grandes économies mondiales depuis 1980.

Une forme de critique de la décroissance défend l'idée que le progrès technique résoudra la question des énergies, des déchets et de la raréfaction des matières premières. Elle s'appuie sur l'esprit des Lumières pour développer une vision technophile et optimiste de la recherche scientifique. Ainsi, le géochimiste Claude Allègre considère que c'est la croissance qui peut contribuer à résoudre les problèmes écologiques.

Le Prix Nobel d'économie Amartya Sen au contraire déclarait, lui : "Le développement [humain] au fond est un processus de responsabilisation et ce pouvoir peut être utilisé pour préserver et enrichir l’environnement au lieu de le décimer."

Ils s'appuient par exemple sur l'évolution de l'intensité énergétique des grandes économies mondiales qui a fortement baissé depuis 20 ans (cf. graphe), bien que plus lentement que la croissance du PIB.

Par exemple, les activités de R&D dans le domaine de l'énergie nucléaire pourraient fournir des solutions de substitution face à la probable pénurie de pétrole (cf. le thorium). À plus long terme, les partisans de la fusion nucléaire prédisent que les réacteurs de type ITER seront des sources d'énergie quasiment inépuisables et peu polluantes.

L'intensité énergétique est un des facteurs de l'équation de Kaya,

L'équation de Kaya relie des facteurs du niveau de production par l'Homme de dioxyde de carbone (dans le cadre des interrogations relative à l'effet de serre). Elle indique que le niveau total d'émission peut s'exprimer comme le produit de quatre facteurs : la population, le PIB par habitant, l'intensité énergétique par unité de PIB produite, l'intensité d'émission de CO2 par unité d'énergie consommée.

qui tend à démontrer, comme l'explique par exemple Jean-Marc Jancovici, que soit la décroissance économique, soit la décroissance de la population sont indispensables pour éviter la catastrophe écologique.

Par ailleurs, la décroissance implique une baisse globale de la consommation énergétique, ce qui ne contredit pas la recherche d'énergies nouvelles, moins polluantes.

La croyance irrationnelle en la "techno-science" est dénoncée par les partisans de la décroissance, qui n'ont pas "une opposition aveugle en la science, mais une opposition à une science aveugle".


Critique de Georgescu-Roegen

L'économiste roumain Nicholas Georgescu-Roegen a fondé sa "théorie bioéconomique" sur une interprétation de la seconde loi de la thermodynamique pour s'opposer à une croissance matérielle et énergétique illimitée, invitant à une décroissance économique.

Le psychanalyste Jean Zin estime que cette analogie contredit l'analyse scientifique des phénomènes d'émergence et de néguentropie

La néguentropie ou entropie négative, est un facteur d'organisation des systèmes physiques, et éventuellement sociaux et humains, qui s'oppose à la tendance naturelle à la désorganisation: l'entropie.

qui affectent les systèmes dynamiques complexes tels que l'organisation sociale humaine.

Il est à noter que le phénomène de néguentropie se passe sur une durée de temps qui dépasse largement le siècle, voire le millénaire. Ce phénomène paraît donc négligeable pour l'épuisement des ressources au XXIe siècle.


Critique ellulienne

Jacques Ellul (lire supra : "Thèses d'Ellul et Charbonneau") affirme que notre société est productiviste pour une raison essentielle : elle s'est "technicisée" à outrance, tant et si bien que la technique est devenue un phénomène autonome.

Se demandant comment l'homme peut reprendre le contrôle de la technique, il affirme d'abord que "ce n'est pas la technique (en elle-même) qui nous asservit mais le sacré transféré à la technique".

Il convient donc, précise t-il, de ne pas aborder celle-ci en seuls termes rationnels mais aussi en réintégrant une dimension métaphysique que le rationalisme a effacé en même temps qu'il a imposé le travail, l'efficacité, la concurrence, la technicité, etc. au rang de valeurs. Chacun ne peut critiquer la technique qu'en interrogeant son propre rapport à la puissance (qu'il exerce sur le monde et/ou sur autrui) et qu'en des termes qui "transcendent" la raison. En 1982, en conclusion de son livre Changer de révolution. L'inéluctable prolétariat, Ellul fait état de sa foi chrétienne en indiquant qu'elle seule lui a permis de déceler à quel point la technique est sacralisée mais en précisant qu'il ne s'exprime qu'au seul titre du témoignage et de la conviction personnelle : en aucun cas il ne conçoit le christianisme comme solution universelle aux problèmes matériels, d'autant qu'il formule à l'endroit de celui-ci une critique extrêmement sévère.

La question de savoir ce qui peut "transcender la raison" si l'on ne vit pas l'expérience de la foi reste entière chez les "héritiers d'Ellul". Elle sera très probablement abordée au colloque "Comment peut-on (encore) être ellulien au XXIe siècle ?" qui se tiendra en juin 2012 à Bordeaux à l'initiative du Centre Montesquieu de Recherches Politiques.


Critique marxiste

Pour de nombreux mouvements marxistes, le point de vue marxiste s'oppose au concept de la décroissance, considérant qu'il ne différencie pas entre la croissance d'une production utile pour les êtres humains, et la croissance qui vise simplement à augmenter les bénéfices des entreprises (construire un nouvel hôpital ou un porte-avions militaire provoquent tous les deux de la croissance). Ils considèrent ainsi que c'est la nature et le contrôle de la production qui est déterminant, et non pas sa quantité dans l'absolu, et pensent donc que c'est le contrôle et la stratégie de la croissance qui permettront un développement social et écologique.

De plus, s'ils peuvent reconnaître de la part des décroissants certaines critiques justes des aberrations de l'économie capitaliste, les communistes marxistes reprochent au courant de la décroissance de ne pas distinguer les classes sociales et de rendre responsable, par exemple de la pollution, aussi bien voire davantage chaque consommateur individuel que les capitalistes qui dirigent l'économie en fonction des profits qu'ils espèrent réaliser.

Pour les communistes, une telle idéologie, en cherchant à culpabiliser les travailleurs, ne peut que nuire à leur mobilisation pour défendre leurs conditions d'existence, seule force capable de transformer la société. Cette critique est très courante parmi les militants de Lutte ouvrière et du PCF.

Jean Zin, tout en reconnaissant un "effet pédagogique" à la mise en avant du concept de décroissance et la justesse de sa mise en cause du développement durable, voit dans le courant décroissant "un certain volontarisme idéaliste" et "une surévaluation du politique alors que les forces sociales qui seraient nécessaires manquent absolument".

Cette critique marxiste est toutefois contrecarrée par le point de vue de Serge Latouche, théoricien de la décroissance qui affirme qu l'"on pourrait paradoxalement présenter la décroissance comme un projet radicalement marxiste. Que le marxisme (et peut-être Marx lui-même) aurait trahi. La croissance n’est, en effet, que le nom "vulgaire" de ce que Marx a analysé comme accumulation illimitée de capital, source de toutes les impasses et injustices du capitalisme."


Opinion de la classe politique ou médiatique en France

La décroissance n'ayant pris place dans le débat public que de manière très récente, elle est globalement mal considérée et méconnue par la plupart des personnalités politiques et des journaux nationaux.

Claude Allègre considère que la décroissance conduirait à imposer une réduction de la croissance des pays pauvres. Dans ses célèbres livres, Claude Allègre a également nié que le réchauffement climatique soit dû aux activités humaines ou que le désamiantage soit utile.

Christian Blanc exprime cela par l'expression "la croissance ou le chaos".




inst dec > http://www.decroissance.org/

decroissance > http://decroissance.free.fr/

 

 




2. Enjeux :
alt eco

rue89

 casseurs > campagne pour la décroissance

 

 


3. Documents :
ppld   http://www.partipourladecroissance.net/?cat=3

attac > à propos de décroissance (PDF)

 

 


4. Presse :
alt eco  > ARCHIVES


diplo  > La décroissance, une idée qui chemine sous la récession (Eric DUPIN, Août 2009)

terra eco > Dennis Meadows : "Nous n’avons pas mis fin à la croissance, la nature va s’en charger." (29.05.2012)

 


5. Pierre RABHI en écrits et vidéos :
basta

ue

dailymotion

youtube

 vimeo

 

 

 

top

pearl

retour