44, (Juin 2018)







dans cette page :

textes importants hors l'actualité


Alternatives
Effondrement et Global Warming 
Energie(s)

Environnement
Société 
Information

Fil d'actualité

dans une autre page :
Linky, EDF, Enedis (ex-ErDF), Areva  & co

à la date du jour, 658 communes s'opposent au 'Linky'













 

     

Relever les minima sociaux, une exigence économique

Février 1998, pages 24 et 25, par René Passet

Pour les chômeurs, l’urgence c’est tout de suite. Donc, pour le gouvernement français, faire tout de suite quelque chose de significatif en se donnant, s’il le faut, le temps de construire des réponses plus élaborées. Plonger quand les gens se noient, et non aller prendre des cours de perfectionnement en natation. Rien, pourtant, dans les "cinq engagements" pris par M. Lionel Jospin, le premier ministre, lors de son entretien télévisé du 21 janvier dernier, n’obéit à cet impératif.

On peut comprendre la volonté de ne pas mettre à mal la cohérence globale d’une politique de long terme et la priorité affichée à la reconquête de l’emploi. La vraie réponse à la détresse est effectivement d’en supprimer les causes. Mais impératif immédiat et objectif long ne sont pas opposés. On peut même avancer que la revalorisation rapide des minima sociaux pourrait devenir l’instrument privilégié d’une politique de relance, qui contribuerait, en retour, à éliminer la cause principale de leur existence.

Cela suppose que l’on cesse de formuler les problèmes du présent en termes purement statiques, ponctuels et comptables, ce qui a évidemment pour effet de les rendre insolubles.

On parle d’"assistance" aux chômeurs, alors qu’il s’agit d’une dette. Entrons, en effet, dans la logique de l’économie marchande au nom de laquelle ont été supprimés les emplois qu’ils occupaient : la compétitivité des entreprises — donc le bien commun, nous dit-on - exige la compression des coûts de production, concrétisée par des "licenciements compétitifs". C’est à ce prix que l’économie française a été en mesure de consolider sa place dans le monde, que son déficit commercial a pu se transformer en excédent (160 à 180 milliards de francs en 1997) et que, en dix ans, le revenu distribuable s’est accru de 1 350 milliards, soit une augmentation de 2 000 F par citoyen et par mois. Si nous suivons ce raisonnement, les chômeurs sont donc les acteurs — au plein sens du terme — indispensables à un accroissement des richesses qui bénéficie à l’ensemble de la collectivité, et dont ils devraient être les seuls exclus.

Or, depuis 1983, affirme CERC-Association,

"l’effort consenti par la collectivité en faveur des allocataires n’a pas augmenté, alors même que le nombre des bénéficiaires progressait fortement".

...

PDF

 

 

 

 

                 

 

Five First Responders to the Pulse Massacre. One Diagnosis: PTSD.

by Abe Aboraya, WMFE, June 11, 2018

“My head’s still not right,” said one paramedic who responded to the Pulse nightclub shooting two years ago. He and some other responders say their departments haven’t given them the help they need.

? This article was produced in partnership with WMFE, which is a member of the ProPublica Local Reporting Network.

On the morning of June 12, 2016, police officer Omar Delgado pulled his cruiser up to his two-story townhome in Sanford, Florida, and sat in silence for 15 minutes, trying to process what he had seen during 3 1/2 hours inside the Pulse nightclub.

He stripped his bloody uniform and gear off, put them in a trash bag, and took a shower. Then, he shut the door to his bedroom, locked it and tried to sleep.

That same morning, firefighter EMT Brian Stilwell walked back to Orlando Fire Department Station 5. Working at the station just 300 feet from Pulse nightclub, Stilwell was one of the first on scene hours earlier.

In the dawn’s light, he saw a pool of coagulated blood in front of the station. It was from a Pulse patron who had been shot in the stomach and dragged to that spot. Stilwell wondered if the man survived the night. Then, with a bucket of bleach and water, he helped clean the blood off the concrete.

...

PDF

 

 

 

     

Les pédagogies innovantes : heurts et malheurs (par Sébastien Duffort)

Par Auteur Invité, le 5 juin 2018

Sébastien Duffort part du constat douloureux connu de tous au sujet l’état du système éducatif français : non seulement le niveau baisse, mais les inégalités d’accès au savoir se creusent. Pour l’expliquer, on met souvent en avant, à juste titre, le manque de moyens (classes surchargées, suppression de la formation continue des enseignants, jeunes enseignants inexpérimentés envoyés en REP), l’absence de mixité sociale à l’école et l’émergence de véritables "ghettos" scolaires.

Mais ces arguments omettent un point central pourtant soulevé depuis longtemps par les sciences de l’éducation : les dispositifs pédagogiques mis en œuvre dans la classe affectent considérablement et le niveau des élèves et les inégalités face aux apprentissages. On peut alors s’interroger sur la responsabilité de ceux qu’une doxa pédagogique a privilégiés depuis la fin des années 60.

 

Sommaire

Introduction

Le savoir invisibilisé et relégué

Le savoir ludifié et déprécié

Le savoir externalisé et marchandisé

Conclusion

Annexe. Sigles employés

...

PDF

 

 


     

Liberté, bonheur : ces mots qui encombrent…

Contribution externe - Opinions, publié le jeudi 07 juin 2018, la chronique de Myriam Tonus.

Sur les forums, ne faites pas appel au recul ou à la raison. Vous recevrez du "bisounours" ou une bordée d’insultes.

Il en va de certains textes comme de certaines œuvres d’art : ils traversent les siècles sans en subir la moindre altération. Mieux : alors qu’on pourrait les référer à une culture datée, ils trouvent, en une autre époque et de tout autres circonstances, une actualité et une pertinence fulgurantes.

Lorsqu’il écrivit, en 1879, "Les Frères Karamazov", Dostoïevski ne se doutait probablement pas que 25 pages de son roman finiraient par vivre de leur vie propre, au point d’être éditées en fascicule séparé.

Il s’agit bien sûr des pages dites de la "Légende du grand Inquisiteur", cette rencontre imaginaire entre Jésus revenu sur terre et un Inquisiteur de sinistre mémoire. Au Christ qui se tait comme il le fit devant Pilate, l’Inquisiteur assène, comme une flagellation, un discours à la fois ironique et glaçant, qui pourrait se résumer à ceci :

Tu as voulu aimer les humains et les rendre libres, mais "pour l’homme et pour la société humaine, il n’y a jamais rien eu de plus insupportable que la liberté."

Ce qui mobilise l’humain, ce n’est pas la liberté, mais au contraire le bonheur facile, fait de sécurité, de ce pain qui, avec les jeux, aliène plus sûrement l’esprit que toutes les chaînes, toutes les prescriptions. Dostoïevski écrivait là une des dénonciations des plus féroces que l’on puisse adresser à la religion, lorsqu’elle contribue à faire de l’humain une machine à obéir - fût-ce avec conviction et même plaisir.

...

PDF

 

 


     

 

À quoi nous mène la honte prométhéenne ?

Philo-web - juin 5, 2018

Google et Microsoft ont récemment dévoilé des programmes capables de tenir de courtes conversations avec un humain. Ces avancées de l’intelligence artificielle génèrent des émotions contradictoires : de la stupéfaction à la crainte parfois légitime d’être "remplacés" par des machines et même, le sentiment étrange d’être battu sur notre propre terrain. Ce phénomène, le philosophe allemand Günther Anders (1902-1992) l’appelle la "honte prométhéenne".

Introduite dans L’Obsolescence de l’homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle (1956), la notion désigne le sentiment de faiblesse qui s’empare de l’homme quand celui-ci compare sa condition biologique à la toute puissance de la machine. Anders souligne un décalage qu’il définit comme "l’a-synchronicité chaque jour croissante qui existe entre l’homme et le monde qu’il a produit." En d’autres termes, l’homme serait dépassé par sa création – qu’il ne comprendrait plus – et ce phénomène le pousserait à souhaiter devenir lui-même une machine. Si cette honte prométhéenne demeure une clé de lecture intéressante pour penser notre rapport à la technique, elle n’en demeure pas moins arbitraire : qui est cet homme qui se sent réellement honteux face ses propres prouesses techniques ? Et quand bien même, en quoi cette honte pourrait-elle bien l’aider à surmonter sa condition pour adopter celle d’une machine ?

Trois contre-objections

Selon Anders, cette honte repose à l’origine sur un déphasage : contrairement aux machines, l’homme n’est pas irréprochable ni calculé dans les moindres détails. Il ne se serait pas pardonné le fait de devoir son existence au "processus aveugle, non calculé et ancestral de la procréation et de la naissance." Ce qui nous ferait honte, ce serait d’être "devenu" et non pas "fabriqué" selon un plan et pour accomplir un destin précis. Se prémunissant à l’avance contre toute forme de critique, Günther Anders développe dans L’Obsolescence de l’homme un contre argumentaire discréditant ses détracteurs. Il démantèle soigneusement trois objections.

...

PDF

 

 

 

 



"Guignols de l’info" - La comédie des princes




- Août 1995, page 19, par Yves Jeanneret & Emmanuel Souchier



❐ Samedi 2 juin 2018. - Renvoyées, les célèbres marionnettes de Canal Plus ! Ainsi en a décidé Vincent Bolloré, qui "les faisait agoniser depuis trois ans" et sa prise de pouvoir au sein du groupe Vivendi, propriétaire de la chaîne, comme le rappellent Les Jours. "En tout, précise le site d’informations, les Guignols faisaient travailler une cinquantaine de personnes." Quelques années après la création de ce programme, en 1995, deux professeurs s’interrogeaient dans nos colonnes : "de quelle politique les Guignols nous parlent-ils donc ? (…) Sur les pas de Rabelais, Jarry, Queneau… les Guignols radicalisent le propos et familiarisent les situations qui glissent insensiblement vers la trivialité."



En France, la pesante connivence qui soude certains journalistes aux hommes politiques les plus respectueux de l’ordre établi a été longtemps dissimulée par une véritable loi du silence. Mais, depuis trois ans, une émission de télévision presque quotidienne fait de l’étalage de cette complicité la recette de son triomphe. Pour une fois, les médias y parlent des médias sans tomber dans le travers de l’auto-promotion. Et puis les Guignols parlent aussi du monde. Pour en dire des choses assez inhabituelles à la télévision.


Evoquant Ubu Roi, drame "représenté par les marionnettes du Théâtre des Phynances en 1888", Alfred Jarry disait que pour être entendu du public il convient de lui donner "des personnages qui pensent comme lui", ainsi que des "sujets" et des "péripéties naturelles, c’est-à-dire quotidiennement coutumières aux hommes ordinaires". Un siècle plus tard, "Les Guignols de l’info" font du drame politique une comédie de marionnettes ordinaire et quotidienne. Fous du prince démocratique, les Guignols renouent avec la farce d’Ubu. Seul le regard a changé ; plus de "théâtre au théâtre", mais une première leçon de méta-télévision où la télévision — en son langage propre — parle d’elle-même avec distance et cruauté.
...



PDF






     

 

 

Here’s what legal scholars say about Trump’s self-proclaimed ‘right’ to pardon himself

Judd Legum, June 4, 2018

Ask Richard Nixon.

President Trump started off his Monday morning in style, tweeting that he has the “absolute right” to pardon himself for any crime.

As has been stated by numerous legal scholars, I have the absolute right to PARDON myself, but why would I do that when I have done nothing wrong? In the meantime, the never ending Witch Hunt, led by 13 very Angry and Conflicted Democrats (& others) continues into the mid-terms!
— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) June 4, 2018

You know he is serious because the word pardon is in all caps. But is he right?

On August 5, 1974, Mary Lawton, the Acting Assistant Attorney General, examined the question1 of whether the president can pardon himself. The president at the time was Richard Nixon.

“Under the fundamental rule that no one may be a judge in his own case, the President cannot pardon himself,” Lawton wrote.

Lawton’s analysis was analyzed last year2 by a trio of legal scholars for the Washington Post, including the White House Counsels for Presidents Obama and Bush. As they wrote:

The Justice Department was right that guidance could be found in the enduring principles that no one can be both the judge and the defendant in the same matter, and that no one is above the law.

...

PDF

 

 














     

 

"Pas de travail intensif mais l’observation de la Nature et son respect", la permaculture : l’avenir de l’agriculture

4 juin 2018 - La Relève et La Peste

l’association de certaines plantes entre elles permet d’obtenir de belles récoltes et d’avoir un beau jardin potager en aidant le jardinier à limiter voire éviter l’utilisation d’engrais chimiques et pesticides

Souvent citée en vrac aux côtés des mots d’agriculture biologique, d’agro-écologie ou encore d’agriculture urbaine, la permaculture est une technique de culture à part entière pas si récente (on pourrait même dire qu’elle est ancestrale), qui va bien au-delà de l’image de caprice d’écologistes modernes qu’on lui affuble couramment.

Un principe sans âge

La permaculture ne date pas d’hier ; le terme, mot-valise construit à partir des mots "permanent" et "culture", fait son apparition dans les années 1970 – il accompagne le mouvement baba-cool de retour à la terre – porté par des agriculteurs comme les Australiens Bill Mollison et David Holmgren et leur ouvrage Perma-Culture 1, une agriculture pérenne pour l’autosuffisance et les exploitations de toutes tailles (1978), ou l’agronome espagnole Emilia Hazelip, qui a popularisé en France les techniques de la permaculture, apprises en Californie la décennie précédente.

...

PDF

 

 

 

     

En France, le scénario du 100 % renouvelable existe déjà !

Environnement - De Céline Lison, 10 Juin 2017

Ce n’est pas une utopie. Le schéma d’une France sans nucléaire ni carbone a été imaginé et planifié très précisément. France verte, mode d’emploi.

En seulement quelques décennies, la France peut bannir énergies nucléaire et fossiles pour les remplacer par des énergies propres et renouvelables (EnR).

C’est ce qu’assurent vingt-cinq experts et praticiens de l’énergie dans Le Manifeste négaWatt, en route pour la transition énergétique1 (éditions Actes Sud), qui vient d’être enrichi et actualisé après une première publication en 2003. Le "scénario négaWatt" élabore avec précision un plan énergétique pour la France d’ici à l’horizon 2050. Et ce, pour tous les usages de l’énergie : non seulement l’électricité, mais aussi la chaleur et la mobilité.

Le plan d’action proposé s’appuie sur trois piliers :

? la sobriété,

? l’efficacité énergétique

? et le recours massif aux EnR.

Les deux premiers axes permettent de parcourir la moitié du chemin, l’idée des ingénieurs étant qu’"une bonne énergie est une énergie qu’on ne consomme pas".

...

PDF

 

 

 

 





-



Un Français crée la carte bancaire "citoyenne et solidaire" pour virer Visa/Mastercard

Société - 1 juin 2018

Pour s’en prendre aux géants Mastercard, Visa et American Express, les trois principales entreprises mondialisées de paiement, et développer un modèle alternatif plus solidaire "au service des populations et de l’environnement", Lucas Duchaine, un jeune français, s’apprête à lancer son alternative aux cartes de paiement classiques. Le projet, intitulé Sylha, applique un modèle comparable à celui du moteur de recherche Lilo et fera ses premiers pas à Grenoble à partir du 13 juin prochain. Interview et explications.

▶ Essayez de regarder cette vidéo sur www.youtube.com

Mr Mondialisation : Sylha est un projet qui veut apporter une alternative aux moyens de paiement classiques que sont la carte de crédit et la carte de débit Visa, MasterCard et American Express. Pourquoi ?



▶︎ Lucas Duchaine : Sur un paiement par carte bancaire de 10€, le commerçant doit reverser plusieurs centimes à des institutions financières.

En France, ces frais de transaction cumulés s’élèvent à plus de 4 milliards d’euros par an.

Sylha développe le premier réseau de monétique social et solidaire du monde avec un nouveau moyen de paiement sans contact matérialisé par une pièce de monnaie connectée à un porte-monnaie électronique, des nouveaux terminaux de paiement et une place de marché virtuelle où il est possible de stocker son argent de manière sécurisée. Sylha fait en sorte de reverser ces frais de transactions (4 milliards d’euros) à des associations.
...



PDF

 

 

FACIL’iti, la startup qui souhaite rendre internet accessible à tous

Innovation #ESS - Par Julien Mussat, 05 juin 2018

Il y a deux semaines, le Groupe TF1 décernait le “Prix Start-up MediaLab TF1 2018" à Facil'iti à l’occasion de la 3ème édition de Viva Technology. Zoom sur cette startup qui souhaite rendre internet accessible à tous.

À l’occasion de VivaTech, rendez-vous de la tech mondiale que l’on ne présente plus, le Groupe TF1 a choisi de mettre en lumière la démarche de startups focalisées sur l’impact positif des médias dans la société, une thématique qui répond aux enjeux de transformation du Groupe.

À travers TF1 Initiatives, le groupe soutient en effet de nombreuses actions en faveur de la solidarité, de la diversité et de la société durable. Solution d’accessibilité numérique, FACIL’iti s’est donc inscrite naturellement dans cette démarche, jusqu’à remporter le Prix Startup MediaLab TF1 2018. Ce prix permet à FACIL’iti de remporter 2 pass Fellowship Station F donnant accès à un hébergement et aux infrastructures de l’incubateur, 5 jours par mois pendant 6 mois.

Nous avons rencontré Yves Cornu, le fondateur de cette startup qui développe une solution d’accessibilité numérique innovante pour les personnes en situation de handicap.

...

PDF

 

 

Dans ce collège français, l’heure de colle se passe dans un potager et le résultat est incroyable

Source : PositivR - Par Léa Philippe, le 6 juin 2018

Les heures de colle au collège pour punir les élèves qui ont des soucis de discipline sont souvent dépourvues de toute valeur pédagogique. Ce collège parisien a trouvé une alternative intéressante aux traditionnelles punitions : envoyer les élèves faire un tour dans les espaces verts!
 
Des heures de colle au grand air

Au collège Pierre Mendès France à Paris, les élèves ne passent par leurs heures de colles dans une salle de classe mais au grand air dans le jardin de l’établissement. Dans une des plus grandes fermes urbaines de Paris, l’entretien des 4 500 m2 de surface, du potager, des 200 arbres fruitiers et le poulailler sont gérés par l’association Veni Verdi… et par les élèves qui ont de quoi bien s’occuper !

Le collège REP, (Réseau d’éducation prioritaire) a mis en place avec l’association, des "mesures de responsabilisation" pour les élèves en difficultés scolaires ou sociales. Les sanctions sont adaptées aux profils des élèves.

"S’ils ont besoin de se défouler, nous leur faisons déplacer de la terre par exemple" indique Simon Ronceray, ingénieur agronome et l’un des acteurs du projet.

La principale précise que cette solution n’est pas automatiquement retenue.

...

PDF

 

 

 













     

 

Ralentissement de la circulation de l’océan Atlantique Nord, par Summer K. Praetorius

mers, océans - 24.mai.2018 - Les Crises - Source : Nature, Summer K. Praetorius, 11-04-2018


Différents indices suggèrent que le système de circulation de l’océan Atlantique Nord est dans un état d’affaiblissement sans précédent au cours des 1 600 dernières années, mais des questions demeurent quant au moment exact du commencement de ce déclin.
Summer K. Praetorius

Les eaux chaudes et salées du Gulf Stream forment un méandre qui traverse l’océan Atlantique en direction du nord-est, formant finalement le Courant de l’Atlantique Nord, qui poursuit ensuite sa course vers les mers nordiques. Dans le froid de l’hiver, ces eaux se refroidissent et plongent en profondeur, lestées par leur salinité. Cette convection profonde est un élément clé de la Circulation Méridienne de Retournement Atlantique (AMOC ; Fig.1), que l’on peut considérer comme une tapis roulant océanique qui libère de la chaleur dans l’atmosphère au-dessus de l’océan Atlantique Nord avant de plonger vers les profondeurs abyssales et de refaire surface dans d’autres régions du monde.

...

 

La circulation océanique est en pleine mutation, et nous devons savoir pourquoi.

Source : Nature 556, 149, 11-04-2018

La surveillance de long terme est essentielle pour comprendre comment les changements dans le système de courants de l’océan Atlantique affecteront la planète.

Les courants océaniques sont un acteur clé dans le système climatique mais les changements sont difficiles à suivre Crédit : Karsten Schneider/SPL

La circulation méridienne de retournement atlantique (AMOC) stimule l’intérêt scientifique et l’imagination humaine depuis des décennies. Système complexe et fondamental de courants océaniques, incluant le Gulf Stream généré par le vent, l’AMOC influence l’échange de chaleur entre les tropiques et les hautes latitudes. Cette circulation est due principalement à l’eau froide et dense des mers salée du Groenland et du Labrador, qui s’enfonce vers les profondeurs de l’océan Atlantique Nord. Elle régule la température et sert donc de thermostat mondial.

Mais pour combien de temps encore ? Des changements soudains dans la circulation ont été identifiés comme potentiels points de basculement dans les systèmes physiques de la Terre. Depuis les années 1950, les géologues et les océanographes ont recueilli des preuves convaincantes que les altérations de la circulation océanique constituent un déterminant clé du changement climatique.

L’analyse de carottes de glace du Groenland suggère que des changements brusques dans l’intensité de la circulation ont déclenché des fluctuations de température importantes au cours de la dernière glaciation. Des fluctuations climatiques d’une telle ampleur n’ont heureusement pas eu lieu à l’époque interglaciaire actuelle, l’Holocène. Néanmoins, les signes d’un affaiblissement marqué de l’AMOC, signalés en 2005 (H. L. Bryden et al. Nature 438, 655-657 ; 200515), ont suscité la crainte que la circulation soit sur le point de basculer dans une phase de faiblesse, peut-être en raison du réchauffement climatique provoqué par l’homme.

...

   les 2 articles ci-dessus en 1 PDF

 

 

 

 


                 


Hurricanes Are Moving More Slowly, Which Means More Damage

Science - June 6, 2018 - Heard on All Things Considered - Rebecca Hersher


Hurricanes are moving more slowly over both land and water, and that's bad news for communities in their path.

In the past 70 years, tropical cyclones around the world have slowed down 10 percent, and in some regions of the world, the change has been even more significant, according to a study published Wednesday in the journal Nature.

That means storms are spending more time hanging out, battering buildings with wind and dropping more rain.

"The slowdown over land is what's really going to affect people," says James Kossin1, the author of the study and a tropical cyclone specialist at the National Oceanic and Atmospheric Administration.

He points to Hurricane Harvey's effect on Houston as an example of what slower storms can mean for cities.

"Hurricane Harvey last year was a real outlier in terms of the amount of rain it dropped," he explains. "And the amount of rain it dropped was due, almost entirely, to the fact that it moved so slowly."

Harvey dumped rain on Southeast Texas for more than a week after it made landfall in August 2017. As much as 60 inches fell on some parts of the Houston area. At least 93 people2 died as a result of the storm.

...

PDF















                 

La loi Elan a discrètement supprimé la protection face aux antennes-relais

Tribune - 15 juin 2018 / Laurence Abeille

L’article 62 de la loi Élan, adoptée mardi, met fin à des dispositifs de la loi Abeille qui permettaient un contrôle de l’implantation des antennes relais. L’autrice de cette tribune, à l’origine de la loi de 2015, explique comment la "Macronie" a sacrifié l’intérêt général aux intérêts particuliers.

? Laurence Abeille a été députée écologiste du Val-de-Marne lors de la mandature 2012-2017. Elle est à l’origine de la proposition de loi "relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques" adoptée en janvier 2015 et qui porte son nom.

L’Assemblée nationale a adopté la loi Élan [Évolution du logement et aménagement numérique] ce mardi 12 juin 2018.

Avez-vous remarqué qu’à l’article 62 de cette loi, consacrée essentiellement au logement, quelques lignes concernaient les installations d’antennes relais de téléphonie mobile ? Ces quelques lignes signent la fin du dispositif prévu dans la loi dont je suis l’auteur, en supprimant le délai de deux mois qui permettait l’information et la concertation autour des implantations d’antennes.1

Cet article 62 est ce qu’on appelle un "cavalier législatif", c’est-à-dire qu’il n’a rien à voir avec le reste de la loi, consacrée aux questions de logement. On peut penser que c’est sous la pression du lobby des opérateurs de téléphonie mobile que cet article a été ajouté.

...

PDF

 

 

 

 

 

                 

&

 

Communiqué de Presse

? Objet: assister et fédérer les personnes et les collectifs qui luttent pour la sécurité sanitaire des populations exposées aux nouvelles technologies de télécommunications sans fil Paris, le 13 Juin 2018

Des sociétés de téléphonie mobile avertissent leurs actionnaires des risques de cancer mais les cachent à leurs clients.

Les principales firmes de la Téléphonie Mobile accusées d’être sélectives dans leur approche de la vérité – MIRROR, 02 Juin 2018, par Grace MACASKILL :

"Sept ans après le classement des radiofréquences dans le Groupe 2B, probablement cancérogène, l’industrie des Télécoms alerte ses actionnaires des risques de cancer possibles liés à leurs appareils.

Les plus importantes firmes de téléphonie mobile, dont BLACKBERRY, EE, NOKIA et VODAFONE ont averti leurs investisseurs qu’ils pourraient devoir faire face à des poursuites judiciaires de la part d’usagers de téléphones portables s’il s’avérait que des études démontrent des liens entre l’utilisation de leurs produits et le cancer.

British Télécom, qui possède le groupe EE, a informé sans détour ses investisseurs dans son rapport annuel de 2017 :

"Nous ne pouvons fournir l’assurance absolue que la recherche dans le futur n’établisse pas de liens entre les émissions de radiofréquences et les risques sanitaires".

Et NOKIA affirme :

Certains résultats de recherche ont indiqué que les ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables et les stations de base peuvent avoir des effets néfastes sur la santé, comme l’augmentation du risque de cancer".

...

 

Top mobile phone firms warning shareholders over devices' possible cancer risks - but fail to tell customers

By Grace Macaskill, 2 JUN 2018

Companies including Blackberry, EE, Nokia and Vodafone have told investors they could face legal action from device users if research eventually finds links between their products and cancer

Top mobile firms have been accused of "being selective with the truth" (Image: Getty)

Top mobile firms are warning shareholders about the potential health risks of phones but keeping the information from customers.
Companies including Blackberry, EE, Nokia and Vodafone have told investors they could face legal action from device users if research eventually finds links between their products and cancer.

Yet they fail to warn users of any potential risk in their ads and packaging.

British Telecom, which owns EE, tells investors starkly in its 2017 annual report:

“We can’t provide absolute assurance that research in the future won’t establish links between radio frequency emissions and health risks.”

And Nokia says:

“There have been some research results that indicated the possibility that electromagnetic waves emitted from mobile devices and base stations have adverse health effects, such as increasing the risk of cancer.”

...

 

Brit dad sues Nokia for up to £1million claiming using his mobile phone caused his brain tumour

By Grace Macaskill, 12 MAY 2018

Neil Whitfield, 60, says he developed an acoustic neuroma tumour due to heavy phone use for his job in the late 1990s

Neil Whitfield, 60, and his family believe his cancer was caused by his Nokia phone (Image: Peter Powell / Sunday Mirror)

A salesman who suffered a brain tumour1 is suing Nokia2 for “significant” compensation which could hit £1million – in a case that could cost mobile phone firms a fortune.

Father-of-six Neil Whitfield, 60, claims heavy mobile phone3 use in the late 1990s caused a deadly growth.

His job meant using a phone for long spells – and in the days before it was illegal he had the gadget pressed to his ear while driving.

Neil developed an acoustic neuroma tumour on a nerve between his inner ear and brain.

He was left deaf in one ear after surgery in 2001 to remove a growth the size of a golf ball. He also suffers with balance problems.

An x-ray of the tumour that appeared in Neil's brain (Image: Getty Images)

Neil said:

“I have no doubt my tumour was caused by mobile phones.

“I spent almost five years glued to my phone hours at a time until I was diagnosed. I could feel the heat coming off it.

“I know this is going to be a real David and Goliath battle. It might take a while before it’s settled but I won’t give up.

...

 

   les 3 articles ci-dessus en 1 PDF

 

 

 

 

                 

La FNSEA coincée entre l’huile de palme et le carburant au colza

Reportage - 12 juin 2018, Amélie Beaucour (Reporterre)

L’autorisation donnée à la raffinerie Total de la Mède d’importer massivement de l’huile de palme a provoqué la colère de la FNSEA. Ses membres, en particulier les producteurs de colza, protestent contre cette "concurrence déloyale" pour la fabrication d’agrocarburant et invoquent des arguments écologiques.

Grigny (Essonne), reportage -

"N’importons pas l’agriculture dont nous ne voulons pas."

Voilà ce qu’on pouvait lire sur la bâche noire déployée sur un camion-benne, lundi matin, devant le dépôt de carburant de Grigny, en Essonne. Depuis 2 h du matin, les agriculteurs de la FNSEA et du syndicat Jeunes Agriculteurs bloquent le site d’approvisionnement, déversant purin et pommes de terres germées devant les entrées du dépôt.
 
Objectif : protester contre l’autorisation donnée par Nicolas Hulot au groupe Total d’importer de l’huile de palme pour fabriquer son agro-carburant. Le 16 mai dernier, le ministre de la Transition écologique a en effet donné son feu vert à l’importation de 300.000 tonnes d’huile de palme provenant de Malaisie pour faire tourner la bioraffinerie de La Mède, dans les Bouches-du-Rhône1. Une décision qui met à mal la filière de colza française, également utilisée dans la production d’agro-carburant.

"Cette quantité [d’huile de palme], on est capable de la fournir en colza", explique Nicolas Galpin, agriculteur à Auvernaux en Essonne. "Et tout ça, sans déforestation !" ajoute-t-il.

...

PDF

 

 

 

Butchery of the Planet

13th June 2018, by George Monbiot, published in the Guardian, 8th June 2018

Defending the living world and its people requires a shift from meat to a plant-based diet

Whether human beings survive this century and the next, whether other lifeforms can live alongside us: above all this depends on the way we eat. We can cut our consumption of everything else close to zero and still drive living systems to collapse, unless we change our diets.

All the evidence now points in one direction: the crucial shift is from an animal- to a plant-based diet. A paper published last week in Science reveals that while some kinds of meat and dairy production are more damaging than others, all are more harmful to the living world than growing plant protein. It shows that animal farming takes up 83% of the world’s agricultural land, but delivers only 18% of our calories. A plant-based diet cuts the use of land by 76% and halves the greenhouse gases and other pollution caused by food production.

Part of the reason is the extreme inefficiency of feeding livestock on grain: most of its nutritional value is lost in conversion from plant protein to animal protein. This reinforces my contention that if you want to eat less soya, you should eat soya: most of the world’s production of this crop, and the accompanying destruction of forest, savannah and marshland, is driven by the wasteful practice of feeding animals on food that humans can eat.

...

PDF

 

 

 


                 

La maladie de Lyme, en pleine expansion en France !

Reportage vidéo - Risques - 11 Juin 2018, Baptiste Clarke

Selon Santé publique France, ces dernières années montrent une très forte progression des cas de maladie de Lyme : 55.000 nouveaux cas en 2016. Une maladie encore mal diagnostiquée qui peut avoir de graves conséquences sur la santé. Reportage vidéo.

Essayez de regarder cette vidéo sur www.youtube.com > https://youtu.be/mxESO3ZE4Wg

Première chose à faire après une balade en pleine nature, que se soit en forêt ou ailleurs, bien contrôler qu'une tique ne vous a pas mordu. Elles peuvent porter un nombre stupéfiant d'agents pathogènes

"une soixantaine de bactéries, une centaine d'espèces de parasites, au moins cinq cents virus connus, sans compter les nouvelles découvertes à venir", selon l'Anses, qui effectue des travaux de recherche sur les tiques.

Des agents pathogènes comme les bactéries du genre Borrelia qui provoque chez l'homme la borréliose de Lyme, ou maladie de Lyme1.

Une maladie infectieuse qui sera transmise au bout de 12 à 48 heures après la morsure. Si la tique est retirée dans ce laps de temps, l'infection est moins probable.

Problème, vu sa petite taille, on ne voit pas toujours qu'on a été mordu et une fois rassasiée la tique quitte son hôte, ni vue ni connue.

...

PDF

 

 

 

 



                 

En Corrèze, une usine à biomasse va stériliser la forêt

Reportage - 7 juin 2018 - Gaspard d’Allens et Andrea Fuori (Reporterre)

En Corrèze, le projet d’une usine à biomasse censée alimenter des chaufferies de région parisienne suscite les critiques et l’inquiétude de la population pour l’avenir même des forêts : les pellets torréfiés seront produits à partir des souches et des restes de branchage après les coupes rases, ne laissant rien pour la régénération des sols.

Bugeat et Viam (Corrèze), reportage - Sur la route qui serpente en montant le long du plateau de Millevaches, la forêt dense laisse éclater les couleurs vives du printemps. Une touche impressionniste jaune et vert tendre qui s’éveille au soleil encore doux du mois de mai. Au bord du chemin d’asphalte, des tags sont écrits sur les murs des vieilles granges et sur les transformateurs électriques : "On ne se laissera pas peler !", "Non à l’usine Bugeat-Viam","Ni ici ni ailleurs !".

Depuis près d’un an, une grogne gagne les habitants des petits villages en pierres grises de ce territoire rural composé à moitié de forêts. Plantés au siècle dernier, sur les ruines de la déprise agricole, ces bois attirent maintenant les convoitises des industriels, qui voient dans la biomasse leur nouvel Eldorado.

Au grand dam des opposants, l’usine CIBV "Carbon Ingen’R Bugeat Viam" a eu, fin avril, l’accord du préfet de Corrèze pour débuter ses travaux1. Son projet ? Produire chaque année 45.000 tonnes de pellets torréfiés — des granulés issus du bois-énergie — qui serviraient de substitution aux combustibles fossiles comme le charbon.

...

PDF

 

 

Le plastique biodégradable n’est pas du tout biodégradable

6 juin 2018 - La Relève et La Peste

Les plastiques biodégradables apparaissent comme la solution idéale… s’ils étaient réellement biodégradables. Le rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (UNEP, United Nations Environment Programme en anglais) révèle une supercherie.

Le plastique biodégradable… la solution idéale au désastre environnemental ? C’est sans compter le gouffre entre le concept marketing et la biodégradabilité effective du produit. 

L’ennemi numéro un

8 millions de tonnes de déchets plastiques déversés dans l’océan chaque année selon l’ONU1.

1 200 particules plastiques par litre dans les glaces de l’Océan Arctique, montrent les scientifiques de l’AWI2. Un continent de plastique3 couvrant près de 6 fois la France dans le Pacifique Nord, et qui s’accroît de 80 000 km2 par an.

"Le plastique tue plus de 1,5 million d’animaux par an." alerte Laurence Maurice4, de l’Institut français de recherche pour le développement.

Y a-t-il besoin d’autres preuves que le plastique est l’ennemi numéro un de l’environnement ?

Et pourtant, en Europe, 30 % des déchets plastiques sont recyclés, en moyenne.

...

PDF

 

 

 


                 



Enquête 1/5 - Le passage en force de Linky suscite la révolte

 

- 30 mai 2018, Moran Kerinec (Reporterre)

Déploiement accéléré, passages en force, ignorance des questions des usagers… Enedis, le promoteur du compteur communicant Linky, provoque des levées de boucliers dans les communes, des débats au Parlement et une forte opposition. Dans une enquête en cinq volets, Reporterre passe au crible le dossier : méthodes de pose, santé, protection des données, utilité écologique... Premier volet.

❐ Cet article est le premier d’une enquête en cinq volets que Reporterre consacre au compteur Linky.


"Enedis m’a obligée à barricader mon compteur. Maintenant, il est scellé."

Dans un café d’Oullins, en bordure de Lyon, Sandrine est venue accompagnée d’autres membres du collectif anti-Linky Sud-Ouest lyonnais (SOL). Autour de la table, chacune feuillette son propre dossier pour vérifier les informations qu’elles partagent : extraits de presse, documents d’Enedis, notes et études s’y mélangent. À tour de rôle, elles racontent leur première expérience avec le compteur controversé.

"Des installateurs m’ont appelé un jour : ils étaient en bas de chez moi, garés dans la rue. Je n’ai pas voulu les faire entrer. Ils m’ont expliqué que c’était obligatoire, que j’allais devoir payer des frais supplémentaires si je refusais l’installation d’un compteur Linky", raconte Jocelyne en sirotant un thé.

"Quand des installateurs viennent chez vous, sans avertissement, poser un Linky, ça peut donner l’impression d’une intrusion dans la vie privée. Ça touche au foyer, à l’intime", ajoute sa voisine Marie-France.

Pourtant, selon ses défenseurs, le Linky serait un bond en avant : véritable outil de la transition énergétique, le compteur communiquant pourrait mieux informer ses usagers de leur consommation électrique, permettre une connaissance plus fine du réseau et de ses besoins pour les fournisseurs d’énergie, raccorder plus facilement les installations d’énergies renouvelables chez les particuliers…
...



PDF


Enquête 2/5 : Linky, le compteur qui observe la vie privée des gens


31 mai 2018, Moran Kerinec (Reporterre)

Parmi les craintes suscitées par Linky, celles liées à l’usage et à la protection des données personnelles tiennent une place de choix. Que fera Enedis des données collectées ? L’entreprise est-elle claire au sujet du respect de la vie privée des "usagers" ? Reporterre fait le point.

? Cet article est le deuxième d’une enquête en cinq volets que Reporterre consacre au compteur Linky. Hier, nous avons publié "Le passage en force de Linky suscite la révolte".

"Pourquoi est-on là ? Pour comprendre à quoi sert ce fichu Linky et s’il est vraiment bon pour nous", lance Sophie, une habitante de Couzon-au-Mont-d’Or.

Près de 70 personnes se sont réunies ce soir dans la salle des fêtes de ce petit village situé à une poignée de kilomètres de Lyon. Tous sont présents pour comprendre ce qu’est ce curieux compteur électronique qui remplace dans les foyers la vieille machinerie mécanique qui calculait leur consommation d’électricité.

À l’invitation de l’association Vivre Couzon, deux élus municipaux sont venus débattre de ce nouveau dispositif en compagnie du collectif d’opposants au Linky Pièces et Main d’œuvre.

"Un compteur a été installé chez ma grand-mère, mais elle ne sait absolument pas à quoi il sert de plus par rapport au précédent", dit Mathilde, venue se renseigner elle aussi.

Parmi les sujets de la soirée, l’un est d’importance : à quoi sert la masse de données collectées par le Linky ?

...

PDF

Enquête 3/5 : Linky dangereux pour la santé ? Des craintes infondées


1er juin 2018, Moran Kerinec (Reporterre)

Linky est-il à l’origine de troubles sanitaires ? Parmi les rumeurs qui circulent sur le compteur communicant, l’une des plus tenaces serait son impact sur la santé de ses usagers. Certains le soupçonnent même de déclencher des incendies. Reporterre a enquêté. Sur ce point, la conclusion est rassurante.

? Cet article est le troisième d’une enquête en cinq volets que Reporterre consacre au compteur Linky. Les jours précédents, nous avons publié "Le passage en force de Linky suscite la révolte" et "Linky, le compteur qui observe la vie privée des gens".

Le Linky conduirait-il à un désastre sanitaire ? Longtemps, ses détracteurs ont avancé que le compteur aurait des effets négatifs pour la santé de ses usagers.

"La question des ondes nous ramène aux controverses scientifiques comme l’amiante ou les pesticides," explique Stéphane Lhomme, militant anti-Linky.

"Les gens aujourd’hui se méfient. Longtemps, des mensonges ont circulé sur les effets véritables, et on a minimisé les maladies qui en résultaient."

Un parallèle anxiogène, qui s’est propagé dès le déploiement du compteur communicant par des vidéos d’associations anti-ondes, où des "experts" assuraient que le boîtier émettait un taux d’ondes inquiétant.

Le compteur y est accusé de tous les maux : il causerait des malaises, des acouphènes, serait responsable des maladies d’Alzheimer ou de Parkinson. Le tout serait dû aux ondes émises depuis les courants porteurs en ligne (CPL)1, qui perturberaient le fonctionnement du cerveau humain.

Cette rhétorique a fait son bonhomme de chemin jusqu’à la bouche de certains politiques qui demandent à ce que des études supplémentaires2 soient réalisées pour rassurer la population. Un scandale de santé publique se cacherait-il derrière le compteur ?

Rien n’est moins sûr.

...

PDF

 

Enquête 4/5 : En Allemagne et en Autriche, le Linky est sévèrement bridé

4 juin 2018, Violette Bonnebas (Reporterre)

La France n’est pas le seul pays européen où le compteur communicant rencontre des résistances. En Autriche, les citoyens réclament d’avoir le choix, en Allemagne, les autorités s’inquiètent des vulnérabilités du système. Et le déploiement de ces compteurs est limité et très contrôlé.

? Cet article est le quatrième d’une enquête en cinq volets que Reporterre consacre au compteur Linky. Les jours précédents, nous avons publié "Le passage en force de Linky suscite la révolte", "Linky, le compteur qui observe la vie privée des gens" et "Linky dangereux pour la santé ? Des craintes infondées".

Berlin (Allemagne), correspondance - Le réseau d’électricité de Vienne, Wiener Netze, l’annonce fièrement : il se prépare à

"l ’opération la plus importante et la plus innovante de son histoire", selon son directeur, Hermann Nebel.

C’est même

"le plus grand échange de compteurs de tout l’espace germanophone".

À la fin de l’année, Wiener Netze doit lancer l’installation de compteurs électriques communicants (dits "intelligents"), dans les 900.000 foyers de la capitale autrichienne. Pas moins de cinq cents techniciens et ingénieurs sont mobilisés.

Pourtant, l’opération aurait dû s’achever initialement… l’année dernière. L’Autriche avait en effet pour ambition d’être un pionnier de la technologie, présentée comme une pierre angulaire de sa transition énergétique. L’objectif était d’équiper 80 % des foyers du pays fin 2017. En réalité, seuls 8,5 % d’entre eux ont échangé leurs compteurs, et pas un seul à Vienne.

...

PDF

 

Enquête 5/5 : Le compteur Linky n’est vraiment pas écolo

6 juin 2018 - Moran Kerinec (Reporterre)

Linky, un rouage essentiel de la transition énergétique ? L’argument peine à convaincre. En revanche, la manne financière promise par le déploiement du compteur communicant remplit d’espoir Enedis, la filiale d’EDF chargée de la distribution d’électricité.

? Cet article est le cinquième et dernier d’une enquête que Reporterre consacre au compteur Linky. Les jours précédents, nous avons publié "Le passage en force de Linky suscite la révolte", "Linky, le compteur qui observe la vie privée des gens", "Linky dangereux pour la santé ? Des craintes infondées" et "En Allemagne et en Autriche, le Linky est sévèrement bridé".

L’argument fait office de massue pour Enedis : le Linky est un palier inévitable pour la réussite de la transition énergétique. Selon le distributeur d’électricité,

"le changement de compteur est nécessaire pour moderniser le réseau de distribution d’électricité afin de développer le solaire, l’autoconsommation, les voitures électriques…"

Cette assertion fait tousser même les moins farouches critiques du Linky.

"Franchement, il n’a pas été conçu pour la transition énergétique, mais pour qu’Enedis face des économies de fonctionnement à Enedis", dit Marc Jedliczka, vice-président du Réseau pour la transition énergétique (Cler).

...

PDF

 

 

 

                 

"Génocide silencieux" et "fraude scientifique" : l'accablant documentaire sur le glyphosate

 

08/10/2017 - #Santé - #Environnement - Vincent Lucchese


En octobre 2016, un "faux tribunal" constitué de vrais juges condamnait Monsanto pour les ravages sur l’homme et l’environnement qu’est fortement soupçonné de causer son herbicide à base de glyphosate, le Roundup. La journaliste Marie-Monique Robin a enquêté en amont du procès et accumulé les indices contre Monsanto. Son documentaire, Le Roundup face à ses juges (diffusé le 17 octobre 2017 sur Arte), ouvertement à charge, est accablant, non seulement pour le glyphosate, mais aussi pour la firme américaine, qui semble prête à tout pour sauver son herbicide.

C’est une succession de témoignages à vous glacer le sang. En Argentine, la caméra de Marie-Monique Robin suit des chercheurs à la rencontre de populations vivant à proximité de champs aspergés d’herbicides à base de glyphosate.

"Nous avions une fille, elle avait 11 ans. Elle est morte d’une pneumonie et d’un arrêt respiratoire. Ma femme est morte l’an dernier, elle avait 56 ans. Elle a eu un problème d’asthme grave quand ils ont pulvérisé le champ en face. Et mon petit-fils vient d’être opéré d’un rein à cause d’une malformation congénitale. Mon frère est décédé il y a un peu moins de deux ans d’un cancer du foie", dit encore un homme tremblant et rachitique.

Son sort n’est guère plus enviable : il souffre de poly-neuropathie toxique sévère. Son métier avant la maladie ? Remplir les cuves des avions d’épandage avec du glyphosate. Le lien ne fait pour lui aucune doute.

"C’est un génocide silencieux dont je ne veux plus être complice."

...

PDF

 

 

 

                 

Notre gouvernement renonce à interdire l’épandage de pesticides près des zones d’habitation

4 juin 2018
La Relève et La Peste

Les enfants vont de nouveau être exposés à des cocktails de substances chimiques nocifs pour leur santé et leur développement

Le ministre Stéphane Travert s’était engagé devant les ONG et les acteurs agricoles à interdire l’épandage de pesticides près des zones d’habitation. Il vient de retirer le texte de loi contre les pesticides, suite à l’opposition de députés.

Pesticides dans les écoles

Avril 2018, en Gironde1. Des parents d’élèves, des associations anti-pesticides et des salariés agricoles se regroupent pour demander au préfet du département de protéger les écoles des pulvérisations d’insecticides et autres herbicides.

Un courrier assorti d’une pétition signée par 200 000 personnes lui a demandé d’imposer une zone de protection de 200 mètres autour des établissements cernés par des parcelles de vignes, où seuls des produits bio seraient autorisés.

"Nous sommes dans le plus grand département viticole de France et 128 écoles sont enclavées dans les vignobles" souligne alors Valérie Murat, de l’association Alerte aux Toxiques.

...

PDF

 

 









                 

 

Le scandale du Phonegate à l'épreuve du secret des affaires

11 juin 2018, par Les invités de Mediapart - Blog : Le blog de Les invités de Mediapart

Marc Arazi et Jérôme Karsenti dénoncent l’entrée en vigueur de la clause de confidentialité de la directive européenne qui permet "aux industriels du marché d'équipements radioélectriques de bénéficier d'une totale confidentialité pour les produits possiblement à risques pour la santé humaine qu'ils mettront sur le marché européen".

Le 12 juin 2018 restera une triste date pour tous les citoyens qui s’élèvent contre la mainmise du monde des affaires sur les atteintes à la santé publique et à l’environnement dénoncés, depuis plusieurs semaines, par de nombreux représentants des médias et les lanceurs d’alerte.

Les industriels de la téléphonie notamment seront bientôt totalement à l’abri pour fabriquer et vendre des téléphones dont la nocivité ne pourra plus être dénoncée.

Ainsi le 14 juin 2018, l’Assemblée Nationale, malgré une pétition qui a recueilli plus de 570 000 signatures et la mobilisation des ONG et associations attachées aux libertés publiques, votera la loi de transposition de la directive secret des affaires.

Cette loi pose le secret des affaires comme principe sans que sa définition ne permette d’en déterminer le contour. Elle ne protège plus les entreprises de presse qui pourront être poursuivies devant les tribunaux de commerce. Elle exclue les lanceurs d’alerte de la protection de la loi Sapin 2 lorsque le secret des affaires sera allégué, protégeant ainsi les industriels de la téléphonie de toutes révélations sur les risques d’atteintes à la santé publique que font courir la fabrication des téléphones.

...

PDF

 

 

 

                 

Les violences policières se généralisent, constatent les avocats de France

Reportage - 12 juin 2018, Marie Astier (Reporterre)

Lors d’une journée de réflexion organisée par le Syndicat des avocats de France, de nombreux témoignages ont montré que les violences policières touchent en France de plus en plus de secteurs de la société : militants écologistes et sociaux, migrants, jeunes des quartiers populaires... Les réponses juridiques émergent peu à peu. Mais une prise de conscience de la société face à la "fabrique des monstres" est indispensable.

Quelle est l’issue la plus probable d’une plainte déposée par une victime de violence policière ? Le non-lieu.

Dur constat, pour des avocats.

C’est pourtant sur celui-ci que s’est ouverte la journée de réflexion et d’échanges sur les violences policières, organisée par leur syndicat, samedi 9 juin1.

"Nous sommes dans un contexte d’urgence", a introduit Laurence Roques, présidente du Syndicat des avocats de France (SAF). "Il y a les migrants2 et les militants3 poursuivis au col de l’Echelle [Hautes-Alpes], la répression des manifestations, l’intervention militaire sur la Zad4, les interpellations au lycée Arago..."

Cette violence est-elle isolée ou systémique ?

A quel moment l’usage de la force par les forces de l’ordre devient-il illégal ?

Comment les avocats peuvent-ils y répondre, et en collaboration avec quels autres acteurs ?

...

PDF

 

 

 

 

                 

 

Les Etats-Unis sonnés par les suicides

M le magazine du Monde - 15.06.2018, par Stéphanie Le Bars (Washington, correspondance)

De 1999 à 2016, le taux de suicide a bondi de 30 %, selon le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies. En cause : les armes à feu, le système de santé mental défaillant et la mauvaise prise en charge des vétérans.

Leurs suicides par pendaison, à deux jours d’écart et sur deux continents, sont venus grossir d’inquiétantes statistiques. Mais, parce que la designer Kate Spade, 55 ans, et le chef Anthony Bourdain, 61 ans, étaient des personnalités connues du grand public, leur mort a davantage marqué les esprits que celle des 45 000 Américains anonymes qui se sont donné la mort en 2016. Un record, selon les données officielles, fortuitement publiées au moment même où survenaient ces tragédies personnelles.

Le choc provoqué par la disparition des deux célébrités a agi comme un signal d’alarme1. Les nombreux articles qui, dans la presse américaine, ont relaté leur mort brutale ont souvent été accompagnés d’entretiens avec des experts en prévention du suicide, de numéros d’urgence à contacter en cas de détresse, de conseils aux proches des personnes déprimées. Comme si l’Amérique prenait subitement conscience d’un problème de santé publique pourtant persistant.

...

PDF

 

 

 

                 

 

 

Airbnb passe à l’offensive pour faire plier Berlin, Barcelone et Paris

Droit au logement - par Rachel Knaebel, 11 juin 2018 - Photo : CC Daniel Guimberteau

Face à l’expansion brutale de la location touristique, qui rend indisponible des milliers de logements pour les habitants, les métropoles européennes mettent en place des réglementations de plus en plus strictes. Airbnb les combat activement au niveau local et attaque les villes en justice. La firme fait désormais pression sur la Commission européenne pour que Bruxelles empêche les élus parisiens, berlinois ou barcelonais de réguler ce secteur. Qui, de la multinationale ou des grandes collectivités locales, sortira vainqueur ?

47 000 logements à Paris, 25 000 à Londres, plus de 10 000 à Berlin, 16 000 à Copenhague, 15 000 à Rome et Amsterdam… Dans toutes les grandes villes européennes, le nombre de logements intégralement loués à des fins touristiques sur Airbnb a pris des proportions considérables1. Comme il s’agit de villes où il est déjà difficile, voire impossible, de se loger décemment à des prix modérés, plusieurs municipalités ont décidé d’enrayer le phénomène par des moyens juridiques et réglementaires.

À Paris, certains "hôtes" Airbnb louent ainsi des dizaines d’appartements différents pendant une très grande partie de l’année, et récoltent des centaines de milliers d’euros de revenus annuel.

...

PDF

 

 

 

     

 

Does Vitamin D Really Protect Against Colorectal Cancer?

Your Health - June 14, 2018 - Heard on All Things Considered - Patti Neighmond

A serving of salmon contains about 600 lUs of vitamin D, researchers say, and a cup of fortified milk around 100. Cereals and juices are sometimes fortified, too. Check the labels, researchers say, and aim for 600 IUs daily, or 800 if you're older than 70.

Dorling Kindersley/Getty Images/Dorling Kindersley

It's been clear for many years that vitamin D helps keep bones strong, but studies have been inconclusive and conflicting about the vitamin's value in protecting against certain cancers, including colorectal cancer1.

Now a large international study2 provides the strongest evidence yet that vitamin D may indeed be protective against colorectal cancer and that a deficiency may increase the risk of this cancer. The findings appear Thursday (June 14, 2018) in the Journal of the National Cancer Institute.

"For both men and women, deficient levels of vitamin D were associated with a 30 percent increased risk of colorectal cancer," says Marji McCullough3, a nutritional epidemiologist with the American Cancer Society and study co-author. "People who had higher circulating blood levels of vitamin D, above the range deemed "sufficient," had a 22 percent lower risk", she says.

The study pooled findings from 17 previous studies that included 12,813 adults in the U.S., Europe and Asia. Those studies collectively looked at 5,706 people with colorectal cancer and 7,107 people of a similar age and race who didn't have cancer. Women's menopausal status was also taken into account.

To determine what role vitamin D might be playing, researchers looked at participants' blood samples collected in the years before their cancer diagnosis. They also considered the established risk factors for colorectal cancer, including smoking, low physical activity and high body mass index.

...

PDF

 

 

 

 

                 

The dazzling US unemployment rate is blinding Americans to a much darker reality

Written by Gwynn Guilford - June 07, 2018

On June 1, US president Donald Trump tweeted a barely veiled spoiler about soon-to-be-released employment data1—violating presidential norms (and very possibly the law) in the process.

Looking forward to seeing the employment numbers at 8:30 this morning.
— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) June 1, 2018

The president’s hint that the monthly job numbers would be upbeat seems to have moved markets2. But there’s something even more troubling than Trump’s personal disdain for rules, according to Jeffrey Snider of Alhambra Partners.

According to the latest jobs data, the steadily declining unemployment rate is down to just 3.8%. But that sunny statistic belies a deeper infirmity in the labor market, Snider argues3 on his blog. Namely, working-age Americans have been giving up on finding jobs.

The public typically perceives a low unemployment rate as reassuring because it suggests that everyone who wants a job has one. But the broader set of jobs data suggests that’s not the case.

“As usual, the consequences of truly no growth in the labor market leaves particularly politicians to emphasize nothing other than the unemployment rate,” Snider says.

...

PDF

 

 


     


How an ancient tradition shaped a nation's work ethic

- Work-life balance - By Oddrun Midtbo, 23 May 2018

Is this the secret training that gives this country a competitive edge?

It’s the day before National Day and people across Norway are working hard to make the whole country look clean and tidy ahead of the celebrations on May 17. In a school playground in the small town of Sogndal, lots of parents have turned up to get the area ready.

Six mothers are directing operations. A young father and another parent who is an Eritrean refugee are carrying chairs and tables out. Another group are using birch tree branches and flags to make the space look festive, while others are putting out rubbish bins. A few are asking about the games they need to run the next day for the children.

“Do your best, that's good enough,” the organisers tell them.

Dugnad is a crucial resource for sports teams and, because it’s meant to be social, fun and voluntary, is seen as strengthening the team community.

This is “dugnad”, a word which literally means help or support in Norwegian, a custom of communal work in Norway that dates back centuries, and one that has existed in some form or another in most agricultural societies around the world.

In Norway, dugnad was traditionally a way of getting big tasks like roofing, haymaking and house-building done, usually followed by a big meal or a feast. In a nation of farmers and fishermen, it functioned as a kind of community insurance scheme. People helped others out and as a result knew that they could always call on the community in their time of need.

Today dugnad has come to mean unpaid voluntary work done in a group, for local, national or international causes. And it’s become so entrenched in contemporary Norway that in 2004 dugnad was voted Norway’s word of the year.
...



PDF







     
        - 

Paul Krugman Explains Why Trump's 'Stupid Trade War' Is Such a Terrible Idea


- News & Politics - By Cody Fenwick / AlterNet
May 31, 2018

"So this is a remarkably stupid economic conflict to get into."

As the United States gears up for a full-on trade war with key allies, economist Paul Krugman has a stark warning for Presiden Donald Trump: It's not going to go well.

In a column1 posted Thursday evening, Krugman argues that Trump's trade war — which he once said should be "easy to win" — will be bad for many Americans, including many that see the president as their defenders.

"So, the trade war is on," Krugman begins. "And what a stupid trade war it is."

"[T]it-for-tat trade retaliation will hurt a lot of American workers (and especially farmers), quite a few of whom voted for Trump and will now find themselves feeling betrayed," he notes.

He also argues that Trump's view of international trade is overly simplistic. Slapping tariffs on a few industries isn't an isolated action, and it will have ripple effects across the economy. This is because, as Krugman explains,

"it’s a matter of complex value chains, which the Trump trade war will disrupt. This will produce a lot of American losers, even if they aren’t directly employed producing exported goods."

Even more worrying for Trump is that prices across the board could rise if the trade war "spirals" further. The Republicans sold their giant tax giveaway to corporations based on minor, temporary cuts for individual payers, but even these measly gains could evaporate if prices rise. That could be disastrous for the GOP heading into the midterms.
...

 

 


Oh, What a Stupid Trade War (Very Slightly Wonkish) -

Opinion - By Paul Krugman, Opinion Columnist, May 31, 2018

So, the trade war is on. And what a stupid trade war it is.

My regular column for tomorrow is about health care, but I felt I needed to weigh in on this idiocy, and not just on Twitter.

The official – and legal – justification for the steel and aluminum tariffs is national security. That’s an obviously fraudulent rationale, given that the main direct victims are democratic allies. But Trump and co. presumably don’t care about telling lies with regard to economic policy, since that’s what they do about everything. They would see it as all fair game if the policy delivered job gains Trump could trumpet.

Will it?

OK, here’s the point where being a card-carrying economist gets me into a bit of trouble. The proper answer about the job-creation or -destruction effect of a trade policy – any trade policy, no matter how well or badly conceived – is basically zero.

Why? The Fed is currently on a path of gradually raising interest rates, because it believes we’re more or less at full employment. Even if tariffs were expansionary, that would just make the Fed raise rates faster, which would in turn crowd out jobs in other industries: construction would be hurt by rising rates, the dollar would get stronger making U.S. manufacturing less competitive, and so on. So all my professional training wants me to dismiss the jobs question as off-base.
...



  les 2 articles ci-dessus en 1 PDF















     

 

De quelle éducation aux médias avons-nous besoin ?

Articles - désinformation - éducation - Médias - 06/06/2018, Par Hubert Guillaud

Lors du dernier SXSW consacré à l’éducation1, la chercheuse américaine Danah Boyd (@zephoria) a, comme à son habitude, délivré une très intéressante conférence sur la question de l’éducation aux médias2 (vidéo3) devant un parterre de spécialistes. Intéressante parce qu’elle remettait en question certaines approches faciles ou rapides de la façon dont on considère l’éducation aux médias

Image : danah boyd sur la scène du SXSW edu.

Idéalement, l’éducation demande aux élèves de remettre en cause leurs hypothèses, de chercher de nouvelles explications.

Le problème est que le gouffre qui s’ouvre alors peut être rempli d’une manière profondément problématique, estime Danah Boyd. Lorsque nous demandons aux élèves d’interroger leurs croyances sans leur donner un nouveau cadre pour donner un sens au monde, d’autres sont souvent là pour le faire à la place de leurs professeurs ou de leurs parents. Danah Boyd a un profond respect pour l’objectif de l’éducation aux médias, qui consiste, comme l’explique la spécialiste du sujet Renee Hobbs4 en

"une enquête active et une réflexion critique sur les messages que nous recevons et créons".

La "littératie5 médiatique" consiste donc à développer des compétences pour analyser, évaluer et créer des médias. Elle vise à la fois à autonomiser les individus et à leur donner des outils pour créer une société démocratique.

Dans un récent rapport de Data & Society6, Monica Bulger (@literacyonline) et Patrick Davison, rappellent d’ailleurs que l’éducation au média a montré des résultats positifs, notamment en permettant d’évaluer le contenu partisan, d’améliorer la pensée critique ou le changement de comportement, mais que celle-ci a encore des efforts à faire pour s’améliorer.

...

PDF

 

 

 

 

                 

"Fainéants" et "assistés" : la sinistre vision du monde de la classe politico-médiatique

Médias - septembre 12, 2017, Vincent Ortiz - Crédits : ©Jeso Carneiro

Emmanuel Macron s’en est pris le 8 septembre à Athènes aux "cyniques", aux "extrémistes" et aux "fainéants" ; il les accuse d’empêcher les réformes d’avoir lieu comme il se doit. "Fainéants" : le mot est lâché. L’argument avait été sous-entendu à maintes reprises, mais c’est la première fois qu’il est exposé avec une parfaite clarté : si les Français détestent les réformes, s’ils sont attachés à leur Code du Travail et ne souhaitent pas travailler plus pour gagner moins, c’est tout simplement parce qu’ils sont fainéants. Ce dérapage verbal permet de comprendre la vision du monde d’une partie des "élites" libérales, selon lesquelles la société est divisée en deux catégories. D’un côté on trouve la France qui se lève tôt, celle qui travaille dur le jour et rêve de "start-up nation" la nuit ; de l’autre, on trouve ceux qui ne sont rien : "fainéants", "assistés" et "paresseux", véritables parasites dont les revendications politiques sont des obstacles sur la route du progrès économique.

La revue Capital publiait en 2010 un article intitulé comment faire bosser les paresseux.

Ce mensuel, qui s’adresse en priorité aux employeurs et aux cadres, leur donne une série de conseils pour "dynamiser" le travail de leurs salariés nonchalants.

On y apprend que les travailleurs "paresseux", cette "catégorie d’emmerdeurs", représente "5 à 10% des effectifs" des entreprises. S’ils "cachent bien leur jeu", il n’est pas pas très difficile de les repérer ; les paresseux "ne sont jamais disponibles", "se déclarent incompétents" et ont l’outrecuidance de "manifester bruyamment leur épuisement lorsqu’on leur confie la moindre tâche supplémentaire". Certains ont même l’impudence de respecter leurs horaires à la lettre et de s’en aller tous les jours à "18 heures pile, quoi qu’il arrive, à la seconde près".

...

PDF

 

 

 

 

     

 

The Insane Amounts of Data We're Using Every Minute (Infographic)

Infographics - June 10, 2018, Rose Leadem

More than 470,000 tweets, 2.1 million snaps and 50,000 Instagram photos are posted every 60 seconds.

Image credit: Dong Wenjie | Getty Images

With all the tweets1, iMessages, streamed songs and Amazon prime orders, did you ever wonder just how much data is actually being generated every minute? To find out, cloud-based operating system Domo analyzed data usage over the past year, and shared the results in its sixth Data Never Sleeps2 report. It dives into online consumer behavior, examining the amount of data being generated every minute across popular apps and platforms including Google, Instagram3, Amazon, Netflix, Spotify and more.

? Related: How Data Science Can Help You Grow Your Business Faster

? Related: Here's How to Download and Delete Your Facebook Data

By the looks of the research, things are only getting bigger. In 2012, there were approximately 2.2 billion active internet users. In 2017, active internet users reached 3.8 billion people -- nearly 48 percent of the world’s population.

When it comes to social media4, data usage is unsurprisingly high. Since last year, Snapchat alone saw a 294 percent increase in the amount of images shared per minute. Nearly 2.1 million snaps are shared every 60 seconds. On average, there are 473,400 tweets posted every minute, 49,380 Instagrams photos and 79,740 Tumblr posts.

...

PDF

 

 

 

 

 

 

                 

Patrick Cohen conteste la dangerosité du glyphosate face à Yannick Jadot (médusé)

Société - Par Maïlys Khider, publié le 05 juin 2018
 

Les raccourcis et le passage sous silence des révélations des Monsanto Papers permettent à Patrick Cohen de l'affirmer : rien ne prouve que le glyphosate provoque des cancers. Et pourtant...

Le mercredi 30 mai, un débat vigoureux s’est tenu sur le plateau de "C à Vous" (France 5) entre Patrick Cohen et le député européen Europe écologie-Les Verts Yannick Jadot.

Le thème de la discorde : le glyphosate est-il réellement dangereux pour les citoyens et les agriculteurs ?

Entre raccourcis et informations éludées, Patrick Cohen est resté ferme : rien ne prouve que le glyphosate est cancérigène.

A la question de la présentatrice Anne-Elisabeth Lemoine,

"Yannick Jadot, est-ce qu’on est sûrs de ces dangers ?", c’est Patrick Cohen qui répond.

Quelques "non" martelés. Puis le chroniqueur affirme, définitif :

“"La réponse est non. Mais l’OMS l’a classé cancérigène. Ça, c’est ce qu’on entend partout. Et là non plus, c’est faux."”

Patrick Cohen déroule un argumentaire péremptoire :

"Il y a une seule entité indépendante de l’OMS, le CIRC, qui en 2015 a classé le glyphosate comme étant probablement cancérogène […]1. Toutes les études épidémiologiques d’envergure concluent l’absence de danger."

...

PDF

 

 

 

 

     

Élever son robot pour reprendre le contrôle sur l’information !

Le site d'Annabelle Baudin, initiatives citoyennes pour un nouveau monde. - Septembre 2017


Comprendre les enjeux de l’intelligence artificielle et replacer l’humain au cur de la technologie, Benoit Raphaël est intarissable lorsqu’il évoque ces sujets ! Expert en innovation digitale, si nous lui devons déjà des sites d’opinions comme LePost.fr, Le Plus de l’Obs ou encore Le Lab d’Europe 1, c’est avec passion qu’il nous présente aujourd’hui sa dernière innovation, Flint : un robot humaniste, gratuit et accessible à tous.

Son objectif ?

Nous permettre de reprendre le contrôle de notre consommation d’information et nous rendre plus autonomes face aux algorithmes, qui nous éloignent de toute idée nouvelle ou contraire à notre point de vue.

Demain tous éleveurs de robots ?

"Si nous craignons que les robots nous remplacent, c’est peut-être parce-que nous nous comportons comme des robots." 

Avec le développement des réseaux sociaux, la société devient de plus en plus transversale et de moins en moins hiérarchique. Aujourd’hui tout le monde est potentiellement un média. Faut-il s’en réjouir ?

?? Le partage du pouvoir et du savoir m’a toujours semblé plus souhaitable que leur appropriation par quelques-uns. C’est pour cette raison que j’ai très tôt contribué à créer des médias collaboratifs. Puis les réseaux sociaux ont pris la suite.

Aujourd’hui tout le monde peut prendre la parole et se créer sa propre audience.

Résultat, en 15 ans, l’information est devenue beaucoup plus riche qu’elle ne l’était auparavant lorsque nous n’avions accès qu’aux journaux télévisés ou papier.

Cette richesse de points de vue, de témoignages ou d’analyses est essentielle au bon fonctionnement d’une démocratie moderne.

...

PDF

 

 

 


     

   &  

Automobile: le scandale des pièces détachées gagne l’Europe et les Etats-Unis

- Enquête - 1 juin 2018, par Yann Philippin

Après Renault et PSA, 31 constructeurs du monde entier ont été démarchés pour utiliser le logiciel de surfacturation des pièces détachées. Selon nos informations, au moins trois d’entre eux l’ont mis en œuvre. Mais l’impact de ces hausses a certainement été plus large.

e scandale des pièces détachées automobiles dépasse largement les frontières de la France. Mediapart et ses partenaires ont déjà dévoilé que Renault et PSA ont, grâce à un logiciel fourni par le géant du conseil Accenture, engrangé 1,5 milliard d’euros en gonflant artificiellement de 15 % le prix de leurs pièces détachées. Nous révélons aujourd’hui que le même logiciel a été utilisé par au moins trois autres géants de l’automobile : le japonais Nissan, le Britannique Jaguar Land Rover et l’américain Chrysler.

Les hausses de prix injustifiées opérées par ces cinq constructeurs ont généré un gain total de 2,6 milliards d’euros en dix ans au préjudice des consommateurs, principalement en Europe, mais aussi aux États-Unis. C’est ce que montrent de nouveaux documents confidentiels, obtenus par Mediapart et partagés avec le réseau European Investigative Collaborations (EIC), l’agence Reuters et le quotidien belge De Standaard.

L’opération soulève aussi des interrogations sur le rôle du géant américain du conseil Accenture. Dans le cadre d'une procédure civile lancée à Paris, la firme est accusée par le créateur du logiciel de pratiques anticoncurrentielles concernant la mise en place du système chez Renault et PSA, qui ont obtenu des hausses de tarifs identiques. Accenture dément formellement, ajoutant que l’Autorité de la concurrence a jugé les éléments insuffisants pour ouvrir une enquête.
...

PDF

 

 





                 

 

UK homes vulnerable to 'staggering' level of corporate surveillance

- Alex Hern, @alexhern, Friday 1 June 2018

Smart home appliances send data to manufacturers and third parties, Which? warns

The findings by the consumer organisation Which? have alarmed privacy campaigners. Photograph: scyther5/Getty Images/iStockphoto

British homes are vulnerable to “a staggering level of corporate surveillance” through common internet-enabled devices, an investigation has found.

Researchers found that a range of connected appliances – increasingly popular features of the so-called smart home – send data to their manufacturers and third-party companies, in some cases failing to keep the information secure. One Samsung smart TV connected to more than 700 distinct internet addresses in 15 minutes.

The investigation, by Which? magazine, found televisions selling viewing data to advertisers, toothbrushes with access to smartphone microphones, and security cameras that could be hacked to let others watch and listen to people in their homes.
 
The findings have alarmed privacy campaigners, who warn that consumers are unknowingly building a “terrifying” world of corporate surveillance.

“Smart devices are increasingly being exposed as soft surveillance devices that owners have too little control of,” said Silkie Carlo, the director of Big Brother Watch. “People are now being subjected to invasive and unnecessary corporate snooping on an unprecedented scale.

“The very notion of a smart home is one of ambient surveillance and constant recording, which will without doubt lead people to modify their behaviour over time. If this current direction is continued, we will become a society of watched consumers subjected to the most granular, pervasive and inescapable surveillance. It is a terrifying thought.”
...



PDF














                 

 

Voitures électriques : un nouveau défi pour les pompiers

Transports - Par Henri-Pierre Penel, 14 Février 2018

Lors d’incendie de véhicules électriques, beaucoup plus délicats à maitriser que ceux de voitures traditionnelles, les pompiers se trouvent confrontés à de nouvelles conditions d’interventions. 

Comme le prouvent régulièrement des "incidents" survenant sur des Smartphones, les batteries1 lithium-ion restent relativement instables et sensibles aux éléments extérieurs. Court-circuits, mais aussi chocs ou même températures excessives peuvent provoquer leur embrasement voire leur explosion.

Un phénomène heureusement la plupart du temps sans conséquence grave mais qui prend une tout autre dimension s'il s'agit d'un véhicule électrique en raison de la quantité d'énergie stockée à son bord. 

Il y a peu, en Autriche, l'accident d'une Tesla Model S a encore illustré ce phénomène et les problèmes qu'il soulevait pour maitriser l'incendie. Après avoir percuté le rail de sécurité de la route, le véhicule a subitement pris feu et il a fallu pas moins de 35 pompiers, cinq camions de lutte contre le feu et une intervention de plus de 5 heures pour maîtriser totalement la situation.

Essayez de regarder cette vidéo sur www.youtube.com

...

PDF

 

 

 

                 

L’entreposage à sec des déchets nucléaires est enfin envisagé en France

Info - 9 juin 2018, Émilie Massemin (Reporterre)

Vendredi 8 juin, l’IRSN a remis un rapport comparant les types d’entreposage des combustibles nucléaires usés. Et pour la première fois en France analyse l’entreposage à sec. Enjeu caché : l’avenir de la filière française de retraitement.

L’entreposage des combustibles nucléaires usés en piscine pratiqué en France est-il sûr ? Plus ou moins que l’entreposage à sec, dans des conteneurs par exemple, procédé auquel recourent la plupart des autres pays nucléarisés ?

À l’heure où se peaufine un projet de nouvelle méga-piscine d’entreposage dans la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher), et quelques mois après un rapport accablant sur la sécurité des piscines commandé par Greenpeace France, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a été chargé le 26 mars dernier par la commission d’enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité nucléaires de démêler ces épineuses questions. Mais son rapport, dévoilé vendredi 8 juin dans ses locaux de Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), se garde bien de trancher.

"La piscine est indispensable pour les combustibles nucléaires usés peu refroidis, et l’entreposage à sec convient bien pour les combustibles refroidis. D’autre part, le type de combustible va influencer le choix du type d’entreposage choisi, en fonction de sa chaleur. Enfin, la puissance thermique d’un combustible — c’est-à-dire sa chaleur — est un paramètre déterminant pour la sûreté de l’entreposage", a résumé Jean-Christophe Niel, directeur général de l’IRSN.

...

PDF

 

 

 

 

                 

 

Le casse-tête international des déchets radioactifs

Enquête - 5 juin 2018 - Andrea Fuori (Reporterre)

En France, les mobilisations contre les projets Cigéo ou de piscine géante à Belleville-sur-Loire éclairent l’enjeu du stockage des déchets nucléaires. Quels choix font les autres pays nucléarisés ? Reporterre propose un tour d’horizon des différents moyens mis en œuvre pour faire face à ce dilemme.

En 1961, aux débuts de l’atome "civil", Boris Pregel, président de l’Académie des sciences de New York, affirmait que le

"problème des déchets, comme tout problème d’ingénieur, [n’était] pas insoluble".

Aujourd’hui, 31 États se sont couverts de 410 réacteurs nucléaires d’une puissance totale de l’ordre de 400 GW, contribuant à environ 10,5 % de la production électrique mondiale1.

L’atome est partout mais, soixante ans plus tard, contrairement aux prophéties scientistes, aucun État n’a trouvé de solution définitive pour gérer les déchets radioactifs. De la mine à la centrale, en passant par les applications médicales, scientifiques et militaires, les résidus radioactifs de toutes sortes s’accumulent. On peut estimer au bas mot qu’environ 2,5 milliards de tonnes de déchets s’entassent dans ces États — la France en comptait déjà 1,32 million en 2015, sans compter les déchets miniers2.

Pour gérer ces rebuts, les États les classent différemment mais en fonction de quelques critères communs : l’intensité de leur activité, leur durée de vie (courte : en France, de cent jours à trente ans ; ou longue, de trente ans à plusieurs millions d’années), leur origine, et leur dégagement thermique — qui conditionne la capacité des stockages. On distingue globalement les déchets de très faible, faible, moyenne, et haute activité — ceux-ci concentrant la majeure partie de la radioactivité.

...

PDF

 

 

 

 

                 

Toxiques pour des millions d’années - Ces déchets nucléaires dont on ne sait que faire

Janvier 1998, pages 4 et 5, par David Boilley

Si l’Europe et, particulièrement, la France ont fait bonne figure à la conférence de Kyoto en raison de leurs faibles taux d’émissions de dioxyde de carbone, elles le doivent à leur production d’électricité d’origine nucléaire. Mais cette énergie "propre" pose de nombreux problèmes : en témoignent les difficultés techniques rencontrées par le gouvernement français pour démanteler le réacteur Superphénix. Par ailleurs malgré ses discours lénifiants, le lobby de l’électronucléaire, particulièrement puissant, ne peut encore faire état d’aucune solution satisfaisante pour l’élimination des déchets. Dans l’opacité et en dehors de tout débat démocratique, il engage ainsi les populations concernées tout comme les générations futures.

Trois enquêtes publiques concernant l’ouverture d’un laboratoire souterrain destiné à étudier l’enfouissement des déchets radioactifs en France1 viennent d’être effectuées dans la Vienne, dans le Gard et à la frontière entre la Meuse et la Haute-Marne. Il s’agit d’une étape décisive dans la recherche d’un site d’accueil pour les déchets à vie longue et fortement radioactifs, issus des réacteurs nucléaires, civils et militaires, et de l’industrie de retraitement des combustibles irradiés.

Les enquêtes publiques - l’une des rares occasions où le citoyen peut donner son avis - se sont déroulées sans aucun débat national, les médias étant restés discrets, notamment sur les milliers de manifestants de Chaumont et Bar-le-Duc, le 8 mars 1997, ainsi que sur l’occupation de la mairie de Pleuville (Vienne) par des opposants au projet. Pourtant, le problème dépasse largement le cadre régional, auquel se circonscrivent actuellement les polémiques. Aucun pays, à ce jour, n’a en effet trouvé de solution pour le devenir de ces déchets qui, pour certains d’entre eux, demeureront toxiques pendant des millions d’années, et dont la gestion pose d’énormes problèmes à l’industrie nucléaire.

...

PDF

 

 

 

     

As Nuclear Struggles, A New Generation Of Engineers Is Motivated By Climate Change

Heard on All Things Considered - June 15, 2018, Jeff Brady

Entering the control room at Three Mile Island Unit 1 is like stepping back in time. Except for a few digital screens and new counters, much of the equipment is original to 1974, when the plant began generating electricity. - Jeff Brady/NPR

The number of people graduating with nuclear engineering degrees has more than tripled1 since a low point in 2001, and many are passionate about their motivation.

"I'm here because I think I can save the world with nuclear power,"

Leslie Dewan told the crowd at a 2014 event2 as she pitched her company's design for a new kind of reactor.

Dewan says climate change, and the fact that nuclear plants emit no greenhouse gases, are the big reason she became a nuclear engineer. And she is not the only one.

"The reason that almost all of our students come into this field is climate change," says Dennis Whyte, head of the Department of Nuclear Science and Engineering at the Massachusetts Institute of Technology.

The surge in new engineers comes as the nuclear industry, just like coal, is struggling to compete against cheaper natural gas and renewable energy. The Nuclear Energy Institute3 estimates that more than half of the nation's 99 nuclear reactors4 are at risk of closing in the next decade.

President Trump has ordered Energy Secretary Rick Perry to take steps5 to help financially troubled coal and nuclear power plants, though he has cited the reason as grid resilience and national security.

...

PDF

 


                 

 

What was the fallout from Fukushima?



- Energy - Pollution - Fukushima - The Observer - Fred Pearce, Sunday 3 June 2018

When a tsunami hit the nuclear plant, thousands fled. Many never returned – but has the radiation risk been exaggerated?

Shunichi Yamashita knows a lot of about the health effects of radiation. But he is a pariah in his home country of Japan, because he insists on telling those evacuated after the 2011 Fukushima nuclear accident1 that the hazards are much less than they suppose.

Could he be right?

Yamashita was born in Nagasaki in 1952, seven years after the world’s second atomic weapon obliterated much of the city.

“My mother was 16 years old when the bomb dropped and she was two miles away,” he told me at his office in the city, where he still lives with his mother, who is now 88.

After growing up in the traumatised city, Yamashita dedicated his life to researching the health of survivors of the Nagasaki bomb and other victims of nuclear atrocities and disasters.

He has visited Ukraine more than 100 times since the world’s worst nuclear accident there, at Chernobyl in 1986. He believes that, apart from the 28 immediate deaths among firefighters and maybe 50 victims of untreated thyroid cancers, the death toll from radiation has been small.

When a tsunami flooded the Fukushima Daiichi power station in Japan in March 2011, and put its reactors into meltdown, he rushed to the scene. He took up a post advising the local authorities about radiation and helped set up a health survey of the 150,000 people evacuated in the days after the accident.
...



PDF





     

 

Numérique : le grand gâchis énergétique

- 16.05.2018, par Laure Cailloce

Ordinateurs, data centers, réseaux… engloutissent près de 10 % de la consommation mondiale d’électricité. Et ce chiffre ne cesse d’augmenter. S’il n’est évidemment pas question de se passer des progrès apportés par le numérique, les scientifiques pointent un mode de fonctionnement peu optimisé et très énergivore.

Nous vivons dans un monde de plus en plus dématérialisé. Nous payons nos impôts en ligne, regardons nos séries préférées en streaming, stockons nos milliers de photos dans le cloud… Dématérialisé, vraiment ? « Si l’on considère la totalité de son cycle de vie, le simple envoi d’un mail d’1 mégaoctet (1 Mo) équivaut à l’utilisation d’une ampoule de 60 watts pendant 25 minutes, soit l’équivalent de 20 grammes de CO2 émis », rappelle Françoise Berthoud, informaticienne au Gricad1 et fondatrice en 2006 du groupement de services EcoInfo – pour une informatique plus respectueuse de l’environnement. Car les mots des nouvelles technologies sont trompeurs : ils évoquent l’immatériel comme le mot « virtuel », l’éthéré comme le mot « cloud », ou encore la pureté comme l’expression de « salle blanche ». Et nous font oublier un peu vite les millions d’ordinateurs et de smartphones, les milliers de data centers et de kilomètres de réseaux utilisés pour traiter et acheminer ces données. Et la quantité considérable d’énergie qu’ils engloutissent. « Le secteur des nouvelles technologies représente à lui seul entre 6 et 10 % de la consommation mondiale d’électricité, selon les estimations – soit près de 4 % de nos émissions de gaz à effet de serre, assène Françoise Berthoud. Et la tendance est franchement à la hausse, à raison de 5 à 7 % d’augmentation tous les ans. »

Des équipements surdimensionnés

Environ 30 % de cette consommation électrique est imputable aux équipements terminaux – ordinateurs, téléphones, objets connectés –, 30 % aux data centers qui hébergent nos données et, plus surprenant, 40 % de la consommation est liée aux réseaux, les fameuses « autoroutes de l‘information ». « Beaucoup de gens pensent que les réseaux sont des tuyaux « passifs », mais ils sont constellés d’antennes et de routeurs, les aiguillages de l’Internet », explique Anne-Cécile Orgerie, chercheuse en informatique à l’Irisa (Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires). Tous ces équipements sont très gourmands en énergie : un simple routeur consomme 10 000 watts (10 kW), un très gros data center frise carrément les 100 millions de watts (100 MW), soit un dixième de la production d’une centrale thermique ! « Un processeur, c’est comme une résistance. Presque toute l’électricité qu’il consomme est dissipée en chaleur, détaille la chercheuse. C’est pourquoi, en plus de consommer de l’énergie pour faire tourner ses serveurs, un data center doit être climatisé afin de préserver l’intégrité des circuits électroniques. »

...



PDF










                 

 

Face A, face B : on a lu et écouté (presque) tout Médine, voici ce qu'il dit vraiment

Polémique - Par Hadrien Mathoux et Thomas Vampouille, publié le 15/06/2018

Que se cache-t-il derrière la chanson "Don't Laïk" et l'album "Jihad" ? A la suite de la polémique soulevée par sa programmation au Bataclan, nous avons pris le temps de gratter les provocations du rappeur Médine. Derrière, se révèle une pensée élaborée mais un positionnement pas aussi simple que ses défenseurs veulent bien le dire.

"Qui a réellement pris la peine d'écouter ce disque avant de dégoupiller ? Et de jeter un œil sur l'exégèse que son interprète en fait des années plus tard ?".

Comme beaucoup de ceux qui ont pris la défense du rappeur Médine dans la polémique créée par sa programmation au Bataclan en octobre, le journal Libération1 a dégainé un argument classique du genre : les contempteurs de l'artiste n'auraient pas bien compris ses textes, voire en détourneraient des extraits de leur sens, et déformeraient de toute façon sa pensée. Alors, pour mieux dérouler le fil de cette pensée, Marianne s'est plongé dans Médine, sa vie, son œuvre.

Au cœur de la polémique, le titre Don't Laïk. Comme son nom l'indique, la chanson traite de la laïcité, avec force de ces saillies imagées dont le rap est coutumier :

"Je scie l'arbre de la laïcité avant qu'on le mette en terre, Marianne est une Femen tatouée 'Fuck God' sur les mamelles".

...

PDF

 

 

 

 

 

Vous n’auriez pas dû, madame Belloubet

mercredi 6 juin 2018 - Crédits photo : Guillaume Paumier

Je vous connais. Vous étiez rectrice. J’étais ministre. Nous étions membre du PS tous les deux à l’époque. J’ai choisi mon camp et vous aussi. Mais vous voilà préposée aux besognes judiciaires équivoques contre les opposants au régime. Vous avez donc gardé pour vous depuis le 18 mars qu’un signalement contre mes comptes de campagne avait été fait. Un parlementaire président de groupe ne méritait pas la courtoisie d’être informé. La monarchie présidentielle repose aussi sur ces mesquines aiguillades. Bien sûr, vous n’avez rien signalé à propos des faveurs dont a bénéficié votre candidat. Depuis, le monarque règne. L’audace n’est pas dans votre rôle. Puis vous êtes restée dans ce silence complice des grands qui regardent s’agiter le petit personnel des coupe-jarret. Les services concernés qui sont placés sous votre autorité ont donc alerté la presse quand vous avez jugé cela opportun pour créer par surprise un évènement à charge contre moi. Passons. C’est si banal de voir abuser du pouvoir. Vous devez justifier votre nomination et cotiser à la ratatouille macroniste. Je dis ce que j’ai à dire ailleurs sur ce post.

Mais une autre affaire est sur la table qui engage votre responsabilité et autorité personnelles. Et peut-être aussi ce qui reste de votre conscience de femme de gauche si vous en avez conservé des souvenirs. Curieusement, cette affaire a connu un rebondissement dont j’ai été informé au moment même où démarraient les dénonciations médiatiques contre moi. Peut-être avez-vous espéré que je sois distrait de l’une par l’autre ?

Mes lecteurs savent que je me suis porté partie civile dans l’affaire des gens d’extrême droite qui avait organisé un complot pour nous tuer monsieur Castaner, votre collègue, et moi. J’ai déjà été reçu par la procureure en charge du dossier. Mon avocat dans cette affaire, maître Juan Branco, a déjà déposé des demandes d’actes à faire pour éclairer la cause. Vous avez alors décidé de demander mon expulsion de la partie civile. Sans nous en informer. Le magistrat du parquet l’a fait en votre nom. C’est extraordinaire. Votre demande a été rejetée. C’est extraordinaire. Vous faites appel. C’est encore plus extraordinaire.

...

PDF

 

 

 

     

 

Marlène Schiappa prend une leçon de marxisme par son père

Par Abel Mestre, 15 Juin 2018

Jean-Marc Schiappa, militant trotskiste, a publié un texte sur Facebook visant sa fille et ses références à l’auteur du "Capital"

Marlene Schiappa, le 16 mai. GERARD JULIEN / AFP

La patience des parents a parfois des limites. Marlène Schiappa vient d’en faire l’expérience.

Dans un message publié sur Facebook vendredi 15 juin, Jean-Marc Schiappa, père de Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, a tenu à expliquer à sa fille ce que signifiait

"l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes".

Mme Schiappa avait, en effet, cité cette phrase qu’elle attribuait à Karl Marx pour appuyer les propos d’Emmanuel Macron sur les aides sociales et "le pognon de dingue" qu’elles coûteraient aux finances de l’Etat au regard de leurs résultats réels, selon le président de la République.

"Toucher 550 € de RSA par mois ne permet pas de sortir de la pauvreté s’il n’y a pas d’accompagnement efficace vers le travail. Un vrai travail, un vrai salaire : voilà le projet du gouvernement !", avait écrit Mme Schiappa, mercredi 13 juin, sur Twitter, suscitant des dizaines de réactions de personnalités de gauche ulcérées par une telle récupération.

Toucher 550€ de RSA/mois ne permet pas de sortir de la pauvreté s’il n’y a pas d’accompagnement efficace vers le tr… https://t.co/SRaUu5UMGV
— MarleneSchiappa (@MarleneSchiappa) 13.06.2018 À 06h44

C’est aussi l’avis de Jean-Marc Schiappa, "trotskiste depuis l’âge de 15 ans et demi", d’obédience lambertiste, car, selon lui, "un trotskiste n’est que lambertiste", explique-t-il au Monde. Agé de 61 ans, ex-enseignant en collège, spécialiste du révolutionnaire Gracchus Babeuf, Jean-Marc Schiappa a donc écrit un texte pour passer un savon à sa fille.

...

PDF

 

 

 

 

 

 


                 

 

Le naufrage emblématique de Nicolas Hulot

  - Chronique - 4 juin 2018, par Hubert Huertas

Qu’il parte ou non, les amarres sont rompues entre Nicolas Hulot et le gouvernement. La semane qui s’est achevée laissera des traces indélébiles, et pas seulement pour lui-même et pour l’environnement. C’est l’ensemble du quinquennat que son échec éclabousse.

Quelle semaine pour l’exécutif ! Avec sa loi sur l’agriculture et l’alimentation il aura cédé aux lobbys, renoncé à ses promesses de monde nouveau, et plongé à pieds joints dans la gadoue des renoncements. Ce texte devait concrétiser le « make our planet great again » lancé avec superbe, à la face du monde entier, par le président Macron, après la sortie des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat.

Et voilà une loi qui collectionne les vœux pieux, les demi-mesures, les compromis qu’il dénonçait dans l’ancien monde. Décision ferme ajournée sur le glyphosate, inconsistance sur la malbouffe, recul sur la souffrance animale, Nicolas Hulot qui devait assurer la transition écologique, se retrouve relégué au rang d’avaleur de boas.

Restera-t-il ? Partira-t-il ? La question est dépassée. Son maintien au gouvernement symboliserait son impuissance, voire sa compromission, son départ serait l’image d’un divorce entre le pouvoir élu au printemps 2017 et l’écologie, et pire encore, le symbole d’une rupture entre le président de la République et le candidat Macron.

On savait, depuis le printemps 2017, que le conseil des ministres hébergeait l’eau et le feu. Le feu (en tout cas médiatique) ? Une star de l’écologie, Nicolas Hulot. L’eau, ou plutôt l’éteignoir ? Un représentant des intérêts d’une certaine agriculture productiviste, Stéphane Travert, ministre de l’agriculture.

...

PDF

 

 



 

 

 

 

 

     

Un boycott sans précédent fait chuter drastiquement les ventes de Danone au Maroc

7 juin 2018, Laurie Debove

Si les marocains ont choisi le boycott comme forme de contestation, c’est pour éviter que les violences policières commises lors des manifestations publiques tuent le mouvement dans l’œuf.

Lancée anonymement sur les réseaux sociaux le 20 avril, une campagne de boycott protestant contre la cherté de la vie prend une ampleur inédite au Maroc. Visant trois grandes entreprises, elle déstabilise complètement le marché et les autorités du pays. Un ministre en défaveur du boycott a même dû démissionner.

42 % de boycottants déstabilisent le Maroc

42 % des citoyens marocains ont rejoint le mouvement de boycott lancé fin avril, selon une enquête publiée par le journal marocain Tel Quel1. Dans leur ligne de mire : Centrale Danone, la filière marocaine du géant de l’agroalimentaire français, les eaux Oulmès et les stations-service Afriquia. Les trois entreprises visées dominent toutes leur secteur, et sont accusées par les boycottants d’imposer leurs prix sur l’ensemble du marché.

En un mois, Centrale Danone est déjà totalement dépassée par l’ampleur du phénomène. Elle a beau montrer patte blanche en prouvant que les prix du lait n’ont pas augmenté depuis 2013, les boycottants marocains ne décolèrent pas, encore plus quand l’entreprise a proposé des promotions plutôt qu’une véritable baisse des prix. En moins de six semaines, les ventes Centrale Danone ont chuté de 50 %.

...

PDF

 

`

 

     

 

Thames Water to pay back £65m to customers as part of leakage penalty

Julia Kollewe, Thursday 7 June 2018

Ofwat finds company’s board did not have ‘sufficient oversight and control’ over fixing leaks

Each Thames Water customer will receive a total rebate of about £15 over the next two years. Photograph: Gill Allen/Rex/Shutterstock

Thames Water, Britain’s biggest water company, is to pay back £65m to customers as part of a £120m package of penalties after being castigated by the regulator for its failure to tackle leaks.

An Ofwat investigation found the company’s board did not have “sufficient oversight and control” of its leakage performance.

The £65m payment to customers is on top of £55m in automatic penalties incurred by the company for missing the commitment it made to customers to cut leaks.

Following Ofwat’s investigation, Thames has agreed to bring forward the payment of these automatic penalties. Each Thames customer will receive a total rebate of about £15 over the next two years. The money will come from the firm’s shareholders, most of whom are pension funds.

The Thames chief executive, Steve Robertson, apologised to customers and vowed to put things right. All customers will benefit from a rebate in next year’s bill and further price reductions from 2020-2025, he said.

...

PDF

 

 

                 

 

 

The Supreme Court just cleared the way for the mass disenfranchisement of voters

Kira Lerner, June 11, 2018

Large numbers of voters could be blocked from casting ballots in November if they haven't participated in recent elections.

Rep. Joyce Beatty, D-Ohio, second from right, is seen during a rally outside the Supreme Court on January 10, 2018, to oppose Ohio's voter purging system. The court heard arguments on whether Ohio has been too strict in setting in motion a voter registration removal process if the individual hasen't voted in a federal election for two years. (Photo By Tom Williams/CQ Roll Call)

With its ruling Monday1 upholding Ohio’s practice of removing infrequent voters from its rolls, the U.S. Supreme Court cleared the way for the mass disenfranchisement of low-income, minority voters across the country.

In a 5-4 ruling2, Justice Samuel Alito found that the National Voter Registration Act (NVRA) does not prevent Ohio from purging from the rolls voters who do not participate in federal elections for two years. If inactive voters do not respond to a mailer asking them to verify their address and do not vote for two more years, they are purged from the rolls.

The ruling will have implications beyond Ohio.

“Today’s decision threatens the ability of voters to have their voices heard in our elections,” said Stuart Naifeh, senior counsel at Demos, which challenged the state’s practices.

...

PDF

 

 

 

     

 

America is Suffering an Epidemic of 'Dishonest Fake Belief' — Promoted by the People Who Took Over the GOP

By Jeremy Sherman / AlterNet - June 12, 2018

Just call yourself a Christian, a patriot or a True American and you can get away with anything.

“The True Believers” is a psychology classic, a study undertaken by Eric Hoffer, a longshoreman moonlighting as a psycho-philosopher shortly after WWII. It profiles the characteristics of an authoritarian fanatics, the kind we see falling for ISIS and here at home, for Trumpism or Evangelicalism.

To lump all such believers together as “true” seems a mistake. For starters, there are true and false believers. False believers think that declaring their commitment is enough. They don’t have to actually follow the beliefs or change how they act. They’re members in good standing simply because they declare themselves to be.

Authoritarian movements thrive on growth so they often make accommodations to false believers to fatten out their ranks. They don’t demand what anthropologist Bill Iron called “costly signals,” a term originating in evolutionary biology for hard-to-fake sacrifices, for example, giving up bacon to be a Muslim or Jew. No diet restrictions, no commitment to prayer every day and above all no moral restraint. Fake believers are afforded all of the benefits of membership at a trivial cost.

Authoritarian movements thrive on boldness, so they often welcome the rash and uncontrolled into their movements, for example, storm troopers or anti-communists in Indonesia, hoodlums who cared more for the fun of breaking eggs than for the movement making the omelet utopia it promises. False belief is great for that: Come for the cause, stay for the freedom to be your indulgent self, above the law because you have such a high calling.

...

PDF

 

 

 

     

San Francisco’s Progressive Mayoral Candidate Jane Kim has Tech Millionaires Running Scared

By Keith A. Spencer / Salon, June 2, 2018

In an exclusive interview, Supervisor Kim talked earnestly about the need for returning to New Deal–esque politics

A good rule of thumb for figuring out who is the most progressive candidate in any race is to see who the rich people are the most afraid of.

In San Francisco’s underreported mayoral race, happening next Tuesday, there is a clear frontrunner for the candidate who haunts the ruling class: Supervisor Jane Kim, who currently represents some of the city’s most impoverished districts, including the Tenderloin and South of Market.

Multimillionaire tech investor Ron Conway, a widely loathed figure and essentially the local equivalent of the Koch brothers, has been pouring money into the coffers of the neoliberal mayoral frontrunner, London Breed; meanwhile, Conway and his wife have been funding SuperPACs devoted to smearing Kim and her legacy.

That is unsurprising given that Kim champions a particularly effective form of redistributive tax policies that have improved the lives of many San Franciscans. Unlike many Democrats, Kim is deeply skeptical of trickle-down economics or so-called neoliberal reforms; rather, she has had great success with taxing the rich and using the money to pay for things like free city community college, improved bathroom access for the homeless, affordable housing, childcare and guaranteed paid sick leave.

...

PDF

 

 

 

 

                 

Je n'irai pas chez Enthoven : lettre ouverte à M. Raphaël Enthoven, suite à mon invitation à son émission Philosophie(s).

- 1 juin 2018, par Jeanne Guien - Blog : Le blog de Jeanne Guien

Monsieur Enthoven,

je vous écris pour annuler ma venue à votre émission Philosophie(s) sur Arte, dont le tournage devait avoir lieu ce jour.

Invitée par votre équipe en mars dernier à y discuter de mon sujet de recherche, la réduction de la durée de vie des objets, j’avais accepté dans l’espoir d’y trouver un espace de dialogue philosophique authentique, de production rigoureuse et collaborative d’un savoir critique utile. La lecture et l’écoute de vos diverses productions m’ont cependant convaincue que cet espoir était vain.

Ne connaissant pas, il y a trois mois, votre travail, j’ai en effet découvert depuis qu’il était malheureusement semblable à celui des quelques rares autres « philosophes » représentés dans les médias dominants : un déploiement précieux et allusif de culture légitime, mis au service de la reproduction à l’identique des préjugés sociaux et politiques les plus caricaturaux. Immaturité du mouvement étudiant, mysandrie des féministes, paresse des abstentionnistes, communautarisme des anti-racistes ou encore antisémitisme des antisionistes : il n’est pas un seul des partis pris les plus réducteurs et abêtissants de la droite décomplexée auquel vous ne vous empressiez d’apporter votre soutien, à grand renfort de raccourcis historiques, de coupes et pseudo-concessions à l’adversaire, de citations à l’emporte-pièce et d’invocations toutes faites à la démocratie et la liberté de pensée - qu’il est peu étonnant de voir conduire, infailliblement, au moralisme le plus vide.

Il faut admettre, monsieur, que vous semblez subir là une contrainte, celle de la forme médiatique qui pèse sur votre véritable profession - animateur. Egotrip, name dropping, stalking, trolling, il n’est pas non plus un seul des pièges modernes du fast thinking dans lequel vous ne tombiez aveuglément. Pressé par ce temps médiatique dont vous déplorez vous-même la rapidité, vous avouez faire du remplissage d’antenne pour satisfaire à votre emploi du temps professionnel, en réagissant à la va-vite aux moindres audaces verbales glanées sur les réseaux sociaux, sur Wikipédia ou dans la « caverne de Jean-Luc ». Opportunisme carriériste qui vous conduit à réduire un certain nombre de savoir-faire philosophiques (tels que la définition et la conceptualisation rigoureuses, ou encore la hiérarchie des causes) à la fabrique puérile du bon mot infamant.
...



PDF



     

 

Crise française: c'est que le début, d'accord, d'accord...

Fathi Derder, Parlementaire suisse, membre du parti libéral radical, journaliste, 8 Mai 2013

? Ce texte est une adaptation d'un article paru dans le quotidien suisse Le Matin

CRISE - La France m'inquiète. Oui, je sais: ce n'est pas nouveau... et je ne suis pas le seul. Mais récemment, j'ai pu mesurer l'ampleur des dégâts: des sénateurs français étaient en visite à Berne. Deux jours en Suisse, en toute amitié. Avec, toutefois, un ou deux sujets (fiscaux) qui fâchent.

On s'attendait à du lourd: on a été servis. La totale. Il y eut d'abord ce ton, ce style inimitable: un sénateur français ne parle pas, il explique. Au repas déjà, chez l'ambassadeur, une sénatrice "explique" à ma table que la France est un pays ultra-libéral. Oui, Madame. Elle nous raconte les us et coutumes des habitants de cette terre lointaine. Inconnue. Je lui fais remarquer que, si la France est un pays "ultra-libéral", la Suisse est un club échangiste. Sous ecstasy.

Quelques minutes plus tard, en séance, un sénateur nous "explique" que nous ne comprenons pas la France. Et sa fiscalité. Il faut savoir que, pour un élu français en tournée en province, si on n'est pas d'accord, c'est qu'on ne l'a pas compris. Alors il ré-explique, plus lentement. Il articule. C'est inintéressant, mais joli à entendre.

Puis, devant notre lenteur -toute helvétique- une sénatrice admet alors que, dans le fond, nous "ne pouvons pas" comprendre la question fiscale française. Car la Suisse est, je cite, "en retard en matière de dépenses publiques". La preuve par les crèches. Je n'invente rien.

...

PDF

 

 











 

 


 

   les 3 articles ci-dessus en 1 PDF