37, (Novembre 2017)







dans cette page :

textes importants hors l'actualité


Effondrement et Global Warming 
Energie(s)

Environnement
Société 
Information
alternatives


Fil d'actualité
Black Friday
dans une autre page :
Linky, EDF, Enedis (ex-ErDF), Areva  & co
















     



Becoming Unstoppable - 2nd November 2017, Interview by Mark Karlin with George Monbiot, published by Truth Out, 22nd October 2017 - “We do not need to change human nature. We need to reveal it.”

You begin your book with the importance of the stories we accept as our personal narratives as members of society. How did we end up with the neoliberal story prevailing?
 
► Starting with the formation by Friedrich Hayek and others of the Mont Pelerin society in 1947, the neoliberals, with sponsorship from some very rich backers, built a kind of International. They set up think tanks, sponsored and captured academic departments, brought journalists and editors into their meetings, and managed to insert advisers into key political departments. They knew that, when Keynesian social democracy was broadly accepted by parties across the political spectrum, that they had no chance of immediate success. But they were patient. Across the course of 30 years, they built their networks, refined their arguments, and brought more and more people into their orbit. They knew that when an economic or political crisis came along, they would be ready to go. As Milton Friedman remarked, “when the time came that you had to change … there was an alternative ready there to be picked up”.

But most importantly, they had something which their opponents did not: a new story. Every generation or so, political stories need to be refreshed or replaced, partly because the politics they seed runs out of steam or becomes corrupted or weakened by attacks, partly because people become bored and complacent. This is the grand mistake that those of us who want a generous and inclusive politics have made: we have failed to produce a new, well-developed political story since John Maynard Keynes wrote his General Theory in 1936. Our failure to do so is a formula for eventual collapse. ...

PDF




     




Des concepts toujours agissants - Gramsci, une pensée devenue monde - Juillet 2012, page 3, par Razmig Keucheyan - Mener la bataille des idées pour soustraire les classes populaires à l’idéologie dominante afin de conquérir le pouvoir… Fréquemment citées, mais rarement lues et bien souvent galvaudées, les analyses qu’Antonio Gramsci développe alors qu’il est incarcéré dans les geôles fascistes au début des années 1930 connaissent une remarquable résurgence. De l’Europe à l’Inde en passant par l’Amérique latine, ses écrits circulent et fertilisent les pensées critiques.

Pourquoi ce qui a été possible en Russie en 1917, c’est-à-dire une révolution ouvrière, a-t-il échoué partout ailleurs ? Comment se fait-il qu’à l’époque le mouvement ait été défait dans les autres pays européens — en Allemagne, en Hongrie, mais aussi dans l’Italie des "conseils de Turin", lorsque les ouvriers du nord du pays, en 1919-1920, occupèrent leurs usines pendant plusieurs mois ?

Cette question est au point de départ des célèbres Cahiers de prison 1 d’Antonio Gramsci, lequel, jeune révolutionnaire, avait fait ses premières armes lors de l’expérience turinoise. Rédigée quelques années après le reflux de ce processus, cette œuvre politique majeure du XXe siècle livre une profonde méditation sur l’échec des révolutions en Europe, et sur la façon de surmonter la défaite du mouvement ouvrier des années 1920 et 1930. Trois quarts de siècle après la mort de Gramsci, elle continue de parler à tous ceux qui n’ont pas renoncé à trouver les voies d’un autre monde possible. ...

PDF










     



En politique comme dans les entreprises, “les médiocres ont pris le pouvoir” - Entretien - Michel Abescat, publié le 07/12/2015. - Sous le règne de la médiocratie, la moyenne devient une norme, le compromis domine : idées et hommes deviennent interchangeables. Il faut résister à la révolution anesthésiante, alerte le philosophe Alain Deneault.

C'est d'une "révolution anesthésiante" qu'il s'agit.

Celle qui nous invite à nous situer toujours au centre, à penser mou, à mettre nos convictions dans notre poche de manière à devenir des êtres interchangeables, faciles à ranger dans des cases.

Surtout ne rien déranger, surtout ne rien inventer qui pourrait remettre en cause l'ordre économique et social.

"Il n'y a eu aucune prise de la Bastille, rien de comparable à l'incendie du Reichstag, et l'Aurore n'a encore tiré aucun coup de feu", écrit le philosophe Alain Deneault qui enseigne la pensée critique en science politique à l'Université de Montréal. "Pourtant, l'assaut a bel et bien été lancé et couronné de succès : les médiocres ont pris le pouvoir."

Explications.

PDF




     



Social - Nihilisme et radicalisation - Octobre 2017, page 26 Les livres du mois - par Vincent Sizaire - Dans la profusion des publications — essais parfois polémiques, enquêtes journalistiques, vulgarisation de la recherche historique, sociologique ou géopolitique — consacrées au phénomène que, de façon plus ou moins rigoureuse, on désigne sous l’expression "terrorisme djihadiste", peu aident à comprendre ce qui s’y joue.

C’est en revanche le cas du dernier ouvrage du politiste Olivier Roy, Le Djihad et la Mort 1. Il éclaire très utilement le profil des jeunes Européens "djihadistes" qui rejoignent les rangs de l’Organisation de l’État islamique (OEI) en Irak et en Syrie ou qui retournent leurs armes contre leurs compatriotes.

S’opposant aux représentations communément véhiculées par certains islamologues — en particulier celles données par Gilles Kepel 2 —, il entend montrer, en se fondant sur l’étude méthodique de leur parcours et de leur discours, que leur basculement dans l’action criminelle procède avant tout d’une démarche nihiliste, qui vient trouver dans la rhétorique des groupes terroristes — et la communication audiovisuelle très moderne de l’OEI — l’occasion d’une transfiguration narcissique. ...

PDF




     




QUID D’UNE TRANSITION FÉMININE EN PHASE D’ESSAI ? - annabellebaudin - Billets, Nouveau Monde - 29 Novembre 2017 - Le XXIe siècle sera féminin, #FuturIsFemale. Au-delà des effets de mode, quel sens donner à ces mots pour répondre collectivement aux périls qui secouent nos démocraties et menacent notre maison commune ?

Quels impacts peuvent-ils avoir lorsque l’on sait que la destruction du vivant est devenue indispensable au modèle économique moderne ?

Que semblent-ils vouloir nous suggérer, par exemple, lorsque l’on comprend que nous  allons vivre en 100 ans un changement de température qui se réalise en milliers d’années, avec les conséquences que cela implique?

Peut-être nous interrogent-ils ?

Au moment où nous fonçons vers un futur opaque, emprunter le chemin de la civilisation du gâchis, de la concurrence, de l’industrialisation exacerbée, valoriser la force, l’appétit de conquête, les plaisirs que procurent les succès outranciers d’argent et de domination, sous couvert d’émancipation et d’égalité, nous serait-il profitable ? Il m’apparait que se dessinent là les prémices d’une défaite éclatante pour tous les combats féminins.

Ne nous trompons pas de bataille. Car il serait hypocrite et particulièrement dangereux – compte tenu des défis de l’époque – de prendre le risque d’embrasser l’idéal masculin et de le considérer comme seul qui vaille pour idéal humain. ...

PDF






     



"L'homme augmenté est un mythe" - 26/10/2017, Lila Meghraoua - Une personne en situation de handicap "appareillée" de prothèses devient-elle un humain augmenté ? Augmenté = tout réparé ? La somme n'est pas aussi simple, comme l'ont montré le philosophe Bertrand Quentin et le chercheur en robotique Nathanaël Jarrassé lors d'une table ronde sur les métamorphoses de la notion de handicap au contact des nouvelles technologies.

"La vie vaut-elle d’être vécue avec un corps en loques et en ruines ?"

Ainsi Platon assassinait-il, dans la bouche de Socrate et dans Criton, la personne en situation de handicap. Dans l’Antiquité, on s’en tient au kalos kagathos ("bel et bon"), ancêtre du latin mens sana in corpore sano ("un esprit sain dans un corps sain"). A cette période, la figure valorisée est celle de l’homme accompli intellectuellement comme corporellement. Au Moyen-Âge, on accueille (on enferme) les "infirmes" dans les Hôtel-Dieu. Le XIXème siècle s’interroge davantage : Jules Ferry fait adopter une loi en 1898 sur le handicap, puis en 1905, une loi d’assistance aux vieillards, infirmes et incurables. En France, il faudra attendre 1917 pour que le terme de handicap remplace le terme d’infirmité et entre dans le dictionnaire de l’Académie française. Jusqu’à la Première guerre mondiale, le handicap était associé à une idée de responsabilité des individus, une malédiction.

"La guerre de 14-18 coupe court à ça. Certains ont donné leur corps à la France", analyse le philosophe Bertrand Quentin.

Cette brève histoire du handicap, on la doit à ce dernier, qui l’expose pour la première fois dans son ouvrage La Philosophie face au handicap (Erès, 2013).

PDF






















Dans le pays de Dinan, le succès de la filière bois grâce à une coopérative - Idées - Héloïse LEUSSIER, 18 novembre 2017 - INITIATIVE LOCALE – Dans les Côtes-d’Armor, communes, entreprises, agriculteurs et particuliers se sont réunis pour que le bois de bocage de leur territoire approvisionne des chaufferies.

La SCIC Energies renouvelables est née il y a plus de 10 ans, de la réflexion du conseil de développement du pays de Dinan, une instance démocratique qui réunit citoyens, entreprises et élus à l’échelle du territoire.

http://pm22100.net/scic.html

http://www.scic-energiesrenouvelables.fr/

Page sur Facebook

La toute nouvelle plaquette de présentation de la SCIC


"Ils se sont posés la question des énergies renouvelables qui étaient mobilisables sur le pays de Dinan, avec l’aide d’un jeune apprenti ingénieur agricole, qui a fait un diagnostic des ressources et des personnes. Le bois est apparu comme une ressource mal valorisée", rapporte Emily Duthion, qui assure la co-gérance de la société.

Il a alors été décidé de créer une société coopérative d’intérêt collectif (Scic) réunissant agriculteurs, propriétaires forestiers, professionnels du bois, communes, ainsi que des citoyens. Cette société a pour mission de valoriser le bois de bocage en l’utilisant pour approvisionner des réseaux de chaleur dans un rayon de 20 kilomètres, plutôt que de le brûler dans les champs, tel que le faisait les agriculteurs à l’époque. La SCIC a également repris en 2010 le négoce de bois de chauffage d’un de ses sociétaires, et participe aux marchés publics de replantation de haies bocagères, dans le but, notamment, d’absorber les eaux polluées.

PDF





     




Power to gas : produire du biogaz avec de l'éolien c'est possible - Reportage vidéo - Energie - 13 novembre 2017 - Romain Pernot, journaliste - Assistant Reporter d'images - L'énergie éolienne compte comme un des piliers de la transition écologique. Mais que faire lorsque l'énergie produite ne coïncide pas avec les besoins, par exemple la nuit lorsque la consommation est faible ? Et comment alimenter les régions où il n'y a pas de vent ?



https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=6DZhR_LTJcU

Alors que les batteries ne sont pas encore adaptées pour stocker l'énergie longtemps, transformer l'électricité en une autre énergie plus simple à manipuler est une réponse au problème de l'intermittence de la production.

Le power to gas consiste à transformer l'énergie éolienne en gaz de synthèse. L'électricité excédentaire est utilisée pour faire une électrolyse de l'eau. Ce procédé permet d'obtenir dans un premier temps de l'hydrogène, enrichi ensuite de CO2 afin d'obtenir du méthane de synthèse. L'intérêt de passer de l'hydrogène au méthane est de pouvoir injecter le gaz directement dans le réseau de transport existant. Il devient alors possible de stocker et transporter massivement l'énergie. ...

PDF






     



Redoutablement Efficace, Economiquement & Ecologiquement - Accueil Ecologie - octobre 21, 2016 - En Bretagne, le moteur à eau n’est plus un mythe, mais une réalité… Bien que très ancienne, l’astuce est encore largement méconnue. Pourtant, elle permet des économies considérables et un vrai progrès environnemental.

Pour beaucoup, le moteur à eau est un serpent de mer : on en parle sans arrêt, mais on n’en voit jamais la queue.

Pourtant, de nombreuses expériences menées par des particuliers tendent à prouver l’efficacité d’un tel système. La dernière en date nous est rapportée par le très sérieux Télégramme et, le moins que l’on puisse dire, c’est que ça fait envie !

PDF






     



Loudéac : l’entreprise Osmobio propose une alternative écologique au glyphosate - Bretagne - Côtes-d'Armor - par Marc-André Mouchère, publié le 31/10/2017 - Ces dernier temps l’utilisation du glyphosate et son autorisation sur le marché européen font polémiques. Une entreprise bretonne de Loudéac a mis au point un désherbant naturel qui selon son créateur, serait tout aussi efficace mais parfaitement inoffensif.

Quatre ans déjà que Jacques Le Verger tente d’obtenir une autorisation de mise sur le marché de son produit. Seulement voilà, malgré les soutiens de ministre, sénateur ou du conseil régional, l'ANSES, l'organisme de certification de ce genre de produits, lui refuse toujours l'autorisation de mise sur le marché.

L’urgence à trouver une alternative au glyphosate

La molécule "glyphosate" que l’on trouve dans le Roundup et dans tous les désherbants génériques actuels a été classée "cancérigène probable" selon le Centre International de Recherche contre le Cancer. L'exigence d'une alternative au glyphosate se fait donc de plus en plus pressante, en France, en Europe et ailleurs...

PDF





     





Énergies renouvelables. La solution Entech - Publié le 15 novembre 2017, Ronan Larvor - Le Salon professionnel Breizh Transition se tient demain et vendredi à Quimper. Il mettra en lumière la vitalité des entreprises bretonnes sur le marché mondial de la transition énergétique. À l'image d'Entech smart énergies de Quimper dont un dirigeant a accompagné Emmanuel Macron aux Émirats arabes Unis la semaine dernière.

Laurent Meyer avec une des petites “boîtes” conçues dans l'atelier quimpérois qui comprend une batterie, un convertisseur de puissance et les systèmes de pilotage.

En octobre, Christopher Franquet, président d'Entech smart énergies était dans la délégation qui accompagnait le Premier ministre, Édouard Philippe, en Tunisie et en Côte d'Ivoire. Début novembre, c'est Laurent Meyer, cofondateur de l'entreprise et directeur général qui partait pour les Émirats arabes unis, Entech ayant été sélectionné par l'Élysée avec onze autres entreprises pour suivre le déplacement d'Emmanuel Macron.

PDF





aliments favorables aux organes


     



Se passer du glyphosate ? C’est possible - Alternative - 27 novembre 2017, Éric Besatti (Reporterre) -  L’Europe doit ce lundi 27 novembre discuter de nouveau de l’interdiction du glyphosate. Cet herbidicide est efficace, mais nocif. Certains agriculteurs ont déjà changé de manière de penser et les moyens de se passer de ce pesticide existent.

"Il n’existe pas d’alternative sur le marché, aucun produit ne présente les mêmes propriétés", affirme Jean-Paul Bordes, directeur recherche et développement chez Arvalis, un institut de recherche agricole.

Le glyphosate, herbicide total, a la particularité de tuer tous les types de végétaux et de nettoyer intégralement un terrain. Il est utilisé pour se débarrasser des herbes non désirées et laisser toute la place à la pousse des graines semées. Du côté de la chimie, il n’a pas d’équivalent. Pour remplir son rôle, "il va falloir remettre la charrue", estime Jean-Paul Bordes pour évoquer le désherbage mécanique. Comment peut-on se passer du glyphosate ? Exemples avec deux exploitations de grandes cultures, la pratique qui représente les deux tiers de la surface agricole française, et par une présentation des techniques alternatives.

PDF






     




Le potager urbain du futur pousse sur le toit d’un centre commercial - Alternative - 13 novembre 2017, Martin Cadoret (Reporterre) - À Aubervilliers, une équipe de travailleurs en réinsertion et d’agronomes teste la viabilité d’un projet d’agriculture urbaine, de la culture à la distribution. Le tout, à 20 mètres du sol ! Et ça marche très bien.

Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), reportage - C’est le dernier endroit où j’aurais imaginé cultiver des salades… pourtant c’est bien sur le toit d’un centre commercial de chaussures et vêtements dédié aux professionnels que s’est installé le projet CultiCime.

Situé à quelques centaines de mètres du périphérique parisien, ce potager urbain se divise en trois parcelles exploitant chacun une zone du toit différente… dont l’une avec vue sur le Sacré-Cœur !

C’est sur ce lopin de terre que se concentrent les efforts de plusieurs travailleurs en réinsertion pilotés par l’association Espaces et Topager. Raphaël et Vultanya s’affairent à cueillir salades et autres haricots, pendant qu’Annie note précisément les quantités recueillies sur une feuille de papier, sur le plan de travail installé dans le coin de la parcelle.

PDF


















     

  et  


Le cri d’alarme de quinze mille scientifiques sur l’état de la planète - 13 Novembre 2017 - Par William J. Ripple, Christopher Wolf, Thomas M. Newsome, Mauro Galetti, Mohammed Alamgir, Eileen Crist, Mahmoud I. Mahmoud et William F. Laurance

❐ "Le Monde" publie le manifeste signé par 15 364 scientifiques de 184 pays, publiée lundi 13 Novembre 2017 dans la revue "BioScience". (PDF)

Tribune. Il y a vingt-cinq ans, en 1992, l’Union of Concerned Scientists et plus de 1 700 scientifiques indépendants, dont la majorité des lauréats de prix Nobel de sciences alors en vie, signaient le "World Scientists’Warning to Humanity". Ces scientifiques exhortaient l’humanité à freiner la destruction de l’environnement et avertissaient :

"Si nous voulons éviter de grandes misères humaines, il est indispensable d’opérer un changement profond dans notre gestion de la Terre et de la vie qu’elle recèle."

Dans leur manifeste, les signataires montraient que les êtres humains se trouvaient sur une trajectoire de collision avec le monde naturel. Ils faisaient part de leur inquiétude sur les dégâts actuels, imminents ou potentiels, causés à la planète Terre, parmi lesquels la diminution de la couche d’ozone, la raréfaction de l’eau douce, le dépérissement de la vie marine, les zones mortes des océans, la déforestation, la destruction de la biodiversité, le changement climatique et la croissance continue de la population humaine. Ils affirmaient qu’il fallait procéder d’urgence à des changements fondamentaux afin d’éviter les conséquences qu’aurait fatalement la poursuite de notre comportement actuel. ...

PDF








                 




"Nous sommes en train de vivre une mosaïque d’effondrements" : la fin annoncée de la civilisation industrielle - Collapsologie - par Ivan du Roy, 8 juin 2015 - Sur les neuf frontières vitales au fonctionnement du "système Terre", au moins quatre ont déjà été transgressées par nos sociétés industrielles, avec le réchauffement climatique, le déclin de la biodiversité ou le rythme insoutenable de la déforestation. Transgresser ces frontières, c’est prendre le risque que notre environnement et nos sociétés réagissent "de manière abrupte et imprévisible", préviennent Pablo Servigne et Raphaël Stevens, dans leur livre "Comment tout peut s’effondrer". Rappelant l’ensemble des données et des alertes scientifiques toujours plus alarmantes, les deux auteurs appellent à sortir du déni. "Être catastrophiste, ce n’est ni être pessimiste, ni optimiste, c’est être lucide". Entretien.

PDF

      Cet entretien date de Juin 2015....      











     



"Les deux dangers qui menacent le plus la planète sont le changement climatique et les armes nucléaires" - À découvrir - 16 novembre 2017 - Paul Quilès - Le débat au sujet de l’arme nucléaire est tabou en France, malgré l’extrême menace qu’elle fait planer sur la planète. Le film "La Bombe et nous" repose la question de la bombe atomique, explique Paul Quilès.



❑ Paul Quilès est ancien ministre de la Défense. Il a présidé la Commission de la défense et des forces armées de l’Assemblée nationale. Il préside Initiatives pour le désarmement nucléaire, et a publié Arrêtez la bombe ! (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin).

La France est le pays où on ne parle pas de l’arme nucléaire. On débat de tous les aspects de la sécurité des citoyens - sécurité de l’emploi, sécurité sociale, sécurité policière, sécurité face au terrorisme. Mais pas de la sécurité du pays qui, nous dit-on, serait assurée par la dissuasion nucléaire.

La réflexion sur ce sujet est limitée à la convocation rituelle à chaque changement de président de la République d’un comité, composé de représentants des administrations et de quelques experts, pour analyser l’environnement stratégique et les menaces auxquelles est confrontée la France et en déduire les moyens nécessaires à ses armées et à sa politique de sécurité. L’intention est légitime. La plupart des grands pays procèdent ainsi. ...

PDF




     





Bruno Latour : "Défendre la nature : on bâille. Défendre les territoires : on se bouge" - Tribune - 23 novembre 2017, Entretien avec Bruno Latour - Propos recueillis par Hervé Kempf - Quel monde commun voulons-nous habiter ? Dans son dernier livre, "Où atterrir ?", le penseur Bruno Latour pose la question, en mettant au premier plan les questions politique et écologique. Reporterre s’est entretenu avec lui.

❑ Bruno Latour est sociologue, anthropologue et philosophe des sciences.

Reporterre — Comment décrire la situation politique d’aujourd’hui ?

▶︎ Bruno Latour — En termes de mythologie politique et en fait, de "cosmologie", dans le sens où ce terme est utilisé par les anthropologues.

On n’est pas simplement en désaccord politique, on est en désaccord sur ce qu’est la politique.

Cela m’a été révélé par le moment où Trump s’est retiré de l’Accord de Paris sur le climat. Il a explicitement posé ce retrait dans des termes géopolitiques : les États-Unis ne se sentent plus liés par ces questions qui pourtant entraînent tous les autres pays vers une "catastrophe" pour laquelle ils avaient à peu près collectivement construit une institution commune.
...

PDF









     




Rogue State - How the guardians of nationhood conspire in its destruction. - 20th November 2017, by George Monbiot, published  in the Guardian 18th November 2017 - What is this country we are asked to love? This might once have been an easy question to answer. National identity was built around a range of institutions, considered to represent the national interest. Rebellion against them was characterised as treason. But one by one, these institutions have been subverted from within. Look to the top to see treachery at work.

The most obvious – and most trivial – example is the way in which the Crown has used investment vehicles based in offshore secrecy regimes to enhance its wealth. The Paradise Papers show that both the Queen’s investors (the Duchy of Lancaster) and Prince Charles’s private estate (the Duchy of Cornwall) have been conducting their affairs beyond the view of government. If the Crown mocks its own agencies in this way, why should anyone else respect them? But this, by comparison to other recent revelations, is froth.

Priti Patel’s engagements in Israel, which culminated in her professed intention to divert British aid money to the Israeli army in the occupied Golan Heights, raised the question of whose national interests she was representing, the United Kingdom’s, or Israel’s? It’s a question that could be directed at several British ministers and their departments. The governments of Saudi Arabia and the United States frequently appear to benefit from British decisions that seem more attuned to their interests than to ours. Brexit is likely to exacerbate this tendency.

We were promised that in leaving the European Union we would regain our sovereignty. But in abandoning an association based on equal standing, we expose ourselves to coercion by other nations. Our relationship with the United States, especially under the stewardship of the trade secretary Liam Fox, is likely to look like that of servant and master. ...

PDF






     





Monster heat wave reaches Greenland, bringing rain and melting its ice sheet - Joe Rom, November 29, 2017 - NASA's Oceans Melting Greenland (OMG) mission warns the ice sheet is more at risk to global warming than we knew.



Temperature departure from normal. CREDIT: ClimateReanalyzer.org


It’s been unusually warm in the United States in recent days, with records being set across the country. But it’s been scorching in Greenland, with temperatures as much as 54° above normal, which means above freezing in many places.

And this comes on the heels of new research from NASA’s aptly-named Oceans Melting Greenland (OMG) mission, which finds that the enormous ice sheet is far more unstable than we realized. That’s bad news because the Greenland ice sheet contains enough land-locked ice to raise sea levels by over 20 feet (# 6,1 m).

The heat wave began out west last week, with large parts of California sweltering in the 90s. As but one example, the National Weather Service Los Angeles tweeted on Nov. 22 that the 99°F (# 37,22 °C) reading at Camarillo Airport in Ventura County not only broke the record for that day (by 9°F), but broke the record for any day that month.







     



"L’effet papillon" ou comment le changement climatique dérègle toutes les espèces vivantes - 26 septembre 2017, par Antoine Puig - "Le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ?", s’interrogeait avec espièglerie le météorologue Edward Lorenz en 1972, et donnant naissance au principe bien connu de "l’effet papillon" ; selon ce dernier, à l’échelle infiniment complexe de la planète, un facteur en apparence négligeable peut avoir, au terme d’une longue chaîne de causalité, des conséquences considérables. Aujourd’hui, ce principe même régit les recherches de scientifiques étudiant les conséquences du réchauffement climatique sur les comportements et la survie des espèces animales : parfois, un changement de quelques dixièmes de degrés dans une zone géographique bien précise peut conduire à l’extinction d’une espèce entière.

L’homme, élément perturbateur

Depuis son apparition sur la Terre, l’espèce humaine est responsable de changements dans les écosystèmes naturels : chaque grande avancée (maîtrise du feu, invention de l’agriculture, révolution industrielle) a affermi la mainmise de l’homme sur son environnement, souvent aux dépends d’espèces occupant l’espace avant lui.

Depuis l’époque moderne, la pression exercée par les activités humaines sur l’environnement s’est considérablement accrue, provoquant la disparition de nombreuses espèces. ...

PDF





     



The article that changed my view … of humanity's impact on the planet - Matt Bowden, as told to Sophie Zeldin-O'Neill - Saturday 25 November 2017 - This article was amended on 6 April 2016. It also includes Robert McFarlane's article.

The article that changed my view … of humanity's impact on the planet

Guardian supporter Matt Bowden explains why an article by the author Robert Macfarlane helped him understand the ‘Anthropocene generation’

❐ Matt Bowden, 34, works in the textiles industry. He is from Durham, UK and currently living in Taipei, Taiwan

Plastics pollution in Dakar, Senegal. Photograph: Nic Bothma/EPA

I came across Robert Macfarlane’s article Generation Anthropocene: how humans have altered the planet forever, as part of my MA course last year.

It was recommended reading and ignited a deep interest in humans’ impact on the planet, and an impetus to reimagine my relationship with the environment.

Macfarlane explains the term “Anthropocene” as

“the new epoch of geological time in which human activity is considered such a powerful influence on the environment, climate and ecology of the planet that it will leave a long-term signature in the strata record”.

Many scientists argue that it began in 1950 and continues today. This concept really intrigued me and sparked a fascination that has grown and grown. ...

PDF





     




Everything Must Go - 24th November 2017, by George Monbiot, published in the Guardian 22nd November 2017, Economic growth will destroy everything. There’s no way of greening it – we need a new system.

Everyone wants everything – how is that going to work? The promise of economic growth is that the poor can live like the rich and the rich can live like the oligarchs. But already we are bursting through the physical limits of the planet that sustains us. Climate breakdown, soil loss, the collapse of habitats and species, the sea of plastic, insectageddon: all are driven by rising consumption. The promise of private luxury for everyone cannot be met: neither the physical nor the ecological space exists.

But growth must go on: this is everywhere the political imperative. And we must adjust our tastes accordingly. In the name of autonomy and choice, marketing uses the latest findings in neuroscience to break down our defences. Those who seek to resist must, like the Simple Lifers in Brave New World, be silenced – in this case by the media. With every generation, the baseline of normalised consumption shifts. Thirty years ago, it was ridiculous to buy bottled water, where tap water is clean and abundant. Today, worldwide, we use a million plastic bottles a minute. ...

PDF





     



La planète Titanic va couler et les riches sont en train de se ruer sur les canots de sauvetage - LES BLOGS - 22/10/2017 - Denis Dupré Enseignant chercheur en finance et éthique à l'Université de Grenoble - Le type d'économie mondialisée dans laquelle nous vivons laisse l'empreinte écologique annuelle des humains dépasser ce que la planète peut supporter, conduisant à long terme au naufrage, sans prévoir un nombre suffisant de canots de sauvetage pour tous.

En 1998, dans un article paru dans Libération "L'économie-Titanic a-t-elle assez de canots de sauvetage?", je faisais le constat que l'économie libérale non régulée pillait la planète et fragilisait l'autonomie des pays les plus pauvres.

J'envisageais que ce type d'économie mondialisée dont la caractéristique est de laisser l'empreinte écologique annuelle des humains dépasser ce que la planète peut supporter à long terme conduise au naufrage de la planète sans prévoir un nombre suffisant de canots de sauvetage pour tous.

Nous en étions au moment où le capitaine du Titanic et ses adjoints découvraient que le bateau ne pouvait que couler. Ils restaient les seuls à savoir qu'il n'y avait pas assez de canots de sauvetage pour tous les passagers.  ...

PDF








     



Boire ou skier, faudra-t-il bientôt choisir ? - Changement climatique - par Barnabé Binctin, 28 novembre 2017 - Dans les Alpes et les Pyrénées, les premières stations de ski ouvrent leurs pistes. Face à la hausse des températures et à la baisse de l’enneigement, les stations croient avoir trouvé la parade, avec la généralisation des canons à neige. Problème : les quantités d’eau nécessaires pour produire la neige artificielle sont considérables, menaçant les réserves locales en eau potable. Ce qui n’empêche pas les régions alpines de consacrer des millions d’euros de subventions à ces équipements. Alors que les glaciers fondent et que l’eau se raréfie, l’enneigement artificiel est-il vraiment une priorité collective ? Enquête.

Si certains ont su tirer profit du changement climatique en montagne, ce sont bien eux : les canons à neige. Les conséquences de nos émissions de gaz à effet de serre se font chaque année un peu plus sentir sur le manteau blanc qui recouvre les massifs. Les chiffres sont toujours plus inquiétants : dans les Alpes, le réchauffement des températures, estimé entre 1,6°C et 2,2°C depuis 1950, s’est accéléré depuis la fin des années 80, entraînant la fonte des glaciers et la diminution de l’enneigement au sol – 25 jours de moins par an, en moyenne.

Dans les stations, personne ne vous dira le contraire : au fil des saisons, l’hiver offre de moins en moins de neige.

"Depuis 1990, la raréfaction de la neige est flagrante : nous n’en avons quasiment plus à Noël. Et l’an passé, on a dû aller chercher de la neige ailleurs pour assurer la saison", raconte Gérard Burnet, premier adjoint à la mairie de Vallorcine, petit village à 1200 mètres d’altitude niché du côté de Chamonix. ...

PDF







     



Faut-il vraiment limiter la population mondiale pour sauver la planète ? - Climat - par Sophie Chapelle, 17 novembre 2017 - Photo Une : Foule à Time Square / CC FlickR - La question revient fréquemment dans les débats sur le changement climatique : l’augmentation de la population constituerait l’une des principales menaces pour l’équilibre planétaire. Les pays pauvres, et particulièrement l’Afrique avec sa forte croissance démographique, sont implicitement visés. Pourtant, un Africain pollue vingt fois moins qu’un Nord-américain. Si la question démographique se pose à long terme, elle risque d’être utilisée pour évincer les vraies priorités et responsabilités : une meilleure gestion et répartition des ressources et une remise en cause du modèle consumériste.

C’est une alerte solennelle qui permet de remettre l’urgence climatique au cœur des débats. Le 13 novembre, plus de 15 000 scientifiques de 184 pays ont publié un cri d’alarme sur l’état de la planète pointant la "trajectoire actuelle d’un changement climatique potentiellement catastrophique" et un "phénomène d’extinction de masse".

Si ce texte, largement relayé par les médias, souligne l’échec des gouvernements à réévaluer le rôle d’une économie fondée sur la croissance, il met surtout l’accent sur "la croissance démographique rapide et continue" perçue comme "l’un des principaux facteurs des menaces environnementales et même sociétale".

Qu’en est-il vraiment ?

PDF








                 





Réchauffement climatique : tous les indicateurs au rouge - Nature & environnement - Par Joël Ignasse, le 03.11.2017 - Toujours plus alarmants, les indicateurs clé du réchauffement planétaire soulignent l'urgence d'agir alors que s'ouvre le 6 novembre 2017 à Bonn la 23e conférence de l'ONU sur le changement climatique.

Ce lundi 6 novembre 2017 s'ouvrira à Bonn en Allemagne la COP 23, durant laquelle les représentants des états vont entamer des négociations pour préparer la mise en place de l'Accord de Paris signé en 2015.

Une démarche qui s'impose alors que les indicateurs clés du réchauffement climatique indiquent tous que le phénomène prend de l'ampleur.

PDF







     



Cindy Wiesner : Justice climatique et justice sociale, c’est le même enjeu - Entretien - 6 novembre 2017, entretien avec Cindy Wiesner - Le concept de justice climatique rend compte du caractère socialement inégalitaire de l’exposition aux conséquences de la crise environnementale. Dans cet entretien, Cindy Wiesner en appelle à la convergence des luttes pour parvenir à un changement du système capitaliste, qui "affecte les gens, la planète et le bien-être de tous les êtres vivants".

❐ Cindy Wiesner est la coordinatrice nationale de Grassroots Global Justice Alliance, un réseau basé aux États-Unis qui regroupe 65 associations locales — nommées "grassroots organizations" en anglais — autour des questions de justice : justice climatique, justice raciale, justice de genre.

PDF







... and greed.













     




L'empreinte écologique des producteurs de viande équivaut à celle de l'Allemagne - 13/11/2017, Benjamin Hourcade - Illustration : Mark reinstein / Shutterstock - Du 6 au au 17 novembre se tient à Bonn en Allemagne la 23ème conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques, la COP 23. À cette occasion, Grain, ONG qui promeut le soutien aux petites exploitations, publie une étude mettant en cause les émissions de gaz à effet de serre des plus gros producteurs de viande et de lait dans le monde tels que JBS, Tyson et Cargill.

D’après Grain, sur l’année 2016, les 20 entreprises les plus polluantes du secteur alimentaire ont produit plus de gaz à effet de serre que le pays hôte de la COP 23. Une étude qui rappelle que le succès des COP dépendra aussi des actions des entreprises privées pour l’environnement.

C’est la première fois qu’une étude est menée pour estimer les émissions de gaz de serre des industries de la production de viande et de lait. Ces dernières ont selon Grain, en association avec l’IATP (Institute for Agriculture and Trade Policy), un impact au moins aussi fort sur l’environnement que les grandes entreprises pétrolières telles que Exxon, Shell et BP, souvent les premières citées comme exemples d’entreprises polluantes. ...

PDF







     



Microsoft, Volkswagen ou Renault recourent-ils sans le savoir au travail des enfants ? - Cobalt - par Olivier Petitjean, 27 novembre 2017 - Les grandes multinationales de l’électronique ou de l’automobile "ne font pas le nécessaire face aux allégations de travail des enfants dans les chaînes d’approvisionnement en cobalt pour les batteries".

Telle est la conclusion d’un nouveau rapport d’Amnesty international, presque deux après une première étude qui avait sonné l’alarme sur la face cachée du développement des équipements électroniques et, demain, des véhicules électriques 1.

Le cobalt est un métal indispensable à la fabrication de batteries pour voitures électriques et gadgets électroniques. Or, la majorité du cobalt est extrait en République démocratique du Congo (RDC), pour partie dans des mines artisanales où travaillent des enfants.

PDF














                 



A la maison, au travail ou dans la rue : les chiffres des violences contre les femmes - LE MONDE - 25 Novembre 2017, par Mathilde Costil, Audrey Lagadec et Paul Pichot



PDF






     




Contre le consentement sexuel à 13 ans, Nagui "supplie" Marlène Schiappa et Nicole Belloubet de se souvenir de leur enfance - C'EST LA VIE - 17/11/2017, Gary Assouline, Journaliste au HuffPost - L'animateur de Taratata veut que l'âge minimal du consentement soit fixé à 15 ans, comme c'est déjà le cas pour la majorité sexuelle.

CONSENTEMENT - À partir de quel âge un mineur peut-il être considéré comme sexuellement consentant ? Ce débat de ce société qui est au cœur de l'actualité depuis l'acquittement en cour d'assises d'un homme jugé pour le viol d'une jeune fille de 11 ans 1 fait beaucoup réagir.

Ce fait-divers a notamment saisi la secrétaire d'État en charge de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, et la ministre de la Justice, Nicole Belloubet qui veulent retenir un certain âge, 13 ou 15 ans, en dessous duquel "tout enfant serait d'office considéré comme violé ou agressé sexuellement".

13 ou 15 ans? À cette question épineuse du seuil de consentement sexuel, Nagui donne sa réponse. Dans un tweet adressé aux deux ministres ce jeudi 16 novembre, l'animateur explique qu'il

"est absurde d'imaginer qu'à 13 ans on puisse être consentant ou dire non à un agresseur". "Et vous à 13 ans?, leur demande-t-il directement. Souvenez-vous de l'enfant que vous étiez, s'il vous plaît. Je vous en supplie".

PDF




     



Conséquence inattendue des restrictions budgétaires - Quand le viol n’est plus un crime - Novembre 2017,  page 8, par Sophie Boutboul - En France, de 60 à 80 % des affaires de viol poursuivies ne sont pas examinées par les cours d’assises, où sont jugés les crimes, mais par les tribunaux correctionnels, comme des délits. Une pratique nécessaire pour lutter contre l’encombrement des assises, selon le ministère de la justice. Mais qui n’est pas sans incidence pour les victimes et pour le traitement de la récidive.

En France, chaque année, 84 000 femmes et 14 000 hommes disent avoir été victimes de viol ou de tentative de viol dans les enquêtes de victimation. Pourtant, les cours d’assises ne prononcent qu’environ 1 500 condamnations pour ce crime défini par le code pénal comme "tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise" et passible de quinze ans de prison (vingt ans si la victime a moins de 15 ans).

Ces chiffres traduisent les obstacles qui jalonnent le parcours d’une victime : pressions qu’exerce le violeur pour qu’elle se taise ; refus de la police d’enregistrer les plaintes sous des prétextes souvent illégaux, comme l’absence de certificat médical ou un mauvais lieu de dépôt, selon le Collectif féministe contre le viol. Les forces de l’ordre ne comptabilisent ainsi qu’environ 12 000 plaintes par an, dont deux tiers sont classées sans suite par le parquet. ...

PDF





     




Le syndicat de la magistrature dénonce la dictature du gouvernement  - Politique - Par : Auteur, valeursactuelles.com - Samedi 25 novembre 2017 - Rapport au vitriol. Le syndicat de la magistrature, réuni à Nice pour son 51e congrès, fait l'état de la justice française et s'en prend violemment au gouvernement.

Le syndicat de la magistrature (SM, gauche), réuni à Nice pour son 51e congrès, a une dent contre le gouvernement. En effet, dans un rapport au vitriol sur l'état de la justice française, publié ce samedi 25 novembre, il dénonce une certaine dictature d'Emmanuel Macron.

“Du ministère de la Justice, rien n'émanera qui n'ait été au préalable annoncé à l'Élysée”, fustige le SM. Et d'ajouter : “Ce nouvel exécutif pratique la concentration au sommet et le télévangéliste devenu président est tout sauf un novice et impose un verrouillage quasi total”.

PDF












     



La dépolitisation par le langage - Ces mots qui font accepter l’inacceptable - Mai 1995, page 28, par François Brune - Mots-masques ? Mots mystificateurs ? La dérive n’en finit pas du vocabulaire dévoyé qui, sous des apparences parfois intellectuelles, souvent techniques, décervelle et dépolitise les citoyens. Le phénomène n’est pas neuf : dans les années 60, la "pacification" cachait la "guerre" en Algérie. Mais il a pris, au cours de la dernière période, une ampleur à la mesure du pouvoir des publicitaires, de la hargne de la technocratie et de l’arrogance des élites politiques en mal de consensus.

Des lycéens français, à qui l’on demande le sens du mot idéologie, lui donnent spontanément pour synonyme idéal… Des candidats au baccalauréat, face à une analyse du sport comme "entreprise de dépolitisation", croient y lire un éloge au premier degré : vive le sport, qui fait oublier la politique, ses problèmes et ses magouilles ! Des étudiants n’arrivent pas à comprendre la différence entre la politique et le politique : eux-mêmes victimes du phénomène, ils ne sauraient voir en quoi les dérives de la politique ont fait perdre à leurs concitoyens la conscience du politique…

Cette profonde dépolitisation, attestée encore par le nombre de jeunes non inscrits ou par la volatilité des intentions de vote à l’élection présidentielle, a de multiples causes 1. L’une d’elles, pas la moindre, est sans doute dans l’usage mystifiant que font des mots les acteurs de la classe politico-médiatique. ...

PDF




     





En Australie, un Etat légalise l’euthanasie - Monde - AFP - Publié mercredi 29 novembre 2017 -  Le Victoria est le premier Etat du pays à légiférer sur le suicide assisté. Dès juin 2019, les patients en phase terminale pourront prendre la décision de mettre fin à leurs jours, après avoir obtenu l’aval de médecins.

Le Victoria est devenu mercredi le premier Etat australien à légaliser l’euthanasie ou mort assistée, ce qui permettra aux patients en phase terminale de mettre fin à leurs jours à partir de juin 2019.

La loi controversée a été adoptée après une centaine d’heures de débats et le Victoria devient ainsi le seul endroit où l’euthanasie sera autorisée en Australie.

Le premier ministre de l’Etat, Daniel Andrews, partisan du projet de loi depuis la mort de son père l’année dernière, a déclaré qu’il était fier d’aider ceux qui souffrent.

PDF










     



Barbara Pompili : “Ce que j'ai vu à l'hôpital Pinel me remplit de honte” - Par Célia Mascre, publié le 13/11/2017 - Au début du mois, Barbara Pompili a visité l'hôpital psychiatrique Pinel, à Amiens. La députée en est sortie profondément bouleversée.

Depuis des mois, l'hôpital Pinel est en pleine tourmente. Pétitions, grèves, le personnel de l'établissement a tout essayé pour se faire entendre. Brigitte Fouré, maire de la ville, est également intervenue auprès de la ministre de la santé.

Pourtant, aucune évolution n'a eu lieu.

Le constat est alarmant : 11 millions de déficit cumulé depuis 2008, des unités supprimées ou en cours de suppression, surcharge et sur-occupation des services et des chambres... Barbara Pompili avait eu écho de ces problématiques. Mais sa visite de l'établissement, accompagnée de sa collaboratrice, l'a bouleversée....

PDF





     




Le mauvais procès fait aux fonctionnaires déconstruit en 6 points  - economie - 05/04/2017 - Alternatives Economiques

Effectifs, statut, temps de travail..., tour d'horizon des sujets qui font polémique à propos des salariés du public en France. Décryptage

Haro sur les fonctionnaires ! A l’automne dernier, la primaire de la droite avait tourné au concours de celui qui proposerait de supprimer le plus d’emplois publics. Hier encore, lors du débat entre les onze candidats à la présidentielle organisé par BFMTV, le sort des agents de la fonction publique a été au centre des joutes oratoires. Même au-delà de l’arène politique, l’idée domine largement aujourd’hui les débats que les employés du secteur public seraient un fardeau qui empêcherait le secteur privé, seul véritable créateur de richesses et d’emplois, de se développer.

Cette vision a toujours été fausse, mais elle le devient de plus en plus. ...

PDF











     




Les pauvres sont les premières victimes de la pollution - Info - 22 novembre 2017, Baptiste Giraud et Nno Man (Reporterre) - L’inégalité sociale sévit aussi dans l’exposition aux nuisances : bruit, pollution, déchets, produits chimiques… affectent bien plus souvent les pauvres.

C’est un territoire cinglé d’énormes balafres. Des balafres grisâtres, toussoteuses, infranchissables.

Installée au niveau du stade de France, une station d’analyse de l’air y relève les taux de pollution les plus élevés de France, en moyenne : 192 jours de dépassement des normes européennes en 2012, 73 en 2016.

Et puis, au milieu de ce brouillard toxique, il y a l’hôpital Delafontaine. Bordée par l’A1 et une autre voie rapide, sa maternité est, elle aussi, une des premières de France : 4.600 naissances chaque année, soit plus de 12 par jour (selon le JSD). Des associations de riverains (Collectif Lamaze, Union des associations de riverains du Stade de France et Comité porte de Paris) réclament que cette portion d’autoroute soit enterrée, afin de mettre fin au bruit, à la pollution, et à la fracture entre quartiers qu’elle entraîne.

Pour eux, il s’agit d’une "discrimination territoriale". Est-elle due au hasard ? Pas vraiment. La commune de Saint-Denis, ville polluée, est aussi une des communes où le taux de pauvreté est le plus important, autour de 30 % de sa population (contre 14 % environ à l’échelle nationale, d’après l’Insee).

PDF







     




Faut-il sauver l'humanité de la "tyrannie des mathématiques" ? - #Économie  #Technologie - 18/11/2017, Vincent Lucchese -  On ne sait pas s’il a raison lorsqu’il prédit la fin de l’humanité d’ici deux ou trois générations, mais puisque personne ne le prenait au sérieux quand il annonçait avant tout le monde la crise des subprimes de 2007, ça vaut le coup de l’écouter aujourd'hui. Paul Jorion a publié le 2 novembre un nouvel ouvrage : À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ? (Fayard). Un livre en forme de long entretien, dans lequel il raconte comment, de la langue grecque aux mathématiques, nous avons fait fausse route en transformant le monde en équations. Il parle aussi de "revenu de subsistance", de "guerre civile numérique" et de "société termite".

❐ Anthropologue et sociologue de formation, Paul Jorion est indifféremment présenté comme économiste, essayiste, spécialiste de la cognition et de l’intelligence artificielle, ou même collapsologue. L’intellectuel belge doit son aura auprès du grand public pour avoir prédit et décrit de l’intérieur la crise financière de 2008.

"Il y a quelque chose chez lui du savant de la Renaissance", capable de mêler les disciplines et d’embrasser les sciences mathématiques aussi bien que la philosophie, écrivent Franck Cormerais, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Bordeaux-Montaigne et Jacques Athanase Gilbert, professeur de littérature comparée à l’université de Nantes. ...

PDF









     



Loin des banlieues, la misère invisible des villages français - France - Jean Abbiateci, publié mardi 11 avril 2017 - Une sociologue auvergnate dresse un portrait vertigineux de la pauvreté dans le monde rural français. Loin de la misère souvent explosive des banlieues françaises, la pauvreté des campagnes est une réalité plus silencieuse, invisible. C’est toute l’utilité du travail d’Agnès Roche, sociologue à l’Université de Clermont Auvergne et que Le Temps a rencontrée, de mettre des mots sur ces "vies de pauvres" du monde rural, ces "sans-dents" moqués par François Hollande.

Le livre qui condense ce travail est une succession vertigineuse des vies chaotiques d’habitants des villages du Puy-de-Dôme: des paysans en difficulté, des ouvriers, des jeunes néo-ruraux sans le sou, des petits commerçants qui ont fait faillite. Chez ces gens-là, les fins de mois sont difficiles, le surendettement une épée de Damoclès – le banquier est une figure détestée chez les agriculteurs –, l’alcool ou le sommeil une échappatoire.

PDF




La révolution silencieuse des campagnes françaises - Jean Abbiateci - Publié mardi 11 avril 2017, modifié dimanche 27 août 2017 -  Dans les villages reculés, le sentiment d’abandon est immense. Mais ce monde rural est aussi un formidable laboratoire pour de nouvelles solidarités. Reportage dans les montagnes du Massif central à la rencontre des Français qui réinventent leur terre

■ Comment parler de l’élection présidentielle française sans retomber, toujours, dans le spectacle politique scandé par les affaires? Comment raconter la France en s’efforçant de cerner les défis du prochain quinquennat?

■ Dans cette série de reportages, nous avons fait le choix de regarder vers demain. En posant les questions qui sous-tendent, vu de Suisse, la transformation possible du pays dans les cinq prochaines années. Notre exploration du pays se fait en partenariat avec les journaux locaux.

Du brouhaha de l’Assemblée nationale au silence infini des plateaux d’Auvergne. C’est ce singulier retour à la terre qu’a entrepris il y a dix ans Antoine de Boismenu en s’installant au cœur des montagnes bleues du Livradois-Forez. Cet ancien lobbyiste agricole, doté d’un solide carnet d’adresses et qui connaît chaque arpent des cabinets ministériels, a décidé de réaliser son rêve d’enfant. L’homme est désormais paysan, à la tête de son propre troupeau, des Salers et des Abondance, à qui il fait parfois écouter du Monteverdi ou du Mozart dans l’étable.

PDF








     



La Silicon Valley est-elle à la tête d’un empire colonial ? - Usbek & Rica #Société #Numérique - 27/11/2017, Lilas Guevara - La "seamless experience" ("expérience sans couture", ndlr) promise par la Silicon Valley se fait au prix d’un lobbying politique et commercial intense, et au mépris des conditions de travail de ceux qui fabriquent les iPhones ou modèrent les contenus sur Facebook. De plus en plus de voix s’élèvent ainsi pour dénoncer une forme d’impérialisme, voire de colonialisme. Si l’on est bien loin des dégâts causés par le colonialisme européen, ce terme constitue une grille de lecture intéressante pour analyser les relations de pouvoir à l’œuvre dans la tech industrie.

C’est dans une salle de l’Assemblée nationale, en janvier 2017, que la formule est lancée : "La France pourrait devenir une colonie des Gafa", tonne Laurent Alexandre, prenant de court les députés qui l’interrogent.

Le chirurgien spécialiste de l’intelligence artificielle est un habitué des déclarations choc, mais parler de la France comme un pays inféodé aux Gafa fait grincer des dents l’auditoire et donne du grain à moudre aux déclinistes. Laurent Alexandre n’est pourtant pas le premier à employer le terme de "colonie" en parlant des géants du numérique. Anjuan Simmons, un développeur américain qui milite pour l’inclusion des minorités et des femmes dans la tech, écrit ainsi en 2015, dans un article intitulé "Technology colonialism", que la technologie vendue par la Silicon Valley est une "arme culturelle de domination". ...

PDF










"Pôle emploi, c’est vraiment devenu une machine de guerre" - Ma vie au travail - par Nolwenn Weiler, 6 novembre 2017 - Ils sont près de 40 000 conseillers à suivre, au quotidien, les six millions de chômeurs inscrits au Pôle emploi. Mais ces agents, dont le métier évolue sans cesse au gré des décisions politiques, ne savent plus trop où ils en sont. Sommés de faire du chiffre sans en avoir les moyens, souvent au détriment du respect des droits des usagers, beaucoup s’interrogent sur le sens de leur travail, quand ils ne sont pas purement et simplement en grande souffrance. Bastamag les a rencontrés.

"Hier soir quand j’ai quitté le travail, il y avait 200 mails en attente dans ma boîte," soupire Maya, conseillère au Pôle emploi à Rennes. "Je suis censée répondre en 48 heures. Comment faire ? C’est impossible. Les demandeurs d’emploi s’impatientent, évidemment. Et je les comprends ! Plus le temps passe, moins les choses vont bien au Pôle emploi." ...

PDF










Dopage et travail. Les professionnels de santé alertent - Société - toxicomanie - travail - Souffrances au travail - stress - Lorenzo Clément avec AFP, Samedi, 11 Novembre, 2017 - Médicaments, alcool, tabac, cannabis, cocaïne...: les actifs consomment de plus en plus de substances psychotropes, légales et illégales, mais la question du lien avec le travail n'est jamais posée, déplorent des professionnels du secteur alors que s'ouvre lundi un congrès sur le sujet.

Vingt millions d'actifs en poste ou au chômage (sur 29 millions, selon l'Insee) sont concernés, soulignait en 2016 la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca).

"De plus en plus d'actifs ont une utilisation des produits soit pour tenir, soit pour dormir ou récupérer, soit pour se construire une identité professionnelle. Il ne s'agit pas de consommation pour se mettre en marge mais pour rester dans le match", explique Gladys Lutz.

Cette chercheuse préside l'association Addictologie et travail (Additra) qui organise le congrès à Montrouge (Hauts-de-Seine) avec entre autres la fédération Addiction, en partenariat avec la Mildeca.

PDF




     





Travail forcé et esclavage moderne sont de retour en Europe - Droits fondamentaux - par Rachel Knaebel, Photo : CC JD Hancock, 13 novembre 2017 - Ils sont 600 000 "esclaves modernes" rien qu’en Europe. Un phénomène "alarmant" au point que le Royaume-Uni a adopté un Modern Slavery Act et que des formations au droit du travail sont dispensées aux réfugiés et migrants en Allemagne. Car maintenus dans la précarité par leur statut fragile, les travailleurs migrants, en particulier les sans-papiers et demandeurs d’asile, sont les plus exposés à cette exploitation. En France, la justice peine à lutter contre ce travail forcé qui se répand dans l’agriculture, la construction, l’industrie ou la restauration.

"Vous connaissez ce mot, "droits" ?", demande Birgitta Wodke.

Elle écrit le mot sur le tableau, pendant un cours d’allemand à destination des réfugiés dans un quartier du sud de Berlin.

""Rechte" (droits, ndlr). "Arbeitsrecht" (droit du travail)..."

Face à elle, une dizaine d’étudiants écrivent consciencieusement sur leur cahier. Ils ont entre vingt et cinquante ans, viennent de Syrie, du Pakistan, d’Égypte, d’Iran, du Ghana, d’Afghanistan, et parlent déjà bien allemand. Birgitta Wodke n’est pas professeure de langue. Elle intervient ici pour une courte formation au droit du travail allemand. L’objectif : protéger ces nouveaux arrivants contre les abus et exploitations en tous genre. ...

PDF





     




Nous sommes les nouveaux maîtres esclavagistes du XXIème siècle - annabellebaudin - Initiatives Citoyennes - Nouveau Monde - 24 Novembre 2017 -  Yannick Roudaut fait ses débuts professionnels dans l’univers de la Bourse à 22 ans. Alors que spécialisé dans la finance, en 2007, en pleine crise des subprimes, il décide de mettre un terme son activité pour se consacrer à la recherche d’un modèle économique durable. Aujourd’hui, il sillonne la France, l’Europe et parfois des pays plus éloignés pour convaincre nos contemporains qu’il est possible d’agir autrement, quel que soit son métier, son parcours, son niveau d’engagement. Rencontre !

"Bâtir le monde de demain est plus enthousiasmant que d’attendre le rebond du PIB !"
 
Nous sommes de plus en plus nombreux à parler d’un "Nouveau Monde". Pourtant, cette expression surprend, lorsqu’elle ne fait pas sourire. Que t’évoque-t-elle ?

▶︎ Quand on parle d’un "Nouveau Monde", c’est en opposition au monde actuel, né de la première révolution industrielle. Celui-ci repose sur l’épuisement des ressources fossiles pour produire des objets de consommation courants obsolètes.

L’obsolescence programmée a profité aux Occidentaux de 1945 à 1980 environ. Aujourd’hui, ce modèle économique, ce monde que nous pouvons qualifier d’occidentalisé, car on a mondialisé notre vision, a atteint ses limites : dérèglement climatique, pollution de toutes sortes, inégalités sociales, burn-out etc…

PDF









Marie-Laure Dufresne-Castets: "Chez moi, la colère ne s’éteint pas" - SOCIAL - 7 novembre 2017, par Mathilde Goanec -  Avocate en droit social, Marie-Laure Dufresne-Castets a bataillé contre Continental, Renault, PSA ou encore Moulinex. Dans son livre témoignage Un monde à gagner, elle dresse le tableau d'une justice des puissants, manquant singulièrement de courage, et appelle au combat politique, notamment face aux changements voulus par la présidence Macron.

Marie-Laure Dufresne-Castets n'est pas qu'une habituée des prétoires. L'avocate est également une membre active et résolue du mouvement social, que l'on croise parfois dans les cortèges syndicaux au bras de Xavier Mathieu, l’ancien leader des "Conti". La spécialiste en droit du travail assume totalement la teneur politique de son travail, exclusivement en défense des salariés et des syndicats, contre les géants Moulinex, Continental, Renault ou PSA. Dans son livre Un monde à gagner, publié aux éditions Don Quichotte, Marie-Laure Dufresne-Castets revient sur les combats emblématiques qu’elle a pu mener ces trente dernières années et s’alarme d’une justice de "classe", de plus en plus désarmée face au pouvoir économique. ...

PDF









     



Des experts aux idées fracassantes - Economistes en guerre contre les chômeurs - Décembre 2006, pages 1, 4 et 5, par Laurent Cordonnier - Il y a douze ans, M. Jacques Chirac fit de la lutte contre la "fracture sociale" l’objectif de sa présidence. Il devait être atteint grâce à la baisse du chômage et à l’augmentation des salaires ("La feuille de paie n’est pas l’ennemie de l’emploi"). Alors que s’ouvre une nouvelle campagne présidentielle, le niveau de vie des catégories populaires continue à se dégrader, en particulier à cause du coût du logement. Et quand le chômage recule, cela tient pour beaucoup à l’importance des classes d’âge qui partent à la retraite, à la généralisation des stages et contrats sous-payés, enfin à la rigueur punitive de l’indemnisation des chômeurs.

La pression ne cesse de s’accentuer sur les chômeurs et les "bénéficiaires" d’allocations sociales durablement écartés de l’emploi. Elle s’étend à l’ensemble des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et s’exerce à tous les niveaux : discours politiques, prises de position des essayistes et des commentateurs, gros titres de la presse, rapports officiels. Sans oublier l’essentiel : les politiques de l’emploi mises en œuvre, qui réservent un traitement particulier aux privés d’emploi. ...

PDF





     



Les banques dans la machinerie financière - Cécile Marin & Dominique Plihon, octobre 2011

Où va l’argent ?

Avec le développement de l’ingénierie financière et le démantèlement des cloisonnements mis en place après la crise de 1929, les banques se sont métamorphosées en "conglomérats financiers". ...

Le circuit de la création monétaire

D’où vient l’argent ?

Contrairement à une idée reçue, les banques ne se contentent pas de prêter l’argent qu’elles ont reçu en dépôt. En réalité, elles créent la monnaie ex nihilo, à la demande des entreprises et des ménages qui sollicitent des crédits. L’opération permet d’avancer les fonds nécessaires à la création future de richesse (production des entreprises) ou de revenus (les salaires à venir des ménages). Le rôle des banques traditionnelles — dites "commerciales" — est donc triple :

☞ créer la monnaie (1) ;

☞ collecter et gérer les dépôts de leurs clients (3 et 6) et

☞ faire circuler la monnaie entre les comptes (4).
...

Régulation et collusions

Qui contrôle l’argent ?

Selon la théorie néolibérale, la galaxie financière concilierait stabilité et expansion grâce à un système de pouvoirs et contre-pouvoirs : les institutions de régulation et les banques centrales contrebalanceraient le désir de puissance enfin "libéré" des forces de l’argent. ...

PDF








Les monnaies locales, un moyen efficace pour lutter contre la spéculation financière et les délocalisations ? -  Alternatives - par Sophie Chapelle, 10 novembre 2017 - Voilà maintenant sept ans que la première monnaie locale complémentaire, l’Abeille, a été lancée en France. Créées après la crise financière pour encourager l’économie locale et les bonnes pratiques environnementales, dynamiser les territoires tout en freinant la spéculation, elles sont aujourd’hui plusieurs dizaines en France. Une première carte de paiement a même été lancée en Eusko, la monnaie locale des Pays Basques. D’autres villes et régions, en Angleterre ou en Allemagne, connaissent aussi un essor de ces monnaies citoyennes. En France, le ministère de l’Economie et des Finances va-t-il encourager cette innovation ou l’entraver ?

La Cagnole, le Cep, la Doume, la Gonette, le Grain, la Maille, la Miel, la Pêche, la Roue... Plus de 40 monnaies locales circulent aujourd’hui en France, et une trentaine de plus sont en cours de création. Une dynamique qui réjouit Françoise Lenoble, co-initiatrice dans le Lot-et Garonne de l’Abeille, la première monnaie locale complémentaire lancée dans l’hexagone en 2010. Aux prémices du projet, l’envie des adhérents de l’association "Agir pour le vivant" de

"faire quelque chose qui reliait tous les sujets entre eux".

Quoi de mieux que la monnaie, dont se sert chaque individu pour faire ses courses comme chaque grande entreprise pour régler ses fournisseurs.  ...

PDF












     



Les risques d’une fiscalisation de la solidarité - Janvier 1991, page 6 - par Christian de Brie - Produits de la civilisation industrielle, aboutissement de compromis historiques entre classes et groupes sociaux, difficilement élaborés au cours des décennies selon l’évolution des rapports de forces spécifiques à chaque société nationale, les systèmes de protection et de sécurité sociale des pays occidentaux, en particulier européens, sont aujourd’hui remis en cause.

Par l’offensive idéologique du libéralisme, l’exacerbation de la concurrence et de la guerre économique que se livrent les pays développés et les firmes multinationales, qui tentent de justifier le démantèlement des transferts sociaux et d’échapper aux charges communes.

Par l’évolution des sociétés : le vieillissement des populations provoqué par la baisse de la natalité et l’allongement de la durée de vie, le ralentissement de la croissance économique, les transformations technologiques, la réduction de l’emploi et le chômage endémique pèsent partout sur l’équilibre des budgets sociaux.

Tandis que les dépenses s’accroissent régulièrement à un rythme soutenu - elles ont doublé au cours des vingt-cinq dernières années et représentent 23 % à 30 % du produit intérieur brut (PIB) dans la plupart des pays de la Communauté européenne, - les moyens de financement stagnent ou régressent.

Ils proviennent essentiellement de trois sources : les cotisations des personnes protégées, celles versées par les entreprises et les contributions publiques fiscalisées. Au sein de la Communauté européenne, les premières assurent en moyenne un quart du financement, les secondes plus de 40 % et les dernières près de 30 %. En réalité, la répartition varie très sensiblement d’un pays à l’autre.
...

PDF






     




"maturité de la dette" : Bruno Lemaire donne raison à J.L. Mélenchon  - 25 novembre 2017 - Sources : blog de Robert Mascarell, par Robert Mascarell - La dette, publique, uniquement, est devenue l’épouvantail brandi, à tout propos et hors de propos, par tous nos gouvernants depuis 1983, pour justifier les pires attaques contre tous nos droits sociaux. Macron et son gouvernement ayant passé la surmultipliée.
 
À les en croire donc, notre pays serait criblé de dettes, hypothéquant l’avenir de nos enfants, qui seraient condamnés à la rembourser ad vitam aeternam, parce que, irresponsables que nous sommes, nous avons fait le choix délibéré de vivre au-dessus de nos moyens.
 
Rendez-vous compte, notre dette s’élève à 2000 milliards d’euros, soit 96 % de notre PIB.
 
Jusqu’à ce dimanche matin, de ce 19 novembre, j’oscillais entre la honte de ne pas penser à mes deux enfants et à mes quatre petites filles, et ma volonté de leur sacrifier toutes mes habitudes de consommation. Lorsqu’à 10h15 du matin, me réveillant d’une courte nuit, pour m’être couché à 3h40 du matin, à l’issue d’une fête endiablée, j’ai eu l’inestimable idée de tourner le bouton de ma radio, sur Europe 1, puis celui de ma télé, sur Cnews. Les deux stations recevant le ministre de l’économie, Bruno Lemaire1, dans le cadre de l’émission "Le grand rendez-vous".
 
Au bout de 24’20’’ de bla bla bla, entre gens de très bonne compagnie (Lemaire et David Doukhan (Europe 1), le journaliste-présentateur de l’émission, et les deux intervieweurs complaisants, Nicolas Barré (journal Les Échos) et Laurence Ferrari (Cnews)), Bruno Lemaire a mis fin à ma mauvaise conscience. ...

PDF





     



Parler Bambin, une révolution à la crèche ? - Petite enfance - Céline Mouzon, 27/11/2017 -  Entre deux enfants de 3 ans, l’un venant d’un milieu favorisé, l’autre d’un milieu défavorisé, on observe déjà des différences, qui sont le fruit d’inégalités sociales. Ces inégalités se traduisent par exemple dans la maîtrise, plus ou moins bonne, du langage. Dès lors, ne faudrait-il pas agir dès la petite enfance pour prévenir leur accroissement ? C’est le but du programme Parler Bambin. Développé depuis 2006, il fait aujourd’hui l’objet d’une recherche-action impliquant une centaine de crèches.

"Le programme s’appuie sur un double constat", souligne Florent de Bodman, qui pilote sa mise en oeuvre opérationnelle à l’Agence nouvelle des solidarités actives (Ansa), une association accompagnant les projets d’innovation sociale, et a corédigé le dernier rapport du think tank Terra Nova sur le sujet1. "D’abord, le constat d’inégalités sociales de développement entre enfants, très fortes. L’une des études fondatrices, "The Early Catastrophe", mesurait en 1995 qu’à 4 ans, les enfants les plus favorisés avaient entendu de la part de leurs parents 30 millions de mots en plus que ceux des milieux défavorisés. Et qu’il s’agissait plus souvent d’énoncés positifs et encourageants, par opposition à des injonctions ou à des interdictions", explique-t-il.

A 3 ans, les enfants de milieux défavorisés maîtrisent 500 mots, contre 1 000 pour les enfants de milieux favorisés

PDF







Lettre d'Eric Dupond-Moretti à Bernard-Henri Lévy



     




Historian Roxanne Dunbar-Ortiz on Thanksgiving: “It Has Never Been About Honoring Native Americans” - Topics : Indigenous - Native American - Story - November 23, 2016

Guests

❑ Roxanne Dunbar-Ortiz, author of An Indigenous Peoples’ History of the United States and co-author of All the Real Indians Died Off: And 20 Other Myths About Native Americans.

As much of the United States prepares to mark Thanksgiving this weekend, many Native Americans will gather in Plymouth to commemorate the 47th National Day of Mourning. This year is dedicated to water protectors at Standing Rock and to the struggle for recognition of Indigenous Peoples’ Day. To discuss this and more, we speak with indigenous historian and activist Roxanne Dunbar-Ortiz.

Transcript of the included clip

PDF








     




Psychotronique appliquée du Nouvel Ordre - Articles, Technologie - Frédéric Morin & Dondé Vamos, 10 octobre 2017 -  Google lance un sondage auprès des internautes posant la question :  "La connexion de 30 milliards d’objets vous fait-elle peur ?"

Pour une population peu informée une interconnexion de tous les objets du quotidien peut sembler fun. Imaginez le monde de demain avec le tout connecté. Quand vous tirerez votre chasse d’eau, cette dernière en informera votre déshumidificateur qui prévenant une petite montée d’hydrométrie ambiante se mettra en marche. Prenant votre douche, cette dernière en informera le système de chauffage qui se modulera en fonction de l’effet thermique de l’eau chaude combiné aux effets hydrométriques du déshumidificateur. La douche informant la machine à café, cette dernière commandera alors la levée des volets électriques de la maison. L’effet thermique des rayons solaires sera alors immédiatement pris en compte par un ordinateur d’intelligence artificiel qui modulera hydrométrie et thermie selon les nouveaux paramètres. Toutes ces données du matin seront transmises à un central évaluant la quantité d’eau utilisée sous la douche, la quantité de café bu, la consommation électrique du matin, etc… Ces données seront envoyées au noyau d’intelligence artificielle domestique afin qu’il optimise vos consommations, éditant un rapport circonstancié assorti de recommandations qui vous seront envoyées sur votre i-phone et affichées sur votre moniteur domestique dès votre retour...

PDF

  on aborde dans cette publication un domaine dont le contenu se veut scientifique, mais sans que cela soit avéré. De plus, comme la majorité du public,  j'ignore l'état des relations prêtées à Google avec le monde militaire.

Par contre, Google montre chaque jour un peu plus sa volonté de maîtriser l'intelligence artificielle, et on ne doit pas ignorer, outre les dangers créés par l'"électrosmog", le potentiel manipulateur intrinsèque de ces outils et algorithmes via le vecteur que représentent les objets dits connectés.




















     



La liberté de faire "comme on doit" - Derrière la subjectivité des journalistes - Mai 2000, page 4, par Alain Accardo - Pourquoi le discours médiatique semble-t-il converger spontanément vers la légitimation de l’ordre établi et apporter ainsi une contribution indispensable à la pérennité du système social ? Nul complot là-dedans. L’aspect concerté semble en effet minoritaire. Le recrutement social des journalistes et leur capacité à s’imprégner de l’idéologie des classes dirigeantes créent entre eux une communauté d’inspiration. Il leur suffit souvent de travailler "comme ils sentent" pour travailler" comme ils doivent". C’est-à-dire comme ils ne devraient pas.

L'observateur du système médiatique devrait poser en principe que les journalistes ne sont pas, dans leur grande masse, machiavéliquement préoccupés de manipuler le public pour le plus grand profit des actionnaires des entreprises de presse. S’ils se comportent en "conditionneurs" de ceux à qui ils s’adressent, ce n’est pas tant qu’ils ont la volonté expresse de les conditionner que parce qu’ils sont eux-mêmes conditionnés, à un degré que la plupart ne soupçonnent pas. Chacun en faisant spontanément - ou en ne faisant pas - ce qu’il a envie de faire, s’accorde spontanément avec tous les autres. A la manière du poète Robert Desnos, on pourrait dire qu’ils obéissent à la logique du pélican :

"Le pélican pond un oeuf tout blanc.
D’où sort, inévitablement
Un autre qui en fait autant."
...

PDF





(Il en manque un, non ?)



















     




L’éolien signe la fracture entre deux visions de l’écologie - Enquête - 27 novembre 2017, Grégoire Souchay (Reporterre) - Emblème de la transition énergétique ou avatar vert du capitalisme ? L’énergie éolienne divise les écologistes. Reporterre a mené une grande enquête, en cinq volets, pour examiner en détail les questions soulevées par le développement de cette industrie et les enjeux qui l’accompagnent.

Elles sont là, partout autour de nous. Dans les rues et dans les campagnes. Chez les grands énergéticiens, Total, EDF, Engie, mais aussi dans des pubs pour des assurances, pour des produits de la ferme, même en photo dans les toilettes d’un TGV. Qui ? Les éoliennes, bien sûr. Elles sont désormais un élément constitutif de l’imaginaire collectif contemporain. En quelques dizaines d’années, ces machines produisant de l’électricité par la force du vent sont devenues le symbole par excellence de notre siècle, associées aux discours sur le "développement durable" ou "la transition énergétique".

Et de fait, c’est bien la technologie renouvelable qui se développe le plus aujourd’hui en France. Si l’hydraulique est encore le premier poste d’énergie "propre", les équipements sont vieillissants et l’époque des grands barrages est désormais révolue. Place donc au solaire, mais surtout aux éoliennes. On les retrouve sur les crêtes du sud du Massif central, dans les grandes plaines du Centre, du Nord et de la Champagne, des monts du Morvan aux littoraux occitans, et bientôt demain en mer au large de la Bretagne et de la Normandie voire de la côte catalane.

PDF



Les éoliennes : pourquoi si hautes ? comment ça marche ? combien sont-elles ? - Enquête - 28 novembre 2017, Grégoire Souchay (Reporterre) -

Vitesse du vent, puissance installée, stockage de l’énergie produite… les questions techniques liées aux éoliennes sont nombreuses. Reporterre se plonge dans la mécanique et le vent pour tout vous expliquer.

❐ Cet article est le deuxième d’une série en cinq volets. Il suit "L’éolien signe la fracture entre deux visions de l’écologie".

Comment fonctionne une éolienne ?

Au commencement était le Soleil. Sous l’effet de sa chaleur, des molécules d’air se déplacent, avec des vitesses variables, des zones de pressions élevées vers des zones de pressions plus faibles. Ainsi naît le vent. Sur son passage, on dispose une turbine de trois pales, profilées comme des ailes d’avion. L’air est accéléré d’un côté et freiné de l’autre, ce qui leur confère une force de portance. Les pales se mettent à tourner, et la puissance du vent est transformée en puissance mécanique. La turbine est reliée à une génératrice électrique qui transforme l’énergie de cette rotation en électricité. Voilà pour le principe.

PDF




L’économie de l’éolien, de plus en plus concentrée, n’est pas alternative - Enquête - 29 novembre 2017, Grégoire Souchay (Reporterre) - Le secteur de l’énergie éolienne concerne de multiples acteurs aux rôles bien spécifiques, du "turbinier" à l’exploitant en passant par le développeur et l’"agrégateur". Avec la dérégulation du marché de l’énergie, le secteur n’échappe pas non plus à la concentration et à la financiarisation.

❐ Cet article est le troisième d’une série en cinq volets.

➤ volet 1 : "L’éolien signe la fracture entre deux visions de l’écologie"

➤ volet 2 : "Les éoliennes : pourquoi si hautes ? comment ça marche ? combien sont-elles ?".

Il n’était peut-être pas nécessaire de commencer par l’atelier spécifique sur les "bridages acoustiques" et la différence entre les "balourds aérodynamiques et massiques". Et pourtant, c’est bien de cela dont on parlait, ces 19 et 20 septembre, à Paris, pour cette 8e édition du colloque national éolien dédié aux "solutions concrètes pour la France de demain". Un rendez-vous organisé par l’association France énergie éolienne, qui regroupe 90 % des acteurs de l’éolien en France.

Comprenez : des entreprises de la filière venues du monde entier, et qui investissent et travaillent sur le territoire français.

Bienvenue dans un monde où tout est bleu, comme le ciel, et blanc, comme les machines. Un rendez-vous au croisement entre le monde des ingénieurs, des techniciens et des commerciaux. Ici, comme dans beaucoup d’autres sphères, on croise essentiellement des hommes blancs en costume, plutôt jeunes. La plupart ne travaillent dans le domaine que depuis moins de cinq ans :

"La filière est encore jeune", m’explique-t-on. ...

PDF




Quel est l’impact des éoliennes sur l’environnement ? Le vrai, le faux - Enquête - 30 novembre 2017, Grégoire Souchay (Reporterre)

Énergie renouvelable, l’éolien a, comme toute énergie, un impact sur l’environnement. Mortalité des oiseaux et des chauves-souris, besoin en matières premières, infrasons, bruit,... Reporterre fait le point sur ce qui pose problème ou pas.

❐ Cet article est le quatrième d’une série en cinq volets.

volet 1 : "L’éolien signe la fracture entre deux visions de l’écologie";

volet 2 : "Les éoliennes : pourquoi si hautes ? comment ça marche ? combien sont-elles ?" ;

volet 3 : "L’économie de l’éolien, de plus en plus concentrée, n’est pas alternative".

Les éoliennes sont-elles mauvaises pour la planète ? C’est un point de désaccord fondamental entre les partisans et les opposants au développement de cette énergie. Le nœud de la discussion ? L’éolien, industrie moderne et récente, s’accompagne d’un cortège d’impacts environnementaux, sur les paysages, le bruit, l’impact pour les oiseaux, etc. Résultat : on n’a jamais aussi bien su quels étaient les impacts d’une source d’énergie, alors qu’il est impossible de quantifier les nuisances des centrales à charbon sur les chauves-souris ou celles de l’industrie nucléaire sur les populations d’oiseaux. Les éoliennes ont cet avantage que la chaîne de causalité entre la machine et ses effets est simple à établir. Revue de détail des questions essentielles.

PDF





Les paysages de l’éolien : on ne peut plus faire sans les citoyens - Enquête - 1er décembre 2017, Grégoire Souchay (Reporterre)

L’impact paysager des éoliennes et l’industrialisation des campagnes qu’elles représentent soulèvent de nombreuses oppositions. La querelle pose une question politique : l’éolien peut-il être autre chose que la poursuite du monde industriel, fondé sur la croissance, la consommation et la marchandisation du bien commun ?

❐ Cet article est le dernier d’une série en cinq volets.

➤ volet 1 : "L’éolien signe la fracture entre deux visions de l’écologie" ;

➤ volet 2 : "Les éoliennes : pourquoi si hautes ? comment ça marche ? combien sont-elles ?" ;

➤ volet 3 : "L’économie de l’éolien, de plus en plus concentrée, n’est pas alternative" ;

➤ volet 4 : "Quel est l’impact des éoliennes sur l’environnement ? Le vrai, le faux".

"C’est quand même particulièrement cruel de détruire l’environnement au nom de l’écologie, vous ne croyez pas ?" Michel Broncard, vice-président de la Fédération environnement durable, ne mâche pas ses mots. "Dans toute cette affaire, il n’y a que le vent qui soit propre", lance-t-il.

Bien loin des couloirs feutrés du colloque éolien, ils sont plus d’une centaine réunis ce 7 octobre dans le centre-ville de Carcassonne pour une manifestation "contre l’éolien industriel". Cheveux blancs, pancartes de fortune, mégaphone pour dénoncer la "démocrature", les "soldes du patrimoine" et dire non à l’obstination et aux éoliennes. Cas emblématique de la lutte anti-éolienne dans l’Aude, la situation dans la commune de Bouriège. Comme pour chaque projet faisant l’objet d’une contestation, il faudrait des volumes pour décrire les innombrables épisodes de cette mobilisation, qui dure depuis 2004. Particularités de ce projet : la destruction partielle, en 2013, d’un site archéologique connu, mais jamais fouillé, à Saint-Pierre-le-Clair.

PDF






     




Nucléaire: EDF va prolonger la durée de vie de ses centrales - Enquête - 29 novembre 2017, par Jade Lindgaard - En toute discrétion, EDF est en train d’obtenir la prolongation de la vie de ses centrales nucléaires au-delà de 40 ans, un âge autrefois jugé indépassable. Le manque de discussion publique entretient l’opacité des décisions au sujet de la sûreté des réacteurs. L'ASN présente son rapport annuel jeudi 30 novembre aux parlementaires.

Si un·e automobiliste oublie le contrôle technique de sa voiture, la police peut l’immobiliser. Si EDF omet de soumettre ses réacteurs nucléaires au réexamen complet de sûreté obligatoire à 40 ans, pourquoi peuvent-ils continuer à tourner ?

Le vieillissement des centrales nucléaires est le point aveugle de l’annonce par Nicolas Hulot du report après 2025 de l’abaissement de la part du nucléaire dans la production d’électricité.

Construites en rafales à partir de 1977 (Fessenheim), les centrales approchent de la quarantaine. Trente-quatre réacteurs sur un total de 58 auront 40 ans avant 2025. Historiquement, ils ont été autorisés sans limitation de durée de fonctionnement.

PDF








     




Cigéo : une commission recommande une expertise internationale sur certains déchets - Brèves - 23 novembre 2017 - Source : Romandie, Image : CEA - Une expertise scientifique internationale devrait être sollicitée "assez urgemment" quant à la gestion des déchets bitumineux au sein du projet de site d’enfouissement de déchets nucléaires prévu à Bure (Meuse), a recommandé la Commission d’évaluation des recherches sur les déchets radioactifs (CNE), selon l’AFP jeudi 23 novembre.

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a précédemment relevé les "incertitudes" quant au comportement des déchets enfermés dans du bitume en cas d’élévation de température, notamment en cas de réaction chimique entre produits. Ces fûts, qui représenteront environ 18% des déchets stockés par Cigéo, sont très inflammables.

PDF








     



Les accidents nucléaires en France - Publié le 3 mars 2017 - Nucléaire - Le nucléaire 100 % sûr est un mythe. Même si les accidents sont relativement rares, leurs impacts sur la population, l’environnement et l’économie d’un pays sont effroyables. La France n’est pas à l’abri.

L’échelle internationale des événements nucléaires

L’histoire du nucléaire dans le monde est ponctuée d’accidents. Une "échelle internationale des événements nucléaires" les classe, en fonction de leur gravité, de 0 à 7 : écart (niveau 0), anomalie (niveau 1), incident (niveaux 2 et 3), accident (de 4 à 7). Les accidents les plus graves jamais enregistrés sont ceux de Tchernobyl (26 avril 1986) et de Fukushima (11 mars 2011). Ils étaient de niveau 7. Mais d’autres accidents ont eu lieu aux États-Unis et au Royaume-Uni par exemple. ...

PDF










     




Nucléaire : Hulot veut pousser EDF à revoir son modèle - Énergie - Environnement - Veronique Le Billon, le 14/11/2017 - Le ministre de la Transition écologique a demandé un "plan précis" à l'électricien pour qu'il s'oriente davantage vers les énergies renouvelables. Il n'y a "pas de défiance" vis-à-vis d'EDF, assure l'Etat.

Nicolas Hulot lance la réflexion pour réformer EDF. Dans un entretien publié ce mardi dans le "Financial Times", le ministre de la Transition écologique et solidaire a demandé un "plan précis" à EDF pour accélérer sa transition du nucléaire aux énergies renouvelables.

Et il n'exclut pas que cela passe par un changement de gouvernance.

"EDF a deux priorités : gérer la production nucléaire d'un côté, et les renouvelables de l'autre. L'architecture d'EDF est-elle la bonne pour répondre aux enjeux du XXIe siècle ? Une réflexion est en cours", indique ainsi le ministre.

Critiqué la semaine dernière pour avoir reporté après 2025 le passage de 75 % à 50 % la part du nucléaire dans la production d'électricité française, Nicolas Hulot met donc la pression sur EDF pour qu'il respecte la feuille de route stratégique de l'Etat. EDF, plaide le ministre, doit s'emparer du sujet de la transition énergétique plutôt que d'y "résister". ...

PDF







Le nucléaire et les centrales thermiques sont-ils les seules solutions pour éviter les coupures d'électricité? - Nicolas Raffin, publié le 15/11/17 - ENERGIES - Un ancien administrateur d'EDF dénonce une "idéologie extrêmement ancrée" au sein du groupe...

❑ Le CCE d'EDF se montre inquiet pour la sécurité de l'alimentation électrique en France. Il préconise de développer le nucléaire et les centrales thermiques.

❑ Plusieurs experts estiment qu’une transition énergétique est tout à fait possible sans coupure de courant.

"Des coupures d’électricité vont certainement se produire cet hiver". Ce scénario inquiétant émane de Virginie Neumayer, membre du comité central d’entreprise (CCE) d’EDF.

A l’occasion d’une conférence ce mercredi, l’instance représentative du personnel a estimé qu’une vague de froid dans les prochains mois pourrait faire exploser la demande d’électricité, sans que l’offre ne soit capable de suivre. ...

PDF




                 




Nucléaire : vivez-vous dans une zone à risque ? - Conjoncture - Par  William Plummer Nicolas Mondon, publié le 14/11/2017 -




❐ sur la page en ligne, vous pouvez définir la zone où vous résidez en tapant votre code postal dans un 'applet'

INFOGRAPHIE INTERACTIVE - En France, plus de 200.000 personnes vivent dans une commune située à moins de 5 km d'une centrale nucléaire. Un accident grave pourrait les contraindre à évacuer leur domicile.

D'ici quelques jours, la centrale du Tricastin qui est à l'arrêt depuis plus d'un mois devrait reprendre du service. L'autorité de sûreté nucléaire a imposé en septembre la suspension d'activité de cette centrale située à la frontière de la Drôme et du Vaucluse, en raison de risques d'inondation du site en cas de séisme d'ampleur exceptionnelle.

Au-delà de cet événement, EDF a décelé jeudi dernier un incident "significatif de sûreté" concernant deux des réacteurs de la centrale de Paluel, située en Seine-Maritime. En conséquence, le leader de l'énergie a remplacé les équipements en cause qui avaient souffert de corrosion. Ce fait survient après plusieurs incidents de niveau 2 sur le parc nucléaire français, depuis cet été.

Le président de l'ASN Pierre-Franck Chevet, auditionné mercredi par des députés, a toutefois jugé "globalement satisfaisant" le niveau de sûreté des installations nucléaires en France.

Si ces événements n'ont pas, ou peu, de conséquences, un accident plus grave pourrait être bien plus préoccupant pour la population avoisinant une des 19 centrales françaises.

PDF





                 





Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ? - Nos dossiers et analyses - 21 Novembre 2017 - Fin septembre 2017 plusieurs autorités de contrôle de la radioactivité de l’air en Europe ont repéré la présence de Ruthénium-106, à des taux significatifs. Un panache radioactif pour lequel il aura fallu attendre près de 2 mois pour en connaître approximativement l’origine…

Qu’est ce que le Ruthénium-106 ?

Le ruthénium est un métal plutôt rare que l’on retrouve dans les sous-produits de l’exploitation des mines de platine, à l’état naturel, il est suspecté d’attaquer la peau humaine et d’être cancérigène.

Sa variante isotopique détectée dans l’air européen : le Ruthénium-106 est un radio-isotope synthétique (totalement absent dans la nature). C’est un produit de fission issu de l’industrie nucléaire, on le retrouve dans la chaine de désintégration de l’uranium. Il se dégage sous la forme du composé volatile RuO4 lors des opérations de traitement du combustible nucléaire usagé, notamment dans les opérations de chauffage des déchets nucléaires nécessaires pour leur vitrification. Il avait été déjà été détecté dans les rejets radioactifs de l’usine de retraitement de la Hague, mais aussi dans les retombées atmosphériques des essais nucléaires. De fines plaques de cet élément radioactif sont aussi utilisées aussi en curiethérapie pour le traitement des tumeurs oculaires. Le Ruthénium-106 a une période radioactive de 373 jours et c’est un émetteur de rayons bêtas susceptible d’engendrer des cancers après ingestion. Il se désintègre en Palladium 106 qui est lui-même radioactif.

PDF








                 




EDF plonge en Bourse. Normal : sa stratégie nucléariste est vouée à l’échec - Tribune - 14 novembre 2017, Benjamin Dessus - Le cours de l’action EDF a plongé lundi 13 novembre. Une conséquence logique d’une stratégie dangereuse, analysée il y a plus d’un an par le chercheur Benjamin Dessus. Au bout du chemin, la faillite et l’échec de la transition énergétique.

❐ (Actualisation) - Mardi 14 novembre 2017 - Le cours de l’action d’EDF a fortement baissé, de plus de 8 %, lundi 13 novembre. Les spéculateurs commencent à se rendre compte que les pieds nucléaires de ce colosse sont très fragiles. En fait, c’est toute la stratégie d’EDF qui est mal orientée, comme l’expliquait Benjamin Dessus dans cette analyse publiée le 1 mars 2016.

❐ Benjamin Dessus est un ingénieur et économiste français né en 1939. Il est actuellement président de l’association Global Chance.

En déclarant, le 16 février dernier, qu’"il n’y a pas de fermeture prévue de centrales dans les dix ans à venir" 1, Jean-Bernard Lévy, le président d’EDF, a annoncé la couleur : il n’est pas question que son entreprise se plie à la loi sur la transition énergétique, qui impose

"50 % maximum de la production nucléaire dans la consommation d’électricité intérieure de la France en 2025".
...

PDF





                 




Très coûteux, polluant et inefficace : l’absurdité française du chauffage électrique - Energie - par Nolwenn Weiler, 13 décembre 2016 - Plus de neuf millions de logements français sont chauffés à l’électricité, soit autant que dans tout le reste de l’Europe ! Engagée pour absorber la production du parc nucléaire français, la systématisation du chauffage électrique affiche un bilan catastrophique. Radiateurs et convecteurs, peu onéreux à l’installation, s’avèrent très chers à l’usage. Les factures flambent, la précarité énergétique aussi, sans compter les tensions provoquées sur le réseau électrique et un bilan carbone déplorable. Nous sommes à un point de rupture : pour éviter les blackouts, faut-il construire de nouveaux réacteurs nucléaires ou investir massivement dans la rénovation thermique des logements ?

Absurde. Le mot revient en boucle quand on évoque le chauffage électrique avec des spécialistes de l’énergie. D’abord parce que de la production à la consommation, il est d’un rendement très médiocre : pour pouvoir consommer 1 kWh d’électricité en chauffage, il faut dépenser 3 kWh d’énergie. Les premiers kWh se perdent dès la production. Dans les réacteurs nucléaires, qui assurent près des trois quarts de la production française d’électricité, 70% de l’énergie issue de la fission de l’uranium est "gâchée" en chaleur dans les tours de refroidissement. En témoignent les énormes panaches qui s’échappent de nos centrales. D’autres kWh se perdent au fil du réseau de distribution. Si les oiseaux aiment se poser sur les fils électriques, c’est parce qu’ils sont chauds...

Quand on se chauffe au bois, au fioul ou au gaz, l’énergie ne peut se perdre en trajet puisqu’elle est produite sur place, au sein de l’immeuble ou de la maison, via une chaudière ou un poêle. On consomme directement la chaleur qui est produite, contrairement aux centrales nucléaires qui vont transformer de la chaleur en électricité qui sera ensuite re-transformée en chaleur par votre radiateur. ...

PDF









     




Nicolas Hulot : "Un ministre n’est pas un électron libre" - Entretien avec Nicolas Hulot - 13 novembre 2017, propos recueillis par Hervé Kempf et Émilie Massemin - Nucléaire, Ceta, taxe sur les transactions financières, centrale de Gardanne : reculs ou amorce d’une patiente transition ? Nicolas Hulot s’explique à Reporterre et soutient la politique d’Emmanuel Macron, "qui n’est pas là pour favoriser les riches".

Reporterre — Qu’attendez-vous de la COP23 qui se déroule actuellement à Bonn ?

► Nicolas Hulot — L’enjeu est de continuer à renforcer les coalitions de pays et rehausser encore plus les ambitions de chaque pays à réduire les émissions de gaz à effet de serre. C’est la réponse primordiale qu’on peut apporter aux hésitations de certains. Il faut notamment viser une coalition sur la neutralité carbone, sur le prix du carbone en Europe pour l’électricité. Enfin, il faut veiller à ce que les COP ne deviennent pas une routine dont on finit par s’accommoder. ...

PDF






impact de la sécheresse sur l'alimentation en eau des réacteurs



     




Hulot et Macron reculent sur le nucléaire - Info - 8 novembre 2017, Émilie Massemin (Reporterre) - A la sortie du conseil des ministres, le 7 novembre, Nicolas Hulot a annoncé qu’il serait "difficile de tenir le calendrier" prévu par la loi de réduire la part du nucléaire à 50 % d’ici 2025. Pour justifier ce recul, il s’est appuyé sur un scénario de RTE - dont le détail n’est pas public - et pointe un risque d’augmentation des émissions de CO2. L’argument n’est pas valable, jugent des experts et des associations.

La perspective de voir fermer des réacteurs nucléaires s’éloigne à nouveau. Mardi 7 novembre, à la sortie du conseil des ministres, Nicolas Hulot a déclaré qu’il serait "difficile de tenir le calendrier" de la loi de transition énergétique (LTE) de 2015, qui prévoit la baisse de la part du nucléaire à 50 % du mix énergétique d’ici 2025 (contre 75 % aujourd’hui), objectif qu’avait confirmé Emmanuel Macron durant sa campagne présidentielle :

En juillet dernier, le ministre de la Transition écologique et solidaire avait estimé que cette réduction de la part du nucléaire reviendrait à fermer "peut-être jusqu’à dix-sept réacteurs".

PDF








Renoncement de Hulot sur le nucléaire : le déploiement des renouvelables repoussé - Transition énergétique - par Sophie Chapelle, 9 novembre 2017 - Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé le 7 novembre qu’il serait "difficile" de tenir l’objectif de réduction de la part de l’électricité d’origine nucléaire à l’horizon 2025. Cet objectif, inscrit dans la loi de transition énergétique votée en 2015, était également un engagement de campagne d’Emmanuel Macron. Il s’agit de descendre la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 % aujourd’hui à 50 % dans sept ans, pour permettre une montée en puissance des énergies renouvelables et des économies d’énergie.
 
En juillet dernier, Nicolas Hulot avait estimé que cette réduction de la part du nucléaire reviendrait à fermer "jusqu’à dix-sept réacteurs" sur les 58 en activité actuellement. Comment le ministre justifie-t-il ce – nouveau – renoncement ? Nicolas Hulot s’appuie sur la publication par RTE, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité, filiale d’EDF, d’une série de scénarios énergétiques pour la France. Dans son bilan prévisionnel, RTE estime qu’une diminution trop rapide du parc nucléaire contraindrait à maintenir en activité les quatre centrales à charbon françaises et à construire une vingtaine de nouvelles centrales au gaz.

PDF

Ages des 58 réacteurs "en service" (prévus pour durer 30 ans) en :


 à fin 2017

en 2035

avec fermetures
Source : Réseau Sortir du Nucléaire





     




LA DICTATURE ENEDIS ET EDF : les dernières nouvelles qui circulent...  - 11 nov. 2017, par charlotte renault - Blog : Le blog de charlotte renault - Toujours plus fort, toujours plus loin... toujours plus de ruses... c'est la course à la pose du Linky...
 
Face à l'opposition qui se généralise partout en France, ENEDIS a décidé d'accélérer  le déploiement des compteurs Linky. De 20 000 poseurs, ce chiffre est passé en octobre 2017 à 35 000, il est fort possible que le chiffre atteigne le nombre record de 50 000 très rapidement.

Cette augmentation est nécessaire, montée en charge de l'opposition oblige, pour compenser la baisse des ratios de pose qui passent d'environ 8 compteurs/jour à moins de 4. De plus les poseurs sont maintenant souvent accompagnés en amont sur le terrain par un référent anonyme ("espion") dont le but est de fluidifier la pose en "testant la température" in-situ, puis en avertissant les poseurs par téléphone mobile si la pose est possible sans contact physique d'opposition avec les consommateurs et surtout sans opposant aux points chauds.

PDF










     



Total veut faire du biocarburant en important massivement de l’huile de palme - Info - 5 novembre 2017, Florian Cornu (Reporterre) - La raffinerie de Total, dans les Bouches-du-Rhône, se prépare à produire du "biocarburant". Problème : elle fonctionnera à base d’huile de palme, qui est une cause majeure de déforestation et d’émissions de gaz à effet de serre dans les pays tropicaux.

Marseille, correspondance - Samedi 4 novembre, 29 militants des Amis de la Terre et des collectifs Alternatiba de Martigues, Aix-en-Provence et Marseille ont occupé pendant près d’une heure la station essence du groupe Carrefour à Châteauneuf-les-Martigues. L’action visait à alerter contre la présence d’huile de palme dans les biocarburants. Il s’agissait plus largement de protester contre la reconversion en bio-raffinerie du site de Total à la Mède, sur la même commune. Malgré le démenti de la direction au niveau national et un contexte peu favorable, tout semble indiquer que le site produira du biocarburant à base d’huile de palme. Problème : l’importation d’huile de palme participe à la déforestation dans les pays tropicaux, et donc aussi à l’émission de gaz à effet de serre.

Retour sur une affaire où, une fois de plus, les grands discours sur l’environnement et le climat sont démentis par les intérêts économiques. En 2015, le pétrolier Total annonçait la reconversion de sa raffinerie de la Mède (à Châteauneuf-les-Martigues, dans les Bouches-du-Rhône), pour créer la première "bioraffinerie" de France. En raison du caractère déficitaire du raffinage de pétrole brut depuis plusieurs années sur le site, la firme justifiait l’arrêt total de cette activité fin 2016. La décision s’accompagnait de la suppression de 180 emplois sur 430 et d’un nouveau plan "d’avenir" pour la raffinerie : la production de bio-diesel dit HVO (huile végétale hydrotraitée).

PDF



















 Je vois souvent sur des pages internet des photos ou dessins publiés alors que visiblement ils sont ternes, peu lisibles... et j'ai appris avec le temps à remédier à ce problème, notamment grâce à des logiciels de "retouche" ou de dessin (Gimp, gratuit ou Photoshop pour qui en a les moyens...). Plutôt que de modifier des publications (ce qui peut ne pas être apprécié par l'auteur), je propose un mini-guide illustré de 4 pages ou comment passer de la photo de gauche à celle de droite...



PDF












Contre le "Black Friday", un spécialiste du réemploi lance le "Green Friday" - Consommation - Par Mathilde Golla, Keren Lentschner, publié le 23/11/2017 - Le réseau de recyclage Envie détourne ce jour dédié à la consommation de masse venu des Etats-Unis pour inciter les consommateurs à revoir leurs habitudes et favoriser réparation et recyclage. De son côté, la Camif a aussi décidé de boycotter cette grand-messe du consumérisme en fermant son site internet ce jour-là.

À l'heure où la France et l'Europe célèbrent le Black Friday, une tradition venue des États-Unis, un réseau de recyclage décide d'en détourner les codes pour promouvoir la réparation, le réemploi et le recyclage.

"On veut jouer le rôle de lanceur d'alerte et montrer que d'autres modèles de consommation alternatifs sont possibles", explique Anémone Berès, présidente du réseau de recyclage Envie.

   http://www.envie.org

De fait, en cette journée de promotions massives qui commence à s'installer en France, les consommateurs sont pris de fièvre acheteuse. En 2016, les ventes en ligne pour le "Black Friday" ont encore progressé avec la participation de 15 millions de Français, selon une étude de Toluna Thoughts. Mais l'association de consommateurs UFC-Que Choisir appelle à la plus grande vigilance car les promotions mirobolantes revendiquées par les constructeurs ne sont pas toujours au rendez-vous. De leur côté, les spécialistes de l'économie circulaire mettent en garde contre la consommation compulsive et notamment sur les équipements high-techs, dont la production et le recyclage deviennent un véritable enjeu écologique.

PDF











     



Contre la folie consommatoire du "Black Friday", la résistance se lève - Info - 24 novembre 2017, Lorène Lavocat (Reporterre) -  La grande distribution et les marques tentent d’imposer la mode du "Black Friday" en France. Ce jour-là, les promotions supposées avantageuses poussent les consommateurs à l’achat. Mais écologistes, réseaux de lutte contre les déchets et quelques enseignes ont lancé la résistance à ce grand gaspillage.

"Ce vendredi, je ne peux pas, j’ai Black Friday."

Mieux que le virus de la gastro, c’est le nouvel alibi béton venu tout droit d’outre-Atlantique. Là-bas, le lendemain de Thanksgiving (le quatrième jeudi de novembre) donne le top départ des courses de Noël : à peine remises de la dinde farcie, nombre de familles se ruent alors dans les magasins et sur Internet afin de profiter de promotions présentées comme exceptionnelles. En 2014, près de 134 millions d’États-Uniens ont réalisé leurs achats de fin d’année à l’occasion de cette opération commerciale qui rapporte gros : 50 milliards de dollars de chiffre d’affaires en un jour.

PDF








     



Green vs Black Friday : des enseignes veulent "offrir une pause à la planète" - Consommation - par Sophie Chapelle, 24 novembre 2017 -
Le 24 novembre, c’est le "Black Friday" (vendredi noir). Cette opération commerciale venue des États-Unis est un jour de soldes et le coup d’envoi des achats de fin d’année, marqué par une ruée dans les magasins. En France, en 2016, près d’un consommateur sur deux a profité des opérations mises en place à cette occasion 1. Moins de quinze jours après la publication du cri d’alarme des 15000 scientifiques sur l’état de la planète, cette célébration consumériste apparait aux antipodes des défis sociaux et environnementaux à relever. ...

PDF








     



Pain bio ou pétri de chimie, pâtisserie industrielle ou artisanale : comment reconnaître une bonne boulangerie ? - Alimentation - par Simon Gouin, 16 juillet 2015 - Comment déceler que des pâtisseries sont industrielles, même si elles sont vendues dans des boulangeries artisanales ? Comment reconnaître des baguettes gonflées aux produits chimiques, ou qui arrivent congelées de Pologne ? Où dénicher des pains pétris avec de la farine bio et locale ? Difficile de s’y retrouver en matière de boulangerie ou de pâtisserie ! Basta ! est allé à la rencontre de trois boulangeries pour tenter de comprendre à quoi correspondent les différents labels et comment se fabrique un pain de bonne qualité, respectueux de l’environnement... et du métier de boulanger. Réponse en cinq questions.

Des terminaux de cuisson qui ont pignon sur rue ; des grandes surfaces qui vendent du pain chaud toute la journée, une baguette à 39 centimes d’euros ou du pain artisanal ; des entreprises industrielles qui abreuvent le marché de produits parfois standardisés ; des franchises qui connaissent un véritable âge d’or ... et de petites boulangeries artisanales subissant de plein fouet la concurrence.

La boulangerie française est en pleine mutation. Que certains qualifient de crise. On compte actuellement 32 000 entreprises de boulangerie-pâtisserie, auxquelles il faut ajouter les grandes surfaces qui vendent du pain "frais". Certaines ont ouvert plusieurs points de vente. Une concentration des enseignes dans un secteur qui continue, malgré tout, à employer plus de 160 000 personnes. Mais les petites boulangeries sont touchées de plein fouet. Elles doivent souvent s’adapter... ou disparaître.

PDF








     




New study reaches a stunning conclusion about the cost of solar and wind energy - Joe Romm, November 20, 2017 - Building new renewables is now cheaper than just running old coal and nuclear plants.

In one of the fastest and most astonishing turnarounds in the history of energy, building and running new renewable energy is now cheaper than just running existing coal and nuclear plants in many areas.

A widely-used yearly benchmarking study — the Levelized Cost of Energy Analysis (LCOE) from the financial firm Lazard Ltd. — reached this stunning conclusion: In many regions

“the full-lifecycle costs of building and operating renewables-based projects have dropped below the operating costs alone of conventional generation technologies such as coal or nuclear.”

Lazard focused on the cost of a power for a plant over its entire lifetime in North America, and how the “increasing economic advantage of renewables in the U.S.” will drive even deeper penetration of solar and wind here.

PDF











     



BD - Les nanoparticules ont envahi notre quotidien - Tribune - 25 novembre 2017, Avicenn

Des cosmétiques aux textiles, en passant par l’alimentation ou l’entretien, les nanoparticules sont désormais partout dans notre quotidien. De l’ordre du milliardième de mètre, elles sont source d’innovations mais posent aussi de très nombreuses questions de santé publique. L’association Avicenn propose une bande dessinée pour y voir de - beaucoup - plus près.

❐ L’Association de veille et d’information civique sur les enjeux des nanosciences et des nanotechnologies (Avicenn) est l’éditrice du site Veille Nanos.

La bédé pédagogique sur les nanos a été dessinée par Géraldine Grammon.




PDF







     



Non, Macron n’est pas le Président des riches ! - Le blog de Jean Gadrey - Faites entendre votre voix - 17/11/2017 - Il est temps de tordre le cou à cette propagande d’islamo-gauchistes à tendance crypto-marxistes (définition : "personne qui partage secrètement des convictions marxistes sans les affirmer ouvertement" ; c’est donc pire que les marxistes francs du marteau et de la faucille) voulant faire de notre Président le défenseur des riches. Une propagande relayée jusque dans certaines publications a priori moins extrémistes comme Alternatives économiques. Voire par des gens aussi dignes de foi que le Secours Catholique.

C’est en effet un peu facile pour une armée de jaloux et de fainéants de dézinguer un Président qui fait tout pour que la richesse ruisselle à partir des premiers de cordée vers les sherpas du dessous, ceux qui portent les charges. Et surtout c’est oublier la compassion dont il fait preuve et l’excellent contact personnel qu’il parvient à susciter chez ceux à qui la chance n’a pas souri, ou qui n’ont pas trouvé de boulot à leur retour des Bahamas, ou dont les associations vont crever parce que tout a une fin.

PDF







     




Politique de la ville : "Macron préfère la seule logique marchande à la démocratie" - Publié le 16 novembre 2017, par Hugo Boursier - La baisse des dotations aux collectivités locales, le gel des contrats aidés et la coupe des APL précarisent encore plus les populations des quartiers populaires. Marie-Hélène Bacqué, sociologue et urbaniste, décrypte les mesures annoncées.

Sa visite était attendue. Mardi dernier, à Tourcoing (Nord), Emmanuel Macron a détaillé ses mesures sur la politique de la ville, après une visite à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et à Roubaix (Hauts-de-France).

Dans ce que le Président a appelé être une "mobilisation nationale" à l’endroit des quartiers populaires, se trouvent des mesures comme le retour des emplois francs sans limite d’âge ni d’ancienneté à Pôle emploi, des opérations de testing pour pénaliser les entreprises qui opèrent des discriminations sur les CV, ou encore le réinvestissement de l’État à hauteur de 10 milliards d’euros dans l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru).

En 2013, la sociologue et urbaniste Marie-Hélène Bacqué avait rendu, avec l’initiateur du mouvement Pas sans nous Mohamed Mechmache, un rapport sur la citoyenneté dans les quartiers populaires au secrétaire d’État chargé de la politique de la ville, François Lamy. Elle décrypte pour Politis le discours du Président.

PDF





     




L’inquiétante étrangeté de la caricature antisémite - André Gunthert, 24 novembre 2017 -


 
Photomontage anonyme, 12/02/2017, source: Egalité & Réconciliation.

Gérard Filoche a été exclu du parti socialiste et voué aux gémonies pour avoir retweeté un photomontage antisémite le 17 novembre dernier.

Je laisse de côté l’interrogation de l’opportunisme politique de ses (ex-)camarades de parti, qui ont saisi au vol l’occasion de se débarrasser d’un énergumène un peu trop voyant.

Sur le fond, il s’agit manifestement d’une erreur de l’ancien inspecteur du travail, qui a admis avoir rediffusé trop vite cette image, sans distinguer son arrière-plan. Les plus bienveillants ont mis cette bévue sur le compte de l’âge ou de la précipitation de la culture du retweet. Mais nul ne s’est interrogé sérieusement sur les ambiguïtés de la caricature, pas plus que sur l’écart entre son invisibilité dans son contexte original et l’émoi suscité par sa citation tardive par une personnalité connue – qui sont pourtant les questions les plus intéressantes du point de vue de la culture visuelle.

Les erreurs d’interprétation d’une image ne sont pas nombreuses dans le débat public. Je répertorie soigneusement ces exemples de dyslexie, car ils contreviennent à l’idée reçue de "l’image qui vaut mille mots" – l’universel préjugé de la transparence des formes visuelles. Un article d’un spécialiste nous l’assure: "cette image relayée par Gérard Filoche est antisémite", et nous livre les clés du photomontage.
...

PDF

Je n'ai moi-même vu ce photo-montage (qui ne m'apparaît pas correspondre à une caricature) qu'à cause du battage-lynchage autour du 'retweet' de Gerard Filoche. Je ne connais pas ce monsieur autrement que pas ses 'coups de gueule', qui me sont toujours apparus sincères et de bon sens. Est-il anti-sémite, je l'ignore. Mais, je pense que, comme lui, j'aurais d'abord 'lu' le message anti-macron; le brassard d'inspiration manifestement nazie m'aurait en suite paru incongru en relation avec les personnages (sensément emblématiquement juifs et l'oligarchie) les drapeaux et autres symboles monétaires. Le message m'est incompréhensible, brouillé, confus. Comme le signale André Gunthert.








     



Notre-Dame-des-Landes : le bruit n’est pas un argument, prouvent des experts néerlandais - Info - 24 novembre 2017, Nicolas de La Casinière (Reporterre) - Une étude réalisée par le bureau d’étude néerlandais Adecs montre que le problème du bruit de l’aéroport de Nantes est très exagéré. Avec l’évolution technique des avions, il devrait encore se réduire.

Avant que ne soient connues les conclusions des trois médiateurs nommés par le gouvernement en juin dernier, le CéDpa (Collectif d’élu-es contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes), et l’Acipa, l’association citoyenne des opposants au projet, rendent publique une contre-enquête sur l’impact sonore de l’actuel aéroport. Qui prouve que les restrictions d’urbanisme sont à revoir à la baisse. La question est cruciale : les promoteurs de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes assurent que le bruit de l’actuel aéroport de Nantes est insupportable, ce qui justifierait son transfert au loin.

L’étude, rendue publique ce vendredi 24 novembre et réalisée par le bureau d’études Adecs-Airinfra, basé à La Haye, établit que le bruit des avions n’est pas une entrave à l’extension et la densification de la ville. La zone de bruit est bien moins étendue que ce que prétend la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). De plus, l’évolution technique des avions devrait réduire leur bruit, ce qui réduira encore l’emprise des zones urbaines retenues dans les plans de gêne sonore et qui affectent les plans locaux d’urbanisme des communes.

PDF









     



Le plus grand cimetière de locomotives de France, un immense gâchis - Reportage - 14 novembre 2017, Julie Lallouët-Geffroy et Kevin Niglaut (Reporterre) - À Sotteville-lès-Rouen, ce qui fut la plus grande gare de triage d’Europe dans les années 1980 est aujourd’hui un cimetière. Plus de 400 locomotives y attendent leur démantèlement, certaines depuis plus de dix ans et l’ouverture, en 2006, du transport de marchandises à la concurrence. Reportage et portfolio.

Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime), reportage - L’image est saisissante. Des centaines de locomotives sont alignées sur une dizaine de voies ferrées. À chaque ligne correspond un modèle : ici les diesels, là les modèles des années 1970, et ainsi de suite.

Au bout des lignes, les voies sont couvertes de verdure, des arbres transpercent les traverses. Une image fascinante de lignes symétriques où s’enchevêtrent l’industrie et la flore qui reprend ses droits ; une image de désolation pour les cheminots, qui voient les bijoux de leur travail mis au rancart.

PDF




     



Abandon des hydroliennes à Paimpol-Bréhat : le maire demande à Nicolas Hulot d'intervenir - 10 novembre 2017, Rachida Boughriet - Jean-Yves de Chaisemartin, maire UDI de Paimpol et vice-président du conseil départemental des Côtes d'Armor, dénonce l'arrêt du site expérimental d'hydroliennes de Paimpol-Bréhat (Côtes-d'Armor), annoncé par Naval Energies-OpenHydro, filiale de Naval Group (ex-DCNS) et EDF.

Au final, ce ne sont que 2 hydroliennes qui auront été testées pour un montant d'au moins 70 millions d'euros !  
Jean-Yves de Chaisemartin, maire de Paimpol
 
Ce projet d'expérimentation de deux hydroliennes avait démarré en 2011. Dans un communiqué, Naval Energies et EDF expliquent, le 6 novembre,

"[avoir] tiré le retour d'expérience de la construction, de l'immersion et des essais des hydroliennes OpenHydro sur le site expérimental de Paimpol-Bréhat. Il conduit à clore cette phase importante de développement".

Les deux hydroliennes, de 16 mètres de diamètre fabriquées par OpenHydro, ont été immergées courant 2016 puis ont été sorties de l'eau depuis avril 2017, suite à des problèmes de corrosion. Les groupes prévoyaient la mise en service des hydroliennes en 2019. ...

PDF









     



Julien Huck : "Un salarié travaille 2 h 30 pour son salaire, 5 h 30 pour les actionnaires" - Entretien réalisé par Pierric Marissal, Jeudi, 16 Novembre, 2017 - L'Humanité - En pleine préparation de son congrès, la Fnaf-CGT veut mobiliser massivement ce jeudi. Les revendications salariales, au cœur des luttes dans le secteur, rejoignent la bataille contre les ordonnances.

La Fédération nationale agroalimentaire et forestière CGT (Fnaf-CGT) s’est beaucoup mobilisée lors des précédentes journées d’action, comment percevez-vous ce mouvement ?

▶︎ JULIEN HUCK On est mobilisé pour ce 16 novembre bien évidemment, comme on l’a été dans les journées précédentes et depuis la loi El Khomri. Au plus fort de la contestation dans le secteur, plus de 600 syndicats s’étaient mobilisés. Il y a aujourd’hui beaucoup de boîtes qui sont en lutte : les camarades de Coca-Cola, l’ensemble du groupe Danone, chez Bigard dans la viande. On est évidemment très remontés, dans le lait, d’autant qu’il y a une négociation nationale sur de nouvelles classifications… Nous mobilisons à la fois contre les ordonnances, mais aussi contre les mauvais coups des patrons. C’est notre rôle d’établir une filiation entre les deux, autour de la question centrale du paiement de la force de travail. ...

PDF









     





Les "Paradise Papers", nouvelles révélations sur les milliards cachés de l’évasion fiscale - LE MONDE - 05.11.2017, par Jérémie Baruch, Jean-Baptiste Chastand, Anne Michel et Maxime Vaudano - 13,5 millions de documents, dont une bonne part issus d’un cabinet d’avocats spécialisé dans la finance offshore, ont été analysés par "Le Monde", associé au Consortium international des journalistes d’investigation et à 95 médias partenaires.

Qu’ont en commun Wilbur Ross et Rex Tillerson, hommes forts de la Maison Blanche, Stephen Bronfman, trésorier du parti libéral canadien et proche de Justin Trudeau, mais aussi des multinationales comme Nike et Apple, de grandes fortunes françaises, des oligarques russes, des hommes d’affaires africains et des grands sportifs ?

Ils partagent l’affiche des "Paradise Papers", la nouvelle enquête internationale sur les paradis fiscaux et le business offshore que publie aujourd’hui Le Monde, associé au Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et à 95 médias partenaires dans le monde, dont la Süddeutsche Zeitung en Allemagne, le Guardian au Royaume-Uni et le New York Times aux Etats-Unis.

Dix-huit mois après les "Panama Papers", cette enquête, qui a mobilisé une douzaine de journalistes du Monde pendant plus d’un an, exploite notamment sept millions de documents issus d’une fuite massive (leak en anglais) de données en provenance d’un cabinet international d’avocats, Appleby, basé aux Bermudes. Elle porte un nouveau coup de projecteur sur les trous noirs de la finance mondiale et révèle comment, grâce à des schémas sophistiqués d’optimisation fiscale, des milliers de milliards de dollars échappent toujours aux fiscalités des Etats et aux autorités de régulation.

Contrairement aux "Panama Papers", cette nouvelle enquête concerne moins le blanchiment d’argent sale, issu de la fraude fiscale et d’autres activités illicites (trafics d’armes, de drogue…), que des schémas légaux montés par des bataillons d’experts en optimisation fiscale. L’argent, ici, a le plus souvent été soustrait à l’impôt de façon légale ou aux frontières de la légalité, grâce aux failles du système fiscal international.

PDF







     





Ville intelligente : "Le risque est que les données se retournent contre les personnes" - Mon petit droit m'a dit - Par Laurence Neuer, publié le 03/11/2017 - ENTRETIEN. Préserver l'anonymat et protéger les libertés dans la smart city est une lutte de longue haleine. Et la Cnil veille au grain...

"L'air de la ville rend libre", disait Hegel.

Cette formule doit-elle désormais s'énoncer au passé ? Du géographe Rob Kitchin et ses prédictions de "surveillance panoptique" à la Cnil qui, dans sa dernière étude La Plateforme d'une ville, pointe les risques de la "datafication" de la ville sur la protection des libertés, il est plutôt question d'asphyxie et de captivité. Les libertés d'aller et venir, la liberté sexuelle, la vie privée, sont-elles solubles dans le numérique ? Les multiples garde-fous juridiques font-ils le poids face à l'invasion des capteurs, compteurs, caméras, qui collectent des données de manière continue et invisible ? Entretien avec Régis Chatellier, chargé d'études prospectives au Laboratoire d'innovation numérique de la Cnil (Linc), qui a publié La Plateforme d'une ville.

PDF






                 




More Bad News About Smartphones – When Will We Heed the Warnings? - By James Schroeder, PhD, November 12, 2017 -  Over the past few years, many of you have heard me and other professionals describe how smartphone use, and the technologically immersive culture in general, are associated with a multitude of negative outcomes. Whether it be sleep woes, increased anxiety, cyberbullying, rampant pornography exposure, or declining social skills, it is clear that the outcomes don’t look anything like the sexy, sophisticated commercials that tech companies like to use.

Yet although many of us have focused our attention on concerns about youth development, a recent article in the Wall Street Journal reminds us that threats cut across all ages, but begin with our minds.

Ever since the first iPhone was released in 2007, researchers have been looking at how smartphones are affecting our intellect, which, roughly stated, involves our ability to pay attention, retain/recall information, and problem-solve/reason. Although advertisements profess that these remarkable technological innovations will only make us smarter and more efficient, the evidence indicates quite the opposite. In the words of the WSJ author,

“research suggests that as we grow more dependent on them, our intellect weakens.” ...

PDF







                 



Comment le cimentier Lafarge a demandé et obtenu le démantèlement du droit du travail en Grèce - Lobbies - par Benoit Drevet, Nikolas Leontopoulos, 23 novembre 2017 - Dans l’opinion publique grecque, c’est un fait acquis : le droit du travail a été démantelé sous la pression des lobbies. Mais jusqu’ici, les preuves manquaient pour étayer cette affirmation. Un mail confidentiel de novembre 2011 montre comment le cimentier français Lafarge, déjà mêlé à plusieurs scandales, a participé avec un certain succès à l’entreprise visant à influencer la réforme historique du code du travail, alors menée par le gouvernement d’Athènes.

Le plus souvent, le monde des affaires se montre impénétrable. Mais avec le temps certains secrets finissent par s’éventer.

Le cimentier français Lafarge – désormais allié au Suisse Holcim – peut en témoigner. La fuite d’un e-mail confidentiel obtenu par le quotidien grec Efimerida ton Syntakton – partenaire du collectif de journalistes Investigate Europe – montre comment il y a six ans le leader mondial du ciment, profitant de la crise grecque, a fait pression pour obtenir d’Athènes une dérégulation du droit du travail, au-delà de ce que les réformes engagées prévoyaient déjà.

PDF





     



Réforme de la taxe d’habitation : les chiffres ville par ville - Economie - Aurélie Lebelle, Matthieu Pelloli et Sébastien Thomas - 19 novembre 2017 - Le document que nous révélons en exclusivité recense ce que l’exonération va coûter à chaque commune de France.

D’ici trois ans, la taxe d’habitation ne sera plus qu’un mauvais souvenir pour 80 % des Français. Dès 2018, les heureux élus verront leur impôt local réduit d’un tiers, et ainsi de suite jusqu’en 2020. La promesse présidentielle la plus populaire a en effet été inscrite noir sur blanc dans le projet de budget pour 2018.

Avant Noël, elle devra passer l’épreuve du Parlement pour être définitivement gravée dans le marbre. Mais si la grande majorité des contribuables se frottent les mains à l’idée d’économiser 1000 euros par an en moyenne, les élus locaux, eux, se rongent les ongles. Car la taxe d’habitation leur permet d’engranger des recettes directes et d’être indépendants de l’Etat pour mener à bien leurs projets locaux : rénover les routes, réhabiliter les écoles, construire des gymnases…

PDF




















     



Ecrans publicitaires à Paris : l’afficheur JCDecaux veut faire taire les critiques - Procès-baillon - par Sophie Chapelle, 20 novembre 2017 - La pollution publicitaire a t-elle de beaux jours devant elle ? Le conseil municipal de Paris doit se prononcer ce lundi 20 novembre sur la révision du règlement local de publicité qui, pour le moment, interdit les écrans. La ville de Paris a en effet décidé en mars dernier de renouveler pour cinq ans (2018-2022) son contrat de mobilier urbain d’information municipale avec l’afficheur JCDecaux, en prévoyant que 15 % du parc soit numérique. Cette décision a été annulée par la justice, en raison du non-respect par le contrat du règlement local.

La mairie de Paris avance des arguments écologiques pour justifier le recours aux écrans numériques. Selon Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris, ces écrans numériques seront  "connectés, contrôlés à distance et adaptés à leur emplacement géographique. Et cela diminuerait d’autant les impressions papier", détaille-t-il.

"La consommation d’énergie baisserait dans son ensemble de 31,4%. L’intensité lumineuse des mobiliers varierait en fonction de la météo et de l’heure de la journée. Les mobiliers numériques seraient même totalement éteints entre 1h et 6h du matin. Enfin, ils seraient tous alimentés à 100% en électricité certifiée d’origine renouvelable", précise la Mairie.

PDF










     




Bombshell BBC Report Confirms US Struck A Secret Deal With ISIS - Politics - By AnonHQ, November 15, 2017 - (Anti Media) At a moment of widespread acknowledgement that the short-lived Islamic State is no longer a reality, and as ISIS is about to be defeated by the Syrian Army in its last urban holdout of Abu Kamal City in eastern Syria, the US is signalling an open-ended military presence in Syria.

On Monday Defense Secretary Jim Mattis told reporters at the Pentagon that the US is preparing for a long term military commitment in Syria to fight ISIS “as long as they want to fight.”

Mattis indicated that even should ISIS lose all of its territory there would still be a dangerous insurgency that could morph into an “ISIS 2.0” which he said the US would seek to prevent.

“The enemy hasn’t declared that they’re done with the area yet, so we’ll keep fighting as long as they want to fight,” Mattis said. “We’re not just going to walk away right now before the Geneva process has traction.”

Mattis was referring to the stalled peace talks in Geneva which some analysts have described as a complete failure (especially as the Geneva process unrealistically stipulates the departure of Assad), as the future of Syria has of late been increasingly decided militarily on the battlefield, with the Syrian government now controlling the vast majority of the country’s most populated centers.

PDF


     



Cleaning a Dirty Sponge Only Helps Its Worst Bacteria, Study Says - Science - Trilobites - By Joanna KLEIN, August 4, 2017 - Microwaving your dirty sponge will only kill some of the bacteria on it, leaving the strongest, smelliest and potentially most pathogenic strains. Credit Christophe Morin/IP3, via Getty Images

Stop. Drop the sponge and step away from the microwave.

That squishy cleaning apparatus is a microscopic universe, teeming with countless bacteria. Some people may think that microwaving a sponge kills its tiny residents, but they are only partly right. It may nuke the weak ones, but the strongest, smelliest and potentially pathogenic bacteria will survive.

Then, they will reproduce and occupy the vacant real estate of the dead. And your sponge will just be stinkier and nastier and you may come to regret having not just tossed it, suggests a study published last month in Scientific Reports.

Bacteria are everywhere, so it’s no surprise that a kitchen sponge would be full of them. But previous research had underestimated a sponge’s quantity and range of bacteria. By looking at the DNA and RNA in samples from 14 used sponges that may be as dirty as the one sitting in your sink right now, Markus Egert, a microbiologist at the University of Furtwangen in Germany, and his team identified 362 different species of bacteria living within them. And the scientists were surprised to find how densely microbes occupied such close quarters: About 82 billion bacteria were living in just a cubic inch of space.

“That’s the same density of bacteria you can find in human stool samples,” Dr. Egert said. “There are probably no other places on earth with such high bacterial densities.” ...

PDF







     




The Germans are making contingency plans for the collapse of Europe. Let’s hope we are, too - European Union Opinion - Paul Mason, Monday 6 November 2017 -  A leaked defence document has revealed the country’s worries about the breakup of the global order – a scenario with serious consequences for post-Brexit Britain

The German defence ministry set out its worst-case scenario for the year 2040 in a secret document that was leaked to Der Spiegel last week:

“EU enlargement has been largely abandoned, and more states have left the community … the increasingly disorderly, sometimes chaotic and conflict-prone, world has dramatically changed the security environment.”

The 120-page-long paper, entitled Strategic Perspective 2040, is a federal government policy document – and the scenarios it imagines are grimly realistic: an east-west conflict in which some EU states join the Russian side or a “multipolar” Europe, where some states adopt the Russian economic and political model in defiance of the Lisbon treaty.

That the document exists at all is a sign of the increased tension in the global system. The German military’s tradition of rigorous logistical planning for every eventuality began with the celebrated German field marshal Moltke in the 1850s and has three times paid off with initial success: in 1871 against France, in 1914 and 1939 against the rest of Europe. In the post-cold war era, as Der Spiegel puts it, allowing German generals to make statements about the future was “too risky”. That changed with Russia’s annexation of Crimea in 2014. ...

PDF




     



Comment le Bitcoin est devenu un enfer énergétique… - Environnement - 13 novembre 2017 - Ovni dans la sphère financière qui a déjoué les pronostics de très nombreux analystes, également présenté comme une monnaie libre devant offrir une alternative "au système", le Bitcoin représente aujourd’hui un véritable gouffre énergétique. Ainsi, chaque transaction consommerait l’équivalent en énergie d’un foyer américain moyen pendant une semaine, selon le site spécialisé dans les crypto-monnaies digiconomist.net.

En cause ? Des algorithmes plus complexes que jamais, qui obligent les utilisateurs à se tourner vers des machines de plus en plus puissantes. Explications.

PDF







     



"Fainéant, cynique, extrême" : il abandonne les nanotechnologies pour vivre dans une yourte - Reportage - 11 septembre 2017, Lorène Lavocat (Reporterre) - Harassé par sa lutte contre l’aveuglement scientifique face aux nanotechnologies, Benjamin Caillard a démissionné de l’enseignement supérieur pour se régénérer au cœur de la forêt landaise. Reporterre l’a rencontré sous sa yourte, d’où il poursuit son engagement. Autrement.


Saint-Magne (Gironde) - La petite route mal goudronnée qui mène au bout de l’allée du Roumegous s’achève en cul-de-sac, au milieu de la pinède landaise. Un garçon sort d’une maisonnette en briques roses et me salue ; je cherche un certain Benjamin Caillard, lui dis-je. Il hausse les épaules : aucune idée, plusieurs personnes passent et vivent ici.

Je scrute les alentours. Une prairie, quelques voitures vides, et la forêt, touffue. ...

PDF





     



Les énergies renouvelables contre la pauvreté - par Claude-Marie Vadrot, publié le 30 octobre 2017 - Un rapport d'Oxfam France appelle l'Agence française de développement et le gouvernement à augmenter leur soutien financier pour l'accès à l'énergie dans les pays en développement, à cibler les populations les plus démunies et à abandonner les projets fossiles.

Dans un rapport publié le 30 octobre, l’association Oxfam France explique, après enquêtes, que le recours systématique aux énergies renouvelables permettrait aux pays du Sud de lutter plus efficacement contre la pauvreté et les effets des changements climatiques. ...

PDF






                 




Un enfant de 8 ans a déjà mangé plus de sucre que son grand-père n’en a mangé de toute sa vie - 31 octobre 2017, par Maureen Gilmant - La consommation de sucre n’avait jamais atteint un niveau aussi élevé. Plus que jamais notre alimentation s’est industrialisée et notre consommation "d’aliments transformés et sucrés" a explosé : de 11.6 % en 1982 à 22.9 % en 2012. Elle a donc doublé en l’espace de 30 ans.

En effet, alors qu’en 1850 un Français consommait 1 kg de sucre par an, aujourd’hui, il en consomme 35 kg. Véritable problème de santé publique il provoque des maladies graves comme l’obésité, le diabète, la stéatose hépatique, les cirrhoses, et ce sans compter l’accentuation du risque d’accidents cardio-vasculaires (AVC).

Le sucre est pour beaucoup de spécialistes assimilé à de nombreuses addictions comme la nicotine, l’alcool ou encore l’héroïne. Et pour cause, la substance stimule dans le cerveau le système de récompense. Certaines expériences montrent même que des rats sont devenus plus rapidement accro au sucre qu’à la cocaïne !

PDF









                 



Une source inattendue de radio-césium issu de Fukushima sur la côte océane du Japon - Publié par Evelyne Genoulaz dans Au Japon, 30 octobre 2017 - Source : PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA) 2017 114: 11092-11096. Titre original de l’étude : Unexpected source of Fukushima-derived radiocesium to the coastal ocean of Japan; Auteurs : Virginie Sanial, Ken O. Buesseler, Matthew A. Charette et Seiya Nagao - Lien source : http://www.pnas.org/content/114/42/11092.full#sec-1 - Traduction partielle et commentaires : Evelyne Genoulaz

Points forts :

"Cinq ans après l’accident à la Centrale Nucléaire de Fukushima Daiichi, des niveaux d’activité en radio-césium (Cs 137) les plus hauts jamais relevés ont été observés au loin du site de la centrale nucléaire, dans des nappes d’eau saumâtre situées au-dessous de plages sablonneuses.

Notre hypothèse est que le radio-césium s’est déposé sur les surfaces minérales en front de mer, dans les jours puis les semaines après l’accident, par un échange d’eau de mer dû aux vagues et aux marées. Après le décroissement de la concentration en radio-césium dans l’eau de mer, ce dernier est retourné dans l’océan par le biais des rejets d’eau souterraine sous-marine, à un taux équivalent aux rejets directs de la centrale nucléaire et à celui du ruissellement des eaux.

Il conviendrait de prendre en compte ce vecteur nouveau et inattendu, concernant le rejet de radionucléides dans l’océan, quand il s’agit d’aménager les zones côtières où sont situées des centrales nucléaires."

PDF




                 




"Écart catastrophique" entre promesses de réduction d’émissions et ce qu’il faut faire, dit l’ONU - Brèves - 2 novembre 2017 - L’écart est "catastrophique" entre les promesses nationales de limitation des émissions de gaz à effet de serre et les réductions qu’il faudrait opérer pour maintenir le réchauffement en-dessous de 2°C, a prévenu mardi 31 octobre le responsable environnement de l’ONU, à six jours de la COP23.

"Les engagements actuels des Etats couvrent à peine un tiers des réductions d’émissions nécessaires, creusant un écart dangereux" annonciateur de grands dérèglements (canicules, inondations, super-ouragans...), souligne Erik Solheim, directeur du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), qui publie son rapport annuel sur l’action climatique mondiale : "Gouvernements, secteur privé, société civile doivent combler cet écart catastrophique".
...

PDF








                 




La révolution fiscale selon Macron : une "grande machine à redistribuer à l’envers" - Inégalités - par Ivan du Roy, 27 octobre 2017 - Les mesures fiscales se succèdent en rythme à l’Assemblée nationale, de la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune à l’augmentation de la CSG. Prises ensembles, toutes ces mesures dessinent une inquiétante politique fiscale qui met gravement en danger les missions d’intérêt général et de solidarité assumées par l’État, les collectivités locales et la Sécurité sociale. Les ressources publiques seront ponctionnées de plus de 53 milliards d’euros en faveur des grandes fortunes, des investisseurs ou des entreprises ! Un gigantesque déplacement de richesses vers le haut.

Ce n’est plus un ruissellement mais un torrent de richesses qui se déverse… vers le haut ! Le projet de loi de finances 2018, en discussion à l’Assemblée nationale, ponctionne lourdement le budget de l’État. Un acteur économique est particulièrement privilégié : les détenteurs de capitaux financiers et les investisseurs, comme l’illustre notre tableau ci-dessous. Grâce aux baisses d’impôts et aux réformes fiscales – fin de l’impôt sur la fortune, abrogation de la taxe sur les dividendes, fin de l’impôt progressif sur le capital… –, grandes fortunes, gros investisseurs et grandes entreprises économiseront 11,8 milliards d’euros supplémentaires en 2018 !

PDF








     




La révolution numérique fera-t-elle exploser nos consommations d’énergie ? - Thématiques - Publié le 24 octobre 2017, modifié le 30 octobre 2017 - Inflation exponentielle du flux de données, objets connectés en pagaille, data centers poussant comme des champignons… La "révolution numérique" qui prend place dans nos sociétés est gourmande en équipements électroniques, eux-mêmes voraces en énergie électrique. Au point de susciter des inquiétudes, voire des fantasmes. Qu’en est-il aujourd’hui et qu’en sera-t-il demain ?

De nombreux acteurs alertent régulièrement sur la consommation d’électricité effrénée engendrée par Internet et les usages numériques de plus en plus intensifs.

En dressant un état de lieux des équipements du numérique en France, puis en estimant l’impact des principales tendances d’évolution envisagées, il est possible d’aller au-delà des annonces chocs et de les relativiser. La forte croissance annoncée des usages du numérique ne se traduira pas nécessairement par une pression insupportable sur notre système énergétique. En outre, le numérique permet de réaliser des économies d’énergie dans d’autres secteurs : transport, réseaux électriques, domotique, etc.

Ce constat ne dédouane pas pour autant le secteur du numérique de nombreuses autres pressions sur l’environnement, notamment lors de la production et de la mise au rebut des appareils électroniques.


PDF




     



Affaire Bettencourt: l’Etat français justifie la censure - Analyse - 28 octobre 2017, par Edwy Plenel - Saisie par Mediapart de la censure de nos articles sur l’affaire Bettencourt, la Cour européenne des droits de l’homme a reçu la réponse du gouvernement français. Ignorant les décisions de justice qui ont validé notre travail, celui-ci n’hésite pas à justifier jusqu’à l’absurde cette violation de la liberté d’informer.

Plus de sept années après son irruption, durant l’été 2010, l’affaire Bettencourt réserve encore des surprises. La dernière en date concerne l’État français, qui n’hésite pas à défendre l’indéfendable devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Saisie par Mediapart de la censure ayant visé plus de 70 de nos articles, la CEDH a reçu cet été la réponse du gouvernement français à notre demande de voir condamner la France pour violation flagrante de l’article 10 de la Convention européenne des droits des l’homme sur la liberté d’informer.

Or, cette réponse défie la raison (selon l’article 33 du règlement de la CEDH, elle est accessible via son greffe). Rédigée par la sous-direction des droits de l’homme de la direction des affaires juridiques du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, elle va en effet à l’encontre de toutes les décisions qui ont mis un terme judiciaire à cette affaire. Toutes ont enfin remis la vérité sur ses pieds, à savoir, d’une part, que l’on a bien abusé de la faiblesse de Liliane Bettencourt afin de profiter de son immense fortune et, d’autre part, que sans les révélations de la presse, notamment de Mediapart, ces agissements délictuels auraient pu se poursuivre à l’abri du secret. C’est ce qu’a énoncé la justice de Bordeaux, à la fois dans le dossier principal en condamnant sévèrement une partie de l’entourage de la milliardaire et dans celui concernant les journalistes en prononçant notre relaxe, ainsi que celle du majordome auteur des enregistrements.

PDF






     



"utilisation abusive" selon Facebook : épisode vécu le 30 Novmbre 2017 (en 4 étapes)









     




Ce qui se cache derrière Melty, Konbini, BuzzFeed... - De l’information au piège à clics - Août 2017, page 21, par Sophie Eustache & Jessica Trochet - La grande crise de la presse ouverte dans les années 2010 s’achève, du moins sur le plan économique. D’un côté, les groupes traditionnels qui ont misé sur l’information payante en ligne et les abonnements renouent avec les bénéfices. De l’autre ont émergé des dizaines de sites d’info-divertissement entièrement dépendants de la publicité — et donc du nombre de pages vues.

Usiner en quelques minutes des articles insolites sur le dernier sujet qui agite les réseaux sociaux, y glisser des références flatteuses aux annonceurs publicitaires, saupoudrer l’ensemble de vidéos amusantes qui feront le tour d’Internet : la recette a porté à des sommets l’audience des sites d’info-divertissement Melty, Konbini ou encore BuzzFeed.

La presse traditionnelle porte sur ces jeunes concurrents un regard ambivalent fait de mépris pour un journalisme ouvertement bâclé et de fascination pour le nombre de visites qu’il génère.

Cofondateur de Melty et président de l’entreprise jusqu’en mars dernier, M. Alexandre Malsch a été décrit comme un "prodige numérique" (LeMonde.fr, 16 août 2014) qui "parle à l’oreille des ados" (L’Obs, 7 février 2016) et a fait l’objet de dizaines de reportages élogieux. ...

PDF





     



La stratégie d’Oslo pour réduire, voire éliminer, les voitures personnelles - Citynnovation - Un blog de la rédaction - Le Monde - 03.11.2017, propos recueillis par Francis Pisani - La capitale norvégienne abandonne la notion de transport public pour se lancer dans la MAAS (# Mobility As A Service), "mobilité comme service". Objectif : supprimer la voiture.

Endre Angelvik est le vice-président chargé des services de mobilité de Ruter, l’autorité du transport public de la région d’Oslo, qui correspond à la capitale et représente 50 % des transports publics de la Norvège. Il explique sa stratégie pour faire de la mobilité un service sur lequel, comme l’électricité, "on compte sans y penser".

PDF



     




Une importante source de chaleur repérée sous l’Antarctique - PLANÈTE - par Brice Louvet, 11 novembre 2017, Source - L’Antarctique absorbe aujourd’hui beaucoup de chaleur "par le haut", un foyer à mettre au crédit de plus de deux cents ans d’activité humaine.

Mais il semblerait que le 6e continent se réchauffe également "par le bas".

Une mystérieuse source de chaleur, cachée sous la surface, semble en effet être à l’origine de sa fonte.

Un article publié ce mardi 7 novembre par la NASA révèle la présence sous l’Antarctique d’un panache de magma à environ 2 kilomètres sous la surface de la région de la Terre Marie Byrd. Ce phénomène géologique consiste en une remontée de roches venant du manteau terrestre, dont la chaleur extrême pourrait expliquer la fonte et la fente des glaces observée à l’extrême Sud de notre planète. Une hypothèse qui avait déjà été envisagée il y a trente ans par des scientifiques de l’Université du Colorado, qui tentaient alors d’expliquer l’étrange structure en forme de dôme dans cette région de la partie occidentale de l’Antarctique.

PDF






     





Les chroniques et éditos pourris en économie ? On en a gros… - Stéphane Ménia, 4 novembre 2017 - Drôle de journée. Tu suis de loin les divagations de l’avocate de C8, appelant quasiment à euthanasier les journalistes. Et puis, finalement, tu tombes sur ça… Un éditorial de Le Boucher, qui te laisse scotché sur place, interdit, plié de rire, les bras ballants, la libido démolie pour au moins deux jours. Mais l’ancien élève de 1ère que tu es reprend vite le dessus et se dit qu’il y a un sacré commentaire de texte à faire.

"Ah l’enc***, il a osé le medley ultime du journaliste économique de caniveau ?", tu te dis. "Eh ben, on y va".

Bon, on résume brièvement les paroles de Le Boucher : le Français moyen est inculte en économie, donc il ne comprend pas le sens profondément économique des réformes d’Emmanuel Macron. Et je [Nda : pas moi, lui] vais vous expliquer pourquoi. Vous comprendrez en quoi c’est grave.
...

PDF




     



Des maisons en kit et bioclimatiques - M le magazine du Monde - 27.10.2017, par Anne-Lise Carlo - Modulables, économiques et écologiques, des habitations d’un genre nouveau sortent de terre. Leurs concepteurs, inspirés par le pionnier Jean Prouvé, limitent les coûts en produisant des éléments en série.

Tout est parti du fantasme de deux trentenaires parisiens.

"Nous voulions construire une belle maison, que l’on pourrait installer près de Paris et qui, surtout, serait compatible avec nos moyens financiers", expliquent l’architecte Julien Ménard et le designer Anseau Delassalle.

Commercialisée depuis le 26 octobre, Novablok est une construction modulable composée de blocs de 20 m2 à l’ossature en bois, qui s’assemblent façon briques de Lego. Flexible, ce procédé architectural permet de potentiellement étendre le bâti à l’infini – à l’horizontale ou en étages –, voire, en cas de déménagement, de le déplacer entièrement.

Pari tenu sur leur rêve, les concepteurs ont réussi à maîtriser les coûts, qui avoisinent 1 300 euros par mètre carré (contre 1 500 en moyenne pour une construction neuve classique). La clé : une production industrielle, avec un pré-assemblage des blocs construits en atelier puis transportés chez les propriétaires. Novablok n’est pas synonyme de bas coût pour autant :

"Nous façonnons pour chaque bloc un bois noble (pin de Douglas, cyprès ou Accoya), écologique et très résistant", précise le designer Anseau Delassalle.

PDF