36, (Octobre 2017)






dans cette page :

textes importants hors l'actualité

Fil d'actualité
dans une autre page :
Linky, EDF, Enedis (ex-ErDF), Areva  & co
(mise à jour : 15 Octobre 2017)



















Edgar Morin : "Le bouillonnement d’initiatives est ma raison d’espérer" - Entretien avec Edgar MORIN - 20/10/2017 - Propos recueillis par Catherine André -  ❐ Edgar Morin Sociologue, philosophe et historien - En amont de la deuxième édition des Journées de l’économie autrement organisées à Dijon les 24 et 25 novembre par Alternatives Economiques, nous nous sommes entretenus avec Edgar Morin, sociologue, historien et penseur de la complexité. Edgar Morin, 96 ans, et ancien résistant, appelle aujourd’hui à résister aux forces destructrices qui menacent notre planète, en s’appuyant sur les forces positives à l’œuvre chez les porteurs d’initiatives et d’expériences locales.

Quelle est votre vision face aux multiples défis, écologiques, sociaux, économiques, auxquels l’humanité est confrontée ?

▶︎ Nous sommes dans un monde extrêmement inquiétant, avec de nombreux processus extrêmement dangereux en cours. C’est une situation dans laquelle on peut se demander quelles sont les raisons d’espérer.

Mes raisons premières d’espérer sont les forces positives que je vois actuellement : un bouillonnement d’initiatives qui mettent au centre l’épanouissement des êtres humains en tant qu’individus, et de même au sein des communautés, des familles, des amitiés, des réseaux, etc. ...





Cet Appel vous invite, citoyennes et citoyens qui vous reconnaissez dans ce texte à parler d’une seule voix et à peser fortement dans le débat public. En signant cet Appel, vous exprimez votre accord avec ce texte et vous manifestez votre souhait de contribuer à rassembler la multitude d’initiatives issues des actrices et acteurs de la société civile.

Nous sommes innombrables mais dispersés, à supporter de plus en plus difficilement l’hégémonie du  profit,  de  l’argent,  du  calcul  (statistiques,  croissance,  PIB,  sondages)  qui  ignorent  nos  vrais besoins ainsi que nos légitimes aspirations à une vie à la fois autonome et communautaire.

Nous  sommes  innombrables  mais  séparés  et  compartimentés  à  souhaiter  que  la  trinité  Liberté Égalité  Fraternité  devienne  notre  norme  de  vie  personnelle  et  sociale et  non  le  masque  à  la croissance des servitudes, des inégalités, des égoïsmes.


  les 2 articles ci-dessus en 1 PDF







     



"Premiers de cordée" ? Les riches sont un fardeau pour la collectivité - Tribune - 26 octobre 2017, Didier Harpagès - L’omni-président Emmanuel Macron défend le principe selon lequel la richesse des "premiers de cordée" peut sortir la société de la crise. Mais pour l’auteur de cette tribune, la recherche de la richesse économique ne fait en rien le bien commun.

❐ Didier Harpagès, l’auteur de Mourir au travail ? Plutôt crever !, collabore régulièrement à Reporterre.

À l’heure où le gouvernement d’Édouard Philippe, aux ordres de l’omni-président Macron, s’apprête, après avoir détricoté le Code du travail, à faire subir aux Français un choc fiscal lourd de conséquences, certains apôtres d’un vieux discours travestissent la classe dominante en nouveau concept économique de manière à prêter aux riches de louables intentions.

Il conviendrait donc de laisser faire ceux qui ont de l’argent car ils seraient les seuls capables de nous sortir de la crise sociale dont les plus vulnérables d’entre nous, qui ne sont rien, subissent les assauts répétés. La théorie du ruissellement ("trickle-down-theory"), qui conseille de laisser la bride sur le cou des riches afin de leur permettre de s’enrichir davantage, voudrait nous convaincre des bienfaits de cet enrichissement aveugle. Il conduirait ses bénéficiaires à augmenter leur production et à créer des emplois. Encourageons, en somme, les riches à s’enrichir, leur richesse ruissellera sur l’ensemble des classes inférieures. Cruelle fourberie ! Madame Bettencourt, première fortune de France, ne fut pas assujettie à l’impôt sur la fortune. L’argent de la vieille demeura précieusement entre ses mains. Au nom de quel principe vertueux ses héritiers seraient-ils disposés, à le faire ruisseler sur les plus nécessiteux ?

PDF







     



Le manifeste censuré de Camus - LE MONDE CULTURE ET IDEES - Le 18.03.2012 par Albert Camus - En 1939, l'écrivain veut publier dans le journal qu'il dirige à Alger un texte vibrant qui invite les journalistes à rester libres.

❐ L'article que nous publions ici devait paraître le 25 novembre 1939 dans "Le Soir républicain", un quotidien limité à une feuille recto verso que Camus co-dirige à Alger. L'écrivain y définit "les quatre commandements du journaliste libre" : lucidité, refus, ironie et obstination. Notre collaboratrice Macha Séry a retrouvé ce texte aux Archives nationales d'outre-mer, à Aix-en-Provence. Camus dénonce ici la désinformation qui gangrène déjà la France en 1939. Son manifeste va plus loin. Il est une réflexion sur le journalisme en temps de guerre. Et, plus largement, sur le choix de chacun, plus que celui de la collectivité, de se construire en homme libre.

PDF








     




Et si on parlait politique? - 15 oct. 2017, par Danièle Obono, Blog : Le blog de Danièle Obono -  Retour sur plusieurs semaines de fausses polémiques et de vrais débats. Et bien non, mesdames et messieurs les censeurs, vous ne nous, vous ne me ferez ni taire ni marcher au pas ! Vous avez voulu nous enterrer, vous ne saviez pas que nous étions des graines. Vous avez essayé de nous diviser mais vous ne vous rendiez pas compte à quel point nous sommes des "têtes dures".

"Audacter calomniare semper aliquid haere"

Mercredi 11 octobre dernier, l’Assemblée nationale a adopté en seconde lecture le projet de loi "renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme". Ce texte est critiqué depuis plusieurs mois par l’ensemble des organisations de défense des droits humains (Ligue des droits de l’Homme, Amnesty International, Human Right Watch, ONU…) et de nombreuses associations de magistrat·e·s, d’avocat·e·s, de citoyen·ne·s... Parce qu’il fait reculer l’Etat de droit et les libertés démocratiques, parce qu’il passe à côté de ce qu’il faudrait faire pour prévenir efficacement les actes de terrorisme, parce qu’il participe à la stigmatisation de nombreux secteurs de la population. Raisons pour lesquelles le groupe parlementaire de la France insoumise s’y est opposé tout en soumettant des propositions alternatives (voir, entre autres, ici et là les interventions argumentées d’Ugo Bernalicis et les miennes sur le sujet). Mais de tout cela, le grand public, les citoyen·ne·s n’en sauront rien. En tous cas pas par la voix des principaux grands media. L’important débat national qu’il aurait fallu avoir sur un sujet aussi sérieux et sensible n’aura malheureusement eu lieu ni à l’Assemblée nationale, ni dans le reste de la société. ...

PDF













  Ci-dessous, une série d'articles sur les Communs et la 'doughnut economy' (# économie beignet, surnom du au fait que la zone de bien-être définie se trouve, comme la crème, au centre du beignet), thèmes qui font l'objet d'une page dédiée également accessible depuis la page d'accueil du site (http://pm2210.net)


     


  & 


Labouratory - 13th October 2017, by George Monbiot, published in the Guardian, 11th October 2017 - http://www.monbiot.com - We should use the political space being opened by the Labour resurgence to develop a new, participatory economy.

We are still living in the long 20th Century. We are stuck with its redundant technologies: the internal combustion engine; thermal power plants; factory farms. We are stuck with its redundant politics: unfair electoral systems; their capture by funders and lobbyists; the failure to temper representation with real participation.

And we are stuck with its redundant economics: neoliberalism, and the Keynesianism still proposed by its opponents. While the latter system worked very well for 30 years or more, it is hard to see how it can take us through this century, not least because the growth it seeks to sustain smacks headlong into the environmental crisis.

Sustained economic growth on a planet that is not growing means crashing through environmental limits: this is what we are witnessing, worldwide, today. A recent paper in Nature puts our current chances of keeping global heating to less than 1.5°C of at just 1%, and less than 2° at only 5%. Why? Because while the carbon intensity of economic activity is expected to decline by 1.9% a year, global per capita GDP is expected to grow by 1.8%. Almost all investment in renewables and efficiency is cancelled out. GDP, the index that was supposed to measure our prosperity, instead measures our progress towards ruin.

But the great rupture that began in 2008 offers a chance to change all this. The challenge now is to ensure that the new political movements threatening established power in Britain and elsewhere create the space not for old ideas (such as 20th Century Keynesianism) but for a new politics, built on new economic and social foundations. ...


Ce texte me semble suffisamment important pour que j'en livre (dans le PDF) une traduction (non littéraire) et y ajoute des liens afin de renseigner sur la "Doughnut Economy" telle que définie par Kate Raworth. J'ajoute ci-après une autre chronique de George Monbiot qui date de 2012 et introduisait la problématique posée à l'époque par Oxfam.

Ci-dessous, le "plan d'une transition vers les Commons" proposé à la ville de Gand (Ghent), Belgique.


Les Communs, c'est quoi ? (en 1 PDF)




A Commons Transition Plan for the City of Ghent - Special Reports - Michel Bauwens and Jurek Onzia, September 08, 2017 - The context and structure of the report

❐ Executive summary by Michel Bauwens (P2P Foundation, research) and Yurek Onzia (project coordination)

☞ This study  was commissioned and financed by the City of Ghent, a city in northern Flanders with nearly 300,000 inhabitants, with the support of its mayor Daniel Termont, the head of the mayor’s staff, the head of the strategy department, and the political coalition of the city which consists of the Flemish Socialist Party SPA, the Flemish Greens (Groen) and the Flemish Liberal Party (Open VLD).

☞ The request was to document the emergence and growth of the commons in the city, to offer some explanations of why this was occurring, and to determine what kind of public policies should support commons-based initiatives, based on consultation with the active citizens in Ghent.

PDF






PDF




Kate Raworth, Change the Goal -
1/7 Doughnut Economics - 1'26"

Why it's time for 'Doughnut Economics'
Kate Raworth - TEDx - Athens - 16'52"




 Can we live inside the doughnut? Why the world needs planetary and social boundaries - by Kate RAWORTH, February 13, 2012



The doughnut can help Rio+20 see sustainable development in the round - Kate Raworth, Saturday 16 June 2012










Is protecting the environment incompatible with social justice? - Global development - George Monbiot's blog - George Monbiot, Monday 13 February 2012 -  When Oxfam investigates the question of whether environment conflicts with development, we should take notice

It is the stick with which the greens are beaten daily: if we spend money on protecting the environment, the poor will starve, or freeze to death, or will go without shoes and education.

Most of those making this argument do so disingenuously: they support the conservative or libertarian politics that keep the poor in their place and ensure that the 1% harvest the lion's share of the world's resources.

Journalists writing for the corporate press, with views somewhere to the right of Vlad the Impaler and no prior record of concern for the poor, suddenly become their doughty champions when the interests of the proprietorial class are threatened. If tar sands cannot be extracted in Canada, they maintain, subsistence farmers in Africa will starve. If Tesco's profits are threatened, children will die of malaria. When it is done cleverly, promoting the interests of corporations and the ultra-rich under the guise of concern for the poor is an effective public relations strategy.

Even so, it is true that there is sometimes a clash between environmental policies and social justice, especially when the policies have been poorly designed, as I argued on this blog last month.

But while individual policies can be bad for the poor, is the protection of the environment inherently incompatible with social justice? This is the question addressed in a discussion paper published by Oxfam on Monday. ...

PDF








The doughnut of justice: A new way to think about growth - Climate Change - By David Roberts, on February 22, 2012 -  Of all the subjects that haunt the climate conversation, none is so vexed as growth.

The details are complex, but the dilemma is simple: Growth seems to improve humanity’s quality of life and drive ecological overshoot at the same time.

On one hand, economic growth leads to poverty reduction, better health, technological innovation, and (local) environmental improvement. On the other hand, it has pushed us into the red zone on climate and a number of other global ecological indicators. Humanity’s lot steadily improves while biophysical systems are pushed closer to the edge. It’s a sticky wicket. Pro-growth and anti-growth types often seem involved in entirely separate conversations, passing like ships in the night. How can we reconcile their perspectives?

Last week, researcher Kate Raworth of Oxfam International proposed a new framework for understanding how human development and ecological boundaries fit together. Happily, it’s a doughnut.

PDF








     



"Le rêve d’une démocratie automatique, c’est fini" - Mis en ligne le 13/10/2017, William Bourton et Corentin Di Prima - Cynthia Fleury plaide pour une citoyenneté "capacitaire", où chaque citoyen serait formé pour participer aux affaires de la Cité. On observe une grande demande citoyenne de plus grande participation dans les institutions démocratiques ? A quoi l’attribuez-vous ?

► Je vais manquer d’originalité, mais la première chose, c’est le fait qu’il y a une crise de la représentation. On peut même parler d’une double crise. Une crise de la représentativité de la représentation, où c’est plutôt la qualité et non l’idée de la représentation qui est remise en cause – et on voit bien la marge de progrès qui peut être accompli : plus de parité, plus de diversité, plus de société civile, etc. Et puis une crise de la représentation elle-même. "Je n’ai pas à être représenté, je me présente moi-même."

C’est nouveau car dans les démocraties occidentales la représentation a d’abord été une conquête de liberté, dans le sens où vous n’êtes pas un sous-citoyen si vous n’avez pas envie de vous occuper des affaires publiques. Si vous avez envie de vivre votre vie privée, votre vie privée est un sujet politique en soi, digne. Mais en même temps, de fait, vous avez un sentiment "confiscatoire". ...




Cynthia Fleury: "Les citoyens doivent être mieux formés et informés" - Mis en ligne le 14/10/2017, William Bourton et Corentin Di Prima - Dans cet article, "Le rêve d’une démocratie automatique, c’est fini", La philosophe française Cynthia Fleury plaide pour une citoyenneté "capacitaire", où chaque citoyen serait formé pour participer aux affaires.

Vous ne la verrez jamais chez Ruquier ou dans un de ces talk-shows qui expédient la pensée et le débat aussi vite qu’un cheeseburger. À l’arène médiatique, où nombre d’intellectuels contemporains s’abîment, la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury préfère l’arène politique et le terrain pour travailler ses thèmes de prédilection : la démocratie, la citoyenneté et les nouveaux territoires que les mutations technologiques ouvrent à l’homme et la femme du XXIe siècle.

Cette mise à distance volontaire des projecteurs des plateaux de télévision ne l’a pas empêchée, alors qu’elle n’a que 42 ans, de se forger une place solide dans le paysage intellectuel francophone. Elle était à ce titre l’invitée d’honneur du colloque de rentrée du parlement bruxellois, ce jeudi, sur le thème "Penser et construire la ville citoyenne", à l’occasion duquel Le Soir a pu la rencontrer. ...


  les 2 articles ci-dessus en 1 PDF






2 reconnaissances méritées pour une belle aventure






     





Common Wealth - 2nd October 2017, by George Monbiot, published in the Guardian 27th September 2017 - Hope lies with a great, neglected sector of the economy, through which we can create a system that is neither capitalist nor state communist.

Are you a statist, or a free marketeer? Do you believe that intervention should be minimised, or that state ownership and regulation should be expanded? This is our central political debate. But it is based on a mistaken premise.

Both sides seem to agree that state and market are the only sectors worth discussing: politics should move one way or the other along this linear scale. But there are in fact four major economic sectors: the market, the state, the household and the commons. The neglect of the last two by both neoliberals and social democrats has created many of the monstrosities of our times.

Both market and state receive a massive subsidy from the household: the unpaid labour of parents and other carers, still provided mostly by women. If children were not looked after, fed, taught basic skills at home and taken to school, there would be no economy. And if people who are ill, elderly or have disabilities were not helped and supported by others, the public care bill would break the state. ...


PDF






The Ground Beneath Our Feet - 19th October 2017, by George Monbiot, published on LabourList, 16th October 2017 - Some radical ideas for reshaping the economy.

The ideology Labour confronts has penetrated so far into our lives, and has been so thoroughly internalised and reproduced, that we have found it difficult to see, or even to name. This ideology is neoliberalism.

Neoliberalism is the doctrine that human society should be defined as a market, its social relations reimagined as commercial transactions, to discover a “natural hierarchy” of winners and losers. Any attempt to limit competition or change social outcomes is treated as hostile to liberty. Trade unions should be crushed, tax and regulation minimised, public services privatised or reconstructed in the image of the market. Inequality is recast as virtuous: a reward for merit and a generator of wealth, which trickles down to enrich everyone. Efforts to create a more equal society, it maintains, are both counterproductive and morally corrosive.

Its assault on the public realm, on collective bargaining, on the redistribution of wealth, on public protection and on society itself has caused or exacerbated the multiple disasters we now suffer. So why does this toxic philosophy still dominate our lives? Principally, I believe, because its opponents have not produced a coherent new narrative with which to replace it. Labour’s renaissance, and the political opening it creates, enables us to tell this story. But it is crucial that we use this moment to create something new, rather than burrowing back into the solutions of the past.

PDF


Vote Often - 20th October 2017, by George Monbiot, published in the Guardian 18th October 2017 - Our representative democracy is scarcely worthy of the name. 21st Century politics demands a more participatory system

You lost, suck it up: this is how our politics works. If the party you voted for lost the election, you have no meaningful democratic voice for the next five years. You can go through life, in this “representative democracy”, unrepresented in government, while not permitted to represent yourself.

Even if your party is elected, it washes its hands of you when you leave the polling booth. Governments assert a mandate for any policy they can push through parliament. While elections tend to hinge on one or two issues, parties will use their win to claim support for all the positions in their manifestos, and for anything else they decide to do during their term in office.

If you raise objections to their policies, you’re often told, “if you don’t like it, stand for election”. This response is revealing: it suggests that only 650 people out of 66 million have a valid role in national politics, beyond voting once every five years. Political control under this system is so coarse and diffuse that democracy loses all but its crudest meaning.

It is astonishing that we put up with this. The idea that any government could meet the needs of a complex, modern nation by ruling without constant feedback, and actual rather than notional consent, is preposterous.


PDF



                 




Insectageddon - 23rd October 2017 - By George Monbiot, published in the Guardian 20th October 2017 - The scale and speed of environmental collapse is beyond imagination.

Which of these would you name as the world’s most pressing environmental issue? Climate breakdown, air pollution, water loss, plastic waste or urban expansion? My answer is none of the above. Almost incredibly, I believe that climate breakdown takes third place, behind two issues that receive only a fraction of the attention.

This is not to downgrade the danger presented by global heating – on the contrary, it presents an existential threat. It is simply that I have come to realise that two other issues have such huge and immediate impacts that they push even this great predicament into third place.

One is industrial fishing, which, all over the blue planet, is now causing systemic ecological collapse. The other is the erasure of non-human life from the land by farming.

And perhaps not only non-human life. According to the UN Food and Agriculture Organisation (FAO), at current rates of soil loss, driven largely by poor farming practice, we have just 60 years of harvests left. And this is before the Global Land Outlook report, published in September, found that productivity is already declining on 20% of the world’s cropland. ...

PDF





     


  


L’effondrement de notre civilisation est une bonne chose - Recherche avancée - Accueil - Editorial - Tribune - 24 octobre 2017, Nicolas Casaux - Les "civilisations", entendues comme "cultures humaines urbaines, très hiérarchiques, organisées grâce à une forme d’État, et dont l’alimentation dépend de l’agriculture", ont ceci en commun, selon l’auteur de cette tribune, de dévaster leurs territoires et de dissoudre les diversités culturelles. La nôtre, mondialisée, pousse à l’extrême cette double destruction.

❐ Nicolas Casaux est membre de l’organisation internationale Deep Green Resistance.

J’imagine déjà les réactions d’incompréhension de beaucoup. La civilisation ? Poser problème ? Comment le "fait pour un peuple de quitter une condition primitive (un état de nature) pour progresser dans le domaine des mœurs, des connaissances, des idées" (définition du Centre national de ressources textuelles et lexicales, un organe du CNRS) pourrait-il être un problème ?

Avez-vous remarqué le racisme et le suprémacisme qui caractérisent cette définition de la civilisation ? Ce qui est implicitement (et relativement explicitement) insinué, c’est que les peuples (que les civilisés qualifient de) "primitifs" sont en quelque sorte en retard, ou arriérés, "dans le domaine des mœurs, des connaissances, des idées" par rapport aux peuples civilisés.


Et si le problème, c’était la civilisation ? - par Nicolas Casaux, 17 Octobre 2017 - "Le mot civilisation évoque de puissantes images et d’importantes conceptions. On nous enseigne, ici, aux États-Unis, et depuis l’école primaire, qu’une poignée de peuples anciens — comme les Égyptiens et les Grecs — étaient "civilisés" et que la civilisation a atteint son niveau optimal de développement chez nous et dans d’autres pays occidentaux. La civilisation, nous dit-on, est bénéfique, désirable — et résolument préférable au fait d’être incivilisé. L’idée de civilisation implique toujours implicitement une comparaison : l’existence de peuples civilisés implique des peuples incivilisés, qui sont inférieurs parce qu’ils ne sont pas civilisés. Les populations incivilisées, quant à elles, se sont vues expliquées qu’elles ne pourraient jamais devenir civilisées, ou bien qu’elles devraient tenter de le devenir aussi vite que possible ; nombre de celles qui ont essayé ou qui y ont été forcées — comme les habitants de l’atoll de Bikini qui ont été expulsés de leurs îles afin que les USA puissent faire exploser des bombes atomiques dans leur lagon après la Seconde Guerre mondiale — ont beaucoup souffert du fait de l’expansion de la civilisation. ...


  les 2 articles ci-dessus en 1 PDF





     



Régie de l’eau, autonomie énergétique, zéro déchet : quand villages et villes moyennes montrent la voie - Biens communs - par Sophie Chapelle, 23 juin 2017 - Viser l’autonomie énergétique pour un territoire où vivent 35 000 habitants, réduire la production de déchets d’un tiers en quelques années, remettre la gestion de l’eau au service des usagers : telles sont les dynamiques qui guident des maires, des élus et des citoyens de Briançon et de ses environs, dans les Hautes-Alpes. Objectifs : contribuer très concrètement à la lutte contre le réchauffement climatique et sanctuariser des biens communs hors des logiques de profits et de prédation. Avec un moyen : la constitution de régies publiques, plus transparentes dans leur gestion et moins coûteuses que les multinationales. Cette re-municipalisation est cependant menacée par des lois qui tentent de les freiner. Basta ! est allé à la rencontre de celles et ceux qui, dans ce territoire des Hautes-Alpes, aspirent à un monde plus soutenable.

Une petite canalisation à ciel ouvert longe les pavés de la "Grande gargouille", principale artère de la vieille ville fortifiée de Briançon. Longtemps alimentée par l’eau potable, elle l’est désormais par un canal.

"Contrairement à ce qu’on pense, l’eau n’est pas quelque chose d’inépuisable. Avec le changement climatique, les réserves diminuent et il faut préserver la ressource", explique Joël Pruvot, président de la Régie briançonnaise de l’eau et de l’assainissement (RBEA). "Par exemple, toutes les fontaines sont maintenant équipées de bouton poussoir." ...

PDF







     



Baisse des crédits et aberrations bureaucratiques - Ubu règne sur l’université française - Septembre 2017, page 20, par Alain Garrigou - Des élèves en quête d’université, des professeurs exaspérés, des facultés au bord de l’asphyxie… On ne peut pas dire que la rentrée s’annonce sous les meilleurs auspices. Pour diminuer les fonds publics consacrés à l’enseignement supérieur français, les gouvernements ont imaginé des normes quantitatives et des dispositifs qui tous conduisent à un renforcement de la bureaucratie. Jusqu’à l’absurde.

L’enseignement coûte cher. Comment ne pas être tenté d’en réduire la facture ? L’État néolibéral n’a pas la primauté de ce souci gestionnaire, conçu comme une exigence de rationalisation. La réponse principale qui y est apportée — limiter les effectifs — se confond peu ou prou avec une sélection sociale. On a un peu oublié que Mai 68 est partiellement né en réaction aux plans d’économies d’un pouvoir effrayé par l’explosion des effectifs universitaires, ou encore que la loi Devaquet 1 a suscité la forte mobilisation de 1986.

Le rejet de ces projets n’y a rien changé : l’université demeure en première ligne. Les gouvernants croient en effet trouver là un gisement tout désigné d’économies par le nombre de fonctionnaires, par leur faible capacité de mobilisation, par le peu d’efficacité d’un premier cycle marqué par l’"échec scolaire" — même si celui-ci ne tient pas à l’université mais au baccalauréat, qui ne joue pas de rôle d’orientation ; d’autant que l’université assume aussi une fonction, inavouée, de traitement social du chômage.

Face à ces problèmes, l’administration française, convertie au management et aux algorithmes, a cru trouver le sésame qui permet d’échapper à la décision politique et aux risques : l’admission post-bac (APB). Que cache cet acronyme typique de la novlangue bureaucratique ?

PDF







     



Quand le FMI critique l’austérité et la cure libérale… - Economie - 22 octobre 2017, par T.B., Caricature : LARDON


Des récents rapports illustrent l’inclination nouvelle du FMI à remettre en cause l’efficacité des politiques économiques en vogue à travers le monde. Austérité, libre circulation des capitaux, défiscalisation des hauts revenus, l’institution basée à Washington nous alerte sur ces mesures aux conséquences dangereuses et dont les bienfaits pour la croissance demeurent incertains. Un discours paradoxal, en total contre-sens des politiques de réformes menées en France et ailleurs.

Les débuts de cette nouvelle ère politique sous le regard de Jupiter se sont traduits pas une volonté de frapper vite et fort. Emmanuel Macron, souhaitant ardemment stimuler l’économie afin de relancer la croissance, après la flexibilisation du marché du travail et la suppression de l’ISF, a pour prochaine ambition d’assainir les dépenses publiques par le biais d’un large plan de transformation visant à réaliser 80 milliards d’euros d’économie d’ici 2022.

Si les impacts positifs de la flexibilisation du marché du travail sur l’emploi furent relégués au rang des folles chimères par nombre de commentateurs, les réformes de l’ISF et de la fonction publique devraient, selon le gouvernement, favoriser l’économie française à en croire le gouvernement. Or, c’est un tout autre son de cloche que les récents rapports du FMI (Fond Monétaire International) donnent à entendre. Les bénéfices de telles mesures sur la croissance y sont sujets à caution. Dans ce rapport étonnant, c’est un réalité bien différente de celle à laquelle les grands dirigeants disent se plier qui nous est dépeinte.

PDF











                 



Ce que signifie l’obsession du contrôle des chômeurs - SOCIAL - Parti pris - 19 octobre 2017, par Romaric Godin -  La proposition d’un "contrôle journalier" des chômeurs de Pierre Gattaz n’est pas le fruit d’un esprit farfelu, c’est la partie visible d’une logique plus profonde qui réduit le chômeur à n’être qu’un simple instrument de la politique du coût du travail.

La remarque de Pierre Gattaz, le président du Medef, suggérant mardi 17 octobre pour les chômeurs un "contrôle journalier" pourrait simplement prêter à sourire tant elle est caricaturale. Qui contrôlerait les chômeurs ? Pierre Gattaz serait-il prêt à renoncer à une partie du CICE pour financer les recrutements nécessaires ? Comment seraient-ils contrôlés ? Quel est le sens de ce contrôle dans une démarche de recherche d’emplois ? Tout cela prête évidemment à rire. Mais on aurait tort, alors que s’ouvrent les discussions sur la réforme de l’assurance-chômage, de traiter par le seul mépris, portant fort mérité, ce type de remarques. Il est révélateur de l’état d’esprit nouveau qui domine la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron.

PDF







     




La lutte féministe au cœur des combats politiques - De la domination masculine - Août 1998, page 24
par Pierre Bourdieu - La domination masculine est tellement ancrée dans nos inconscients que nous ne l’apercevons plus, tellement accordée à nos attentes que nous avons du mal à la remettre en question. Plus que jamais, il est indispensable de dissoudre les évidences et d’explorer les structures symboliques de l’inconscient andro-centrique qui survit chez les hommes et chez les femmes. Quels sont les mécanismes et les institutions qui accomplissent le travail de reproduction de l’"éternel masculin" ? Est-il possible de les neutraliser pour libérer les forces de changement qu’ils parviennent à entraver ?

Je ne me serais sans doute pas affronté à un sujet aussi difficile si je n’y avais pas été entraîné par toute la logique de ma recherche 1. Je n’ai jamais cessé, en effet, de m’étonner devant ce que l’on pourrait appeler le paradoxe de la doxa 2 : le fait que l’ordre du monde tel qu’il est, avec ses sens uniques et ses sens interdits, au sens propre ou au sens figuré, ses obligations et ses sanctions, soit grosso modo respecté, qu’il n’y ait pas davantage de transgressions ou de subversions, de délits et de "folies" (il suffit de penser à l’extraordinaire accord de milliers de dispositions — ou de volontés — que supposent cinq minutes de circulation automobile sur la place de la Bastille ou sur celle de la Concorde, à Paris). Ou, plus surprenant encore, que l’ordre établi, avec ses rapports de domination, ses droits et ses passe-droits, ses privilèges et ses injustices, se perpétue en définitive aussi facilement, mis à part quelques accidents historiques, et que les conditions d’existence les plus intolérables puissent si souvent apparaître comme acceptables et même naturelles.


PDF









     




#BalanceTonPorc : elles parlent, ils mecspliquent... - Publié le 18 octobre 2017 - par Marie Donzel, chèfe d'entreprise et auteure - En moins de 48 heures, plus de 160 000 femmes (j'en suis) ont témoigné de harcèlement et d'agressions sexuelles dont elles ont été victimes.

Ainsi le hashtag #BalanceTonPorc est devenu en moins de deux jours, un mouvement. Celui d'une libération de la parole de toutes celles qui, parfois depuis plusieurs années, voire décennies, gardaient sur le coeur ou bien réservaient aux conversations chuchotées dans l'intimité craintive de représailles, la vérité sur les violences dont elles ont fait l'objet.

Et l'on découvrit ce que le déni renvoyait lâchement à des cas isolés, des rencontres malheureuses, des quiproquos (de mon c...) : on découvrit — ou fit semblant de découvrir — un fait social massif. Le harcèlement sexuel touche un nombre incalculable de femmes. Celles qui l'ont directement subi, indiscutablement très très très nombreuses ; celles qui ont intériorisé le risque que ça leur arrive et vivent avec ce sentiment d'insécurité, adaptent leur comportement en fonction, espérant y échapper en évitant de "provoquer" (culture du viol, quand tu nous tiens). A savoir, à l'arrivée, presque toutes les femmes.

Une foule de représentantes de la moitié de la population parle pour dire le traumatisme vécu, mais aussi la défiance permanente dans laquelle le fait social massif de harcèlement lié à leur genre les tient, au travail, dans la rue, dans l'espace public comme dans l'intimité conviviale ou familiale. Et les hommes influents n'ont rien de mieux à leur retourner que du mansplaining. En français : de la mecsplication. C'est à dire des petites leçons condescendantes sur la façon dont on s'y prend (mal) et dont on devrait plutôt s'y prendre.

PDF




     




Carte blanche: #MeToo, pour ne rien voir, il faut le vouloir - Mis en ligne le 23/10/2017, Myriam Leroy, en collaboration avec Florence Hainaut, journalistes - Quand les femmes montrent le problème, les idiots débattent du hashtag. Tenez-vous prêts pour un changement de civilisation. Nous, nous le sommes. Une carte blanche de Myriam Leroy, en collaboration avec Florence Hainaut, journalistes.

À toutes les femmes qui ont osé évoquer les agressions qu’elles ont subies, les épisodes de harcèlements endurés, les injustices vécues, et qui, ce faisant, ont contribué à créer une communauté éphémère, cathartique, de l’ordre de la bien trop rare sororité : merci.

À tous les mecs sensibles, types bien, hommes discriminés sur d’autres plans qui réussissent à saisir l’universalité de l’expérience de domination sociale, garçons relisant en toute humilité des actes passés ou d’autres auxquels ils ont assisté, à tous ceux qui ont répondu à la déferlante de #MeToo et #balancetonporc en ayant l’adéquate réaction du silence sidéré ou de l’encouragement : merci.

Aux autres, hommes et femmes, nous aimerions dire ceci. ...

PDF





     



"Au lieu de réduire nos consommations, nous préférons croire au miracle" - L’économie autrement - Le blog de L'économie autrement - Faites entendre votre voix - Propos recueillis par Aurore Lalucq, 23/10/2017 -  Pour prendre le virage d'une économie économe en ressources, nous misons tout sur les progrès techniques. A tort, selon le philosophe Dominique Bourg, professeur à l'université de Lausanne.

Quels sont les objectifs à respecter en termes de réduction de nos consommations de ressources ?

►Il y a deux limites à notre consommation de ressources. La première découle de la quantité d’une ressource donnée accessible à un coût énergétique acceptable. La seconde procède des effets indirects de l’exploitation de ces mêmes ressources : par exemple, l’exploitation des énergies fossiles, parce que provoquant le changement de la composition chimique de l’atmosphère, est en passe de faire basculer le système Terre vers un état inédit, hostile à l’habitat humain, l’anthropocène.

Les limites en matière de ressources ne sont pas absolues mais relatives, ce qui les rend plus difficilement identifiables. Nous n’exploiterons jamais par exemple, contrairement aux dires de Max Weber, la dernière goutte de pétrole. Il nous faudrait en effet probablement plusieurs barils pour l’extraire de quelque recoin des profondeurs de la Terre. C’est aujourd’hui 10 % de l’énergie primaire au monde qui sont consacrés aux activités extractives et le coût énergétique de ces extractions croît de façon exponentielle, tant nous devons nous enfoncer dans les profondeurs des sous-sols, parfois jusqu’à plus de 600 mètres pour certains métaux. Et aller chercher sur la Lune des métaux semi-précieux n’améliorerait pas le coût énergétique global de nos activités extractives. ...

PDF






     




La dure loi de l’Eroi : l’énergie va devenir plus rare et plus chère - Tribune - 16 octobre 2017, Victor Court (Victor Court est ingénieur agronome (AgroParisTech) et titulaire d’un master en économie de l’énergie. Sa thèse de doctorat a porté sur le lien entre l’Eroi (Energy Return On Investment) des systèmes énergétiques et la croissance économique de long terme.) -  L’ "Energy Return On Investment (Eroi)" est le ratio entre l’énergie utilisable et celle consommée pour l’obtenir. L’auteur de cette tribune explique l’importance de cet indicateur méconnu.

Dire que l’homme "produit" de l’énergie est un abus de langage. En vérité, l’homme peut seulement extraire l’énergie de l’environnement, la transporter, la transformer et l’utiliser sous diverses formes qui génèrent des services. Par ailleurs, la construction et l’utilisation de toutes les infrastructures qui permettent l’extraction, la transformation et le transport de l’énergie (mines, puits de forage, pipelines, raffineries, centrales électriques, éoliennes et panneaux photovoltaïques, etc.) consomment elles-mêmes de l’énergie.

Ainsi, la formule-clé de la "production" humaine d’énergie est l’Eroi pour "Energy Return On Investment", c’est-à-dire le ratio entre l’énergie produite et l’énergie consommée au préalable pour produire cette énergie. ...

PDF






                 


  

Dr. Michael Mann on Extreme Weather: 'We Predicted This Long Ago' - The Climate Reality Project - October 22, 2017 -  You can't go far in the climate movement without hearing the name of Dr. Michael E. Mann, distinguished professor of atmospheric science at Penn State University and author of The Hockey Stick and The Climate Wars and, more recently, The Madhouse Effect.



Dr. Mann came to public attention back in 1998 when he and two colleagues published the landmark MBH98 paper documenting average global temperatures across the centuries with a line graph whose steep uptick in recent years earned it the name "the hockey stick."

The paper—with its inconvenient truth about the consequences of fossil fuels—made him a target for climate deniers, but Dr. Mann refused to be silenced and has become one of America's leading public voices for a scientific and rational approach to climate change.

Climate Reality recently chatted with Dr. Mann ahead of our Climate Reality Leadership Corps training in Pittsburgh, Pennsylvania, where he was a featured speaker in the panel "Our Changing Storms."

PDF





                 



L’écologie, le PLF 2018 et Nicolas Hulot - L’environnement, nouvelle frontière du capitalisme - Les blogs du "Diplo" - Carnets d’eau, par Marc Laimé, 13 octobre 2017 - Les orientations du projet de loi de finances 2018 dans le domaine de l’environnement signent symboliquement les contours du "monde nouveau" que M. Emmanuel Macron déclare vouloir porter sur les fonts baptismaux. Accentuant des dérives initiées il y a une dizaine d’années, le projet que dessinent ces mesures est bien celui d’une financiarisation de tous les actifs naturels, préalable incontournable à la poursuite effrénée d’une "croissance" mortifère.

En application des dispositions arrêtées par le projet de loi des finances 2018 (PLF), le ministère de l’écologie dirigé par M. Nicolas Hulot va perdre 828 emplois au sein de l’État (contre 660 en 2017), et 446 emplois au sein de ses opérateurs (contre 344). C’est l’une des contributions les plus importantes à la réduction du nombre de fonctionnaires voulue par le président Macron.


Ce budget confirme aussi l’augmentation des ponctions opérées par l’État sur le budget des agences de l’eau, mises en œuvre depuis trois ans sous la précédente mandature. Ces prélèvements vont plus que doubler. Les agences de l’eau vont en effet désormais financer la totalité du budget de l’Agence française de la biodiversité (AFB), ainsi que celui de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Selon l’article 54 du PLF, ces contributions seront comprises "entre 240 et 260 millions d’euros" pour l’AFB et "entre 30 et 37 millions d’euros" pour l’ONCFS. ...

PDF









     

    


Le "Nobel", l’économie et les neurosciences - par Frédéric Lordon, 13 octobre 2017 - En plus d’être celle des marrons, l’automne serait-il également la saison des petits pâtés éradicateurs-scientistes ? 2016 nous avait gratifiés du "négationnisme économique" de Cahuc et Zylberberg qui entrait incontestablement dans la catégorie, avec même, disons-le, une légère tendance à la déjection. Sans aller jusque-là, 2017 sera-t-elle, avec Bronner et Géhin 1, l’année de la sociologie — ou disons de la sociologie du Point ?

Économistes nettoyeurs ou sociologues de régime, dans les deux cas les épistémologues du dimanche sont lâchés. Pour l’économie, ça n’avait rien d’une nouvelle. Nous savons maintenant que ça "gagne". En réalité c’est moins une affaire de disciplines différentes que d’inclinations communes à déclarer, au nom de la science, toute contestation de l’ordre social égarée, et ce dernier, partant, irréprochable. Avec bien sûr tout ce que cette folle prise de risque emporte de justes rétributions matérielles et symboliques — jusqu’à toucher la main du roi.

On voit sur Internet des montages mettant en vis-à-vis des portraits de Bourdieu et de Gérald Bronner, énorme blague suggérant qu’il pourrait y avoir le moindre plain-pied, même polémique, entre celui qui fut peut-être le plus grand sociologue du XXe siècle et l’ambianceur sociologique du macronisme et de la presse de droite. Car c’est là toute l’ironie d’une opération qui, finalement semblable à celle des économistes de 2016, et identiquement compromise avec tous les pouvoirs temporels, n’hésite pourtant pas à donner des leçons de "neutralité axiologique", ce lieu commun épistémologique dont la date de péremption ne peut normalement pas excéder la fin d’un L2, et qui veut faire croire que les sciences sociales ont pour règle quasiment morale de demeurer dans une parfaite virginité politique. Cette façon particulièrement indigente de poser le problème — lui réel et profond — des rapports de la science sociale et de la politique n’a en réalité pour fonction que d’orchestrer la dénonciation du "biais" des autres — "idéologique" bien sûr. Quant à la neutralité, de Cahuc-Zylberberg à Bronner, qui pourrait avoir à l’idée de poser la moindre question ? : toute leur trajectoire parle pour eux…

PDF





     



La BCE "capturée" par le monde financier, accuse une ONG - CONFLITS D'INTÉRÊTS - 18 octobre 2017, par martine orange -  La banque centrale européenne est "indépendante de tous sauf du monde financier", écrit l’ONG Corporate Europe Observatory dans un rapport publié début octobre. Les grandes banques ont totalement investi l’institution monétaire, pour mieux influencer ses décisions.

Depuis le début de la crise de l’euro, la commission européenne est scrutée de façon de plus en plus attentive. Son fonctionnement, l’opacité de certaines décisions, l’absence de démocratie, l’entrisme des lobbies… tout est examiné, forçant la commission à adopter d’autres règles au moins dans les cas les plus criants. Rien de tel pour la Banque centrale européenne (BCE). Comme si le fait d’afficher l’étiquette d’indépendance dispensait de regarder la manière dont se comporte l’institution monétaire de la zone euro.

Pourtant, la BCE est sans doute la plus puissante institution de la zone euro. Ses décisions ont une influence sur la vie de plus de 400 millions d’Européens. Bien sûr, il y a sa politique monétaire, et toutes ses conséquences sur l’économie. Mais à la faveur de la crise financière, elle a élargi son rôle, bien au-delà de sa mission première : assurer la stabilité des prix. ...


PDF





     




Le Top 5 des mensonges anti-France insoumise (et comment y répondre) - LES BLOGS - 14/10/2017, Thomas Guénolé, Politologue, maître de conférences à Sciences Po, engagé à La France Insoumise - Les amalgames, la malhonnêteté, ne doivent pas rester sans réponse!

❐ Le mensonge "FI = FN"

❐ Le mensonge "La FI est islamo-gauchiste"

❐ Le mensonge "La FI n'a pas de programme"

❐ Le mensonge "FI = danger de dictature"

❐ Le mensonge "Mélenchon est pro-Poutine", "pro-Assad", etc.


PDF








     



"Mon Dieu, qu’est-ce qu’on a fait ?" : Les ex de Facebook et Google ont des états d'âme - 17/10/2017, Guillaume Ledit - Plusieurs témoignages d'anciens employés de Google et Facebook mettent en avant une forme de prise de conscience dans la Silicon Valley. Ces "refuzniks" d'un nouveau genre remettent en cause leurs inventions, alertent sur l'économie de l'attention et notre addiction aux réseaux sociaux, et se déconnectent eux-mêmes d'Internet.

Souvent, c’est par des informations mises bout à bout que l’on repère les mouvements de fond. Parmi ceux-là, celui d’une critique de plus en plus intense de l’idéologie de la Silicon Valley est en train d’émerger.

Au-delà de la Commission européenne qui sanctionne Google et du Congrès américain qui se penche sur la la responsabilité du réseau de Mark Zuckerberg dans la publication de messages financés par la Russie pour influer sur le cours de la dernière campagne présidentielle américaine, plusieurs articles publiés récemment méritent que l’on s’y arrête. Du Guardian à Vanity Fair, ils recueillent les témoignages d’anciens employés des entreprises technologiques qui façonnent notre monde, et celui de demain.

PDF





     




Contre le conformisme généralisé - Stopper la montée de l’insignifiance - Août 1998, pages 22 et 23 - par Cornelius Castoriadis - Il manque la voix de Cornelius Castoriadis, ce dissident essentiel, en ces temps de "non-pensée". Il n’a pas sombré dans le renoncement esthète, ni dans le cynisme ni dans cette apathie repue qui dit : "Tout se vaut, tout est vu, tout est vain." Il dénonce une élite politique réduite à appliquer l’intégrisme néolibéral, mais souligne aussi la responsabilité du "citoyen" que la précarité désengage de l’activité civique. Silencieusement, s’est mise en place cette formidable régression : une non-pensée produisant cette non-société, ce racisme social. Jusqu’au bout Castoriadis a recherché une radicalité : "Je suis un révolutionnaire favorable à des changements radicaux", disait-il quelques semaines avant sa mort. "Je ne pense pas que l’on puisse faire marcher d’une manière libre, égalitaire et juste le système français capitaliste tel qu’il est."

Ce qui caractérise le monde contemporain ce sont, bien sûr, les crises, les contradictions, les oppositions, les fractures, mais ce qui me frappe surtout, c’est l’insignifiance. Prenons la querelle entre la droite et la gauche. Elle a perdu son sens. Les uns et les autres disent la même chose. Depuis 1983, les socialistes français ont fait une politique, puis M. Balladur a fait la même politique ; les socialistes sont revenus, ils ont fait, avec Pierre Bérégovoy, la même politique ; M. Balladur est revenu, il a fait la même politique ; M. Chirac a gagné l’élection de 1995 en disant : "Je vais faire autre chose" et il a fait la même politique.

Les responsables politiques sont impuissants. La seule chose qu’ils peuvent faire, c’est suivre le courant, c’est-à-dire appliquer la politique ultra-libérale à la mode. Les socialistes n’ont pas fait autre chose, une fois revenus au pouvoir. Ce ne sont pas des politiques, mais des politiciens au sens de micro-politiciens. Des gens qui chassent les suffrages par n’importe quel moyen. Ils n’ont aucun programme. Leur but est de rester au pouvoir ou de revenir au pouvoir, et pour cela ils sont capables de tout. ...

PDF







     



Plus efficace encore que les dictatures - Le lavage de cerveaux en liberté - Août 2007, pages 1, 8 et 9, Noam CHOMSKY, propos recueillis par Daniel Mermet, revus et corrigés par l’auteur. - Rachats de grands journaux – le "Wall Street Journal" aux Etats-Unis, "Les Echos" en France – par des hommes fortunés habitués à plier la vérité au gré de leurs intérêts (lire aussi "Prédateurs de presse et marchands d’influence", par Marie Bénilde), médiatisation outrancière de M. Nicolas Sarkozy, cannibalisation de l’information par les sports, la météo et les faits divers, le tout dans une débauche de publicités : la "communication" constitue l’instrument de gouvernement permanent des régimes démocratiques. Elle est, pour eux, ce que la propagande est aux dictatures. Dans un entretien accordé au journaliste de France Inter Daniel Mermet, l’intellectuel américain Noam Chomsky analyse ces mécanismes de domination et les replace dans leur contexte historique. Il rappelle, par exemple, que les régimes totalitaires se sont appuyés sur les ressorts de la communication publicitaire perfectionnés aux Etats-Unis au lendemain de la première guerre mondiale. Au-delà, il évoque les perspectives de transformation sociale dans le monde actuel, et ce à quoi pourrait ressembler l’utopie pour ceux qui, malgré la pédagogie de l’impuissance martelée par les médias, n’ont pas renoncé à changer le monde. ...

PDF







Je suis de moins en moins convaincu par le seconde proposition : comme le souligne G. Monbiot, on ne peut rien contre l'ignorance consentie, on ne peut rien pour qui ne cherche ni ne souhaite savoir.






     



Disqualifier pour mieux dominer - Le complot des anti-complotistes - Octobre 2017, page 3, par Frédéric Lordon - L’image est familière : en haut, des gens responsables se soucient du rationnel, du possible, du raisonnable, tandis que ceux d’en bas, constamment ingrats, imputent à leurs dirigeants une série de malveillances. Mais l’obsession du complot ne relève-t-elle pas plutôt des strates les plus élevées de la société ? Les journalistes reprenant les idées du pouvoir privilégient eux aussi cette hantise. Après "réforme", "moderne" et "logiciel" ("en changer"), "complotisme" est en train de devenir le nouvel indice du crétin, le marqueur qui situe immanquablement son homme. Un ordre social de plus en plus révoltant à un nombre croissant de personnes réduit nécessairement ses conservateurs aux procédés les plus grossiers pour tenter d’endiguer une contestation dont le flot ne cesse de monter. Au demeurant, on sait que cet ordre entre en crise profonde quand, vide d’arguments, il ne trouve plus à opposer que des disqualifications. Comme un premier mouvement de panique, "antisémitisme" a été l’une des plus tôt jetées à la tête de toute critique du capitalisme ou des médias 1. Mais, même pour l’effet de souffle, on ne sort pas d’emblée la bombe atomique s’il s’agit simplement d’éteindre un départ de feu. C’est que par définition on ne peut pas se livrer à un usage ordinaire et à répétition de la munition maximale, sauf à lui faire perdre rapidement toute efficacité. Ses usages tendanciellement grotesques soulignant son ignominie de principe, le procédé a fatalement entraîné l’auto-disqualification de la disqualification. ...

PDF








     




Les dérives d'EDF dans le nucléaire vont faire exploser notre facture - Economie et politique - Publié le 10/10/2017, Par Thierry Gadault

Pas chère, l’électricité en France ? Pour le moment, oui. Mais cela ne devrait pas durer, car les tarifs fixés par l’Etat ne reflètent absolument pas les coûts de notre filière atomique. Renforcement de la sécurité, stockage, coût du démantèlement... la facture risque d'être salée.

PDF

Relevé dans l'article de 'Capital' ci-dessus :

"Nous ne payons pas le vrai prix de notre énergie. En d’autres termes, cela fait des années que nous ne payons pas le vrai prix de notre énergie nucléaire.

Cela ne signifie pas pour autant qu’il faille subitement tenter d’en finir avec elle, comme l’exigent les ayatollahs de l’écologie.

En choisissant de miser sur l’atome dans les années 1970, la France s’est assurée de son indépendance énergétique, elle a permis la création d’une filière industrielle d’excellence, et elle en recueille aujourd’hui les fruits dans ses rejets de CO2, bien moindres que ceux de ses voisins.

En attendant de pouvoir être remplacé par du renouvelable, le nucléaire reste une chance pour notre pays."

❐ La lecture de l'article établit clairement que le nucléaire est suicidaire sur tous les plans, notamment financier, donc va avoir un impact terrible sur les factures de qui en achète l'électricité; pour autant ceux qui, bêtement logiques, suggèrent d'utiliser ces milliards inutiles à plutôt créer des unités de production saine et renouvelable d'une électricité sans CO2 sont des 'ayatollahs de l'écologie' ??? 🤔

❐ Et toujours les mêmes mensonges sur "l'indépendance énergétique" qu'assurerait le nucléaire qui, pourtant, ne peut fonctionner qu'avec de l'uranium qu'on ne trouve plus en France. 🤔

❐ Si je comprends bien, une filière d'excellence est une filière qui coûte plus qu'elle ne peut rapporter ? 🤔

Il faut faire soigner ce journaleux !





     




Viol d’une fille de 11 ans qualifié en atteinte sexuelle : c’est "dédouaner les violeurs d’enfants" - Débattre - Justice - par Florence-Lina Humbert, 9 octobre 2017 - Dans le Val d’Oise, un homme de 28 ans devait être jugé fin septembre pour "atteinte sexuelle" sur une mineure de 11 ans. Le parquet n’a pas retenu le qualificatif de viol, estimant que la fillette était consentante, alors qu’une plainte pour viol avait bien été déposée. Pour Florence-Lina Humbert, c’est ignorer la stratégie des pédophiles, et leur pratique du "grooming" qui consiste à instaurer un climat de confiance avec l’enfant afin de s’assurer de sa passivité. Elle dénonce une conception du consentement en matière sexuel qui "fait honte à la France" et dédouane les pédocriminels.

"L’enfant ne s’est pas défendue".

L’argument retenu dans l’affaire jugée à Pontoise concernant une fille de 11 ans violée à plusieurs reprises par un homme de 28 ans qu’elle avait déjà rencontré deux fois dans un parc public est un véritable blanc seing pour les pédophiles : ils pratiquent très fréquemment le grooming, cet ensemble de pratiques bien connues des psychologues, consistant à préparer l’acceptation ou du moins la passivité de l’enfant par l’instauration d’un climat de confiance, ou par une communauté d’intérêts.

PDF







     



Emmanuel Macron : un projet néolibéral de plus en plus décomplexé. - 18 octobre 2017 - Les Orwelliens - Benjamin Masse-Stamberger - Le grand oral du président de la République, dimanche soir, a clarifié la nature profonde de son projet.

Après l’interview d’Emmanuel Macron, dimanche soir sur TF1, les intentions du président en matière de politique économique sont désormais plus claires. S’il n’a pas complètement dévoilé son jeu, il en a dit – et fait – assez pour qu’on puisse saisir où, et par quelles voies, il compte emmener le pays. Il s’agit en fait d’un projet néolibéral classique, mais qui ne s’affiche comme tel que progressivement.Tentons de démêler le vrai du faux.

Exit d’abord le "En même temps" qui avait fait les beaux jours de la campagne : le candidat promettait à la fois plus de flexibilité pour les employeurs et plus de sécurité pour les salariés ; plus d’efficacité économique et plus de justice sociale.

À la lumière des premiers mois du quinquennat, il est aisé de constater que cette promesse d’équilibre n’a pas été tenue. La réforme du marché du travail fait la part belle à la flexibilité, tandis que les mesures de "sécurisation des parcours" (formation, assurance-chômage…), sont remises à plus tard. De même, s’agissant du budget, il suffit d’observer les mesures fiscales, largement ciblées sur les plus aisés, pour comprendre que l’on a privilégié une efficacité économique présumée –  encore celle-ci dépend-elle du bon vouloir des "premiers de cordée" – plutôt que la justice sociale.

PDF





     




Macron et son gouvernement contre la société civile ? - Social-Eco - ESS - tribunes - associations - Mardi, 3 Octobre, 2017, Jean-Claude Boual, Président du Collectif des associations citoyennes - Les rendez-vous de l'économie sociale et solidaire - Comment réaffirmer le soutien des pouvoirs publics aux associations, actrices du bien commun ? par Jean-Claude Boual Président du Collectif des associations citoyennes.

Alors que le gouvernement se réclame de la "société civile", une série de mesures démontre son dédain, voire son mépris pour les associations. La société civile se résume pour lui aux "start-up", aux "entrepreneurs" et au Medef. C’est tout le tissu social qui s’en trouve remis en question, au détriment de la cohésion sociale, de la solidarité. Par touches successives, à bas bruit, "le capital social" de notre pays est effiloché et s’amenuise. Un plan social caché se met en place avec la disparition de milliers d’associations et des dizaines de milliers d’emplois. ...

PDF







     



"A force de sacrifier l’essentiel pour l’urgent, on finit par oublier l’urgence de l’essentiel" Edgar Morin - 28 mars 2017, par Diane Scaya - "L’Homme est un loup pour l’Homme" – mais s’en rend-il seulement compte ? La destruction à grand feu de la planète et le déséquilibrage de l’environnement nous font vivre la sixième extinction de masse. Nous en sommes conscients et nous ne faisons rien.

Bilan lugubre

On estime que d’ici 2048, les mers seront quasiment vidées de leurs poissons et fruits de mer. Au rythme actuel, il y aura donc plus de plastiques que de poissons dans les océans. Déjà 52% des animaux sauvages ont disparu de la surface de la terre, au même titre que 15 millions d’hectares de forêt par an. Aux Etats-Unis, 67 millions d’oiseaux meurent après avoir ingéré des pesticides, soit plus de 2 oiseaux par seconde. Toutes les 20 minutes, une espèce animale ou végétale disparaît, soit 26 280 espèces disparues chaque année. Les activités humaines pourraient faire disparaître près d’un quart des espèces animales et végétales d’ici 2050. En 2015, 185 défenseurs de l’environnement ont été tués. Le sol s’épuise avant de mourir, les régions du monde où l’eau n’est plus potable se multiplient, l’agriculture intensive et la monoculture détruisent la biodiversité de l’intérieur. La rupture entre l’Homme et la nature fait que les environnements de certaines espèces sont détruits afin de n’en nourrir qu’une. Les secteurs responsables sont l’agriculture et l’industrie, régis par les grandes règles de la consommation de masse. Les ressources s’épuisent et les habitudes ne changent pas, comme si elles étaient vitales.

PDF






     




Sophie Wahnich : "La possibilité de s’opposer va être de plus en plus réduite" - Politique - Entretien réalisé par Lola Ruscio, Vendredi, 6 Octobre, 2017 - L’historienne analyse les mesures phares du président Macron, signes de sa conception "autoritaire" du pouvoir. Comment analysez-vous l’entrée de l’état d’urgence dans le droit commun ?

► Sophie Wahnich Les outils sont disponibles pour une politique policière et judiciaire arbitraire. Il n’y a plus de véritables possibilités de séparer des positions arbitraires, des positions contrôlées juridiquement, c’est extrêmement grave. On est dans une conception de la loi martiale, la possibilité de s’opposer va être de plus en plus réduite, les militants vont pouvoir être, très vite, dans le collimateur. L’ensemble des lois antiterroristes et le renouvellement permanent de l’état d’urgence ont rendu possible cette situation. ...

PDF




J'ignore si Einstein a jamais dit tout ce qu'on lui attribue, mais cet aphorisme vaut d'être considéré.
Surtout de nos jours.




     




Christiane Taubira : "Chaque fois qu’on a restreint les libertés, on n’a pas su les rétablir"  - societe - Entretien - Christiane Taubira, 06/10/2017, propos recueillis par Catherine André et Guillaume Duval - Mardi 3 octobre, les députés ont voté à une large majorité le projet de loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme. Il entérine plusieurs dispositions de l’état d’urgence décrété après les attentats de novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis. Entretien avec Christiane Taubira, qui était ministre de la Justice au moment où l’état d’urgence a été décrété. Que pensez-vous de la manière dont on est en train de sortir de l’état d’urgence ? Et plus généralement, quels équilibres doit-on et peut-on établir entre libertés et sécurité, dans le contexte de la lutte contre le terrorisme ?

► Sur la question des relations entre les libertés et la sécurité, on entend beaucoup d’inepties, même si elles paraissent de bon sens. On dit souvent par exemple que la sécurité serait la première des libertés. C’est absurde : la sécurité est une garantie de l’exercice des libertés, mais ce n’est pas la première des libertés. Il faut regarder les choses de façon extrêmement sérieuse parce que le terrorisme, c’est fatal, c’est définitif. ...

PDF





     


 

Macron, le code du travail et l’ISF - Le service de la classe - par Frédéric Lordon, 3 octobre 2017, publié dans Le Monde Diplomatique - Pour savoir ce que c’est que l’inconscience subjectivement vécue du journalisme objectivement au service de la classe, il suffit de lire l’article du Monde intitulé "Macron face à l’étiquette de président des riches" 1. Citons :

"L’opposition tente d’installer la même petite musique qu’il y a dix ans : “Macron, président des riches”" .

Sans les cabales vicieusement musicales de "l’opposition", la chose, en effet, aurait-elle pu venir à l’idée de quiconque ? À lire la suite de l’article, il y a de quoi en douter car, en définitive, pas un fait susceptible de soutenir cette retorse accusation n’est réellement établi, preuve en est qu’ils méritent tous le conditionnel et surtout de les faire endosser par les petits musiciens :

"les “insoumis” seraient les représentants du “peuple” face à l’ancien banquier d’affaire devenu président de “l’oligarchie”" ; à en croire des socialistes — des socialistes ! — "le nouveau président mènerait une politique inégalitaire".

Mais rien de tout ça n’est assuré, on demandera sans doute aux Décodeurs de trancher : le président Macron mène une politique pour l’oligarchie, vrai ou faux ?


Autres possibles - Et si on fermait la Bourse… - in "Manuel d’économie critique" • 2016 - X. Finance : l’insoutenable promesse • pages 178 et 179, par Frédéric Lordon - Lourde responsabilité que celle des investisseurs, puisqu’il leur reviendrait, par le biais de la Bourse, de "financer les entreprises". Or le prétendu poumon économique fonctionne plutôt comme un siphon, drainant les capitaux vers les poches des actionnaires. Dans l’édition de février 2010 du "Monde diplomatique", l’économiste Frédéric Lordon avançait une proposition innovante : "Et si on fermait la Bourse…"

Sur le papier, l’idée ne manque pas d’allure. Des agents (les épargnants) ont des ressources financières en excès et en quête d’emploi, d’autres (les entreprises) sont à la recherche de capitaux : la Bourse serait l’institution qui mettrait tout ce beau monde en contact et réaliserait la rencontre mutuellement avantageuse des capacités de financement des uns et des besoins des autres. Elle ferait même mieux encore : en apportant des ressources permanentes (à la différence de l’endettement, les capitaux propres, levés par émission d’actions, ne sont pas remboursables), elle stabiliserait le financement et en minimiserait le coût. Mais rien de tout ça ne tient la route.

  les 2 articles ci-dessus en 1 PDF









     



Une bonne nouvelle maquillée en catastrophe - Chômage, le mythe des emplois vacants - Février 2015, page 12 - Vendredi 20 octobre 2017, par Hadrien Clouet - Alors que Matignon entame des discussions avec les partenaires sociaux en vue d’une réforme de l’assurance-chômage, le président du Mouvement des entreprises de France (Medef), M. Pierre Gattaz, a évoqué mardi 17 octobre l’idée de surveiller davantage les chômeurs dans leur recherche d’emploi, suggérant même d’aller jusqu’à un contrôle quotidien (voir "La réforme, c’est pour les autres"). "Les chômeurs veulent-ils vraiment travailler ?" : véritable obsession du Medef, cet argument s’appuie sur des statistiques hasardeuses…

A écouter de nombreux discours sur les emplois vacants ou non pourvus, la France serait assise sur d’immenses gisements de travail salarié. De tels propos alimentent une proposition politique : renforcer le contrôle des chômeurs pour que l’aiguillon de la contrainte les tire de l’apathie. Pourtant, les chiffres mis en avant ne signifient pas ce que l’on cherche à leur faire dire, bien au contraire. ...

PDF





     


Goodbye Middle Class: 51 Percent Of All American Workers Make Less Than 30,000 Dollars A Year - Posted on October 21, 2015, by WashingtonsBlog, By Michael Snyder, End of the American Dream - We just got more evidence that the middle class in America is dying.  According to brand new numbers that were just released by the Social Security Administration, 51 percent of all workers in the United States make less than $30,000 a year.  Let that number sink in for a moment. You can’t support a middle class family in America today on just $2,500 a month – especially after taxes are taken out.  And yet more than half of all workers in this country make less than that each month.  In order to have a thriving middle class, you have got to have an economy that produces lots of middle class jobs, and that simply is not happening in America today. You can find the report that the Social Security Administration just released right here.  The following are some of the numbers that really stood out for me…

❐ 38 percent of all American workers made less than $20,000 last year.

❐ 51 percent of all American workers made less than $30,000 last year.

❐ 62 percent of all American workers made less than $40,000 last year.

❐ 71 percent of all American workers made less than $50,000 last year.

That first number is truly staggering.  The federal poverty level for a family of five is $28,410 in 2015, and yet almost 40 percent of all American workers do not even bring in $20,000 a year.

PDF








     





Stop Saying Columbus 'Discovered' the Americas—It Erases Indigenous History - World - By Joanna Eede / AlterNet, October 11, 2013 - Referring to tribal lands as "empty" seeks to justify their theft for commercial and military exploitation. Just over a hundred years ago in Peru, a tall history professor from Yale University left his camp in a valley northwest of Cusco, and walked through cloud forest to a mountain ridge more than 7,500 feet above sea level. There, high above the roaring Urubamba river, he found an ancient stone citadel; sculpted terraces of temples and tombs, granite buildings and polished walls that were covered in centuries of vines and vegetation. Hiram Bingham had stumbled across the Inca site of Machu Picchu, the site he believed to be the ‘Lost city of the Incas’.  ‘Machu Picchu might prove to be the largest and most important ruin discovered in South America since the days of the Spanish conquest,’ he wrote in the 1913 edition of the National Geographic.

But his words were misleading. Bingham hadn’t ‘discovered’ Machu Picchu. Nor was it ‘lost’. He may have alerted it to the western scientific world – for there were no accounts of it in the chronicles of the Spanish invaders – but local tribes must have been aware of its existence. Yet Christopher Heaney, a Fellow at the University of Texas and author of a book on Hiram Bingham, claims the historian was amazed to discover an indigenous family close to the citadel.




Books - Lies My Teacher Told Me About Christopher Columbus: What Your History Books Got Wrong - October 10, 2014 -  Schools continue to perpetrate myths about Columbus. By James W. Loewen / The New Press - The following is an excerpt from James W. Loewen's book, Lies My Teacher Told Me About Christopher Columbus: What Your History Books Got Wrong (The New Press, 2014). - Reprinted with permission. - Somebody Was Already Living Here.

Every textbook tells that people lived in the Americas before Christopher Columbus landed. However, when authors swing into what they see as their main story—  the settlement of the Americas by Europeans—Native Americans pretty much drop out of some books. The omissions begin with their presentations of Columbus. American Indians play bit parts in the Columbus story textbooks tell.The 2005 edition of A History of the United States, by Daniel Boorstin, former Librarian of Congress, and Brooks Mather Kelley, former chief archivist at Yale University, devotes almost two thousand words to the story of Columbus’s four voyages to America.

  les 2 articles ci-dessus en 1 PDF





'pin' acheté en 1992 sur la Réserve Lakota de "Pine Ridge", South Dakota.
Les Natives préparaient à leur manière la célébration du 500ème 'anniversaire' de la 'découverte' de Colomb.



     


  &


Impasse et stationnement gênant - 7 octobre 2017 -  Dans un texte publié dans Politis, Pierre Khalfa s’attaque au "populisme de gauche", visant sans le dire la démarche de la France insoumise. Il est bien sûr légitime et toujours utile de débattre autour d’un concept et de ses conséquences stratégiques. Mais il parait tout de même nécessaire, pour éviter de tomber dans des débats purement abstraits, de s’appuyer aussi sur les résultats concrets d’une stratégie : celle de la France insoumise a conduit, pour la première fois depuis plusieurs décennies, un candidat de l’humanisme écologique et sociale à près de 20% des voix au premier tour de l’élection présidentielle.

Pour avoir un débat sérieux et cerner les véritables points d’accroches, il conviendrait également de ne pas tomber dans ce qui ressemble sur un certain nombre de sujets à des procès d’intention. J’y consacre ces premières lignes avant de rentrer ensuite dans le cœur du sujet.


Sortir de l’impasse du populisme de gauche - Publié le 27 septembre 2017, Pierre Khalfa, coprésident de la Fondation Copernic -  A la suite de notre dossier sur le populisme*, Pierre Khalfa, coprésident de la Fondation Copernic, nous a adressé ce texte.

Pour les classes dominantes, l’emploi du mot "populisme" sert à stigmatiser toute proposition ou attitude de rupture avec l’ordre existant. Il est cependant indéniable que l’apparition de ce terme dans le débat public est un signe parmi d’autres du déficit démocratique actuel. Faut-il pour autant se réclamer du populisme, fût-il de gauche ? Remarquons d’abord la confusion entretenue avec l’extrême droite, rebaptisée "populisme de droite". Face au néolibéralisme, chacun à sa manière mènerait ainsi un combat contre le "système". Amalgame mortifère qui ne peut que profiter à l’extrême droite. ...

  les 2 articles ci-dessus en 1 PDF






     





En poursuivant dans la voie du nucléaire, la France fonce droit vers une triple impasse - Corinne Lepage, Avocate, Ancienne députée européenne Cap21, ancienne ministre de l'Environnement - LES BLOGS - 03/10/2017 - La poursuite du maintien d'une nucléarisation massive du pays se heurte à une triple impasse économique, technique et surtout financière. Le sujet du nucléaire en France est relativement peu abordé au niveau politique et en tout cas traité comme un sous-sujet de la question énergétique, ce qui évite bien évidemment que nos concitoyens puissent prendre pleinement conscience du caractère totalement central du sujet tant pour l'économie que pour l'industrie et pour les finances de la France. Faisant comme si la situation de 2017 était en tout point comparable à celle de 1973 ou 1981, comme si le nucléaire était une énergie d'avenir rentable, assurant l'indépendance énergétique et correspondant à un savoir-faire d'excellence français, nos dirigeants ont décidé d'opter pour le déni de réalité, même si les coûts croissants de la filière nucléaire et son impact majeur sur les finances publiques ne peuvent plus être dissimulés. Son addiction au nucléaire conduit indubitablement EDF tout d'abord dans une impasse économique et industrielle. ...

PDF






extrait d'un rapport sur la pose des Linky.

Le rapport "Déploiement du compteur Linky" (à lire !!!)



     




L’orgie libérale, l’anorexie démocratique - Parti pris - 3 octobre 2017, par Laurent Mauduit - Jamais dans le pays autant de réformes néolibérales n’ont été menées de front et à un rythme aussi effréné. Jamais non plus le souci de concertation n’a été aussi faible. Et la raison, la voici : en la personne d’Emmanuel Macron, c’est l’oligarchie de Bercy qui a pris le pouvoir, et celle-ci s’accommode fort bien des institutions autoritaires de la Ve République.

Les adversaires d’Emmanuel Macron comme ses partisans peuvent sans doute s’accorder au moins sur un constat : dans la conduite de la politique économique et sociale, ce quinquennat marque une rupture, sinon dans le cap suivi – depuis trois décennies, il n’a guère changé –, du moins dans la cadence effrénée des réformes mises en œuvre. Et cette orgie libérale à laquelle on assiste, cette folle farandole de réformes dans laquelle le chef de l’État veut entraîner le pays, en dit long sur Emmanuel Macron lui-même, sur les forces sociales dont il est le porte-drapeau et aussi sur la conception oligarchique, et pour tout dire assez peu démocratique, qu’il a de la vie publique.

Une orgie libérale !… De fait, on ne trouve guère d’autres mots pour qualifier l’invraisemblable frénésie de réformes qui a saisi le gouvernement, sur instructions d’Emmanuel Macron. Une orgie sans précédent ! Si la gauche et la droite ont au fil des ans conduit des politiques économiques de plus en plus similaires, au point de se confondre, si le néolibéralisme est devenu progressivement le cap des deux camps, il reste que durant ces dernières années, on a souvent vu des gouvernements, de tous les bords, avancer à pas comptés. Pas seulement parce qu’ils avaient peur de la rue, mais aussi, parfois, parce qu’ils voulaient consulter le pays…

PDF





     



Echange sur Facebook à propos des évènements de Catalogne - 04 Octobre 2017

> Jean-Yves Sarméo - L'Espagne est un état de droit. Les factieux doivent être sanctionnés.

> François Serrano - Ha mais je peux vous dire après quelques jours en Espagne que ce que vous dites est une énormité particulièrement nauséabonde. seule Votre ignorance totale de la question vous excuse et encore, ne sachant rien du sujet vous pourriez éviter de cautionner l'usage disproportionné de la violence sur une population pacifique. J'ai vu de mes yeux des brutes tabasser gratuitement des femmes au sol, sans défense, parfaitement inoffensives : vous l'avez vu aussi, et si vous cautionnez ça, vous n'êtes pas digne d'être mon ami, je vous le dis très franchement. Pour combler vos lacunes, l'Espagne n'est pas un état de droit comme la France. En Espagne vous avez eu Franco de 1939 à 1975, et après 1975 tous les responsables du régime et leur progéniture ont été recyclés soit dans l'économie soit dans la politique au Parti Popular. Ce n'est pas un jugement de valeur, c'est une réalité que tout Espagnol connaît parfaitement. La droite espagnole du PP est l'héritière directe du franquisme par son personnel politique (soit des ex-franquistes, soit leur progéniture, avec un clan Franco omniprésente non seulement en politique mais dans l'économie) mais aussi par son idéologie et comme on l'a vu ce weekend ses méthodes brutales : c'est un parti qui n'a non seulement jamais renié l'histoire franquiste mais qui continue à l'honorer en maintenant et restaurant des noms de rues et des monuments franquistes, en faisant régulièrement l'éloge du franquisme avec un révisionnisme total, à refuser de reconnaître les centaines de milliers de victimes, et qui finance avec des fonds public une fondation Franco qui est là pour perpétuer son héritage culturel. Les seules manifestations anti-indépendantistes samedi étaient le fait de la Phallange, avec chant franquistes et bras levés. ...

PDF








     



Macron à la Sorbonne, ou l’art du contresens historique - 30 septembre 2017, Les Orwelliens - ❐ Entretien avec Guillaume Bigot paru sur le FigaroVox le 27 septembre 2017. - Guillaume Bigot revient sur le discours du Président à la Sorbonne. Pour lui, les propositions avancées par Emmanuel Macron sont anachroniques et pas réalistes.

FIGAROVOX – Le discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne est-il un discours historique ?

► Guillaume BIGOT – Oui mais en un sens paradoxal car il risque de rester comme le discours le plus anachronique jamais prononcé par un Président de la République. L’Europe recule partout et en particulier en Allemagne avec le scrutin de dimanche dernier qui a révélé la montée en puissance de l’extrême droite eurosceptique (AFD) et d’un parti libéral (FPD) qui refuse toute mutualisation des dettes européennes et tout nouveau transfert financier en direction de l’UE. Le discours de la Sorbonne fait furieusement songer à la formule qu’employaient les détracteurs de Mao: "Nous sommes au pied du mur, au bord du gouffre, vive le grand bond en avant !" Macron à la Sorbonne a dépensé tant d’énergie, tant de fougue et tant de souffle sur son vélo d’appartement européiste, qu’il en deviendrait presque touchant. ...

PDF






                 



The True Cost of Gun Violence in America - By Mark Follman, Julia Lurie, Jaeah Lee, and James West, April 15, 2015 - The data the NRA doesn’t want you to see.

> chapters

what does gun violence cost?

by the numbers

the survivors

PDF









                 



La fable de la méchante Corée du Nord (OPINION) - Contribution externe - Publié le jeudi 28 septembre 2017, Jean-Jacques Delfour - Les membres du club très sélect des Etats nucléaires sont en colère. Kim Jong-Un leur tend un miroir où ils peuvent se reconnaître comme chefs d’Etat mus par la jouissance technologique atomique et dangereux. La Corée du Nord, petite dictature régionale, où le chef rêve d’une dimension mondiale, est un Etat parfaitement banal qui s’efforce, comme les Etats-Unis ou feu l’URSS, comme la France, la Grande Bretagne, le Pakistan, Israël, etc., de grandir et de grossir. Entrer dans le club très sélect des Etats nucléaires est un moyen rapide et efficace, incomparable. Le chef coréen veut qu’on parle de lui et sa prétendue mégalomanie n’a rien d’extraordinaire. La bombe atomique est une effroyable réalité inéluctable, mais aussi un accessoire important au théâtre international où l’on joue indéfiniment la fable de la course à la puissance. La fonction d’objet du désir dissimule la réalité de la bombe atomique, laquelle a fait l’objet d’un déni dès le départ (cf. l’action du général Groves en 1945) et à peu près constant. ...

PDF






     




Michel Onfray: "Michel Houellebecq a diagnostiqué l'effondrement spirituel de notre époque" - Vox Societe - Par  Alexandre Devecchio, publié le 29/09/2017 - FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - A l'occasion de la parution de son dernier livre, Miroir du nihilisme, Houellebecq éducateur, Michel Onfray a accordé un entretien fleuve au FigaroVox. Il y décrypte la philosophie de l'auteur de Soumission.

FIGAROVOX.- Vous publiez aux éditions Galilée, Miroir du nihilisme, un essai consacré à Soumission de Michel Houellebecq. Vous êtes longtemps passé à côté de l'œuvre de ce dernier. Pourquoi son dernier roman vous a-t-il fait changé de point de vue?

► Michel ONFRAY.- J'avais aimé la performance littéraire d'Extension du domaine de la lutte qui était vif et bref, rapide et percutant. Les autres romans m'avaient paru techniquement moins rapides. J'aime les stylistes et les textes qui vont vite. Voilà pour la forme. Pour le fond, j'avais commis l'erreur de croire que le diagnosticien du nihilisme consentait au nihilisme, s'en réjouissait même, voire, s'y complaisait… C'était une erreur. C'est confondre le cancérologue qui diagnostique la pathologie avec le cancer, la pathologie qu'il a diagnostiquée. J'étais, selon l'image bien connue, l'imbécile qui regarde le doigt quand le sage lui montre la lune! ...

PDF





     



La permaculture est une voie d’avenir pour les pays du Sud - Tribune - 18 septembre 2017, Dorian Simon-Meslet, membre de l’équipe d’organisation de la 13e Convergence internationale de permaculture (IPC India 2017), qui se tiendra fin novembre à Hyderabad (Inde). Il a rejoint Aranya Agricultural Alternatives en 2016, une ONG indienne qui favorise l’émergence d’initiatives locales en permaculture depuis près de vingt ans. - La permaculture est une façon de produire des aliments sans dégrader la nature. Mais c’est davantage, explique l’auteur de cette tribune : la permaculture existe depuis bien plus longtemps que le terme (1978) et dessine un modèle alternatif à la société industrielle. En France comme dans de nombreux pays "développés", la permaculture a le vent en poupe. Ces derniers temps, articles et documentaires ont fleuri dans les médias, vulgarisant cette approche auprès du grand public. Au fil des reportages, un portrait-robot se dégage : la permaculture a ses géniteurs (Bill Mollison et David Holmgren), sa date et son lieu de naissance (1978, en Australie), et ses déclinaisons possibles (fermes alternatives, potagers d’agrément, jardins citadins, etc.). Par ce prisme, on comprend qu’elle est une démarche récente, permettant de produire des aliments sains sans dégrader la nature : une nouvelle branche "bio", particulièrement adaptée aux petites surfaces — et dont la popularité grandit dans les pays riches.

PDF







     




Bernard Lavilliers. "La peur, c’est le chantage du pouvoir" - Bernard Lavilliers - Francofolies 2016 - Entretiens - Entretien réalisé par Victor Hache - Vendredi, 15 Juillet, 2016 - L'Humanité - Bernard Lavilliers revenait (en 2016) avec une création aux Francofolies, où il revisitait son album Pouvoirs, sorti en 1979. Rencontre avec un chanteur engagé pour qui la politique reste une source d’inspiration permanente.

Comment est née l’idée d’une création autour de votre album Pouvoirs  ?

► Bernard Lavilliers Cet album qui est sorti en 1979, j’ai dû le chanter sur une seule tournée, 50-60 fois. Après, quand je suis revenu de Jamaïque et du Brésil avec O Gringo, je ne chantais plus ça. Reprendre ces chansons, en ce moment, c’est salvateur. Tous les artistes ont un œil critique sur la politique et sont plus ou moins investis. Les compositions de Pouvoirs, c’est Pascal Arroyo et François Bréant. Tous les trois, on était très soudés, on prenait des risques incroyables. Cet album ne passait pas en radio à l’époque. D’ailleurs, on ne me voyait jamais ni en télé, ni en radio. Dès que j’ai fait Stand the Ghetto (1980) ou Trafic, les programmateurs se sont jetés dessus, car ils savaient que je faisais 5 à 10 000 personnes par concert. Ils ont pris le train en marche ! Soyons honnêtes, il y a des journalistes de la presse écrite – l’Humanité, Charlie Hebdo, les journaux de province – qui écrivaient sur moi, mais dans les radios, je ne passais pas, à part Fip qui diffusait San Salvador. ...

PDF









     




Les naufrageurs de l’UNESCO - Avril 1985, pages 30 et 31 - En 1983, la Mobil Oil Corporation occupait la troisième place parmi les cinq cents plus grandes entreprises des Etats-Unis ; elle n’était précédée que par Exxon et General Motors. Ses ventes s’élevaient à près de 60 milliards de dollars... Il était donc naturel, aux yeux de l’administration Reagan, que M. Edmund P. Hennely, "general manager" du département des affaires publiques de cette société, devienne en 1983 chef de la délégation des Etats-Unis à la vingt-deuxième conférence générale de l’UNESCO : on sait que le monde des affaires se considère volontiers comme le principal responsable des orientations culturelles de la nation. ...

PDF







     



La loi des suspects - Juillet 2017, page 28, Lundi 25 septembre 2017, par Raphaël Kempf, avocat au barreau de Paris - Loin de toute décroissance sécuritaire, l’Assemblée nationale examine cette semaine le projet de loi "renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme". Ce projet de loi vise à inscrire dans le droit commun certaines dispositions de l’état d’urgence, législation d’exception créée en 1955, au début de la guerre d’Algérie, et réactivée au soir des attentats du 13 novembre 2015 : "cette loi viole les principes les plus établis du droit en ce qu’elle permet à la police de restreindre la liberté des citoyens, de sa seule initiative et sans contrôle préalable", rappelait Raphaël Kempf en juillet dernier. "Contrairement aux règles du droit pénal, ces mesures ne sont pas fondées sur les actes de l’individu, mais sur sa dangerosité supposée — bref, sur le soupçon." ...

PDF




     




Le piège de Thucydide - Octobre 2017, page 26 - Les livres du mois - Géopolitique - par Olivier Zajec - En 1971, Graham Allison déconstruisait la théorie de l’acteur rationnel en politique étrangère en analysant les arborescences de choix de l’administration Kennedy lors de la crise des missiles de Cuba en 1962 1. Loué, attaqué, à son tour déconstruit, l’ouvrage a marqué son époque et demeure une lecture essentielle pour tous les étudiants en relations internationales.

Destined for War, nouvel ouvrage du professeur émérite à Harvard 2, est bâti autour d’une big idea assez simple, bien faite pour retenir l’attention du grand public : les dirigeants américains et chinois, qui croient à leur pleine liberté d’action décisionnelle, seraient en réalité d’ores et déjà pris dans l’engrenage d’un piège historico-stratégique qui, bon gré mal gré, les conditionnerait pour un affrontement probable.

PDF




















     




The Meat of the Matter - 6th October 2017, by George Monbiot, published in the Guardian 4th October 2017 - Farming animals is as unsustainable as mining coal. What will future generations, looking back on our age, see as its monstrosities? We think of slavery, the subjugation of women, judicial torture, the murder of heretics, imperial conquest and genocide, the First World War and the rise of fascism, and ask ourselves how people could have failed to see the horror of what they did. What madness of our times will revolt our descendants?

There are plenty to choose from. But one of them, I believe, will be the mass incarceration of animals, to enable us to eat their flesh or eggs or drink their milk. While we call ourselves animal lovers, and lavish kindness on our dogs and cats, we inflict brutal deprivations on billions of animals, that are just as capable of suffering. The hypocrisy is so rank that future generations will marvel at how we could have failed to see it.

The shift will occur with the advent of cheap artificial meat. Technological change has often helped to catalyse ethical change. The $300m deal China signed last month, to buy lab-grown meat, marks the beginning of the end of livestock farming. But it won’t happen quickly: the great suffering is likely to continue for many years.

PDF






"Rochefort en l'air", le billet de François Morel du Vendredi 13 Octobre 2017

PDF



     



Nucléaire : la trajectoire énergétique française se complique - Energie & Environnement - Par Dominique Pialot, 27/10/2017 - Le report de l’avis générique de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur la poursuite du fonctionnement de certains réacteurs au-delà de quarante ans, révélé le 24 octobre, pourrait avoir de lourdes conséquences sur la mise en œuvre de la loi de transition énergétique. Et, au-delà, sur l’image du nucléaire dans l’opinion publique, et la perception du rôle de l’Etat en matière de stratégie énergétique.


PDF





     




Les énergies renouvelables coûtent-elles trop cher ? - Publié le 19 novembre 2015, modifié le 2 octobre 2017 - Crédit photo : Virage-énergie Nord Pas de Calais - En France, le débat autour du développement des énergies renouvelables se conclut souvent par : "Le solaire et l’éolien, ça coûte de toute façon trop cher !" Ces sources d’énergie sont-elles vraiment plus onéreuses que les moyens de production conventionnels ? En quelques mots :

La rentabilité de l’hydroélectricité n’est pas contestée et la biomasse a fait ses preuves pour le chauffage des bâtiments. Mais l’électricité issue de l’éolien et du solaire photovoltaïque est-elle plus ou moins coûteuse que celle qui est produite grâce à des énergies conventionnelles (énergies fossiles, nucléaire) ? Il n’existe pas de réponse simple à cette question, car de nombreux facteurs interviennent : la localisation, qui détermine la ressource en vent ou en soleil, les prix futurs des énergies fossiles, les taux d’intérêt… Néanmoins, dans la plupart des pays, l’éolien terrestre et les parcs solaires au sol ont désormais un coût du kilowattheure proche de celui des énergies fossiles et inférieur à celui du nucléaire, quand on prend en compte l’investissement et le coût de fonctionnement.

Le coût de production des énergies renouvelables a baissé massivement au cours des dernières années et la tendance devrait se poursuivre dans les années à venir. Le passage à un mix électrique 100 % renouvelable à l’horizon 2050 est envisageable en France sans surcoût significatif. ...

PDF






     




"Dans le monde entier, le nucléaire a engendré des problèmes ingérables" - Transition énergétique - par Collectif, 25 octobre 2017 - Photo de Une : CC Josephine Heather Chaplin - Situation à Fukushima, abolition des armes nucléaires, gestion des déchets radioactifs, contrepoints aux lobbies de l’atome... Un "Forum social mondial antinucléaire" se tiendra à Paris du 2 au 4 novembre. Il accueillera des opposants à l’énergie atomique venus du Japon, toujours en prise avec les conséquences de Fukushima, d’Inde où de nouvelles centrales nucléaires sont en projet, d’Australie, où de l’uranium est extrait, du Royaume-Uni, où EDF doit construire deux réacteurs EPR, ainsi que des travailleurs et sous-traitants français du nucléaire. Basta ! relaie leur appel et le programme de ce forum social.

"Depuis le premier Forum Social Mondial (FSM) à Porto Alegre en 2001, le mouvement alter-mondialiste s’est étendu et consolidé. Des FSM ont eu lieu en Amérique latine, en Asie, en Afrique et, en août 2016, en Amérique du Nord. De nouvelles thématiques sont venues enrichir cette dynamique. En 2013 et 2015, le nucléaire a fait l’objet de plusieurs activités de réflexion et le premier Forum Social Thématique Antinucléaire s’est tenu au printemps 2016 à Tokyo, où un "Appel pour un réseau mondial vers un monde sans nucléaire" a été lancé. A Montréal, un second Forum Antinucléaire a eu lieu à l’occasion du FSM.

La France étant le pays le plus nucléarisé au monde par rapport à sa population totale, des organisations et mouvements antinucléaires français ont jugé pertinent d’accueillir le prochain FSM Antinucléaire en France, du 2 au 4 novembre 2017, à Paris. ...

PDF





     



"60 Millions de consommateurs" a comparé les frais bancaires: votre banque est-elle bien placée? - ÉCONOMIE - 26/10/2017, Jean-Baptiste Duval chef de rubrique Economie et Technologie - Attention à ne pas sortir des clous, la sanction coûte cher.

BANQUES - Quand on pense tarifs bancaires, on pense carte de crédit, chéquier, frais de tenue de compte, agios. Pourtant, il faut pousser l'analyse plus loin pour avoir une vision plus juste du problème.

Comme le montre bien l'enquête de 60 Millions de consommateurs, dans son numéro du mois de novembre à paraître ce jeudi 26 octobre, il faut aussi penser aux fins de mois difficiles. Frais de rejet de paiement, de découverts, autorisé ou non, avis d'opposition..., peuvent faire exploser la facture.

PDF







     




Budget 2018: la jeunesse sacrifiée - 12 octobre 2017 - Le débat sur le budget 2018 s’est jusqu’ici concentré sur la question des cadeaux aux plus riches. De fait, la suppression de l’ISF et les mesures en faveur des dividendes et des intérêts vont coûter plus de 5 milliards d’euros au budget de l’Etat. Mais il est important d’insister aussi sur le revers de la médaille, autrement dit sur les perdants du budget 2018, et en particulier sur le sacrifice de la jeunesse, à travers la chute de la dépense par étudiant dans l’enseignement supérieur. Cela me permettra également de préciser plusieurs points soulevés par des internautes au sujet de ma dernière chronique.

PDF







                 




Marie-Monique Robin : "Le glyphosate, l’un des plus grands scandales sanitaires" - Entretiens - glyphosate - Une planète et des hommes - Entretien avec Marie-Monique Robin, réalisé par Alexandra Chaignon, Mardi, 17 Octobre, 2017 - Prolongeant son enquête de 2008 sur les dangers des produits toxiques de la firme américaine Monsanto, Marie-Monique Robin démontre, dans un documentaire diffusé ce soir sur Arte 1, l’ampleur de la dangerosité de cet herbicide. Entretien.

Quelle est la genèse de ce documentaire ?

► Marie-Monique Robin En 2014, j’ai été contactée par deux résidents suisses qui voulaient intenter un procès citoyen contre Monsanto. Je me disais que c’était fou, mais ils sont parvenus à me convaincre. Et je suis devenue la marraine de ce tribunal citoyen qui, grâce à une campagne de crowdfunding, a vu le jour en octobre 2016. Mais j’avais posé deux conditions : qu’il s’agisse d’un vrai tribunal, avec de vrais juges, de vrais experts et de vrais témoins. Et que celui-ci rende des avis qui permettent de faire évoluer la réglementation vers la reconnaissance du crime d’écocide par le droit international. Ce qui permettrait de poursuivre pénalement les dirigeants des firmes responsables. ...

PDF



❐ 1ère diffusion : mardi 17 octobre à 20h50

❐ Disponible en direct : oui

❐ En ligne du 17 octobre au 16 décembre 2017

❐ Disponible à la vente (DVD) ou VOD ⇢ http://boutique.arte.tv/f12072-roundup_face_ses_juges







                 



Marie-Monique Robin : "Les agences sanitaires servent les intérêts de l'industrie" - Planète - glyphosate - Marie-Monique Robin, entretien réalisé par Pia de Quatrebarbes, Dimanche, 22 Octobre, 2017 - Humanité Dimanche - Depuis quinze ans, Marie-Monique Robin traque les dégâts environnementaux et sanitaires causés par Monsanto. Elle s'est fait connaître, en 2008, avec la publication du retentissant "le Monde selon Monsanto". Aujourd'hui, elle poursuit son enquête accablante, déclinée en livre et documentaire : "le Roundup face à ses juges". Entretien.


HD. Pourquoi le glyphosate pourrait être le prochain scandale sanitaire ?

► MARIE-MONIQUE ROBIN. Parce qu'il est présent partout : dans l'eau comme dans les aliments. La Commission européenne a établi une liste de 378 aliments susceptibles de contenir des restes de glyphosate : céréales, légumes, fruits et viandes. Les animaux sont nourris avec du soja OGM importé d'Argentine ou des États-Unis, imbibé de glyphosate. Ces OGM ont précisément été conçus pour être tolérants au glyphosate. Un autre usage, très peu cité, est aussi inquiétant. Il est utilisé comme agent "dessiccatif" : juste avant la récolte de blé, le Roundup est épandu pour assécher et accélérer le mûrissement des grains. J'ai montré dans mon livre que, contrairement à ce que dit Monsanto, il y a une translocation du glyphosate vers les graines. Dès la première application, la plante s'imbibe. C'est ainsi qu'une étude britannique montre que le pain complet ­ non bio ­ en est particulièrement imbibé.

PDF






                 




État de délabrement avancé à la centrale nucléaire de Belleville : nous exigeons qu’EDF soit sanctionnée en justice ! - Nos communiqués de presse, Communiqué du 20 octobre 2017 - Suite à la découverte de nombreux dysfonctionnements et négligences à la centrale nucléaire de Belleville (Cher), le Réseau “Sortir du nucléaire“ et l’association Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye déposent plainte aujourd’hui contre EDF et le directeur de la centrale. Un rassemblement aura lieu ce vendredi à 16h devant le palais de justice de Bourges.

Une mise sous surveillance renforcée déclenchée par une dangereuse incurie

Le 13 septembre 2017, l’Autorité de sûreté nucléaire a placé la centrale nucléaire de Belleville sous surveillance renforcée, suite notamment à une inspection menée en avril 2017.

PDF





                 




“Les chances qu’un nouveau Tchernobyl se produise d’ici 2020 sont de 80 %” - Audrey Duperron, 17 octobre 2017 - Les centrales nucléaires ukrainiennes auraient dû être stoppées, ou modernisées, car elles sont vétustes, mais elles tournent à plein régime. Selon des analystes d’Energy Research & Social Science (ERSS), il y a même 80 % de probabilité qu’un "accident grave" se produise dans l’une de ces centrales d’ici 2020.

Le nucléaire ukrainien est tristement associé à la catastrophe de Tchernobyl, le plus grave accident nucléaire jamais répertorié, qui s’est produit en 1986.

Aujourd’hui, 4 centrales nucléaires sont en service en Ukraine :

❐ Zaporijia, la plus grosse centrale nucléaire d’Europe, avec 6 réacteurs et une puissance totale de 6 000 MW ;

❐ Rovno, 4 réacteurs et une puissance totale de 2 880 MW ;

❐ Khmelnitski, 2 réacteurs et une puissance totale de 2 000 MW

❐ Konstantinovka, 3 réacteurs et une puissance totale de 3 000 MW.

Tous ces réacteurs sont des réacteurs de puissance à caloporteur et modérateur eau (VVER), conçus entre les années 1960 et 1970 pour durer 30 ans. Douze d’entre eux ont été construits à l’ère soviétique, c’est-à-dire avant les années nonante du siècle dernier, et 10 ont même dépassé leur durée de service prévisionnelle.

PDF






                 




Le nouveau contrôle technique auto, renforcé et plus cher - Par Sylvain Reisser, publié le 20/10/2017 - NOUVEAUTÉ - En vertu d'une directive européenne, le contrôle technique évoluera le 20 mai 2018. Cet examen obligatoire va sanctionner plus sévèrement un certain nombre de défaillances et coûter plus cher aux automobilistes.

À compter du 20 mai prochain, l'engorgement des concessionnaires et autres réparateurs automobiles n'est pas exclu. Le groupe SGS, qui détient 32 % du marché des contrôles techniques avec les centres Sécuritest et Auto Sécurité, prévoit un doublement du taux de contre-visite. La raison? L'entrée en vigueur du nouveau contrôle technique automobile issu d'une directive européenne signée en avril 2014. Guidés par une volonté de réduire le nombre de victimes de la route et la pollution automobile, les députés européens ont introduit une nouvelle série de défaillances dites "critiques". Le véhicule contrôlé qui écope d'une ou plusieurs défaillances qualifiées de critiques se verra apposé sur le pare-brise une vignette signifiant l'obligation de contre-visite et n'aura que 24 heures pour effectuer la réparation! Dans la majorité des cas, trouver dans un délai aussi court un professionnel capable d'effectuer la réparation est une illusion. En cas de circulation, le contrevenant s'expose à une amende de 135 euros (minorée à 90 euros si paiement immédiat). De quoi déclencher le courroux des automobilistes.

PDF



                 






Airbus joue sa survie, la France et l'Allemagne à sa rescousse - Aéronautique & Défense - Par Michel Cabirol, 16/10/2017 - Les Etats-Unis ont mis en joue Airbus. Emmanuel Macron et Angela Merkel sont unis pour sauver le constructeur aéronautique, en danger de mort. Une survie qui pourrait passer par la nomination d'une nouvelle direction.

Le dossier est explosif, très explosif. Trop peut-être. Il est fort probable qu'il fasse pschitt malgré tout. Selon les informations que La Tribune a recueillies durant son enquête, tout le monde se tient chez Airbus entre les nouveaux "parias" du groupe et les nettoyeurs mais aussi au niveau des Etats. Car ce dossier ne concerne pas n'importe quelle société en Europe : Airbus est l'une des entreprises industrielles les plus emblématiques du Vieux Continent, sinon la plus emblématique. Airbus est même la fierté de la France et de l'Allemagne, le symbole de leur coopération.

PDF



                 




Airbus: l'histoire d'une tolérance organisée - CORRUPTION - Enquête - 6 octobre 2017, par martine orange et Yann Philippin -  Au fil des enquêtes judiciaires française et britannique, tout un passé ressurgit que le groupe aéronautique aurait voulu oublier. Il fait émerger un système de corruption parfaitement toléré par les plus hauts dirigeants d’Airbus. La partie obscure de ses succès commerciaux.

Rien ne se passe comme prévu. Depuis des mois, les responsables d’Airbus pensent qu’ils vont pouvoir reprendre la main sur le gigantesque scandale de corruption qui menace le groupe aéronautique.

À chaque étape, ils assurent, ils se rassurent, affirmant que tout est sous contrôle, que tout va rentrer dans l’ordre. Pourtant, de nouvelles affaires ne cessent d’émerger. La situation judiciaire est devenue de plus en plus incontrôlable et risque de s’embraser.

Les premiers signalements d’irrégularités à l’Ukef (UK Export Finance), l’agence britannique accordant des "crédits-export" fin 2015, ont débouché sur des enquêtes du Parquet national financier (PNF) et de son homologue britannique, le Serious Fraud Office (SFO) ...

PDF



     



Le "greenwashing" Macron éclate au grand jour - 9 octobre 2017, par Timothee Dury - La COP21 prévoyait 27% d’énergies renouvelables d’ici 2030. Macron voulait "Make our planet great again", il voulait "une Europe à l’avant-garde de la transition écologique". Mais alors que se sont ouvertes à Bruxelles les discussions sur le sujet des énergies renouvelables, la France semble faire marche arrière, et même freiner franchement le mouvement. C’est ce que prouve un document rendu public par le journal indépendant Mediapart. "Pour moi il y a trois sujets qui sont transversaux (…) c’est l’égalité hommes-femmes et la diversité, (…) c’est la transition numérique, (…) et c’est la question écologique, pour la même raison. Parce que c’est une question transversale, c’est pas une case qu’on coche dans un coin ou un bloc qui serait dans son couloir de nage, si vous voulez. C’est quelque chose -on l’a bien vu d’ailleurs – qui doit être en chapeau".

C’est ainsi que s’exprime Emmanuel Macron dans une vidéo publiée sur le site internet de son parti. On pourrait lui faire grâce de ses originales et habituelles métaphores si on ne flairait pas l’embrouille de type 'loup-qui-entre-dans-la-bergerie-avec-une-peau-de-mouton-mort-sur-le-dos' derrière ces beaux discours. Et on pourrait en multiplier les exemples : tweets, déclarations, promesses… On en rirait même si ce n’était pas si triste.

PDF




     




7 preuves qu'Emmanuel Macron est en train de construire l'Europe du pire - LES BLOGS - 19/10/2017, Matthias Tavel - C'est vrai dans le contenu des politiques menées. C'est aussi vrai dans la méthode de contournement systématique de la souveraineté populaire.

❐ Matthias Tavel est Directeur de la rédaction de "L'Heure du peuple", journal de la France Insoumise, auteur de l'essai "Le cauchemar européen"

Le Président Emmanuel Macron et la Chancelière Angela Merkel le 29 juin 2017 à Berlin - Hannibal Hanschke / Reuters

Il aura fallu une polémique sur la présence du drapeau de l'Union européenne (UE) dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale pour que la question européenne entre, un peu, dans le débat public. Pourtant, derrière le morceau de tissu et son emblème marial, l'enjeu européen est de taille. Le président Macron avance sans relâche sur ce thème depuis septembre. Dans les paroles comme dans les actes, il construit l'Europe du pire.

PDF





     




Matignon met France Stratégie sous tutelle, jugeant son rapport "farfelu" - France - Par latribune.fr avec AFP, 12/10/2017 - 401  mots - Dans ce rapport "irréaliste" pour Matignon, France Stratégie proposait une solidarité financière des Etats de la zone euro, un rachat de la dette publique des Etats par la BCE, ainsi qu'un impôt exceptionnel sur le capital immobilier. Edouard Philippe va annoncer vendredi une reprise en main de France Stratégie, l'organisme de réflexion économique dépendant de Matignon, après un rapport aux propositions jugées "farfelues", notamment un nouvel impôt immobilier, a-t-on appris jeudi de source proche du Premier ministre. La décision fait suite à la publication d'un rapport mercredi aux pistes volontairement "radicales" pour résorber les dettes publiques en Europe, aux propositions visiblement très éloignées de l'esprit de l'exécutif Macron-Philippe. Anciennement dirigé par l'économiste Jean Pisani-Ferry, inspirateur du programme d'Emmanuel Macron et responsable du plan d'investissement du gouvernement, France Stratégie a, pour commissaire général depuis janvier 2017, l'ex-conseiller social de François Hollande à l'Elysée, Michel Yahiel.

PDF



     





L’alimentation selon Macron : une dose de communication, un soupçon d’ambition et des incohérences en quantité - Politique agricole - par Sophie Chapelle, 13 octobre 2017 -  Emmanuel Macron a fixé un cap pour sa politique agricole à commencer par une loi garantissant un revenu pour les paysans. Plusieurs mesures sont aussi proposées allant dans le sens d’une amélioration de la qualité des produits. Or, le discours présidentiel du 11 octobre est en contradiction totale avec les récents actes posés par le gouvernement : suppression des aides au maintien de l’agriculture biologique, recul sur l’interdiction du glyphosate, accord de libre-échange qui menace les filières locales… Comment savoir ce que nous mangerons demain ?

L’équation n’est pas simple. D’un côté, faire en sorte que les paysans arrivent à vivre de leur métier, alors que c’est loin d’être le cas : un agriculteur sur trois perçoit un revenu inférieur à 350 euros par mois. De l’autre, garantir à tous les citoyens l’accès à des aliments "sains", sans qu’ils ne soient découragés par les prix affichés. C’est l’ambition des États généraux de l’alimentation lancés le 20 juillet dernier par le Premier ministre et qui s’achèvent fin novembre 1. Au menu de ce premier chantier : la création et la répartition de la valeur au sein de la filière agroalimentaire.

PDF









     





Le fléau des bouteilles en plastique en une infographie - Tribune - 6 octobre 2017, Camille Richer (Trade Machine) -  La quasi-totalité des foyers français a accès à une eau du robinet potable et plutôt bonne. Pourtant, le pays est dans le top 5 des plus gros buveurs d’eau en bouteille au monde. L’infographie ci-dessous analyse la situation.

❐ Camille Richer travaille pour l’entreprise de vente de machines d’occasion Trade Machine et a réalisé cette infographie.



➤ Lire aussi : BD - L’eau en bouteille ? Pour l’environnement, mieux vaut l’eau du robinet

Chaque jour, en France, nous consommons 25 millions de litres d’eau qui provient de bouteilles en plastique.

Cette surconsommation est absolument aberrante : pourquoi boire autant d’eau en bouteille alors que 96 % des foyers ont accès à une eau du robinet potable et bonne ? L’infographie ci-après analyse la situation :

❐ pourquoi achète-t-on des bouteilles d’eau, alors que l’eau du robinet est bien moins chère ?

❐ Quelle est l’empreinte carbonique de la production de bouteilles PET (polytéréphtalate d’éthylène) ?

❐ Que deviennent les bouteilles d’eau après avoir été consommées ?

❐ Quelles sont les alternatives possibles aux bouteilles en plastique ?

PDF




     




Quand, soudain, le FMI plaide pour taxer davantage les riches - Economie - Eric Le Boucher, Cofondateur de Slate.fr, 09.10.2017 - Une préconisation qui va à rebours de ce que mettent en place de nombreux gouvernements, des États-Unis à la France.

Le Fonds monétaire International (FMI) devrait publier une étude qui va faire date: elle promeut une hausse des impôts pour les plus riches. Cette hausse, disent les économistes du Fonds, ne remettra pas en cause la croissance. Au contraire même, c’est l’inégalité excessive qui la pénalise, a expliqué Christine Lagarde, directrice générale dans un discours à Harvard.

La croissance mondiale s’enracine, dit-elle, tous les pays se trouvent tirés vers le haut, c’est le bon moment "pour réparer le toit". L’économie a besoin d’être plus "inclusive" c’est-à-dire de se préoccuper des inégalités et des laissés-pour-compte.

Thomas Piketty n’est pas devenu le chief economist du Fonds mais ce qu’il réclame depuis des lustres commence à trouver un écho de plus en plus favorable, y compris donc au FMI. On l’aura compris, le pikettyisme ne touche pas les gouvernements. Donald Trump s’apprête à faire le contraire: abaisser les taux d’imposition, ce qui ne va profiter, selon les calculs des Démocrates, qu’aux 1% les plus aisés. En Europe, Theresa May veut abaisser les impôts des entreprises; en France, Emmanuel Macron veut faire de même pour les aligner sur les niveaux des pays concurrents et il réduit en parallèle les taxes sur les gains de capitaux. Partout, la concurrence fiscale entre pays joue encore à plein pour tirer vers le bas les impositions les plus élevées. ...

PDF






     




Les 4 grandes impasses du capitalisme mondial - Tribunes - Par Olivier Passet, Xerfi, 09/10/2017 -  La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, les 4 grandes impasses du capitalisme mondial

https://youtu.be/HZ6_8qDFC_w

Dix ans après la crise de 2007-2008, le capitalisme contemporain n'a toujours pas retrouvé un régime stable de croissance. Je ne veux pas parler ici des stigmates persistants de la crise. Mais plutôt des problèmes irrésolus. Si la crise de 2008 pouvait faire figure de crise du régime de croissance mondialisé initié dans les années 80, force est de constater que les grandes nations du monde échouent à mettre en place un régime stabilisant.

PDF


Il semble curieux de lire que les gouvernements "ne parviendraient pas" à remédier aux causes structurelles évoquées si l'on veut bien considérer qu'ils oeuvrent à leur aggravation !!!








     


   &  

‘Antibiotic apocalypse’: doctors sound alarm over drug resistance - Drug resistance - The Observer, Robin McKie, Sunday 8 October 2017 -  The terrifying prospect that even routine operations will be impossible to perform has been raised by experts alarmed by the rise of drug-resistant genes

Scientists attending a recent meeting of the American Society for Microbiology reported they had uncovered a highly disturbing trend. They revealed that bacteria containing a gene known as mcr-1 – which confers resistance to the antibiotic colistin – had spread round the world at an alarming rate since its original discovery 18 months earlier. In one area of China, it was found that 25% of hospital patients now carried the gene.

Colistin is known as the “antibiotic of last resort”. In many parts of the world doctors have turned to its use because patients were no longer responding to any other antimicrobial agent. Now resistance to its use is spreading across the globe.

In the words of England’s chief medical officer, Sally Davies:

“The world is facing an antibiotic apocalypse.”

PDF






     



Drapeau européen et Vierge Marie : pourquoi Mélenchon a raison - Symbole - Sophie Lebrun, publié le 21/06/2017 - Pour sa première visite à l'Assemblée nationale en tant que député fraîchement élu, Jean-Luc Mélenchon s'est plaint de la présence du drapeau européen, pas assez républicain à ses yeux. Et il en a profité pour souligner combien il est un symbole... marial.

"On est obligé de supporter ça ?" s’est exclamé Jean-Luc Mélenchon en entrant dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale mardi 20 juin. "C’est la République française ici, c’est pas… la Vierge Marie." Quel est l’objet du courroux du chef de file de la France insoumise ? Le drapeau européen, installé à côté du drapeau français, derrière la tribune du "parlement de la République française", précise le député.


PDF






     




Meet the CIA’s Big Brother: The Multibillion Dollar US Spy Agency You’ve Never Heard Of - Intelligence - By AnonWatcher, March 30, 2017 - The NGA (National Geospatial-Intelligence Agency)’s capability is well-equipped to quell the violence of protesters, assist ICE in their deportation corralling, and track all those who belong to minority groups – Muslims, Black Lives Matter...

If you haven’t heard of the NGA, you can be forgiven. The NGA – the National Geospatial-Intelligence Agency employs over 15,000 people in its shadows. The NGA is the cutting-edge spy agency that oversees the surveillance trade.

Forget the CIA and NSA. This newish acronymic organization – taking its new existence (started as the National Photographic Interpretation Center in WWII) in 2003 – is massive. Billions are granted for budget and in 2011, its main building measured “four football fields long and covers as much ground as two aircraft carriers,” costing $1.4 billion to complete. ...

PDF






     


  & 


Faire le ménage peut vous sauver la vie - AFP - Publié le vendredi 22 septembre 2017 -  Plumeau et aspirateur bons pour la santé? Une mort sur douze survenues dans une période de cinq ans pourrait être évitée grâce à 30 minutes d'activité physique quotidienne cinq jours par semaine, comme faire le ménage ou aller au travail à pied, selon une étude parue vendredi.

"Une activité encore plus forte (750 minutes par semaine) est associée à une réduction (de la mortalité et des maladies cardiovasculaires) encore plus importante, surtout pour ceux qui répartissent leur activité physique tout au long de la journée, grâce à leur mode de transport, leur type de travail ou leurs tâches ménagères", selon les auteurs de cette étude publiée par la revue The Lancet.

PDF





     



"Le vin conventionnel contient jusqu'à 12 pesticides. Le vin naturel, aucun" : plaidoyer pour le vin naturel -  Aurélien Viers, publié le 01 octobre 2017 - Votre bouteille de vin renferme un cocktail de pesticides. Mais aussi jusqu'à 70 additifs chimiques. La solution pour boire un vin encore meilleur et sain ? Le vin naturel, nous explique Antonin Iommi-Amunategui dans cette tribune vidéo.

http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01435628/src/rfzslv/zone/1/showtitle/1/

TRANCHÉ. Dans votre bouteille de vin traditionnel, vous pouvez retrouver "un cocktail de 10, 11, 12 pesticides, dont certains interdits en France", alerte Antonin Iommi-Amunategui, dans cette tribune vidéo pour "l'Obs".

Cet écrivain, éditeur chez Nouriturfu, est un passionné du vin naturel. "Bien meilleur et plus sain" que celui que nous buvons, rappelle Antonin.

C'est quoi le vin naturel ? Du vin fait à partir de raisins bio, mais sans additifs ajoutés lors de la vinification (contrairement au vin bio).

PDF




     




Le vin lui aussi devient végan - Reportage - 16 octobre 2017, Pierre Isnard-Dupuy (Reporterre) - Si surprenant que cela puisse paraître, des produits d’origine animale sont parfois utilisés en vinification. Et les certifications véganes se multiplient. Ethique ou marketing ? Reporterre enquête.
Beaumes-de-Venise (Vaucluse), reportage - "Le vin végan(e), c’est une corde de plus à notre arc", dit Gabriel Valverde, responsable en œnotourisme chez Rhonéa. Cette coopérative viticole rassemble, autour des Dentelles de Montmirail, 236 viticulteurs du Vaucluse sur 2.000 hectares en cru de Beaumes-de-Venise, de Vaqueyras et de Gigondas (Côte-du-Rhône) et en AOP Ventoux pour une production de 8 millions de bouteilles par an.

"À partir du millésime 2017, l’ensemble de nos vins seront certifiés végan", explique Rickman Haevermans, directeur des ventes, marketing et développement. "Ce qui signifie que nous n’utilisons que des produits de vinification d’origine végétale."

Qu’elles contiennent du rouge, rosé, blanc ou muscat de Beaumes-de-Venise, les bouteilles se verront appliquer le logo V-label, attestant qu’elles ne contiennent pas de produits d’origine animale. Ce label est porté par l’European Vegetarian Union (Union végétarienne européenne), une organisation européenne à but non lucratif qui promeut végétarisme et véganisme. ...

PDF



                 





Nucléaire : Le président de l'ASN inquiet d'un "risque systémique" - reuters.com, 16/10/2017, Dominique Rodriguez, avec Baté Felix - PARIS (Reuters) - La sûreté des centrales nucléaires dans le monde est globalement préoccupante même s'il n'y a pas d'inquiétude à avoir dans l'immédiat, a estimé lundi le président du gendarme français du nucléaire (ASN) en évoquant la montée d'un "risque systémique".

"Il y a plus d'enjeux de sûreté, plus d'enjeux industriels, et de l'autre côté des entreprises qui ont des difficultés économiques, budgétaires, financières. Ce décalage entre plus de choses à gérer et moins de moyens pour le faire, sur la durée, porte des risques en soi", a expliqué Pierre-Franck Chevet lors d'un débat sur BFM Business.

Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire a qualifié d'"enjeux sans précédent" le renforcement de la sécurité dans l'exploitation courante du parc nucléaire, la prolongation de la durée de vie des centrales (initialement conçues pour être exploitées 40 ans) ou encore les investissements encore à réaliser à la centrale japonaise de Fukushima.

"Mon message principal sur la longue durée est de dire que la situation est globalement préoccupante en matière de sûreté", a-t-il résumé. "Il y a un risque, pas immédiat du tout, pour la sûreté, mais un risque systémique ; il faut s'en occuper." ...

PDF









                 




Enquête menée par Émilie Massemin (Reporterre) en 3 parties sur les étranges manoeuvres politico-financières autour de Creusot Forges :

2 octobre 2017 - 1- La très étrange transaction de 170 millions d’euros entre Areva et M. Bolloré
 
En 2003, Areva aurait pu acquérir l’usine de pièces nucléaires du Creusot pour une bouchée de pain. Il a préféré l’abandonner à Michel-Yves Bolloré, et lui racheter trois ans plus tard pour 170 millions d’euros. Au coeur de la tractation, une usine d’où sont sorties des pièces défectueuses de l’EPR de Flamanville...

PDF



3 octobre 2017 - 2 - Derrière le fiasco de l’EPR, les errements du Creusot sous la responsabilité de M. Bolloré et d’Areva

L’usine du Creusot a forgé les calottes de cuve de l’EPR de Flamanville, mais avec des défauts. Bilan, une menace sur la sûreté du réacteur nucléaire. Michel-Yves Bolloré avait obtenu la commande et lancé la fabrication.

PDF



  4 octobre 2017 - 3 - Dans l’usine du Creusot, trois décennies de gestion défaillante
 
M. Bolloré n’est pas seul responsable des falsifications opérées systématiquement à l’usine du Creusot. Elles s’étaient amorcées avant son arrivée, et ont continué ensuite, avec Areva. Mais la responsabilité des différents acteurs est clairement engagée, et leurs actes jettent un sérieux doute sur la sûreté de l’EPR.

PDF




     



L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) assignée en justice à propos de l’EPR - Info - 10 octobre 2017, Catherine Marin (Reporterre) -  C’est une première : EDF, Areva et l’Autorité de sûreté nucléaire sont convoquées au tribunal, ce mardi 10 octobre, pour répondre à une assignation en référé déposée par l’association l’Observatoire du nucléaire. Qui conteste à l’ASN la possibilité de valider la cuve de l’EPR de Flamanville, dont la construction ne répond pas aux critères réglementaires.

Mardi 10 octobre, les principaux acteurs français du nucléaire, EDF, Areva et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sont convoqués au tribunal de grande instance de Paris. Ils sont sous l’effet d’une assignation en référé, déposée début septembre par l’association girondine l’Observatoire du nucléaire. Une petite association fondée en 2012 et dirigée depuis par Stéphane Lhomme. Le but ?

"Contester dans l’urgence à l’Autorité de sûreté nucléaire la possibilité de donner son feu vert à la mise en service de l’EPR de Flamanville", explique-t-il.

PDF















Climat: à Bruxelles, la France lâche les renouvelables - Document - 5 octobre 2017, par christophe Gueugneau et Jade Lindgaard -  La France œuvre-t-elle contre les énergies renouvelables en Europe, tout en prétendant le contraire en public ? C'est ce que prouve un document informel transmis par Paris au Conseil européen dans le cadre de discussions sur les objectifs climatiques européens.

La France œuvre-t-elle contre les énergies renouvelables en Europe, tout en prétendant le contraire en public ? Dans un papier informel transmis au Conseil européen dans le cadre de discussions sur les objectifs climatiques européens, Paris apparaît en retrait par rapport à ses positions officielles. Ces mêmes propositions ont été défendues lors du Conseil informel des ministres de l'énergie à Tallinn (Estonie) les 19 et 20 septembre.

En octobre 2014, les dirigeants européens ont adopté trois objectifs pour 2030 : réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % (par rapport à 1990), porter la part des énergies renouvelables à au moins 27 % de la consommation et améliorer l’efficacité énergétique d’au moins 27 %. Ces directives énergie-climat devraient, en toute logique, être revues à la hausse pour permettre la mise en œuvre de l’Accord de Paris demandant la neutralité carbone d’ici 2050.

Pourtant, dans un "non papier" — l'appellation officielle de ce type de documents —, daté du 12 septembre, que s’est procuré Mediapart, et dont RTL et le site Contexte ont révélé l’existence, le gouvernement français souhaite au contraire alléger les obligations favorables aux renouvelables.

PDF




     




LINKY : DÉTOURNEMENT DE BIENS PUBLICS ? - Pas de compteurs communicants dits intelligents - mercredi 13 septembre 2017 - Texte reçu par mail - En me penchant sur un dossier récent, j’ai vu ressurgir une évidence que tout le monde a devant les yeux, mais dont personne ne s’empare, "pour faire valoir ce que de droit". Dans la mesure où il est avéré que les compteurs électrique sont une propriété inaliénable des communes et que les contrats de concessions opérés vers les syndicats de l’énergie ne transfèrent pas cette propriété, on peut considérer que, si les poseurs ou la Société ENEDIS œuvrant sous le contrôle d’EDF, ne restituent pas ces compteurs, après dépose, à la commune dans laquelle ils opèrent les transferts, nous nous trouvons en face d’un détournement de biens publics.

Le plus curieux c’est que personne ne s’en préoccupe. Mais que deviennent donc ces dizaines de milliers de compteurs encore majoritairement opérationnels et, pour certains, presque neufs dont personne ne se soucie, ni ne semble connaître la destination ?


PDF










Dossier : "Compteurs Linky : la scandaleuse impunité d'Enédis" - Que Choisir 562, Octobre 2017 (8 pages)

PDF







     





"Le poisson que vous mangez a peut-être couvert la traite d’êtres humains ou le trafic de drogues" - Point de vue - Par Olusegun Obasandjo, LE MONDE Le 05.10.2017 - L’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo dénonce les ravages pour l’Afrique de la criminalité liée à la pêche illégale.
 
Tout au long des chaînes de valeur qui composent l’activité effervescente de l’économie mondiale, des criminels extrêmement bien organisés et interconnectés ont su profiter des lacunes de notre système global pour proliférer en parallèle. Des cartels de la drogue, des trafiquants d’êtres humains, des marchands d’armes et des négociants de différents biens illicites ou illicitement acquis ont tiré parti de l’économie mondiale pour se multiplier. En même temps sont apparus des criminels impliqués dans la falsification de documents, le blanchiment d’agent, la fraude fiscale et le contournement de réglementations environnementales. Ces activités représentent une source de revenus servant à corrompre les fonctionnaires, voire à financer des insurrections politiques et des organisations terroristes.

PDF










     



Fabrication, recyclage... quel est le véritable impact écologique des panneaux solaires ? - Par Jean-Jacques Valette, publié le 31 Août 2017 - Trop polluants ou trop chers, fabriqués avec des terres rares... Suite aux nombreuses questions de nos lecteurs et face aux fausses informations qui circulent sur Internet, We Demain livre un état des lieux de l'impact environnemental de la filière photovoltaïque, avec des experts. En France, 55 000 tonnes de panneaux solaires ont été posées durant l'année 2016. Un chiffre qui devrait tripler d'ici 2023, alors que le pays s'achemine vers un objectif de 20,2 GW de puissance installée contre 6,8 GW actuellement. Problème : ces quantités industrielles de panneaux solaires représenteront d'ici quelques décennies autant de déchets à traiter. L'impact écologique de leur production et la question de leur recyclage préoccupe de plus en plus les lecteurs de We Demain qui l'expriment dans leurs commentaires. Une inquiétude légitime, mais qui est aussi exploitée par certains défenseurs du nucléaire et qui entraîne son lot de contre-vérités. Pour faire le point sur l'impact écologique réel de la filière photovoltaïque, We Demain a interrogé des spécialistes de la question.

PDF





                 




Agrochimie. Après le glyphosate, le dicamba fait des ravages aux États-Unis - The Washington Post - Washington, publié le 07/09/2017 - Le dicamba, un herbicide produit par Monsanto et BASF, a tendance à s’envoler au-delà des champs sur lesquels il est pulvérisé, tuant tout sur son passage. L’utilisation de ce produit, censé lutter contre des mauvaises herbes de plus en plus résistantes aux produits chimiques, semble avoir été autorisée trop rapidement. De Blytheville, Arkansas – Clay Mayes freine brusquement, saute de son Chevy Silverado sans éteindre le moteur et se met à vociférer contre un cornouiller. Les feuilles recroquevillées de l’arbuste pendouillent, comme de minuscules parapluies cassés. C’est le symptôme typique d’une exposition accidentelle à un herbicide controversé : le dicamba.

“Ça me rend dingue ! crie le chef de culture en gesticulant. Si ça continue comme ça…”

“… tout crèvera”, termine son passager, Brian Smith.

Les dégâts causés par le dicamba dans le nord-est de l’Arkansas et dans tout le Midwest (affectant le soja, d’autres cultures, et même les arbres) sont emblématiques d’une crise qui ne cesse de s’aggraver dans l’agriculture américaine. Les paysans sont prisonniers d’une course aux armements entre des herbicides de plus en plus puissants et des mauvaises herbes de plus en plus résistantes.

PDF



     



Pourquoi la FNSEA est-elle accro au glyphosate ? - Pesticides - par Sophie Chapelle, 25 octobre 2017 - La Commission européenne vient de décider de reporter le vote sur le renouvellement de la licence du glyphosate, une molécule présente dans de nombreux herbicides, et considérée comme cancérogène probable. Alors que de plus en plus d’agriculteurs français dénoncent une "hécatombe" provoquée par les cancers liés aux pesticides, le principal syndicat agricole, la FNSEA, met tout en œuvre pour défendre l’usage du glyphosate, le plus longtemps possible, quitte à s’allier avec l’industrie des pesticides. Basta ! s’est penché sur les raisons d’une telle détermination, entre business et conflits d’intérêts.

"Il faut arrêter d’emmerder le monde agricole !"

Le 22 septembre dernier, 250 agriculteurs, emmenés par la FNSEA, le principal syndicat agricole, bloquent les Champs-Élysées en étalant de la paille. Ils dénoncent la position du gouvernement français sur le glyphosate – l’herbicide le plus utilisé au monde, ingrédient actif du Roundup, produit phare de la firme Monsanto, et classé cancérogène probable par l’Organisation mondiale de la santé.

Le gouvernement français envisage alors de ne pas voter la proposition de la Commission européenne d’autoriser à nouveau le glyphosate pour les dix prochaines années 1. A Bruxelles, la FNSEA fait front commun avec le lobby des pesticides pour montrer qu’une interdiction du glyphosate provoquerait, selon eux, une baisse de la production de céréales. Comment expliquer l’attachement du syndicat agricole majoritaire à ce désherbant jugé cancérogène par plusieurs études indépendantes ?

PDF



     



Une agriculture sans pesticides est possible : ces agriculteurs nous le montrent ! - 5 octobre 2017, par Timothee Dury - A l’initiative d’Alain Davy, agriculteur autrefois usager de pesticides en tous genres, a été créé dans l’Orne, en Normandie, un CIVAM (Centre d’Initiative pour Valoriser l’Agriculture le Milieu rural). Et parmi ses engagements : ne plus utiliser de pesticides, en particulier le très controversé et redouté glyphosate. L’expérience de certains agriculteurs nous montre que les choses sont possibles autrement.

PDF

  Passer des pesticides toxiques type 'glyphosate' ou 'dicamba' à une mécanisation accrue n'est sans doute pas la seule solution, ni la meilleure puisqu'elle détruit la micro-biologie des sols  -- voir Claude et Lydia Bourguignon !





                 




Le Vietnam se rêve en atelier de la planète - Agent orange, Monsanto en accusation - Février 2017, article inédit - par Francis Gendreau, Président de l’Association d’amitié franco-vietnamienne (AAFV) de 2002 à 2007, secrétaire du Comité pour la coopération scientifique et technique avec le Vietnam (CCSTVN). - Si, en mai 2016, la visite au Vietnam de M. Barack Obama, alors président des États-Unis, a marqué une nouvelle étape dans le rapprochement entre les deux pays, le problème de l’agent orange est resté en suspens. Ce défoliant massivement utilisé durant la guerre contenait une substance extrêmement toxique, la dioxine, qui a des effets encore aujourd’hui sur la santé et sur l’environnement. Une plainte contre les fabricants du défoliant, soit vingt-six sociétés, dont Monsanto et Dow Chemical, a été déposée aux États-Unis par l’Association vietnamienne des victimes de l’agent orange/dioxine (VAVA) début 2004. Mais elle a été rejetée en première instance en mars 2005, en appel en février 2008, et enfin par la Cour suprême en février 2009. Les victimes n’ont pas renoncé pour autant. Française d’origine vietnamienne, Mme Tran To Nga a assigné en justice les sociétés américaines accusées d’avoir fourni à l’armée américaine cet herbicide devant le tribunal de grande instance d’Évry (Essonne — son département de résidence), en juillet 2014. En effet, depuis la loi de 2013, une victime de nationalité française peut saisir la justice française pour un tort commis par un tiers étranger à l’étranger.

PDF






     




Le projet de loi antiterroriste "menace" les libertés, s'inquiètent des experts de l'Onu - Par Magazine Marianne, publié le 27/09/2017 - Une semaine après qu'Emmanuel Macron a brandi les valeurs de la France à la tribune des Nations unies, un communiqué diffusé par le Conseil des droits de l'Homme de l'Onu pointe ce mercredi les "restrictions aux libertés civiles" portées par le projet de loi antiterroriste actuellement débattu au Parlement pour remplacer l'état d'urgence.

Inquiétude sur le respect des droits de l'Homme en France. Alors que l'Assemblée nationale examine le projet de loi antiterroriste du gouvernement pérennisant dans le droit ordinaire des dispositions de l'état d'urgence, la France se fait épingler ce mercredi 27 septembre dans un communiqué diffusé par le Conseil des droits de l'Homme de l'Onu.

Et ce, une semaine après qu'Emmanuel Macron s’est exprimé pour la première fois au siège des Nations unies, brandissant en introduction les valeurs françaises de "liberté", "justes" et qui "permettront d’éviter que le pire n’advienne".

PDF





     




Neige artificielle, tout voiture, abandon du bio... Comment la droite prend sa revanche sur l’écologie - Politique - par Sophie Chapelle, 19 janvier 2017 - Des canons à neige contre la crise climatique ? Depuis un an, une majorité de régions françaises sont gérées par des élus Les Républicains. Quelles conséquences en matière d’écologie ? Des fédérations de chasse largement subventionnées au détriment des associations de protection de l’environnement, la route privilégiée par rapport au rail, l’agriculture paysanne et biologique sabrée, des millions d’euros pour acheter des canons à neige... Basta ! s’est penché sur les nouvelles orientations budgétaires de ces régions, laboratoires de la droite française.

Lors des élections régionales de 2015, sept régions sont passées à droite 1. Un an et demi après ce changement, l’heure est au bilan. Sur les enjeux écologiques, quelles sont les nouvelles orientations ? Quelles décisions ont été mises en œuvre ? Du côté de la politique des transports, le revirement semble important.

PDF




     



Millions may lose promised pension payout - By Kevin Peachey, Personal finance reporter, 27 September 2017 - Three million savers in defined benefit pension schemes only have a 50/50 chance of receiving the payouts they were promised, a study has concluded. Some employers were under pressure to meet their pension obligations, the Pensions and Lifetime Savings Association (PLSA) said. High-profile cases such as the BHS collapse have highlighted concerns over the future of workplace pensions. The PLSA said one solution could be the pooling of resources into "superfunds". This would allow companies to pay a fee to transfer defined benefit schemes, such as final-salary pensions, to a larger fund - which would then have bigger investment opportunities. A standard deal for pension scheme members could see some receive better final payouts as a result, but others could see their expected income deteriorate.

PDF









 

 



 

     


                 


  les 2 articles ci-dessus en 1 PDF